En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

05.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

07.

Renault en plein chaos post Ghosn

01.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

04.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

05.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

06.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

04.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

05.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

ça vient d'être publié
pépites > International
Cessez-le-feu
Recep Tayyip Erdogan menace les combattants kurdes en cas de non-respect de l’accord
il y a 1 heure 24 min
light > Insolite
"Highway to Hell"
Un informaticien a piraté la billetterie du Hellfest afin de tenter d'obtenir désespérément une place
il y a 4 heures 40 min
pépites > Europe
Casse-tête politique
Brexit : l'amendement Letwin a été adopté, les députés reportent leur décision sur l'accord
il y a 6 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"John Tanner, Tome 1, le captif du peuple des 1000 lacs" de Christian Perrissin et Boro Pavlovic : une histoire vraie, servie par des dessins bien loin des images d'Epinal

il y a 7 heures 58 min
pépite vidéo > Europe
Catalogne
Les images des violences à Barcelone en marge de la manifestation des indépendantistes catalans
il y a 8 heures 31 min
pépites > Europe
Chambre des communes
Brexit : journée décisive et vote historique au Parlement britannique
il y a 9 heures 48 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

il y a 11 heures 55 min
décryptage > Culture
Shakespeare revient, ils sont devenus fous !

Pendant des siècles, Othello a été noir : le théâtre des Abbesses a mis fin à ce scandale

il y a 12 heures 5 min
décryptage > Politique
Avenir de la droite

La petite mort des Républicains

il y a 12 heures 27 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Renault en plein chaos post Ghosn

il y a 12 heures 52 min
Vallée des Rois
Egypte : découverte exceptionnelle de trente sarcophages de plus de 3.000 ans
il y a 2 heures 53 min
pépite vidéo > People
Epreuve
Meghan Markle se confie sur le harcèlement des tabloïds
il y a 5 heures 30 min
pépites > Europe
Journée décisive et historique
Brexit : manifestation à Londres devant le Parlement pour réclamer un nouveau référendum
il y a 6 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La Bruyère, portrait de nous-mêmes" de Jean-Michel Delacomptée : un portrait captivant

il y a 8 heures 9 min
pépites > France
Mouvement social
Grève à la SNCF : Edouard Philippe déplore un "détournement du droit de retrait"
il y a 9 heures 18 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 18 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 46 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

La douloureuse question du suicide dans la police

il y a 11 heures 58 min
décryptage > Economie
industrie

Ce "petit" problème de ressources humaines qui complique la réindustrialisation de la France

il y a 12 heures 19 min
décryptage > High-tech
Icônes

Emojis, instagram et selfie : cette bascule vers une civilisation de l’image qui nous tombe sur la tête

il y a 12 heures 37 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday
il y a 13 heures 1 min
© Reuters
Destruction de barres d'immeubles en Seine-Saint-Denis.
© Reuters
Destruction de barres d'immeubles en Seine-Saint-Denis.
Bilan en zone sensible

SOS Banlieues : 10 ans après les émeutes et 9 mois après "l'apartheid social" dénoncé par Valls, quel bilan pour les quartiers en difficulté ?

Publié le 23 octobre 2015
Mardi 20 octobre, François Hollande s'est rendu à la Courneuve en Seine-Saint-Denis afin de lancer l'agence de développement économique. Entre plans d'urbanismes et politiques sociales, les zones sensibles continuent de préoccuper, et ce dix ans après les émeutes.
Membre fondatrice de La Transition, Zohra Bitan est cadre de la fonction publique territoriale depuis 1989, ancienne conseillère municipale PS de l'opposition àThiais (94), et était porte-parole de Manuel Valls pendant la primaire socialiste de 2011...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Get est ingénieur. Il est membre du bureau politique de La Droite libre et du CNIP. Son groupe sur Facebook ici. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabien Truong est responsable du master MEEF SES pour le département de sociologie et d’anthropologie de Paris 8, et y assure les enseignements de sociologie et de science politique Il a été professeur de sciences économiques et sociales pendant six ans...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Zohra Bitan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Membre fondatrice de La Transition, Zohra Bitan est cadre de la fonction publique territoriale depuis 1989, ancienne conseillère municipale PS de l'opposition àThiais (94), et était porte-parole de Manuel Valls pendant la primaire socialiste de 2011...
Voir la bio
Thierry Get
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Get est ingénieur. Il est membre du bureau politique de La Droite libre et du CNIP. Son groupe sur Facebook ici. 
Voir la bio
Fabien Truong
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabien Truong est responsable du master MEEF SES pour le département de sociologie et d’anthropologie de Paris 8, et y assure les enseignements de sociologie et de science politique Il a été professeur de sciences économiques et sociales pendant six ans...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mardi 20 octobre, François Hollande s'est rendu à la Courneuve en Seine-Saint-Denis afin de lancer l'agence de développement économique. Entre plans d'urbanismes et politiques sociales, les zones sensibles continuent de préoccuper, et ce dix ans après les émeutes.

Atlantico : La politique de la ville post Charlie a été marquée par les 60 mesures du Comité interministériel visant à renforcer voire relancer la politique de la ville, dans la continuité de la loi de programmation du 21 février 2014.  Des effets sont-ils déjà visibles dans les quartiers sensibles ?

Zohra Bitan : Non, il est trop tôt. On ne casse pas 40 ans de ghetto en 6 mois.  Il y a une crise économique qui vient plomber l'ambiance et qui accentue le problème du chômage. Dans les quartiers populaires le taux de chômage peut atteindre 50%. Outre le fait qu'il y a ghettoïsation voire apartheid selon les termes de Manuel Valls lui-même, la situation économique empire la situation.

Quand on est plombé par la situation économique, cela laisse peu de perspectives pour envisager autre chose. Le premier problème est le travail. Quand on constate que dans les quartiers populaires le taux de chômage est très important, la ghettoïsation ne fait alors que se renforcer. Le repli identitaire est du à deux phénomènes. Il est dû d'abord à la concentration de gens avec la même origine sociale ainsi que les mêmes problèmes sociaux vivant au même endroit. Ensuite, ce repli s'explique par la question du travail, ou plutôt de son absence. Et ce n'est pas le discours qui va faire évoluer la situation…

Jean-Louis Borloo, alors ministre de la Cohésion sociale avait lancé en 2003 le premier programme de rénovation urbaine. Cela représentait plus de 40 milliards d'euros d'investissements. En février le gouvernement a voté la mise en place d'un second programme doté de 5 milliards de subventions, visant 200 quartiers supplémentaires (2014 à 2024). Quel bilan peut-on tirer du programme de rénovation urbaine démarré en 2003 sous l'impulsion de jean-Louis Borloo ? Quid de l'humain, du social ?

Fabien Truong : Les efforts financiers sont certes conséquents et ils ont permis des améliorations concrètes qui ne sont pas négligeables, loin de là, surtout vu l’état de dégradation avancé de certains bâtiments. Mais nécessité ne fait pas vertu. Plus de dix ans après, j’aurai plutôt envie de déplacer la question. La question sociale ne peut se résumer à une politique de rénovation  urbaine, d’autant plus quand cette politique a bien du mal à impliquer les habitants dans les processus de décisions et d’élaborations. Penser « quartier » quand on pense politique reste problématique car c’est penser « spécificité ». Il faudrait surtout changer de logiciel, car on tend à prendre les symptômes pour les causes. D’une manière générale, penser les banlieues urbaines comme des problèmes spécifiques accentue l’idée que l’on aurait une population à part avec des problèmes particuliers. Et qui n’aurait par conséquent pas pleinement voix au chapitre des décisions collectives qui la dépasserait. C’est au fond assez paternaliste. C’est l’antienne de « l’intégration » qui est une façon plaquée de voir les choses, par le haut. Les habitants des quartiers populaires ne souffrent pas de défaut d’intégration, mais de problèmes liés au chômage et à la précarité, à la pauvreté matérielle qui peut en résulter, et à la déconsidération généralisée de quartiers périphériques qui apparaissent maintenant comme « le problème » du pays. Que la rénovation urbaine résoudrait. Ce sont plutôt des espaces où il y a un fort concentré de problèmes. Cela dépasse le strict cadre urbain. C’est beaucoup plus large, notamment parce qu’il n’y a quasiment plus de mixité sociale, ce qui entraîne des effets de concentration de difficultés considérables qui s’auto-alimentent.

Zohra Bitan : Le programme de la rénovation urbaine a été utile et l'on voit ses effets. Changer le paysage est aussi changer l'environnement des gens, au moins sur le plan psychologique. La rénovation urbaine peut être particulièrement réussie, cela passe par des zones moins denses par exemple. Certains quartiers sont complètement transformés. Mais cela reste insuffisant.

La problématique est celle de l'humain qui n'a pas été suffisamment travaillée. La politique de la ville a une grande carence : l'accompagnement des parents dans leurs rôles et responsabilités. Ils sont le premier maillon de la chaine. Je m'explique : on peut comprendre que la situation sociale et économique des gens met à mal la situation des parents. Il n'est pas évident de bien tenir ce rôle lorsqu'on est dans une situation de pauvreté, que l'on est isolé, dans des familles monoparentales... Un parent qui réussit dans l'éducation de ses enfants éprouve une grande fierté. Il est indispensable de valoriser cela. L'Etat depuis un certain temps considère que c'est à lui d'apporter les réponses éducatives, qu'il apporte mal d'ailleurs, et il exonère les parents de leurs responsabilités. Apprendre à faire et non faire à la place, tel est l'enjeu. Ressouder le lien familial est nécessaire. Or, nous n'avons pas travaillé sur la famille dans son ensemble ; il y a des politiques jeunesses qui apparaissent isolées de l'implication des parents. Ce discours-là n'a pas changé. Des cellules de soutien à la parentalité avec des spécialistes de la jeunesse, de l'enfance et de la petite enfance pourraient être mises en place partout. La misère et la pauvreté n'exonèrent pas de tout. Ce n'est pas parce qu'on est pauvre que l'on est forcément violent, ce n'est pas parce qu'on est pauvre que l'on doit être mal éduqué.

Aujourd'hui la ghettoïsation dure et on observe une saturation. La deuxième génération a pu s'extraire, grâce au travail notamment. Le contexte économique permettait de quitter ces quartiers. Il n'y a pas eu d'ailleurs le discours qu'il fallait lorsque la situation économique était bonne. Et aujourd'hui elle est mauvaise est le discours toujours absent.
La classe politique doit sortir de ce discours de justification sociale, de paternalisme et de compassion, car il est humiliant. On ne leur rend pas service. Considérer que les gens de condition sociale modeste sont capables de grandes choses, c'est leur redonner de la dignité et du respect.  

La mixité sociale est présentée comme un enjeu majeur de la politique urbaine notamment dans les quartiers dits sensibles. Des progrès ont-ils été réalisés dans ce domaine depuis notamment les émeutes de 2005 dans les banlieues ? Pourquoi ?

Fabien Truong : Les choses ont empirées, notamment parce que le regard sur ces quartiers s’est durci. Les quartiers populaires sont devenus des lieux repoussoirs, indésirables. Depuis les émeutes de 2005, des image ont tourné en boucle dans le monde entier : le feu, la nuit, des jeunes encapuchés sans visage, les voitures qui brûlent… Tout un imaginaire du danger s’est mis en place, sur lequel s’est plaqué par la suite la phobie que représente la pratique de la religion musulmane. Les voitures ont bien brûlé, mais elles ont écrasé tout le reste. « La banlieue » représente désormais une sorte d’anti-France, dans une vision fixiste des choses. Ses habitants doivent se construire contre un regard extérieur qui est un regard de défiance, dont on ne mesure pas toujours bien la violence au quotidien, notamment pour les adolescents qui se cherchent et se construisent. Dix ans après 2005, il y a besoin urgent de changer de regard.

Zohra Bitan :  D'abord, on ne va pas casser les ghettos demain matin ! Des mesures d'urgence mais très simples sont donc à prendre. Cela passe par une scolarisation de ces enfants dans divers coins de la ville grâce à un véritable réseau de transports. C'est un premier pas vers la mixité sans avoir à déménager. Des mesures sont à prendre sur le plan de la mobilité.

Thierry Get : Je conteste l’objectif même de « mixité sociale ».

 La « mixité sociale » est un thème récurent posé par les gouvernements, la plupart des médias comme un objectif indiscutable.

Ce terme masque en fait une volonté de mixité culturelle, ethnique, religieuse … D’ailleurs, le Premier ministre, M Valls dénonçait le 20 janvier 2015  "un apartheid territorial social, ethnique"… La mixité sociale est donc une manière de dire - mais pas explicitement bien sûr - qu’il faut mêler les ethnies, les religions … 

 Nos gouvernants essaient de l’atteindre avec différents instruments :

-          la carte scolaire avec l’insuccès que l’on connaît,

-          la politique de la ville,

-          et bien sûr avec la politique du logement et notamment les quotas autoritaires de 25 % de logements sociaux (loi ALUR du 24 mars 2014).

Suite aux événements de Charlie Hebdo, la politique de peuplement prônée par le Premier Ministre, M. Valls, au début de l’année 2015, devrait contraindre les français sur l’ensemble du territoire au vivre ensemble. 

La politique volontariste de mixité sociale reflète une tendance totalitaire de la gauche qui a toujours voulu faire le bien des peuples (malgré eux). Cette politique revient à imposer aux individus de vivre avec des gens avec ils n’ont pas envie de vivre et à faire cohabiter des ethnies, des cultures, des religions différentes.

Au fond, nos gouvernants, qui adorent brandir l’égalité, pensent sans doute que les individus sont interchangeables. Ce n’est pas en les mettant à proximité les uns des autres qu’on va produire un individu synthétique, mélange de toutes les cultures.

 Le fait que les autorités rappelle sans cesse au « vivre ensemble » montre finalement qu’il n’est plus de mise comme le relève Alain Finkielkraut dans son ouvrage « L’identité malheureuse ». A titre d’illustration, les ministres de Georges Pompidou n’évoquaient jamais le « vivre ensemble ». Nul besoin, cela paraissait évident à l’époque.

Cette politique a même été réfutée par le député socialiste Malek Boutih "ce que refusent les maires, de gauche comme de droite, (…) c'est d'attirer une population islamiste ", ajoutant qu'on ne fera "pas disparaître les foyers radicaux en les disséminant" cité dans le Figaro du 22 janvier 2015. Les poudrières ethniques, religieuses du monde ont amenés au contraire à séparer les civilisations (la Yougoslavie a été divisée, les grecs ont été exfiltrés par centaines de milliers de Turquie, la séparation du Soudan, de l’Inde et du Pakistan ont provoqué des millions de morts etc …). Les enseignements de l’histoire devrait inciter à appliquer le principe de précaution, à ne pas jouer aux apprentis sorcier avec la matière humaine.

En pratique, la politique de mixité sociale a toujours échouée car, comme l’a montré, Christophe Guilluy dans son ouvrage « La France périphérique », les français fuient les banlieues où ils ne sentent plus chez eux.

Par ailleurs, en matière éducative, les familles essaient de fuir le collège affecté par la carte scolaire s’il est dans un quartier défavorisé pour inscrire leurs enfants dans un établissement mieux situé.

Les pouvoirs publics ont massivement investi dans le logement social ces cinquante dernières années. Plus de 50 milliards d’euros sont prélevés tous les ans par l’État et les collectivités locales pour la construction du logement social (source IREF) soit plus de 2% du PIB ce qui est considérable.. Cet effort  considérable n’eut aucun effet sur la mixité car il a constitué un appel d’air indirect à l’immigration (via notamment le regroupement familial). Au contraire, il a eu pour conséquence de favoriser le communautarisme. 

Tant que les français bénéficieront de quelques libertés, il voteront – avec les pieds - contre la « mixité sociale ». Ainsi des tentations vaguement totalitaires comme la politique de peuplement apparaissent à gauche au vu de ces résistances « insupportables ».

Comment expliquer ces échecs, quelles sont les lacunes françaises ?

Fabien Truong : Tout d’abord, il n’y a pas que des échecs et des problèmes, et cela il faut aussi le dire et le montrer. Les incendies de 2005 ont été exceptionnels mais il ne faudrait pas qu’ils fassent non plus écran de fumée. Il y a aussi des ressources et des atouts dans les familles de milieu populaires qui existent, malgré le fatalisme ambiant. Il y aussi des choses qui tiennent. C’est notamment ce que je montre dans mon enquête Jeunesses françaises. Bac +5 made in banlieue. Dans ce livre, je suis, entre 5 et 8 ans, une vingtaine de jeunes qui ont été mes élèves lorsque j’étais enseignant en ZEP et qui ont poursuivi leurs études après le bac, avec plus ou moins de “succès”. Mais encore une fois, la notion de “succès” est très relative. Il y a ceux qui vont jusqu’au bac+5, mais si on prend par exemple, Kader  c’est un jeune qui rêvait de faire de longues études et de travailler en chine après le bac. Il n’arrivera pas à valider sa licence, connaîtra deux années de précarité très dure, et réussira, au bout de 5 ans, un concours pour entrer dans la SNCF. Il est désormais cheminot. Un métier dans lequel il s’investit beaucoup, puisqu’il souhaite passer les concours de promotion interne. A-t-il réussi? A-t-il échoué? Les réponses changent à 18 ans, à 23 ans… Et est-ce finalement la bonne question ? Néanmoins – et il est représentatif de nombreux parcours, il a trouvé sa place dans la société et a construit son chemin, en partant d’un milieu modeste et d’un quartier stigmatisé. Et pour le coup, s’il y a quelque chose de peut-être très “français”, c’est le fait d’établir des verdicts définitifs, très tôt. Par exemple, quand les élèves quittent le lycée et que je passe à l’enquête, il va s’avérer que, malgré toutes mes bonnes intentions, dans un cas sur deux, je me suis complètement trompé sur leur devenir, c’est très révélateur ! Le regard fixiste sur la banlieue dont je parlais, est aussi le produit d’un système scolaire qui enferme très tôt les individus dans des cases. Or, les trajectoires sont justement rarement rectilignes car les épreuves sont plus nombreuses quand on part du bas de la société. Et cela n’a rien à voir avec “la banlieue” en soi, mais renvoie à un modèle de société que la pénurie d’emploi et un système scolaire élitiste survalorisé obligent à interroger. Trouver des boucs émissaires ne suffira pas.

Zohra Bitan :  L'échec en France est le suivant : on a toujours considéré que les populations issues de l'immigration étaient des populations à part et qu'il fallait les traiter à part avec des mesures différentes. C'est l'histoire d'un couple diabolique, celui de l'Etat français et de ses populations, chacun s'est contenté de peu. Aujourd'hui la situation explose. Il fallait avoir une exigence à la même hauteur de chaque français car ils sont Français. On a préféré tenir un discours colonialiste, considérant qu'ils ne pouvaient rien faire, qu'il fallait les plaindre… Le courage manque. Je ne suis pas optimiste quant à la suite. La situation économique est très mauvaise. Et ce rajoute maintenant comme étendard identitaire la religion. C'est un droit, je n'ai rien contre, mais il ne s'agit pas d'une identité, c'est de l'ordre du privé. Ce n'est pas en demandant leur part d'effort à ces jeunes de zones sensibles qu'on les violente, c'est en ne le leur demandant pas qu'on les dessert.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

05.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

07.

Renault en plein chaos post Ghosn

01.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

04.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

05.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

06.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

04.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

05.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
La science
- 21/10/2015 - 21:23
Ce n'est pas une question de travail
Ce n'est pas une question de travail : je ne dis pas cela
Ganesha
- 21/10/2015 - 17:50
Changement de Société
Ce genre d'article paraît régulièrement sur Atlantico. Aujourd'hui, au moins, les auteurs reconnaissent que le problème essentiel, c'est de trouver du travail… Pas facile ! Le CV anonyme ? Personnellement, j'attends le changement de société, lorsque cette saloperie de système Reagan-Thatcher-Merkel aura enfin débarrassé le plancher !
zouk
- 21/10/2015 - 13:29
Quartiers "difficiles"
Que de bon sens dans les propos de Zohra Bitan et Fabien Truong! Une fois de plus nous constatons l'échec des politiques, très coûteuses, menées d'en haut (le Gouvernement) au nom de l'égalitarisme; Elles ne marchent pas: pourquoi ne pas confier aux intéressés, encadrés par des gens comme Zohra Bitan la tâche de définir eux mêmes les solutions souhaitables, il n'est pas certain que le budget en souffrirait et plus probablement atteindrait des résultats meilleurs pour une dépense moindre