En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

03.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

04.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

05.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

06.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

07.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

ça vient d'être publié
light > Insolite
L'habit ne fait pas le moine
Elle simule un voyage à Bali depuis Ikea
il y a 11 heures 10 min
pépites > International
La gestion politique du Coronavirus
Un avocat chinois arrêté pour avoir critiqué la gestion de l'épidémie par les autorités
il y a 11 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "Le fantôme d'Aziyade" de Pierre Loti : Quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 14 heures 21 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 15 heures 57 min
décryptage > Société
Engagez-vous qu'ils disaient

Piot Pavlenski : artiste, voyou, les deux ?

il y a 17 heures 50 min
décryptage > Politique
Honneur au courage malheureux

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

il y a 18 heures 34 min
décryptage > Economie
Jalousie

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

il y a 18 heures 58 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite : le secteur de l‘assurance fait le pari d’être moins cher et plus efficace que la sécurité sociale ...

il y a 19 heures 34 min
décryptage > Politique
Post Griveaux

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

il y a 21 heures 19 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 1 jour 12 heures
pépites > International
Le Camp des saints
La population grecque redoute l'invasion migratoire
il y a 11 heures 33 min
pépites > Politique
Nouveau rebondissement
La compagne de Piotr Pavlenski mise en examen
il y a 12 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Tu seras un homme, mon fils" de Pierre Assouline : Un portrait inattendu, saisissant et remarquable de Rudyard Kipling

il y a 14 heures 50 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

il y a 17 heures 18 min
décryptage > Politique
A l'école du politique

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

il y a 18 heures 6 min
décryptage > Religion
Pas d'amalgames

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

il y a 18 heures 34 min
décryptage > Politique
Pas d'union à l'horizon

Municipales : Marine Le Pen maintient sa fervente opposition à l’union (locale) des droites

il y a 19 heures 13 min
décryptage > Société
Je t’aime moi non plus

Liaison fatale : avoir ou ne plus avoir un smartphone, telle est la question

il y a 20 heures 52 min
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 1 jour 12 heures
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 1 jour 13 heures
© Reuters
La dégradation continue du marché du travail depuis 2008 complique sérieusement l'insertion des jeunes, même s'ils sont diplômés du supérieur.
© Reuters
La dégradation continue du marché du travail depuis 2008 complique sérieusement l'insertion des jeunes, même s'ils sont diplômés du supérieur.
Acharnement

Pourquoi la France s’obstine à former des jeunes qui ne trouveront pas de travail (ou du moins pas celui qu’ils souhaitent)

Publié le 12 octobre 2015
D'après une étude réalisée par l'Apec et publiée jeudi 1er octobre, 40% des jeunes diplômés sont toujours sans emploi un an après leur sortie d'études. Et la situation tend à s'aggraver ces dernières années.
Yannick L’Horty est Professeur à l’Université Paris-Est, directeur de la fédération de recherche « Travail, Emploi et Politiques Publiques » du CNRS.Il est spécialiste du marché du travail et de l’évaluation des politiques publiques dans le domaine de l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yannick L’Horty
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yannick L’Horty est Professeur à l’Université Paris-Est, directeur de la fédération de recherche « Travail, Emploi et Politiques Publiques » du CNRS.Il est spécialiste du marché du travail et de l’évaluation des politiques publiques dans le domaine de l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D'après une étude réalisée par l'Apec et publiée jeudi 1er octobre, 40% des jeunes diplômés sont toujours sans emploi un an après leur sortie d'études. Et la situation tend à s'aggraver ces dernières années.

Atlantico : Quels sont les secteurs sans réels débouchés ?

Yannick L'Horty : Oui, la dégradation continue du marché du travail depuis 2008 complique sérieusement l'insertion des jeunes, même s'ils sont diplômés du supérieur. Le phénomène est global et touche tous les secteurs d'activité et tous les domaines professionnels, même si certains secteurs et certains métiers sont moins pénalisés que d'autres. Les filières qui résistent le mieux sont celles qui ont le plus développé l'alternance et qui ont des objectifs professionnels bien ciblés. Les filières de formation qui offrent le moins de débouchés sont aujourd'hui plus qu'hier les filières les plus généralistes qui sont dépourvues de cibles professionnelles avérées. La situation la plus difficile est celle des étudiants à l'Université qui ont échoué en licence. 

Les jeunes diplômés ayant trouvé un emploi exercent-ils dans leur domaine d'étude ?

Il est de plus en fréquent que les jeunes acceptent un emploi que l'on peut qualifier d'alimentaire à défaut d'avoir trouvé immédiatement un emploi dans leur filière de formation et en adéquation avec leur niveau d'étude. Beaucoup de jeunes acceptent aussi un déclassement, c'est-à-dire un emploi qui ne requiert pas leur niveau d'étude, tandis que d'autres acceptent un emploi de mauvaise qualité en dehors de leur filière de formation, en attendant de trouver mieux. Il est logique que ces stratégies deviennent plus fréquentes en temps de crise. La difficulté pour ces jeunes est de maintenir leur effort de recherche pour leur premier choix d'emploi afin de parvenir à se rapprocher progressivement de leur cible. Mais c'est de plus en plus difficile.  

Les diplômés de l'université sont ceux qui souffrent le plus de l'absence d'emploi alors que François Hollande vise 60 % d’une classe d’âge dans l’enseignement supérieur dans dix ans. Comment expliquer que certaines filières soient encore promues alors que les résultats ne sont pas bons ?

L'université ne joue pas à arme égale dans la concurrence exacerbée avec les écoles. Elle ne sélectionne pas les étudiants à l'entrée, y compris dans les filières très attractives à capacité limitée. C'est l'application informatique APB (admisssion post-bac) qui détermine de façon très opaque les listes d'admis. L'admission à l'Université ne tient compte ni des débouchés professionnels, ni des capacités réelles des bacheliers à suivre telle ou telle filière. Ce système dans son ensemble conduit à un problème massif d'orientation. Les universités font beaucoup d'effort pour s'adapter, avec parfois un dévouement et un engagement réel pour développer de nouvelles filières avec des débouchés professionnels concrets. Mais c'est le système dans son ensemble qui créé les difficultés et qui provoque l'échec élevé en licence et les difficultés des étudiants à s'insérer. En l'absence d'une vraie réforme, ces difficultés ont de bonne chance de perdurer. 

Dans ce contexte, quelles perspectives pour les jeunes sur le marché de l'emploi dans l'avenir ?

Certains domaines de formation ont des perspectives structurellement favorables, comme les professions de santé, le métier d'avocat, le développement informatique. D'autres vont bénéficier d'un retournement du cycle macroéconomique. Le bon revers de la médaille est que l'on sait que les jeunes seront les premiers à bénéficier de la reprise, surtout dans les secteurs qui sont les plus cycliques et pour les domaines professionnels qui sont les plus sensibles aux retournements conjoncturels. Il y aussi des filières qui peuvent offrir une position de refuge en attendant la reprise, c'est le cas des emplois publics, qui sont mal connus et des possibilités de poursuite d'études, qui méritent d'être explorés dans le contexte actuel. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

03.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

04.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

05.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

06.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

07.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tubixray
- 12/10/2015 - 12:14
Université =décharge publique
50 % des étudiants la quittent sans diplôme et 50 % des diplômés ne trouveront jamais d'emploi. Merci aux filières lettres, sciences humaines, arts ... seuls les professeurs y ont un emploi !!!!