En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Reuters
Budget : les deux mensonges insupportables du gouvernement.
L'Edito de Jean-Marc Sylvestre
Budget : les deux mensonges insupportables du gouvernement
Publié le 06 octobre 2015
La discussion sur le budget 2016 ne servira à rien. C’est un budget électoral. Le gouvernement a présenté un plan d’économies pour ne pas fâcher Bruxelles mais il ne le tiendra pas. Il recommence à augmenter le nombre de fonctionnaires mais sans le dire à ceux qui n’ont pas la chance d’avoir un emploi à vie.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La discussion sur le budget 2016 ne servira à rien. C’est un budget électoral. Le gouvernement a présenté un plan d’économies pour ne pas fâcher Bruxelles mais il ne le tiendra pas. Il recommence à augmenter le nombre de fonctionnaires mais sans le dire à ceux qui n’ont pas la chance d’avoir un emploi à vie.

L’exercice budgétaire est toujours un numéro de cirque. On hésite entre le numéro d’équilibriste et celui d’illusionniste. Le projet de Budget 2016 affiche les deux numéros vedettes à la fois.

Premier numéro, celui d’équilibriste. Le gouvernement avait promis de longue date, à la Commission de Bruxelles, de réaliser 50 milliards d’économies entre 2014 et 2016. C’était une promesse qui marquait notre engagement européen. Mercredi, lors de la présentation du projet de loi de Finances, le ministre du Budget confirme ses engagements. Il y aura bien 50 milliards d’économies sur les dépenses. Et pour arriver à cet objectif, il fixe un taux de croissance-cible et un taux d’inflation qui vont paraitre, de toute évidence, trop optimistes. Trop généreux.

Pour couronner le tout, les économies environ 16-17 milliards d'euros, ne sont pas identifiées et chiffrées. La presse spécialisée s’en émeut, les Parlementaires se mettent à grogner et Bruxelles interroge la Cour des comptes qui dit aux fonctionnaires européens qu’ils ont eu raison de s’interroger. Tout le monde est dans son rôle.

Sentant les ennuis arrivés, Bercy modifie un peu sa copie. Bercy lime un peu le taux d’inflation, c’est politiquement plus correct que le taux de croissance et ça se voit moins, et révise à la baisse les économies faisables pour 2015 et pour 2016. Problème, il manque 3 ou 4 milliards pour atteindre l’objectif de 50 milliards en 2016.

Du coup, on repousse discrètement l’objectif à 2017. Le sacrosaint chiffre de 50 milliards est sauvé. On atteindra l’équilibre mais pas à la date prévue. Tout le monde est mécontent mais tout le monde est fatigué de batailler pour un budget dont le seul objectif est d’aller aux élections. On ira aux élections.

Second numéro, celui d’illusionniste. Dès son arrivée, mais sans trop le crier, François Hollande avait décidé de poursuivre l’entreprise d’allègement des effectifs de la fonction publique. Seul moyen de diminuer les dépenses puisque les salaires des fonctionnaires représentent 80 % des dépenses de l’Etat.

Depuis 2011, Nicolas Sarkozy avait pris des dispositions assez courageuses qui consistaient à ne pas remplacer un fonctionnaire sur deux à égalité de service. Et ça marche. En 2011, les effectifs de la fonction publique d’Etat ont diminué de 60.000. En 2012, de 25.000.

En 2013, le gouvernement va mollir un peu dans son engagement en allégeant les effectifs de 7700 seulement, alors que l’on est plus au plus fort de la crise. En 2014, on cède sur 2400 suppression de postes seulement. La messe est dite.

François Hollande, qui a déjà amorcé son soi-disant virage social-libéral, prépare le CICE. Mais en même temps, il s'affranchit, sans le crier sur les toits, de cette règle du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux. La Cour des comptes est folle furieuse contre l’Etat qui est revenu sur cet effort. Résultat, en 2016, l’Etat créera 8304 postes de fonctionnaires. C'est dans le Budget.

Ce qui est fort dans ce tour de passe-passe, c’est que le gouvernement affirme que l’augmentation des effectifs portera sur la défense nationale pour enrayer les risques du terrorisme. Personne ne bronche. Sauf que le terrorisme offre une excuse facile. François Hollande a abandonné les engagements de rigueur dans la gestion des effectifs bien avant les attentats de janvier 2015.

Toujours est-il que ça dérape de partout. A la Défense, pour renforcer la lutte contre le terrorisme, à l'Education nationale, à la Justice et au ministère de l’Ecologie.

La Cour des comptes doute fortement de l’utilité de ces créations d’emplois d’autant que parallèlement, les collectivités locales ont, elles aussi, augmenté leurs effectifs.

Pour tous les observateurs, l’intérêt est purement politique. La fonction publique étant le cœur de l’électorat de gauche. L’objectif à un an de la présidentielle, c'est évidemment de montrer à cet électorat que l’on ne l’abandonne pas. Ce que le ministre de l’Economie, Emmanuel macron veut retirer d’une main pour des raisons d’efficacité et de compétitivité globale, on le rend de l’autre main pour empêcher une évaporation totale de la pseudo-majorité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
03.
Loi Alimentation : sans surprise, les effets pervers s'accumulent
04.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
05.
L’arrestation d'un journaliste qui montre que Poutine contrôle beaucoup moins la Russie et ses services de renseignement qu’on l’imagine depuis l’étranger
06.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
07.
Le sondage qui montre que les sympathisants de LREM se situent de plus en plus à droite
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
05.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
06.
Déjà 10 ans de croissance record aux Etats-Unis : voilà les erreurs françaises et européennes qui nous en ont privé
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
SOS partis disparus : quand la démocratie française s’abîme dans une crise d’immaturité collective
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Emmanuelle Mignon, proche de Nicolas Sarkozy, qualifie Emmanuel Macron de "meilleur président de droite qu'on ait eu depuis un certain temps"
06.
La droite après Les Républicains
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
D'AMATO
- 07/10/2015 - 14:47
La meilleure nouvelle c'est...
....qu'il ne leur reste que19 mois pour continuer à démolir le Pays....
Du moins on l'espère.
Benino
- 07/10/2015 - 13:45
Un nain content de lui : Zigou Zag rit des sans-dents
Menteurs, tricheurs, illusionnistes les Pieds Nickelés sont contents du travail de sape du Machiavel de l'Elysée Palace et ils rigolent avec lui des gueules cassées. Aussi je me permets de leur dédicacer ma ballade aux sans dents.
Ô monsieur Président qui des chicots moquez
N'ayez le cœur vilalain contre nous si petits
Car sans pitié de nous pauvres vieux édentés
Les urnes vous sortiront des Palais de Paris
19 mois, putain !
scrat75
- 06/10/2015 - 15:38
En sortir ?
C'est simple en ayant le courage de les dénoncer publiquement.
Je ne désespère pas qu'un homme politique providentiel le face prochainement