En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
L'alliance de Bertrand Delanoë et des écologistes à Paris n'a pas permis de résoudre les problèmes de circulation de la capitale.
Cause à effet
Les dures leçons de 10 ans de gouvernance PS/Verts à la mairie de Paris...
Publié le 01 décembre 2011
Pour imaginer, la politique énergétique de la France en cas de victoire de François Hollande et de mise en oeuvre de l'accord PS/ EELV, il suffit d'étudier la mise en œuvre de la politique de circulation de Bertrand Delanoë et de ses alliés verts à Paris.
Serge Federbusch est président du Parti des Libertés, élu conseiller du 10 ème arrondissement de Paris en 2008 et fondateur de Delanopolis, premier site indépendant d'informations en ligne sur l'actualité politique parisienne.Il est l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch est président du Parti des Libertés, élu conseiller du 10 ème arrondissement de Paris en 2008 et fondateur de Delanopolis, premier site indépendant d'informations en ligne sur l'actualité politique parisienne.Il est l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour imaginer, la politique énergétique de la France en cas de victoire de François Hollande et de mise en oeuvre de l'accord PS/ EELV, il suffit d'étudier la mise en œuvre de la politique de circulation de Bertrand Delanoë et de ses alliés verts à Paris.

Horreur et consternation ! La polémique sur l’accord Verts/PS sur le nucléaire a permis à un certain Denis Baupin, chargé des questions de transports à la mairie de Paris sous la première mandature de Bertrand Delanoë, de faire parler de lui. Cet individu est en effet le « négociateur » de ce compromis, côté écologistes.

Si l’on en juge par les résultats qu’il a obtenus à la mairie de Paris en mettant en œuvre son ambition de réduire la place de l’automobile, on ne peut qu’être inquiet au plus haut point en les transposant à son nouvel objectif de diminution de la place du nucléaire.

Qu’ambitionnaient en effet les Verts, en 2001, avant de s’emparer du traitement des questions de circulation à Paris ? Améliorer les conditions de transport dans le métro, créer un « métro de surface » en densifiant le réseau de bus et en inaugurant des tramways et faire baisser la pollution et la circulation des véhicules motorisés.

Dix ans et plus de six milliards d’euros plus tard (cinq milliards pour les innombrables aménagements de voirie qui ont éventré les rues de Paris, un milliard pour le tramway sur les boulevard des Maréchaux) quels sont les résultats ?

Les écolos-socialistes de la mairie ne s’en vantent pas mais, si l’on se réfère aux derniers chiffres publiés par l’Observatoire des déplacements parisiens (un organisme pourtant municipal) de 2000 à 2009, le nombre de passagers qui empruntent les bus n’est passé que de 357 millions à 387 millions soit une progression totale de 8, 4 % ce qui fait donc une augmentation insignifiante de moins de 1 % par an. Pendant ce temps, le métro, pour lequel aucun investissement financier significatif n’a été fait par la mairie en 10 ans, car il est moins visible et ne permet pas de communiquer autant que les travaux de surface, a vu son utilisation augmenter de 18, 7 %, plus du double ! La politique dite des « couloirs de bus » et autres « axes civilisés », nonobstant son coût gigantesque, a donc été un échec cuisant. Il faut dire que les bus, ensuqués dans la mélasse de la circulation, ne sont guère attrayants.

Pour autant, le trafic automobile a-t-il été réduit, comme l’espéraient les sociaux-verdistes ? Les statistiques fournies ne font état que d’une baisse de la circulation de 2, 7 % en moyenne sur les 9 mêmes années, ce qui n’est guère plus que ce qui était observé sous Jacques Chirac et  Jean Tibéri. Mais, surtout, ces chiffres excluent les deux-roues motorisés, sur lesquels se sont rabattus beaucoup de ceux qui étaient excédés des embouteillages et de l’état du métro : + 34, 6 %. Et, pis encore, ces statistiques sont trompeuses car elles évaluent le trafic automobile en retenant le nombre de voitures qui passent en une heure sur une section d’un kilomètre de voirie. Dans ces conditions, la baisse du nombre de véhicules observée s’explique pour près de la moitié par leur ralentissement. La vitesse de circulation a en effet été diminuée de 10, 4 %. Bref, là-aussi, un échec complet.

Enfin, pour parler de pollution, outre que sa réduction est largement le fait des nouvelles motorisations et des nouveaux carburants, on constate que le nombre de jours de pics ne baisse pas et que, pour les éléments les plus nocifs (dioxyde d'azote, particules fines et ozone), l’échec est total. Pour une raison simple : le ralentissement du trafic et le passage aux deux-roues motorisés contrecarrent ces belles annonces.

Essayons maintenant de transposer ce triste bilan au projet des écosocialistes pour le nucléaire, noyau dur de leur accord électoral, tout comme la politique de transports fut le cœur de leur dispositif programmatique lors des élections municipales de 2001.

Là aussi, il s’agirait de diminuer les risques pour la santé et la sécurité publiques. Mais l’impact de l’usage des énergies fossiles et de leur conséquence en émission de CO2 est escamoté.

Comme pour les mirifiques annonces sur les bus et tramways, les Verdosociaux évoquent des effets de substitution largement incantatoires : le secteur des énergies renouvelables serait spectaculairement stimulé et des centaines de milliers d’emplois créés. Pourtant, l’absence de régularité de la production électrique par le vent, le soleil et l’eau ne justifie aucunement ces calculs hasardeux, tout comme elle ne peut augurer d’un boom économique qui s’ensuivrait et qui relève de l’économie-vaudou. Du reste, Verts et socialistes ne s’accordent déjà pas sur le diagnostic de la situation actuelle. Alors que François hollande, dans une tribune publiée dans « le Monde » le 28 novembre, mentionne 40 000 emplois déjà existants dans la filière des énergies renouvelables en France, le communiqué commun du « Réseau sortir du nucléaire » de Greenpeace et de la mouvance verte publié la veille se réfère à un chiffre de 135 000 ! Qui croire ? Les mêmes approximations entachent leurs calculs pour le futur.

Cette politique destructrice de richesse est fondée sur des paris plus qu’audacieux et n’a en réalité de sens que dans l’acceptation d’une situation dite de « décroissance », nouveau nom de l’appauvrissement.

Le mélange de dogmatisme, de « pensée magique » et de mauvaise foi qui a caractérisé la mise en œuvre de la politique de circulation de Bertrand Delanoë et de ses alliés verts à Paris est donc prêt à resservir à l’échelle nationale pour l’enjeu stratégique de l’énergie. Quand on revient sur le coût monumental de la première, qui n’a pu être financée que par une hausse brutale de la fiscalité et un triplement de la dette parisienne en onze ans malgré la divine surprise de la hausse des droits de mutation liée à celle des prix immobiliers, on ne peut que s’inquiéter de voir ces apprentis sorciers approcher leurs baguettes de nos sources d’approvisionnement énergétique et de notre avenir économique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
02.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
03.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
04.
Gilets Jaunes : des échauffourée avec la police, des voitures brûlées et des magasins pillés
05.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
06.
Cette fâcheuse addiction du monde contemporain à la pornographie émotionnelle
07.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
fms
- 02/12/2011 - 10:25
@Sheldon
Prends un vélo et essaye de circuler dans les voies de bus... viens ensuite nous raconter ton expérience de lenteur et de queues-de-poisson ;o)
Pour survivre à vélo, il faut être vu. Le champs de vision humain étant ce qu'il est, il faut être devant les automobilistes.
Quant aux cyclistes qui ne respectent pas le code de la route, il existe quelques policiers qui encore font leur travail.
Alex de M.
- 02/12/2011 - 09:41
Fabuleuse photo !
«Si le visage est le miroir de l'âme, alors il y a des gens qui ont l'âme bien laide. »
Gustave Flaubert
.
Il faisait une imitation de Dracule ?
quesako
- 02/12/2011 - 00:26
Non pollueur, mais très dangereux le "bobo parisien" en vélo
Cette race nouvelle de bobo, prête à se mettre en travers la chaussée pour interdire aux autos de passer en ville, file, cheveux au vent (non teints en général pour Mme bobo), n'importe où, y compris sur les trottoirs en ne s'occupant pas des piétons.
Et pour bien faire ch... ils adorent rouler en plein milieu des couloirs de bus, et là, plutôt lentement, il faut bien gêner ceux qui travaillent !