En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© Reuters
Les personnes à domicile ne bénéficieront pas d’aides financières plus importantes.
Le strict minimum

Loi sur le vieillissement : un manque d’ambition que nous paierons cash

Publié le 17 septembre 2015
En dépit du volontarisme de l’exécutif sur l'adaptation de la société aux populations âgées, les propositions débattues mercredi 16 septembre au Sénat pourront au mieux que rattraper un retard important en la matière.
Romain Gizolme dirige l'AP-PA (l'association des directeurs au service des personnes âgées). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Romain Gizolme
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Romain Gizolme dirige l'AP-PA (l'association des directeurs au service des personnes âgées). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En dépit du volontarisme de l’exécutif sur l'adaptation de la société aux populations âgées, les propositions débattues mercredi 16 septembre au Sénat pourront au mieux que rattraper un retard important en la matière.

Atlantico : Mardi 15 septembre, le projet de loi concernant l'adaptation de la société au vieillissement est passé en deuxième lecture au Sénat. A l'issu de la séance, professionnels et politiques ont critiqué son manque d'ambition. Pourtant, cette loi prévoit une augmentation des moyens attribués aux personnes dépendantes via l'allocation personnalisée d'autonomie, la prévention de la perte d'autonomie, une lutte plus aiguisée contre les suicides... Ne représente-t-elle pas pourtant une certaine avancée ?

Romain Gizolme : Ce projet apporte en effet quelques améliorations (adaptation de logements, droit aux répit des aidants…). Celles-ci restent néanmoins extrêmement modestes au vu des enjeux et attentes des personnes âgées, de leurs familles et des professionnels.

La revalorisation de l’APA (allocation personnalisée d'autonomie) par exemple peut paraitre aller dans le bon sens. Cependant compte tenu de l’augmentation de la part de population pouvant y prétendre, cette dite revalorisation ne va en fait que quasi permettre de couvrir les demandes. Ainsi les personnes à domicile ne bénéficieront pas d’aides financières plus importantes (selon certains calculs cela représentera au mieux pour les personnes les plus fragilisées 2.5h de plus d’accompagnement par mois !). Simplement, plus de personnes percevront l’APA ; mais elles ne seront quasi pas mieux accompagnées qu’aujourd’hui.

La rapporteuse socialiste du texte de loi l'a qualifié "d'intellectuellement frustrante" bien qu'elle constitue une "jolie loi". Un certain nombre d'enjeux ont-ils été écartés du texte ? Ces failles seront-elles d'ores et déjà visibles à court terme ?

Compte tenu des moyens qui y sont alloués, ce projet n’a d’ambitieux que son titre. A moyens modestes, effets modestes. Il ne traite en rien le problème majeur que constitue le coût payé par les personnes âgées et leur familles, à domicile comme en établissement, alors que c’est l’une des principales préoccupations.

Il ne règle pas plus la crise majeure que subit actuellement le secteur de l’aide à domicile qui, sous tarifé par les pouvoirs publics, se voit obligé de salarier des personnels peu qualifiés (souvent à temps partiel, dont les salaires sont gelés depuis plusieurs années), voire de cesser leur activité alors que la France connait une courbe du chômage toujours croissante.

D'après les professionnels de la santé, afin d'être complet, le budget de la loi aurait dû avoisiner les 3 milliards d'euros. Or, les fonds qui y sont consacrés sont bien inférieurs. S'agit-il d'un manque de volonté ou bien est-ce en lien avec les manques de moyens des départements et de la sécurité sociales, les deux principales sources de financement ?

Couvrir les besoins et répondre aux attentes des personnes âgées représenterait un investissement de 3 à 9 milliards... Des possibilités de financements existent. En 2011, le Conseil Economique Social et Environnemental (CESE) avait, à l’unanimité, dégagé des pistes de financements (instauration d’une taxe sur les successions).

En 2013, une nouvelle taxe, la CASA (Contribution Additionnelle Solidarité Autonomie), a été créée et depuis payée par les personnes âgées. Celles-ci n’en ont d’ailleurs pas bénéficié puisque depuis 2013 cet argent est détourné de son but initial l’aide à l’autonomie pour abonder le minimum vieillesse. Additionné aux sommes reprisent chaque année à la CNSA depuis sa création au bénéfice de l’assurance maladie, l’ensemble de ces crédits représentent pas moins de 4,5 milliards d’euros qui n’ont pas été investis dans l’aide aux personnes âgées. L’AD-PA, de son côté, a proposé aux pouvoirs publics un Plan Emploi Autonomie (PEA) représentant 7 milliards d’euros (cf doc joint)

Ces éléments montrent bien qu’il s’agit de choix politiques et non de moyens.

Un deuxième volet concernant l'adaptation des établissements hébergeant les personnes âgées a été abandonné pour le moment. Sans ce deuxième volet, la loi peut-elle avoir un impact sociétal ? Au-delà du projet de loi en lui-même, la thématique du vieillissement n'est-elle pas régulièrement mise de côté par les politiques tout comme les citoyens ? N'est-ce pas la raison même pour laquelle les financements sont limités ?

Notre société, volontiers jeuniste, fait en effet souvent preuve de trop peu d’attention à l’égard des personnes âgées. L’âgisme, discrimination par l’âge, à l’inverse du sexisme, du racisme, de l’homophobie, …, reste encore très banalisée et acceptée.

Petites améliorations à domicile, vit en établissement laissée de côté, ce projet laisse penser que l’Etat qui accumule, des retards depuis plus de vingt ans dans ce secteur, n’a pas pris la mesure du potentiel que représente l’aide aux personnes âgées.

Alors même que le chômage est croissant, un investissement significatif dans ce secteur pourrait créer plusieurs centaines de milliers d’emplois au bénéfice de nos concitoyens les plus âgées qui seraient ainsi mieux accompagnés comme des plus jeunes qui se verraient proposer des possibilités de postes pérennes.

Parce qu’un investissement social dans le secteur serait un puissant facteur de cohésion social, l’AD-PA a proposé son PEA aux pouvoirs publics : 7 milliards d’euros pour 200.000 emplois créés.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

Quand Jeff Bezos affirme à ses employés qu’"Amazon fera faillite, car Amazon n’est pas immortelle"

05.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

06.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

03.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

04.

Cet autre mal Français qui se cache derrière le recul de la liberté d’expression en France

05.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

06.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tubixray
- 18/09/2015 - 09:02
Nous seront tous des vieux un jour....
.... si Dieu nous prête vie. Quant on sait que nous vivons très vieux mais très grabataires alors que pour la plupart des européens on vit peu moins vieux mais beaucoup plus valide on se demande une fois encore ou passe tous l'argent qui nous est prélevé au titre de la "solidarité". Un thème que devrait méditer notre prochain président.
MGPresse
- 17/09/2015 - 11:03
du viagra pour les vieux ?
"Petites améliorations à domicile, vit en établissement laissée de côté", je viens de lire l'article sur la déperdition d'orthographe grâce à beaucoup dont Atlantico. Celle-là est assez embarrassante. D'autant que le vit passe le genre au féminin ("laissée de côté), trahissant ainsi l'origine hispanique de l'auteur (qui prononce le "v" comme un "b").
vangog
- 17/09/2015 - 10:42
529 millions pour les clandestins...
Et 77310 logements sociaux payés, à vie, par le con-tribuable français, mais rien pour nos vieux-de-souche !...y'a pas un problème (gauchiste), là?...