En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

03.

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

04.

Des pirates informatiques anonymes alertent sur les risques de logiciels espions qui seraient présents dans TikTok

05.

Psychose collective : ces énormes progrès environnementaux que ne veulent pas voir les déprimés de la planète

06.

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

07.

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Leçons du remaniement

Alerte enlèvement : mais à quoi sert le MoDem ?

il y a 28 min 38 sec
décryptage > Economie
Impact du coronavirus

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

il y a 1 heure 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contre les barbares" de Maurizio Bettini : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 14 heures 51 min
light > Justice
Bombes à retardement
Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein
il y a 15 heures 53 min
pépites > Politique
Confiance des citoyens ?
Remaniement : les Français approuvent le choix des ministres du gouvernement de Jean Castex mais ne se font pas d'illusion sur la politique qu'ils mèneront
il y a 17 heures 43 min
pépite vidéo > Justice
Ministre de la Justice
Eric Dupond-Moretti : "Mon ministère sera celui de l’antiracisme et des droits de l’Homme"
il y a 20 heures 12 sec
décryptage > Environnement
Bonne méthode

Parc éolien dans le Groenland, une double bonne idée pour l’énergie verte

il y a 21 heures 18 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

L'impérialisme turc à l'assaut de la Libye

il y a 21 heures 59 min
décryptage > Sport
Activité physique

Et les sports les plus tendances de l’été 2020 sont...

il y a 22 heures 46 min
décryptage > France
Ordre Public

Sécurité : maîtriser la spirale de violences dans laquelle s’enfonce la France est-il vraiment hors de portée ?

il y a 23 heures 44 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

il y a 1 heure 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dé mem brer" de Joyce Carol Oates : un excellent recueil de 7 nouvelles cinglantes à propos de 7 femmes presque ordinaires

il y a 14 heures 38 min
pépites > International
Contaminations
Coronavirus au Brésil : le président Jair Bolsonaro a été testé positif
il y a 15 heures 25 min
light > Politique
Génération Covid
Emmanuel Macron a félicité les nouveaux bacheliers avec un message sur TikTok
il y a 16 heures 53 min
pépites > Santé
Cour de justice de la République
Coronavirus : l'enquête judiciaire de la CJR contre Edouard Philippe, Olivier Véran et Agnès Buzyn est ouverte
il y a 19 heures 24 min
décryptage > Environnement
Wiki Agri

Julien Denormandie : un proche d'Emmanuel Macron devient ministre de l'Agriculture

il y a 21 heures 2 min
décryptage > Environnement
Politique climatique

Le Pacte vert : le bon, la brute et le truand

il y a 21 heures 38 min
décryptage > France
Raison garder

Non ce n’est pas bien d’avoir tagué la fresque en hommage à Adama Traoré : il fallait juste la « contextualiser »

il y a 22 heures 23 min
décryptage > High-tech
Espionnage chinois ?

Des pirates informatiques anonymes alertent sur les risques de logiciels espions qui seraient présents dans TikTok

il y a 23 heures 4 min
décryptage > Politique
Castex 1

Un nouveau gouvernement qui envoie moult signaux... mais y aura-t-il des Français pour les détecter ?

il y a 1 jour 31 min
Branle-bas de combat

Le Liban, victime collatérale de la crise syrienne ?

Publié le 04 décembre 2011
Éternel otage de la guerre des axes régionaux et prisonnier d’un système politique hors d’âge, le Liban est à la merci d'une nouvelle déstabilisation de la part de son ennemi syrien.
Karim Emile Bitar
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Karim Emile Bitar est énarque, géopolitologue et consultant.ll est chercheur associé à l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques (IRIS), et  directeur de la revue L’ENA.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éternel otage de la guerre des axes régionaux et prisonnier d’un système politique hors d’âge, le Liban est à la merci d'une nouvelle déstabilisation de la part de son ennemi syrien.

La révolution populaire syrienne ne faiblit pas. Le nombre de déserteurs s’accroît et certains opposants, poussés à bout par le régime, commencent à agiter le spectre du recours aux armes. Hillary Clinton s’inquiète ouvertement des risques d’une guerre civile en Syrie. L’Arabie Saoudite, l’Iran, la Turquie et le Qatar sont tous en train de revoir leurs cartes. Le Liban ne dispose aucunement de l’immunité que lui procurerait une authentique union nationale et des institutions stables. Sera-t-il à nouveau déstabilisé ?

Le calme avant la tempête ?

Le calme plat qui règne au Liban depuis le déclenchement des révolutions arabes est pour le moins intriguant et paradoxal. Alors que toute la région est en ébullition, le pays du Cèdre, qui est ordinairement la caisse de résonance de la moindre petite querelle entre puissances régionales, semble aujourd’hui inerte et hors-jeu, sorti du temps et de l’histoire.

Alors que la plupart des autres pays arabes bénéficiaient d’une grande stabilité au prix de libertés sacrifiées, le Liban était au contraire un pays où les libertés et le pluralisme ont rarement été sérieusement remis en question, mais au prix d’une instabilité chronique et de perpétuels abandons de souveraineté. Le Liban semblait être une frêle embarcation, désordonnée, bigarrée et incapable de se fixer un cap, la Syrie semblait être une souveraine citadelle monolithique imposant ses quatre volontés ; le Liban un joyeux bordel libertaire ouvert à tous les vents, et la Syrie une mère maquerelle dominatrice et tyrannique.

Rôles inversés

Aux yeux des Libanais, dont le pays a toujours été un État tampon de la géopolitique internationale, livré aux intrusions et convoitises des puissances internationales et régionales dont la Syrie, il est donc assez ironique de voir que c’est aujourd’hui la Syrie elle-même qui est livrée au chaos, et que c’est sur son territoire que s’exerce aujourd’hui le jeu des puissances.

La Syrie baasiste ayant occupé le Liban de 1976 à 2005 et y ayant exercé son autorité avec cynisme et brutalité, certains libanais ont du mal à faire la nécessaire distinction entre le peuple et le régime syrien, et se réfugient dans un sentiment de schadenfreude : « Assad est entrain de goûter à sa propre médecine, et d’être pris à son propre jeu. »

Peut-être, mais il n’en reste pas moins qu’à travers l’histoire, le régime syrien n’a jamais été aussi dangereux que lorsqu’il avait le dos au mur. Face aux pressions internationales, le régime a l’habitude de se raidir et de frapper fort. Entre 2004 et 2007, une série d’attentats que beaucoup de libanais attribuent à la Syrie ont coûté (ou failli coûter) la vie, à une douzaine de personnalités politiques et de journalistes libanais.

Le régime syrien a beau être aux abois, sa capacité de nuisance demeure intacte. Un homme politique libanais réputé être le porte-parole officieux de Damas a déjà adressé à plusieurs reprises des menaces à peine voilées à la Force Intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL), qui compte un important contingent français.

Extension de la violence communautaire

Certaines mouvances politiques libanaises sont organiquement liées au régime syrien, et peuvent être directement activées par Damas. D’autres, comme le Hezbollah, proches de l’Iran, restent néanmoins des alliés stratégiques de la Syrie et lui sont liés par un devoir de reconnaissance pour le soutien passé. Parallèlement, la colère contre le régime syrien grandit dans la communauté sunnite libanaise. D’importants courants sunnites salafistes défilent quotidiennement dans la ville septentrionale de Tripoli (sic), appelant à la vengeance contre Bachar el-Assad, à quelques ruelles à peine du quartier alaouite.

Al Assad prendra-t-il le risque de déstabiliser le Liban alors que le gouvernement libanais actuel est largement dominé par les alliés de la Syrie ? Cela dépendra essentiellement de l’évolution des relations syro-irano-saoudiennes. Enferrées dans leurs paranoïas identitaires, et ayant développé chacune une mentalité de citadelle assiégée, les communautés libanaises sont plus que jamais sujettes à la clientélisation et à l’instrumentalisation par les puissances régionales. La marge de manœuvre du Courant du Futur de la famille Hariri par rapport à l’Arabie Saoudite n’est pas beaucoup plus grande que celle du Hezbollah vis-à-vis de ses protecteurs irano-syriens.

Au pays de tous les paradoxes, les Libanais rouspètent à longueur de journée contre leur classe politique, mais réélisent à intervalles réguliers les leaders féodalo-communautaristes maffieux qui les gouvernent. Plus de vingt ans après la fin de la guerre, les différents chefs de milice  poursuivent de l’intérieur leur œuvre de destruction de l’État, lequel est de plus en plus gangrené et impotent, alors que la société civile et les entreprises privées font preuve d’un remarquable dynamisme. Bien que fortement politisés, les Libanais ont, comme les Grecs et les Italiens, une formidable capacité à mener leurs vies et à danser sur un volcan en ne prêtant plus qu’une attention distraite aux comiques troupiers de leur classe politique. A ceci près qu’au Moyen-Orient, on a vite fait de passer du registre de la farce à celui de la tragédie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Chamaco
- 02/12/2011 - 12:48
Dès le premier paragraphe...
.. on devine l'orentation !
- "poussés à bout par l régime"... ça sent très fort la propagande du "c'est pas notre faute on nous y oblige !"
- "le recours aux armes par les opposants" : informez vous cher "analyste" des policiers et soldats sont tués chaque jour, vous êtes complètement déconnecté ? il y a même des vidéos !
--
inutile 'aller plus loin : Clinton craint la guerre civile ? vraiment ?