En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
Malgré un climat économique européen plutôt favorable au cours des derniers mois, la France n’est pas parvenue à en profiter.
Poker menteur
Les promesses de croissance de François Hollande lourdement rattrapées par la réalité
Publié le 04 septembre 2015
Pendant que François Hollande proclame une nouvelle fois que "la reprise est là", les chiffres continuent de lui donner tort, révélant l’incapacité structurelle du Président à anticiper et appréhender la situation économique du pays.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pendant que François Hollande proclame une nouvelle fois que "la reprise est là", les chiffres continuent de lui donner tort, révélant l’incapacité structurelle du Président à anticiper et appréhender la situation économique du pays.

Le 14 juillet dernier, François Hollande le répétait une nouvelle fois : "La croissance, elle est là", "tout doit être fait pour l’amplifier". Pourtant, du côté de la réalité, la situation semble différente. C’est ainsi que le cabinet Markit, qui mesure le niveau de confiance des acteurs économiques à travers son indice des directeurs d’achat, déclarait ce 3 septembre :

"L’essoufflement de la croissance en France est toutefois une source majeure d’inquiétude (pour la zone euro). L’Indice PMI (indice des directeurs d’achat) final se replie en effet en-dessous de son estimation flash et s’établit à un niveau indicatif d’une quasi-stagnation de l’économie française au troisième trimestre."

Malgré un climat économique européen plutôt favorable au cours des derniers mois, la France n’est pas parvenue à en profiter. Après un premier trimestre effectivement positif, à 0.7% de croissance, la stagnation française refaisait surface au second trimestre, avec un chiffre de 0%. Et c’est un nouveau chiffre de 0% qui paraît tendre les bras au pays pour ce troisième trimestre 2015. La réalisation de la prévision de croissance du gouvernement, fixée à 1% pour l’année 2015, ne pourra être réalisée qu’avec une amélioration de la conjoncture en fin d’année.

Or, et c’est là une nouvelle déception, la Banque centrale européenne vient de livrer ses dernières prévisions économiques concernant l’ensemble de la zone euro, pour les deux années à venir. Pour l’année 2015, cette croissance européenne est aujourd’hui attendue à 1.4%, en baisse par rapport aux prévisions initiales du mois de juin, qui prévoyaient 1.5%. Pour les années 2016 et 2017, les anticipations sont également revues à la baisse, 1.7% au lieu de 1.9% en 2016, et 1.8% au lieu de 2% en 2017. De la même façon, et en raison de la très forte chute des matières premières, les anticipations d’inflation sont également dégradées : 0.1% en 2015, 1.1% en 2016, et 1.7% en 2017, alors qu’elles étaient fixées à 0.3% pour 2015, 1.5% en 2016 et 1.8% pour 2017. Au total, et en considérant que croissance et inflation sont les deux faces de la même pièce, c’est-à-dire la "demande", la conclusion est claire ; la reprise européenne est en cours d’affaiblissement. Et pourtant, les premières estimations étaient déjà insuffisantes pour faire face au taux de chômage européen de 10.9%.

Afin de justifier cette dégradation, l’autorité monétaire européenne pointe le ralentissement économique des pays émergents et notamment du premier d’entre eux, la Chine, comme l’indique Mario Draghi :

"Dans l’ensemble, nous attendons que la reprise économique se poursuive, quoiqu’à un rythme plus modéré qu’initialement prévu, ce qui est le reflet du ralentissement des économies des pays émergents, qui pèse sur la croissance globale et la demande étrangère pour les exportations de la zone euro".

C’est donc bien le ralentissement chinois qui pèse sur la croissance européenne, une situation que le gouvernement avait tenté de minimiser au cours des derniers jours. Notamment lorsque Manuel Valls indiquait, très légèrement, que l’impact n’irait "pas au-delà de quelques dixièmes de point sur le PIB à ce stade". En semblant oublier que la croissance française n’a pas dépassé "quelques dixièmes de point" par an depuis que François Hollande est au pouvoir. 0.3% en 2012, 0.3% en 2013, et 0.3% en 2014.

La problématique actuelle est ainsi double. D’une part, la France reste le mauvais élève de la reprise européenne, et d’autre part, cette croissance est aujourd’hui fragilisée par les développements internationaux. Le vœu de reprise de François Hollande s’éloigne encore un peu plus.

Face à cet échec, François Hollande peut cependant se féliciter de l’activisme de la Banque centrale européenne et de son Président, Mario Draghi. En effet, et malgré une politique du frein à main menée depuis plusieurs années, la BCE a tenté de rassurer les acteurs économiques sur la situation actuelle. Ainsi, en annonçant que le plan d’assouplissement quantitatif (programme de rachat d’actifs) mis en place en janvier dernier serait susceptible d‘être poursuivi et amplifié au-delà du terme prévu, la BCE donne un signal positif au marché, qui peut se résumer ainsi ; si les objectifs de croissance ne sont pas atteints en raison de la crise des pays émergents, la BCE complètera le programme prévu afin de satisfaire aux objectifs. Mario Draghi indique en ce sens :

"Nous allons mettre en place l’intégralité de notre plan mensuel de rachat d’actifs de 60 milliards d’euros. Ces achats ont un impact favorable sur le coût et la disponibilité du crédit pour les entreprises et les ménages. Ils  seront poursuivis jusqu’à la fin du mois de septembre 2016, ou au-delà, si cela est nécessaire, et, dans tous les cas, jusqu’à ce que nous observions un ajustement significatif de l’inflation, en conformité avec notre objectif d’atteindre une inflation en dessous, mais proche de 2%, sur le moyen terme".

Suite à cette déclaration, la monnaie européenne se détendait en revenant à 1.11 dollars, et les bourses européennes reprenaient le chemin de la hausse. C’est bien Mario Draghi qui est dans la place du pilote de l’économie européenne. Une situation qui marque surtout, une énième fois, l’incapacité de l’Elysée à appréhender et à anticiper le contexte macroéconomique du pays.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
04.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
05.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
06.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
07.
Kim Kardashian provoque la colère des Japonais avec le lancement d'une ligne de sous-vêtements, Kimono Intimates
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
06.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
l'enclume
- 05/09/2015 - 10:33
Plus menteurs qu'eux, tu meurs!
Ganesha - 04/09/2015 - 12:00 - Je crois que c'est Chirac qui a sorti cette énormité. "François Hollande a beaucoup appris de Kim Jong-un"
phegp
- 05/09/2015 - 09:54
@Ganesha : Tout à fait !
Il faut se mobiliser pour que ces régionales sonnent la Bérezina pour Hollande et sa clique ! Hélas, il n'aura échappé à personne que COP 21 se tient du 30 Nov au 11 Dec alors que le premier tour est le 6 Dec et le deuxième le 13 Dec. Cherchez l'erreur...
Mike Desmots
- 05/09/2015 - 07:09
Une reprise ...c'est pour un trou dans une chaussette...
pour un traine savates comme Normal 1er ..s'est tout son gouvernement qu'il faut repriser....