En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

03.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

07.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 9 heures 37 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 13 heures 41 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 15 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 16 heures 3 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 18 heures 15 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 18 heures 25 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 18 heures 43 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 19 heures 17 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 19 heures 58 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 20 heures 22 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 10 heures 48 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 13 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 15 heures 36 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 17 heures 58 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 18 heures 21 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 18 heures 32 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 19 heures 6 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 19 heures 51 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 20 heures 31 sec
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 20 heures 29 min
Desperado

Zapatero est-il chassé du pouvoir par les Indignés comme Aznar le fut par les attentats de Madrid ?

Publié le 20 novembre 2011
Favori des sondages en 2004, Aznar aurait perdu les élections législatives au dernier moment pour ne pas avoir su gérer les attentats islamistes de Madrid. 7 ans plus tard et avec une opposition qui ne semble guère plus crédible que le pouvoir sortant, comment Zapatero a-il perdu la main ?
Bernard Bessière
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Bessière, professeur émérite d'Aix-Marseille Université, est spécialiste de l'histoire et de la culture de l'Espagne contemporaine. Il a publié récemment avec Bartolomé Bennassar : Espagne : histoire, société, culture, Paris, La...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Favori des sondages en 2004, Aznar aurait perdu les élections législatives au dernier moment pour ne pas avoir su gérer les attentats islamistes de Madrid. 7 ans plus tard et avec une opposition qui ne semble guère plus crédible que le pouvoir sortant, comment Zapatero a-il perdu la main ?

On aurait tort d’établir un parallèle entre deux événements - le premier datant de 2004 et le second se situant en 2011 - qui auront précipité la chute du parti au pouvoir. Comment pourrait-on les mesurer à la même aune ?

Au cours des deux journées qui suivirent le massacre des 192 victimes du terrorisme islamiste, et alors que les sondages donnaient une légère avance au Partido Popular, les bévues puis les mensonges de José María Aznar et de Mariano Rajoy [ce dernier déjà candidat il y a sept ans] avaient fait pencher le fléau de la balance électorale du côté des socialistes. Entre le 11 et le 13 mars, les deux leaders de la droite et le gouvernement PP unanime n’avaient eu de cesse de marteler, malgré les preuves irréfutables que la police nationale apportait d’heure en heure, que les bombes placées dans les trains à destination de la gare d’Atocha étaient le fait de l’ETA et non des islamistes radicaux. Un exercice de machiavélisme unique dans la jeune histoire de la démocratie espagnole…

Un mensonge d'Eta...

Ce mensonge visait à occulter une vérité terrible : la tuerie était la réponse sanguinaire à l’engagement du gouvernement d’Aznar aux côtés des troupes américaines dans la déplorable aventure irakienne. Bien mal lui en prit : lorsque, le dimanche 14 mars les électeurs déposèrent leur bulletin dans l’urne, 8% d’entre eux changèrent d’avis, ce qui permit à l’outsider Zapatero de distancer Rajoy de cinq points.

Plutôt que de faire son autocritique, le PP regarda sa défaite comme une injustice, et la fondation de l’ex-Premier ministre Aznar [la FAES] accrédita l’idée monstrueuse que les inspirateurs du massacre avaient été… les socialistes eux-mêmes ! Le Partido Popular avait creusé sa tombe tout seul, à coups de duplicités et d’aveuglements car la gravité exceptionnelle du massacre aurait dû conduire Aznar à repousser les élections de quelques semaines.

Les indignés n'ont pas eu la peau de Zapatero

Les événements qui ont ruiné les espoirs de victoire du PSOE en ce mois de novembre 2011 sont d’une tout autre nature. Une analyse superficielle laisserait croire que ce sont les indignés du 15-mai qui ont « eu la peau » de Zapatero et de son dauphin Rubalcaba. Ce serait oublier que ces dizaines de milliers de jeunes, souvent chômeurs, parfois surdiplômés, unis dans une même désespérance, n’ont pas plus confiance dans un Partido Popular libéral et ami des schémas monétaristes ; et qu’ils ont dénoncé sans relâche les scandales de corruption qui éclaboussent en premier lieu le PP, notamment sur la côte levantine, et sur lesquels Rajoy a préféré jeter un voile pudique.

Les indignés de la Puerta del Sol et de la Plaza Catalunya sont le fruit amer d’un tsunami qui aura submergé un parti socialiste d’abord hésitant et peu lucide puis implacable dans ses mesures d’austérité. Ils attendent peu du nouveau pouvoir et resteront sur leurs gardes. Les Espagnols voteront donc… un 20 novembre. Le choix de cette date est on ne peut plus insolite : c’est le jour anniversaire de la mort du dictateur Francisco Franco disparu le 20 novembre 1975. Clin d’œil de l’histoire ? Trait d’humour un rien surréaliste décoché par un Zapatero désabusé à la veille de son départ ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
DEL
- 20/11/2011 - 22:41
il n'y a plus de socialistes...
Les partis "socialistes" ont "oublié " le socialisme pour devenir des instruments de conquête du pouvoir par des aventuriers politiques qui ne n'ont que leur propre intérêt en vue, comme les partis dits " de droite". Les peuples resteront les éternels cocus de la politique.
matt32
- 20/11/2011 - 16:20
y a personne d'autre pour nous expliquer l'histoire d'Espagne?
Ressortir aujourd'hui les attentats de 2004 est tout simplement misérable. Si ce prof de fac est une référence sur l'enseignement de la civilisation espagnole en France, on peut se faire du soucis. Les sujets doivent être les merveilles faites par le PSOE (pas un mot sur l'énorme corruption de ce parti), enfin j'ai déjà connu ces méthodes agit-prop en fac à Toulouse, ce soir champagne pour le PP.
Demystificateur
- 20/11/2011 - 15:42
Ce sont les cordonniers les plus mal chaussés !!
Son los zapateros quienes son calzados más mal.....