En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

02.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

03.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

04.

Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio

05.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

06.

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

07.

Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

06.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

ça vient d'être publié
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 1 heure 58 min
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 3 heures 30 min
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 5 heures 24 min
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 7 heures 7 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 9 heures 27 min
décryptage > Politique
Sale temps pour Paris

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

il y a 10 heures 16 min
décryptage > Economie
Des villes et des désavantages

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

il y a 10 heures 42 min
décryptage > France
Nouveau Gouvernement : vieilles lâchetés

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

il y a 11 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 1 jour 4 heures
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 1 jour 4 heures
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 3 heures 1 min
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 4 heures 59 min
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 5 heures 48 min
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage aux personnel soignant
il y a 7 heures 43 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis
il y a 9 heures 57 min
décryptage > Politique
Vieille recette

Vers un nouveau haut commissaire au plan : singer De Gaulle ne peut tenir lieu d’action

il y a 10 heures 28 min
décryptage > France
Vie politique

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

il y a 10 heures 55 min
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 1 jour 3 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 1 jour 4 heures
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 1 jour 5 heures
© Reuters
La France va-t-elle un jour se fondre définitivement dans une fédération européenne ?
© Reuters
La France va-t-elle un jour se fondre définitivement dans une fédération européenne ?
Bonnes feuilles

La France va-t-elle un jour se fondre définitivement dans une fédération européenne (et si oui à quelles conditions) ?

Publié le 28 juillet 2015
Depuis trente ans et quelles que soient les majorités politiques, déficits, endettement et chômage ne cessent d'augmenter. Les Français s'en inquiètent. La France peut-elle encore, seule et par ses propres moyens, surmonter ses difficultés ? Extrait de "La France n'est pas seule au monde - ou L'apprentissage de la réalité", de Jean Sérisé, publié chez les Editions de Fallois (1/2).
Jean Sérisé
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien élève de l'ENA, Jean Sérisé est l'un des fondateurs de la macroéconomie et de la comptabilité nationale. Il a été membre du cabinet de Pierre Mendès France en 1954. Directeur du cabinet de Valéry Giscard d'Estaing, ministre des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis trente ans et quelles que soient les majorités politiques, déficits, endettement et chômage ne cessent d'augmenter. Les Français s'en inquiètent. La France peut-elle encore, seule et par ses propres moyens, surmonter ses difficultés ? Extrait de "La France n'est pas seule au monde - ou L'apprentissage de la réalité", de Jean Sérisé, publié chez les Editions de Fallois (1/2).

Cet essai se terminera comme il avait commencé : par l’Europe.

Depuis soixante ans, la France, avec l’Allemagne, joue le premier rôle dans l’édification européenne.

Elle en était le professeur. Elle est devenue l’un de ses mauvais élèves. Elle ne pourra pas le rester. Il faudra bien que, d’elle-même ou sous la pression extérieure, elle remette de l’ordre dans ses affaires. Nous ne savons pas encore comment, car cela dépend de nous et aussi des autres, mais nous savons que c’est inévitable.

Or cette Europe, nous l’avons vu, vit un moment particulier.

*

Le vrai sujet de nos générations est de savoir si la France va se fondre définitivement dans une fédération européenne.

Cette question, si elle avait été posée en ces termes à mon père ou à ma mère, aurait instantanément déclenché deux AVC. À l’époque, on ne plaisantait pas avec l’idée de nation. Moi-même, en 1945, aurais trouvé l’idée inconvenante. Mais, depuis lors, beaucoup d’eau a coulé sous nos ponts.

L’Empire français de mon enfance n’est plus. En Europe ou ailleurs, même en cherchant bien, nous ne nous trouvons plus d’ennemi héréditaire.

Extrait de "La France n'est pas seule au monde - ou L'apprentissage de la réalité", de Jean Sérisé, publié chez les Editions de Fallois, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Autour de nous, tout a changé. Il n’y a plus d’Empire britannique ni d’URSS. En 1942, le Reich allait de la pointe du Raz au Caucase. Il va aujourd’hui du Rhin à l’Oder. Un peu plus et Berlin se retrouvait en Pologne.

Je ne suis pas sûr que les jeunes, ou les moins jeunes, aient une pleine conscience de ces bouleversements et de leurs conséquences.

*

Nous avons beaucoup appris pendant toutes ces années.

Le progrès technique façonne l’homme en continu. Rien n’est jamais figé. Les institutions, les régimes politiques, mais aussi la famille, les mœurs, la morale, sont de la pâte à modeler. Mus par le besoin, les peuples migrent. Jamais, malgré les interdictions, les frontières n’ont été aussi perméables.

Le monde d’aujourd’hui n’a pas grand-chose de commun avec celui de ma jeunesse, sauf les mots, trompeurs, puisqu’ils s’appliquent à d’autres contenus. La nation est l’un de ceux-là.

*

La transition entre nation et fédération est un événement historique majeur. Dans un siècle ou deux, quand ils traiteront de nos années, les historiens ne parleront pas de nos déficits budgétaires mais du passage, réussi ou non, des nations guerrières d’Europe occidentale à une fédération apaisée. L’humanité, jusqu’alors, n’avait jamais rien entrepris qui y ressemble.

Nous sommes exactement au moment où cette affaire va, ou non, se conclure, où le fluide en mouvement va, ou non, se cristalliser, où l’Europe monétaire va, ou non, devenir une Europe solidaire.

*

À dire vrai, on n’imagine pas qu’après avoir autant avancé, nous n’accomplissions pas le dernier pas. L’essentiel est accompli.

Nous ne mesurons pas à quel point nos façons de penser ont évolué sans que nous en soyons conscients.

Un exemple. Le vote du budget de l’État était, il n’y a pas si longtemps, la manifestation la plus solennelle de l’institution démocratique.

C’était l’acte essentiel de la vie républicaine, héritage des siècles passés à lutter contre le despote.

D’accord, ça n’avait jamais marché. C’est pourquoi les Constitutions républicaines sont faites pour consacrer dans leurs principes les pouvoirs du Parlement et pour, dans la pratique, les limiter au plus juste.

En France, cela fait belle lurette que nos assemblées n’ont plus l’initiative de la dépense. Mais le pouvoir de décider restait aux Français, sous réserve de rester sérieux, car les taux de change nous rappelaient bientôt que l’indépendance est relative…

Les accords européens prévoient désormais que les grandes masses budgétaires seront préalablement approuvées par les instances communautaires avant d’être soumises aux Parlements nationaux (ce qui, quand on y réfléchit trois minutes, est inévitable au sein d’une même zone monétaire). Quelques-uns d’entre nous grincent des dents mais la procédure s’applique avec, il est vrai, encore peu d’efficacité.

Le rôle des assemblées législatives nationales en Europe va devenir, toutes proportions gardées, équivalent à celui de nos conseils régionaux ou départementaux.

C’est une révolution. C’est l’abandon de traditions séculaires que l’on pouvait croire éternelles. Cela se fait sans émeute dans nos rues.

Ce qu’il y a, en effet, de plus remarquable dans la construction européenne, c’est qu’elle s’est bâtie peu à peu par l’accord de démocraties libres et indépendantes, et par consultations périodiques des populations. Ce que Napoléon, Hitler ou Staline n’avaient pu obtenir par la force, s’est produit par le consentement des citoyens.

Et non par leur résignation. Certes, nous n’éprouvons aucun amour pour l’Europe. Comment pourrait-il en être autrement ? Mais si nous devions choisir aujourd’hui entre l’Europe belliciste d’avant 1939 et ce qu’elle est devenue depuis, l’immense majorité des gens informés et raisonnables n’hésiterait pas un seul instant.

Avec la Constitution américaine (mais les USA n’avaient pas d’histoire, ce qui simplifiait beaucoup leur tâche…) l’Europe est l’une de ces très rares entreprises politiques que les hommes aient menées conduits par la raison et non par la passion. En ce sens, c’est l’inverse d’une révolution. C’est pourquoi il lui faudra à peu près un siècle pour s’accomplir.

Nous vivons dans un système encore innommé, mais dont nous comprenons qu’il n’est pas loin d’être fédéral. Lorsque des pays ont la même monnaie, savoir s’ils vivent en confédération, en « union d’États-Nations », en fédération ou tout autre vocable, est une question de sémantique.

Les États européens gèrent déjà leurs affaires importantes en commun, avec deux exceptions notables : la diplomatie et la défense.

Dans ces deux domaines, il n’y a pas d’Europe. Les nations ont conservé leur autonomie. C’est que la plupart des pays membres s’en désintéressent. La diplomatie mondiale ne les passionne pas et ils ont, en fait, confié leur défense aux USA, pour le cas, devenu assez improbable, où ils seraient attaqués.

La France fait exception. Elle croit que sa diplomatie est utile. Elle a conservé une petite armée et elle possède la bombe atomique, un ensemble assez disparate. Son passé colonial l’amène à intervenir périodiquement en Afrique noire à des fins humanitaires. Mais transporter deux mille hommes au Mali ne peut se faire qu’avec l’aviation de l’Oncle Sam (et donc son consentement).

En revanche, les affaires sérieuses : l’industrie, le commerce, les finances, font l’objet des soins attentifs de la Communauté européenne.

 "La France n'est pas seule au monde - ou L'apprentissage de la réalité", de Jean Sérisé, publié chez les Editions de Fallois, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
winnie
- 29/07/2015 - 07:47
Bel article ....
a la gloire du fédéralisme et de l'abandon des souveraineté ,du mondialisme et de la perte de toute identité. Malheureusement beaucoup de Français et de plus en plus d'Européens n'adhérent pas.
Anguerrand
- 29/07/2015 - 07:02
Pourquoi la France n'est plus à l'aise en UE?
Simplement à la constitution de l'Europe la France faisaient jeu égal avec l'Allemagne. Mais depuis 81, l'avènement de Mitterrand, de la gauche ensuite et leurs " avancées sociales" ont ruiné notre pays. Pas assez de travail, la création d'une société de loisirs 35 heures, retraite à 60 ans quand la pyramide des âges ne le permettait pas, congés supplémentaires et distribution d'aide à tous les étages. La dette a commencé à exploser à cette époque. La France a décroché, un seul remède recommencer à travailler comme nos conçurents et surtout créer de la richesse, créativité, et investir dans la recherche et le développement plutôt que de subventionner des industrie en fin de vie uniquement parceque la CGT fout le bordel...pour rien au bout du compte.
Deudeuche
- 28/07/2015 - 21:35
Article
intéressant concernant les croyances européennes du XXeme siècle.