En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

02.

La réaction de la femme de Griveaux

03.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

04.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

05.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 37 min 8 sec
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 1 heure 47 min
pépite vidéo > Politique
La paille et la poutre
Castaner et la vie privée d'Olivier Faure
il y a 3 heures 3 min
pépites > Terrorisme
Fusillades à Hanau
Fusillades tragiques en Allemagne
il y a 4 heures 50 min
décryptage > Justice
Célérité pour les uns, lenteur pour les autres

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

il y a 6 heures 30 min
décryptage > Politique
Des mots pour ne rien dire

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

il y a 7 heures 31 min
décryptage > Europe
Epreuve de force

Quel budget pour l’Europe post Brexit ? Petit diagnostic de l’état de l‘Union

il y a 8 heures 2 min
décryptage > Economie
Might makes right

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

il y a 9 heures 2 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

il y a 9 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Français, Le monde vous regarde" de Jean-Christophe Notin : 32 ambassadeurs en poste en France répondent à de nombreuses questions lapidaires, trop de langue de bois, aucun commentaire après les réponses. Aurait pu mieux faire !

il y a 17 heures 1 min
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 1 heure 8 min
pépites > Santé
Quid du 4ème vol de rapatriés ?
Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français
il y a 2 heures 19 min
light > People
Et madame Griveaux dans tout ça ?
La réaction de la femme de Griveaux
il y a 4 heures 10 min
décryptage > Santé
Ces maladies qu’une bonne alimentation aide à combattre

Une bonne alimentation augmentera vos chances de guérison

il y a 5 heures 33 min
décryptage > International
loin des mille et une nuits

Le jugement des chercheurs français à Téhéran : un signal politique de la part de l'Iran

il y a 6 heures 47 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros
il y a 7 heures 45 min
décryptage > Education
la vie devant soi

Non, la réussite professionnelle ne s'obtient pas (uniquement) via un parcours scolaire en ligne droite

il y a 8 heures 45 min
décryptage > Politique
Personne à la barre

Démocratie française : l'aveu de faiblesse

il y a 9 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le fantôme d'Aziyadé" de Pierrre Loti : quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 16 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vive la vie" de Thomas Labacher : helvétique, envoûtant et magique !

il y a 19 heures 12 min
© Reuters
Une tirelire aux couleurs de la Grèce cassée.
© Reuters
Une tirelire aux couleurs de la Grèce cassée.
Made in the 90's

Pourquoi l'euro ne survivra que si l'Europe fait exploser le schéma mental dépassé qui l'a fait naître

Publié le 10 juillet 2015
Originellement destiné à neutraliser la Bundesbank, déterminante pour les devises nationales, l'euro a été le fer de lance principal du développement de l'Union. Dans un monde où les enjeux ont radicalement changé, le modèle européen doit trouver un autre souffle à travers l'adhésion directe des peuples.
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Engels est historien et professeur à l'Université Libre de Bruxelles. Il est notamment l'auteur du livre : Le déclin. La crise de l'Union européenne et la chute de la République romaine. Quelques analogies, Paris, éditions du Toucan,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
David Engels
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Engels est historien et professeur à l'Université Libre de Bruxelles. Il est notamment l'auteur du livre : Le déclin. La crise de l'Union européenne et la chute de la République romaine. Quelques analogies, Paris, éditions du Toucan,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Originellement destiné à neutraliser la Bundesbank, déterminante pour les devises nationales, l'euro a été le fer de lance principal du développement de l'Union. Dans un monde où les enjeux ont radicalement changé, le modèle européen doit trouver un autre souffle à travers l'adhésion directe des peuples.

Atlantico : Dans quelle logique la création de la monnaie unique s'inscrivait-elle ? A quels besoins, de la France et de l'Allemagne notamment, répondait-elle ?

Christophe Bouillaud : En dehors de l’aspiration à faciliter les échanges économiques au sein de la future zone couverte par la monnaie unique et à éviter le retour de dévaluations qui perturberaient le commerce au sein de l’Union européenne, il y avait la volonté française de profiter de l’occasion de la réunification allemande pour partager avec la République fédérale d’Allemagne un de ses atouts majeurs : la Bundesbank. De fait, les dirigeants français avaient appris dans les années 1970-80 que c’était la banque centrale allemande qui déterminait le taux d’intérêt en vigueur en Europe : si la France ne voulait pas perturber le rapport de change entre Franc et Mark, la Banque de France devait suivre le taux allemand. Cette situation était perçue comme une perte d’indépendance de la France : du coup, si l’on créait une monnaie unique, la France ou plus exactement son représentant bancaire aurait voix au chapitre pour déterminer ce taux d’intérêt. Evidemment, les autorités allemandes n’étaient pas très enthousiastes à cette idée, du coup, elles ont négocié a) que la future Banque centrale européenne soit une "Bundesbank en grand", avec une forte indépendance face aux pouvoirs politiques et un objectif primordial de lutte contre l’inflation ; b) que les budgets des Etats ainsi liés par la monnaie unique resteraient complètement séparés et qu’en plus, personne n’en profiterait pour se livrer à des fantaisies fiscales en profitant des protections données par la monnaie unique contre le jugement des marchés financiers, d’où le "Pacte de stabilité et de croissance" adopté en 1997. Bref, l’Euro était un compromis politique franco-allemand qu’ont rejoint les autres pays  européens, essentiellement pour des raisons de fierté nationale. Au départ, le projet devait en effet se limiter à la France, l’Allemagne et aux trois pays du Benelux, rapidement l’Italie, l’Espagne, le Portugal, l’Irlande, et la Grèce ont voulu participer pour ne pas apparaître comme des "Européens de série B" et aussi pour discipliner la dynamique de leurs dépenses publiques. Les élites des pays méditerranéens voyaient en effet dans l’adoption de l’Euro un gage de modernité et de sérieux, et déjà à l’époque, une partie des élites allemandes raillait cette volonté irréaliste des "pays du Club Med" (sic) de rejoindre le club des pays sérieux et compétitifs jouissant d’une monnaie forte. Enfin, cette monnaie unique était censée symboliser la puissance retrouvée de l’Europe, qui serait capable d’affronter le grand jeu de la mondialisation qui s’ouvrait alors. 

David Engels : La création de l’euro suivait deux logiques différentes. D’un côté, les forces pro-européennes, face aux résistances des États-nations, ont simplement poursuivi leur démarche traditionnelle de faire avancer l’unification européenne de manière indirecte, c’est-à-dire en lançant des initiatives et dynamiques économiques ou juridiques peu spectaculaires à prime abord, mais dont les conséquences logiques devaient mener obligatoirement à une unification politique plus grande. D’un autre côté, la chute du mur et la réunification allemande avaient éveillé, surtout du côté français, d´intenses craintes concernant une hégémonie économique, puis politique allemande. Dans cette logique, la dissolution de la Deutsche Mark dans l’euro devait constituer un point de non-retour et arrimer définitivement l’économie allemande à celle de ses voisins occidentaux.

Ces deux approches ont très clairement échoué, comme le démontre la crise grecque : jamais l’unification européenne n’a été aussi contestée qu’aujourd’hui, vu que le moyen (l’économie libérale) semble de plus en plus avoir remplacé le but (l’unité de l’espace culturel européen) ; et à aucun moment depuis la fin de la Deuxième Guerre Mondiale, l’Allemagne n’a été si puissante, non seulement économiquement, mais aussi politiquement. C’est pourquoi la gestion de la faillite grecque renferme en même temps les clefs du futur européen : si la pression économique ("plaire aux marchés") et institutionnelle ("le respect des traités") devaient l’emporter, il est à craindre que l’Union européenne se transforme définitivement en simple caisse de résonance des intérêts de l’ultralibéralisme mondialisé ; en revanche, si la peur de la pression populaire grecque, espagnole, portugaise et italienne force les institutions à revoir leur copie, cela pourrait permettre – espérons-le – un revirement prometteur.

Dans quelle mesure peut-on dire que l'Europe investit toujours ses ambitions politiques à travers l'euro ? Qu'est-ce qui l'illustre ? 

Christophe Bouillaud : Jusqu’il y a quelques jours encore, Angela Merkel ne cessait de rappeler ce mantra : "Si l’Euro échoue, l’Europe échoue". L’Euro voulait concurrencer le dollar comme monnaie mondiale de réserve et de transaction, il devait marquer le retour en force du continent européen dans la triade des pays développés (USA, Japon, Europe). Tout le déroulement de la crise en Europe depuis 2009 montre que l’Euro a été considéré  par les dirigeants européens comme une donnée intangible de la construction européenne. Tout a été fait jusqu’ici pour le sauver, y compris d’ailleurs accepter des niveaux de chômage très élevés dans certains pays européens. On a choisi collectivement la "dévaluation interne" pour rétablir les compétitivités des pays méditerranées, alors qu’on savait pertinemment que cela signifiait au moins à court terme une explosion des difficultés sociales pour des dizaines de millions de gens. Certains économistes disent que l’Euro joue le même rôle que l’étalon-or avant 1914. C’est un mécanisme qui ne peut fonctionner que si le travail (en pratique les salariés) acceptent n’importe quelle baisse de revenu capable de ramener la compétitivité. Dans le cas grec, on a vu le résultat : la compétitivité a été rétablie, mais le pays est entré dans une dépression. Par ailleurs, est-ce que les historiens ne diront pas après coup que les dirigeants européens ont mis toute leur énergie à "sauver l’Euro" après 2009, et qu’ils ont du coup négligé faute de temps et d’attention d’autres problèmes ? Comme par exemple la montée d’un risque ultra-islamiste au Moyen-Orient et en Afrique, le réchauffement climatique, la rupture avec la Russie, etc. 

David Engels : Comme je l’ai dit, la concertation et la fusion des intérêts économiques ont longtemps servi de moteur à l’unification européenne. Il s´agissait certainement du chemin de la moindre résistance ; néanmoins, il s´agissait aussi du chemin de la lâcheté. Au lieu de mettre sur la table la question de la création ou non des États-Unis de l’Europe, l’on a préféré poser un certain nombre de faits accomplis devant mener, très indirectement, au même résultat. La création de l’euro devait être le couronnement de cette tactique. En temps "normal", ce calcul aurait très bien pu réussir, car les crises systémiques passagères auxquelles l’on s’attendait auraient simplement servi, comme d’habitude, à constituer d’habiles prétextes afin de compléter l’unité monétaire par un contrôle budgétaire commun. Mais personne ne s’attendait à la gravité de la situation que nous vivons aujourd’hui ; gravité due au déclin économique et démographique indéniable de notre continent, à l’abandon de plus en plus marqué de nos valeurs culturelles communes par les instances politiques-mêmes qui prétendent les défendre, et au triomphe d’un système ultra-capitaliste mondial, imposant, comme seul remède à toute question, l’austérité financière, la privatisation et le démantèlement de la solidarité sociale.

La collision de ces divers facteurs a fait tomber l’Union européenne dans un tel discrédit que les peuples européens commencent de plus en plus à s’opposer à cette institution ; non pas par rejet de l’idée européenne, mais afin de la défendre contre les tendances visant à utiliser l’Europe comme premier pas vers la constitution d’un genre État universel ultra-libéral fusionnant toutes les grandes cultures humaines en un grand réservoir de main d’œuvre appauvrie et matérialiste et donc entièrement soumise au bon vouloir des banques et grandes multinationales. La crise grecque a clairement révélé ces tendances au grand jour et fait de cet affrontement une question de principe, car le véritable choix n’est pas (ou n’est plus) entre la sortie grecque de l’euro ou sa soumission aux propositions des "institutions", mais entre l’Europe de l’austérité et des "traités" ou l’Europe des peuples et de la solidarité.

Pourtant, le monde a bien changé depuis les années 1990, avec l'élargissement de l'Europe, une inflation plutôt maîtrisée via la BCE, l'après-guerre n'apparaissant plus comme une référence géopolitique pour les peuples européens... En quoi le modèle européen construit autour d'une monnaie commune est-il aujourd'hui en partie obsolète ? 

Christophe Bouillaud : Sur le fond, le modèle sur lequel a été fondé le Traité de Maastricht correspond à un monde dans lequel il fallait lutter contre l’inflation. Cette dernière était essentiellement due aux revendications du monde du travail, et à l’existence de syndicats pour porter ces revendications. Le banquier central indépendant devait déclencher des hausses de taux d’intérêt pour ralentir l’économie,  pour augmenter ainsi le chômage, et donc faire réfléchir à deux fois les syndicats avant qu’ils ne demandent des hausses de salaires susceptibles de déclencher une spirale inflationniste. Ce modèle avait d’ailleurs été selon beaucoup de gens la clé de la réussite allemande. Aujourd’hui, le monde en général souffre plutôt d’une faible inflation, tout au moins de celle due au poids des travailleurs dans les négociations salariales. En Grande-Bretagne, on observe d’ailleurs que la forte inflation des dernières années n’a déclenché aucune augmentation de salaires, simplement les salaires réels ont baissé – au point que le gouvernement conservateur a fini par augmenter le salaire minimum pour arrêter cette spirale de baisse des salaires réels. Dans le  monde développé d’aujourd’hui, le "banquier central conservateur", qui avait pour rôle de mater les velléités syndicales d’augmentation des salaires,  est devenu redondant. En effet, entre l’affaiblissement des syndicats, la flexibilité du marché du travail et les délocalisations dans les pays à bas salaires, les salariés ordinaires des pays développés n’ont plus beaucoup de pouvoir de négociation. Du coup, aujourd’hui, la politique monétaire cherche désespérément à relancer la croissance, comme on l’a vu aux Etats-Unis et au Japon. D’ailleurs, en dépit de son mandat restrictif, la BCE a elle aussi changé son style d’intervention en quelques années : bien sûr elle ne s’est pas donné un objectif de taux de chômage comme la Fed, mais elle s’est donné un objectif d’inflation aux alentours de 2%, ce qui revient par les temps actuels à essayer de relancer à tout prix la croissance et donc à terme à faire baisser le chômage via une création monétaire massive. Par ailleurs, dans les années 1980, on pouvait encore croire sans être totalement stupide que le fait de créer une monnaie unique mènerait à la convergence des économies nationales incluses dans cette dernière. Aujourd’hui, l’expérience des autres économies continentales (Chine, Russie, Brésil, Inde, etc.) souligne à l’envi l’importance de la métropolisation de la croissance, de sa concentration en certains lieux. Si l’on veut équilibrer les rythmes de croissance dans une économie continentale, il faut donc absolument un Etat fédéral fort qui va à l’encontre de cette tendance, comme le font les autorités chinoises avec leurs grands plans de développement de la Chine intérieure. L’Union européenne avait bien inventé les fonds structurels et la notion de "cohésion économique et sociale" pour parer à ses effets déjà repérés avant 1989 (largement sous l’effet de l’expérience française en la matière d’ailleurs), mais il n’y a jamais eu une politique d’ensemble à la hauteur de l’enjeu réel que cela représentait. Et puis, à l’époque, le monde paraissait au sortir de la Guerre Froide devoir devenir moins dangereux, du coup, l’enjeu de défense et de sécurité, bien qu’il ait été abordé, est resté sous-traité à l’ami américain et à l’OTAN.  Enfin, est-ce nécessaire de le préciser, Internet n’existait pas comme force de transformation économique, sociale, politique et culturelle. Une certaine diplomatie du secret qui reste au cœur des relations entre Etats européens ne cadre plus bien avec notre époque où tous les documents circulent et "fuitent". 

David Engels : Je ne dirais pas du tout que la monnaie commune est obsolète, mais au contraire, qu’il est temps pour les peuples de l’Europe de tirer les leçons de la crise grecque et de faire un pas de plus vers l’unification. Ceci non seulement afin d’éviter qu’un tel problème se reproduise et qu’un État puisse obliger tous les autres à payer pour ses dettes, mais aussi afin de s’approprier pleinement l’outil monétaire pour résister à la fois au dumping social et à l’éradication de nos valeurs culturelles et de notre style de vie par une immigration effrénée. Le véritable choix qui se pose aujourd’hui est celui entre l’Europe du "bricolage", dont les autonomies nationales ne sont maintenues qu’au prix de leur alignement idéologique, ou une Europe institutionnellement encore beaucoup plus unie, mais en même temps légitimée par une vraie démocratie parlementaire directe.

Le retour aux monnaies et gouvernements nationaux n’est pas une véritable option, au moins au long terme ; au contraire, ce serait la pire chose qui puisse arriver à l’Europe, car étant donné la faiblesse démographique, sociale, industrielle et économique déplorable de notre continent, la plupart des nations tomberont vite dans le giron des pouvoirs périphériques comme les États-Unis, la Russie ou la Chine, ou seront simplement submergés par l’immigration et l’islamisation. Ce qu’il faut, c’est donc une véritable politique sociale et financière européenne commune, non dans l’esprit de la destruction de la solidarité sociale et de l’austérité économique, comme le défend l’Allemagne, mais au contraire, dans une perspective visant à assurer le contrôle démocratique sur l’étendue de la solidarité et à créer de l’emploi par de grands projets infrastructurels paneuropéens capables de rivaliser avec les dépenses énormes que les Chinois font dans ce domaine.

A quoi pourrait ressembler une alternative à l'euro en tant que principal fédérateur ?

Christophe Bouillaud : Je vois mal comment il pourrait y avoir un autre fédérateur si l’euro n’arrive pas à se maintenir, et surtout à se trouver une nouvelle légitimité. Il ne peut pas y avoir de dissolution de l’euro qui ne soit pas aussi la dissolution de l’Union européenne actuelle, ou tout au moins qui  ne nécessiterait pas une refondation complète de cette dernière. Par contre, si l’euro subsiste, il existe des chantiers fédérateurs : le plus intéressant à court terme est sans doute celui de la fiscalité des entreprises. Si les Etats européens arrêtaient de se piquer les uns les autres des ressources fiscales, cela serait déjà un grand progrès pour tout le monde. Idem pour l’optimisation fiscale des particuliers. Ce projet serait en plus tout à fait justifiable d’un point de vue européen classique : cela reviendrait simplement à interdire de fausser la concurrence. Une autre idée à plus long terme serait d’assurer l’autonomie énergétique du continent européen, qui, en dehors de ses aspects écologiques, possède des aspects géopolitiques de plus en plus pressants. Enfin, il faudrait admettre que toute avancée dans l’intégration doit mobiliser désormais directement les européens. Un principe fédérateur qui ne serait pas démocratique n’arrangera rien. Pour ce qui existe déjà, les populations devraient avoir le droit de s’exprimer directement sur le droit primaire européen : pourquoi ne pas admettre par exemple des référendums européens abrogatifs sur les lois européennes en vigueur ? Il existe en fait de nombreuses manières d’aller de l’avant, mais les seules vraiment solides sont désormais celles qui associent vraiment les populations. Si, en 1992, un référendum avait eu lieu en Allemagne sur le Traité de Maastricht, peut-être n’en serions-nous pas arrivés à cette crise, largement due au fait que les Allemands ont abandonné leur DM à contrecœur. Dans le fond, un certain réalisme serait peut-être le vrai projet fédérateur à adopter. 

David Engels : L’euro n’a pas besoin d’une alternative, mais d’un contrôle démocratique qui puisse assurer qu’il ne puisse plus jamais se retourner contre les intérêts des peuples qui l’on créé. Car ce qui importe, ce ne sont pas les institutions ou outils, mais l’esprit et les objectifs qui les animent. Au lieu de baser la cohésion de la zone-euro sur l’adhésion quasi-religieuse de tous les gouvernements européens aux doctrines de l’ultra-libéralisme et de la compétitivité sans limites (quitte à saboter tous les gouvernements ne rentrant pas dans ce carcan comme le gouvernement Tsipras), l’euro pourrait devenir, au contraire, le moteur principal empêchant la concurrence déloyale entre Est et Ouest, Sud et Nord, et constituer le moyen d’une véritable unification tarifaire et sociale. Au lieu de défendre, coûte que coûte, une "stabilité" monétaire au court terme, payée par la déconstruction sociale et la désolidarisation des peuples avec leurs élites, l’euro devrait servir de vecteur d’une véritable stabilité stratégique au long terme, basée sur l’autonomie des ressources, le rétablissement de l’équilibre démographique et sur le retour de l’industrie. Et au lieu d’être un outil d’austérité dont ne bénéficient, finalement, que les banques (renflouées à coup de subventions de la part de la main publique) et les grandes entreprises (profitant de la privatisation du secteur public), l’euro pourrait servir d’agent principal à la création de l’emploi et de l’assainissement des infrastructures publiques qui en ont un besoin immense. Le tout est de vouloir et d’oser ; et si le peuple grec a bien montré une chose lors du référendum de dimanche, c’est qu’il est toujours possible de résister, et que le sentiment d’honneur et de confiance en soi peut, même aujourd’hui, l’emporter sur l’intimidation et l’égoïsme.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

02.

La réaction de la femme de Griveaux

03.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

04.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

05.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

06.

Hausse des salaires et niveau d’emploi record outre-Manche : la France en manque de recette britannique ?

07.

Selon que vous serez misérable ou puissant, la justice française se mobilisera ou pas

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 08/07/2015 - 08:33
pays différents
quel rapport entre la Moldavie et la Grèce ou l'Allemagne ou le Portugal ? Assemblage hétéroclite !
vangog
- 08/07/2015 - 02:19
"Démantèlement de la solidarité sociale"????
Il est fou ce Engels! Nous sommes en pleine solidarité sociale avec les Grecs! Les slovènes,les Sudetes et les polonais, dont les retraites de base avoisinent les 330 euros, ont été obligés par les socio-demagogues europeistes de prêter aux Grecs, pour que leurs retraités grecs touchent des retraites de 670 euros...si c'est pas de la solidarité, je n'y comprends plus rien! C'est à l'échec de ce type de solidarité sans retour, imposée par des socio-demagogues sans scrupules, qu'assistent les peuples européens...et c'est tant mieux!
Deudeuche
- 07/07/2015 - 16:30
@Ganesha
Le goulag est à 20 km de chez moi et j'y fais mes courses toutes les semaines car tout y est presque moins cher, quant au chômage c'est le jour (D) et la nuit (F). Je souhaite une épuration des derniers niveleurs de têtes, créateurs de fonctionnaires, de dettes et freineurs d'entreprises. L'idéologie de Mr Tsipras me fait vomir et je souhaite du fond du cœur que la Grèce dégage!
Ceci dit nous risquons de voter pareils pour des raisons radicalement différentes, intéressant non?