En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

05.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

06.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

07.

Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens

01.

Fukushima : le réacteur 3 inquiète

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 2 min 36 sec
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 14 min 26 sec
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 1 heure 14 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 2 heures 20 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 3 heures 41 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 4 heures 3 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 4 heures 6 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 4 heures 6 min
décryptage > Politique
Baroque

Commission sur l'article 24 de la loi "sécurité globale" : le symptôme du grave déficit de culture démocratique du quinquennat Macron

il y a 4 heures 6 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Pierre Mendès France, ou la vertu du renoncement

il y a 4 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 6 min 5 sec
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 43 min 7 sec
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 1 heure 56 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 3 heures 10 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 3 heures 48 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 4 heures 4 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 4 heures 6 min
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 4 heures 6 min
décryptage > France
En roue libre

Violence contre un producteur : qui saura reprendre en main l’encadrement de la police ?

il y a 4 heures 6 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 4 heures 6 min
Le referendum grec est une plongée dans l'inconnu, pour le pays comme pour l'Europe.
Le referendum grec est une plongée dans l'inconnu, pour le pays comme pour l'Europe.
Deuxième 1987

Le Grèce joue sa survie mais l’Europe aussi… ou la peur d’un lundi noir pour les Grecs

Publié le 04 juillet 2015
Alors que la Grèce n’a jamais été aussi proche du chaos, l’Europe s’est mise en mode "veillée d’armes"… Personne ne sait au juste ce qui se passera lundi après le referendum, quel que soit le résultat. Pour beaucoup, Alexis Tsipras s’est sans doute suicidé politiquement. Il aura plongé la Grèce déjà très fragile dans la misère, mais obligé les Européens à reformer leur fonctionnement.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la Grèce n’a jamais été aussi proche du chaos, l’Europe s’est mise en mode "veillée d’armes"… Personne ne sait au juste ce qui se passera lundi après le referendum, quel que soit le résultat. Pour beaucoup, Alexis Tsipras s’est sans doute suicidé politiquement. Il aura plongé la Grèce déjà très fragile dans la misère, mais obligé les Européens à reformer leur fonctionnement.

Personne ne sait exactement ce qui peut se passer au lendemain du referendum en cas de victoire du non. Dans tous les cas de figure, tout le monde s’attend à un lundi noir.

Si le oui l’emporte, les négociations peuvent reprendre très vite, avec les créanciers.  La Grèce bénéficiera d’une restructuration de sa dette qui revient à pratiquement l’annuler avec une maturité allongée à plus de 20 ans et des taux d’intérêts proches de zéro. La négociation portera surtout sur la mise en place d’un modele économique qui permette à la Grèce de redémarrer dans des conditions d’équilibre viable une fois allégée du poids de son endettement. Ce modèle nécessite des réformes de structures (mise en place d’un système fiscal cohérent et surtout d’un système de collecte qui fonctionne, ce qui n’est pas le cas actuellement) mais il nécessite aussi de faire des choix au niveau industriel ; la Grèce ne peut pas espérer survivre avec pour seules activités la culture des olives et le tourisme. La dette est un problème soluble. Celui de la croissance est beaucoup plus compliqué à régler.

Dans ces conditions - et c’est pour le peuple grec le plus important - la banque centrale européenne continuera à approvisionner le système bancaire grec pour éviter la faillite des banques et surtout la panique. Dans ces conditions, la Grèce reprendra sa place à la table du conseil de la zone euro.

La question de la gouvernance politique va cependant se poser très vite. Si le oui l’emporte, on voit mal Alexis Tsipras rester aux commandes. Il faudra donc que la Grèce se dote d’un gouvernement provisoire d’union nationale pour négocier avec les Européens et préparer de nouvelles élections. Pas simple, mais les Grecs et les Européens peuvent gagner un peu de temps.

Et le non l’emporte ? La situation va être beaucoup plus compliquée. Alexis Tsipras, fort d’une légitimité renforcée, annonce qu'il reprendra la négociation dès le lendemain, mais avec qui ? Et sur quelle base ? Il peut certes comprendre que les créanciers sont d’accord pour une restructuration mais va-t-il l’expliquer à son peuple ? Surtout, Alexis Tsipras est-il capable de présenter un modèle économique avec les réformes fiscales et sociales minimum, qui puissent faire repartir l’activité grecque ?

Parce que si son projet se résume (comme il n’a déjà fait) à demander aux européens 30 milliards d’aides supplémentaires pour les deux ans à venir, les Européens ne pourrons pas accepter. Parmi les 18 autres pays membres de l’euro, les deux tiers ont des endettements qu’ils souhaiteraient aussi voir allégés, et tous ont des opinions publiques à respecter. La légitimité démocratique des décisions allemandes n’est pas moins importante ou moins respectable que la légitimité de la gouvernance grecque. Le conseil européen est composé de chefs d’état et de gouvernement qui sont aussi mandatés par leurs électeurs. Bruxelles est peut- être un nid de technocrates « bornés, sourds et aveugles » mais ces technocrates agissent parce qu'ils ont une délégation des pouvoirs politiques. Donc la relation entre l’Europe et la Grèce va rester bloquée…

C’est à ce moment-là que les choses risquent d’être très compliquées. Alexis Tsipras considère que la Grèce ne sortira pas de l’Euro. Juridiquement, il a raison. Mais on va se retrouver dans un imbroglio juridique et financier qui va déboucher sur le chaos.

Imbroglio juridique d’abord. A Bruxelles comme dans toutes les capitales, on a delà mobilisé les plus grands avocats pour dénouer les fils de ce dossier. La légalité du referendum par exemple n’est pas garantie et beaucoup d’opposants à Tsipras à Athènes considèrent que ce référendum est contraire à la Constitution. Les délais d’informations n’ont pas été respectés, les questions posées sont trop ambiguës et l’objet même du referendum serait anticonstitutionnel. Par ailleurs, le ministre de l’économie grec a déjà dit qu'il attaquerait l’Union européenne, le Conseil européen, le FMI et la BCE, si les pays de la zone euro en venaient à refuser les aides nécessaires. Tout cela va alimenter les gazettes et faire la fortune des avocats internationaux mais ne va pas empêcher la Grèce de plonger dans le désastre financier.

Le vrai problème au lendemain d’une victoire de Tsipras va être financier. Fort d’une légitimité renforcée, il ne pourra pas obliger les pays européens de continuer à payer les dépenses de fonctionnement. Tous ces pays ont des engagements démocratiques avec leurs peuples.

La Banque centrale européenne sera donc obligée de suspendre les approvisionnement en liquidités aux banques grecque puisqu’elle ne pourra pas mettre de garanties en contrepartie . Si la BCE ferme ce robinet, les banques grecques ne rouvriront pas lundi matin parce qu’elles seront en faillite. La Grèce va alors glisser cette fois vers le défaut de paiement qui l’exclura de toutes les sources de financement externes. Comme la Grèce ne peut guère compter sur son épargne intérieure, qui s’est évadée à l’étranger, on ne voit pas comment fin juillet elle pourra payer ses fonctionnaires et ses retraites.  

Sans mandat politique (donné à l’unanimité des membres de l’euro groupe), la BCE ne peut pas continuer de payer.

On va se retrouver devant un risque de Bank run liée à la banqueroute qui peut générer un désordre politique extrêmement grave. On ne connait pas dans l’histoire de ces 50 dernières années un pays qui aurait résisté dans le calme, plus de huit jours, à la fermeture de ses banques.

Le scénario d’une catastrophe annoncée est tellement plausible qu’il va devenir urgent que les européens reforment leur fonctionnement et leur gouvernance. Personne n’en parle. Tout le monde y travaille.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Leucate
- 04/07/2015 - 21:13
alea jacta est
Sans la dette, la Grèce a un budget positif, elle gagne plus qu'elle ne dépense. Elle a des ponts forts tels le tourisme et la première flotte marchande du monde.
Cela les gens astucieux le savent dont les chinois qui y investissent et Vladimir Vladimirovitch qui y trouve un intérêt géopolitique en plus de son sentiment de solidarité envers des frères orthodoxes.
De toutes façons, les grecs connaîtrons des jours difficiles - ad vitam aeternam s'il restent dans l'euromark, avec une chance de s'en sortir rapidement s'ils reviennent à la drachme.
Après la Grèce restera à l'Euroland la dette française pour meubler les conversations.
Bretondesouche
- 04/07/2015 - 13:43
Stipras n a plus à rien à proposer
Excepte sa démagogie populo gauchiste
Les grecs vivent au dessus de leurs moyens depuis des décennies.
Ils vont devoir se serrer la ceinture il n y a pas d autre alternative
langue de pivert
- 04/07/2015 - 12:29
Qui veut le pope paye le pope ! ☺
Espérons que le non l'emporte : sinon on va repartir dans des palabres à n'en plus finir et on va continuer à balancer le fric par les fenêtres ! Les Grecs auront souverainement décidés que les accords avec le reste de l'Europe sont mauvais et les Européens n'auront plus à avoir de scrupules pour arrêter la perfusion d'€ : tout le monde sera content ! L'exécutif grec n'a même plus les moyens d'imprimer des Drachmes, ils iront demander des fonds à l'Oncle Vladimir...et lui il va pas se laisser baiser comme nos vulgaires capitalistes !