En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

02.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

03.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

04.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

05.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Sécurité
Seine-Saint-Denis : le ministre de l'Intérieur a annoncé lundi soir la fermeture prochaine de la mosquée de Pantin
il y a 1 min 15 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 13 heures 31 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 14 heures 37 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 16 heures 2 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 18 heures 35 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 19 heures 24 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 19 heures 45 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 20 heures 38 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 21 heures 36 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 22 heures 19 min
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 13 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 13 heures 47 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 15 heures 27 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 16 heures 34 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 19 heures 12 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 19 heures 32 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 20 heures 13 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 21 heures 22 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 21 heures 55 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 22 heures 40 min
© Reuters
Les professeurs français font partie de ceux qui sont les moins bien payés de l'OCDE.
© Reuters
Les professeurs français font partie de ceux qui sont les moins bien payés de l'OCDE.
Où vont les sous ?

Budget mammouth mais profs mal payés : où passe concrètement le budget de l'Education nationale ?

Publié le 26 juin 2015
La part du PIB alloué par l'Etat français à l'Education nationale est parmi les plus élevées des pays de l'OCDE, alors que les professeurs français font partie de ceux qui sont les moins bien payés. Voici quels sont les principaux postes de dépense.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La part du PIB alloué par l'Etat français à l'Education nationale est parmi les plus élevées des pays de l'OCDE, alors que les professeurs français font partie de ceux qui sont les moins bien payés. Voici quels sont les principaux postes de dépense.

En France, 6,1% du PIB est alloué à l'Education nationale, classant la France devant l'Allemagne, l'Autriche ou le Japon. Comment sont concrètement investis ces 145 milliards d'euros annuels ? Quels sont les principaux postes de dépenses ?

Eric Verhaeghe : Dans ce chiffre, vous intégrez l'ensemble des dépenses d'éducation, qu'elles soient publiques ou privées. On oublie trop souvent que l'Etat ne représente qu'une grosse moitié de ces dépenses, et les collectivités locales un quart. Le reste est partagé entre les familles et les entreprises, qui financent, par exemple avec l'apprentissage, l'effort éducatif français. Les entreprises mettent quand même un ticket de 15 milliards annuels dans cet effort. Ce n'est pas rien.
 
La plus grande partie de la dépense est absorbée dans la masse salariale des enseignants et des innombrables personnels qui tournent autour des enseignants. En gros, pour quatre enseignants, il faut compter un administratif ou un agent chargé de la vie périscolaire : les cantines, l'entretien des bâtiments, l'animation. La France doit probablement être le pays industrialisé où la paperasserie et la bureaucratie sont aussi présents dans le système éducatif. La machine éducative française, avec son obsession des règles, a multiplié les procédures et les usines à gaz incompréhensibles. Ce grand système de brassage des populations appelé le "mouvement" des enseignants, c'est-à-dire leur mobilité géographique sur le territoire, absorbe par exemple une énergie et une masse salariale colossales.
 

Les professeurs français font pourtant partie de ceux qui sont le moins bien payés de l'OCDE - et gagnent 72% du salaire des actifs français ayant un diplôme équivalent. Comment expliquer qu'un si gros budget n'assure pas de meilleurs rémunérations ?

Pour deux raisons. La première tient au temps de travail. Avec des vacances scolaires de quinze jours toutes les sept semaines et des obligations horaires réduites, les enseignants français ont fait le choix du temps de loisir au détriment de la rémunération. Deuxièmement, les enseignants français sont, par élève, beaucoup plus nombreux qu'à l'étranger. Cette particularité française explique que, pour une masse salariale égale, il faille payer beaucoup plus d'enseignants en France qu'à l'étranger.

Ce problème provient du manque de polyvalence des enseignants. Par exemple, il est courant qu'à l'étranger un même enseignant enseigne l'anglais et l'allemand ou le français et l'italien, ou l'histoire et la géographie. En France, ce principe de la bivalence n'est pas accepté. On enseigne la physique ou la biologie, mais pas les deux. On enseigne la philosophie ou les lettres, mais pas les deux. Forcément, cette absence de bivalence oblige à recruter beaucoup plus. Pourtant, au collège par exemple, on voit mal pourquoi cette bivalence n'existe pas. Elle entraîne de fait un renchérissement de la masse salariale qui se traduit par une conséquence simple : une politique salariale malthusienne dont les enseignants sont victimes.

Ce paradoxe n'est en rien neuf : est-il insoluble ? Face à quels blocages culturels fait-on face ?

Sur le cas de la bivalence, c'est un véritable serpent de mer. Chaque fois qu'un ministre a essayé de l'introduire, il a dû affronter le conservatisme des filières universitaires qui forment les futurs enseignants.

On oublie trop souvent que l'offre éducative dépend de la capacité des universités à préparer le vivier des candidats aux concours enseignants. Pour pouvoir recruter un enseignant, il faut en effet qu'il y ait un candidat (si possible compétent) au concours de recrutement. Vous ne pouvez donc pas penser le concours enseignant en dehors de l'offre universitaire.

Allons plus loin : l'offre universitaire dicte largement le contenu des concours enseignants. L'affaire des langues anciennes au collège en est le meilleur exemple : supprimer ou réduire la place du latin et du grec au collège, c'est réduire le nombre de recrutements en langues anciennes. Et par conséquent tuer très rapidement les trois quarts d'unité de langues anciennes dans les unités françaises. Dans beaucoup d'universités comme à Reims, Clermont-Ferrand, ou Caen, on compte depuis de nombreuses années plus d'enseignants que d'étudiants en langues anciennes. Si vous diminuez de moitié ou des deux tiers les places au CAPES ou à l'agrégation dans ces disciplines, vous supprimez purement et simplement ces unités d'enseignement dans ces universités-là. Pour préserver l'emploi dans les universités, cela fait des années que l'on maintient artificiellement des enseignements marginaux au collège.

Quels autres postes devraient voir leur financement repensé ?

L'Education nationale devrait utilement s'interroger sur ce que j'appelle la pédostructure, c'est-à-dire la masse de personnels non enseignants qui vivent sur le dos de la bête. On en compte 200 000 aujourd'hui. Les rectorats sont par exemple truffés de personnels à la productivité faible mais qui coûtent très cher. La machine a par ailleurs pris le pli de se compliquer la vie. Prenez l'exemple du baccalauréat : la fabrication des sujets représente plusieurs milliers d'équivalents temps plein d'enseignants chaque année. Il faut ensuite recruter des centaines d'administratifs pour organiser l'examen, mobiliser des dizaines de milliers de chefs d'établissement, de surveillants, de correcteurs, pour un "rite de passage" dont l'utilité pédagogique laisse perplexe.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Fredja
- 25/06/2015 - 15:59
Une première chose évidente
Comme dans le privé, polyvalence et 35h par semaine ! Et on pourra dégraisser rapidement le mammouth ;-) Aujourd'hui, on en est très loin, et quand on voit les résultats, il n'y a pas de quoi frimer... Par ailleurs, salaires + primes, ramenés au taux horaire sont extrêmement élevés. Et je rappelle que l'EN est à ma connaissance le seul employeur au monde pour lequel plus le diplome est élevé, moins tu bosses et plus tu touches : les profs agrégés travaillent encore moins que les CAPES et sont beaucoup mieux payés...
john mac lane
- 25/06/2015 - 10:12
Exemples de la gamelle invisible des indemnités et primes.......
Indemnité de suivi et d’orientation des élèves,
Prime de fonctions et de résultats,
Indemnité d’administration et de technicité,
indemnité forfaitaire pour travaux supplémentaires
Indemnité de gestion allouée aux gestionnaires d’EPLE
Indemnité d’éloignement COM et primes d’installation outre-mer
Indemnité allouées aux chefs d’établissement
Indemnité de sujétions spéciales « Zone d’éducation prioritaire »
Indemnité de congé formation
Indemnité pour l’accueil et l’accompagnement des étudiants se destinant aux métiers de l’enseignement
Prime spéciale pour les enseignants assurant au moins trois HSA
Indemnité de sujétions spéciales de remplacement
Indemnité de garantie individuelle du pouvoir d’achat
Indemnité de charges administratives aux vice-recteurs et aux personnels d’inspection
Prime d’entrée dans le métier
Indemnité pour fonctions d’intérêt collectif
Indemnité de caisse et de responsabilité allouées aux comptables d’EPLE
Indemnisation du contrôle en cours de formation pour le baccalauréat professionnel
john mac lane
- 25/06/2015 - 10:03
La complainte crocodile d'un mensonge répété, répété, répété
Toutes les études OCDE sont basées sur le seul salaire net hors primes. « NOTEZ LE HORS PRIMES »

Hors les primes des enseignants français font l’objet d’une ligne budgétaire très claire :
source
: http://www.performance-publique.budget.gouv.fr/farandole/2011/pap/html/DBGPGMJPEPGM141.htm

Le total primes cumulées par secteur pédagogique 29 milliards
Enseignement en collège 1,06 MILLIARDS///
Enseignement général et technologique en lycée 6,6 MILLIARDS///
Enseignement professionnel sous statut scolaire 4,04 MILLIARDS///
Apprentissage 6 MILLIARDS///
Enseignement post-baccalauréat en lycée 2 MILLIARD///
Besoins éducatifs particuliers 1,12 MILLIARDS///
Aide à l’insertion professionnelle 5,3 MILLIARDS///
Information et orientation 3 MILLIARDS///
Formation continue des adultes 1,15 MILLIARDS///
Formation des personnels enseignants-orientation 1,2 MILLIARDS//
Remplacements 1,4 MILLIARDS///
Administration encadrement pédagogique 3,,05 MILLIARDS///
Personnels divers 51 MILLLIONS///

Primes intégrées les enseignants Français sont dans les moyennes les plus hautes et les mieux payés en Europe !