En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Pixabay
La majorité des Français ne vont pas travailler aujourd’hui.
L'Edito de Jean-Marc Sylvestre
Travailler le lundi de Pentecôte, expérience réussie ou ratage ?
Publié le 25 mai 2015
Grasse mat ou boulot ? La majorité des Français ne vont pas travailler aujourd’hui. C’est la journée de solidarité créée en 2004 qui devait apporter des recettes supplémentaires aux personnes âgées et aux handicapés. Explication d’une réforme apparemment avortée mais qui a changé beaucoup de choses.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Grasse mat ou boulot ? La majorité des Français ne vont pas travailler aujourd’hui. C’est la journée de solidarité créée en 2004 qui devait apporter des recettes supplémentaires aux personnes âgées et aux handicapés. Explication d’une réforme apparemment avortée mais qui a changé beaucoup de choses.

Si la majorité des Français ne travaillent pas ce lundi, c’est que l’expérience est morte. Et bien non, elle a servi d’expérience pour introduire un peu de souplesse dans les horaires de travail.  On se souvient de la canicule meurtrière de l’été 2003 qui avait fait beaucoup de victimes et souligné le déficit de moyens en faveur des personne âgées et des handicapés.

Cette affaire avait soulevé une émotion considérable dans le pays au point d’obliger le gouvernement de l’époque à réagir pour montrer que la France ne pouvait laisser se produire de telles catastrophes.

Jean-Pierre Raffarin va surfer sur cette vague d’émotion pour demander aux Français, non pas une contribution financière supplémentaire, mais un effort particulier dont les bénéfices seront affectés à l’aide aux personnes âgées. Son idée est de demander aux Français de travailler gratuitement une journée, sachant que ces revenus seraient affectés directement aux organismes sociaux.

Comme la France est l'un des pays en Europe où, compte tenu des congés, des RTT et des jours fériés, des ponts, où l'on travaille le moins de jours. Les Français le savent. La proposition de Jean-Pierre Raffarin est assez habile. Elle va rencontrer l’adhésion de la majorité des Français.

Le problème est de savoir quel jour férié on va rester au travail. Les catholiques grognent un peu mais l’Eglise de France défend très mollement sa position.  La loi votée le 30 juin 2004 instaure donc un jour de travail supplémentaire non rémunéré pour tous les salariés. En contrepartie de la production ainsi créée, le gouvernement va inventer une contribution solidarité autonome, (CSA)  qui représente 0,3% de la masse salariale et qui sera versée par les employeurs à la caisse nationale de solidarité pour l’autonomie qui gère encore aujourd'hui cette manne.

Cette contribution représente en moyenne 2,5 milliards de recettes supplémentaires par an.  Depuis 2004, cette contribution a donc rapporté aux organisations sociales plus de 25 milliards d’euros. Politiquement c’était habile. Financièrement c’est toujours une belle affaire.

Mais ce qui est intéressant dans l’évolution des modalités, c’est que dans la forme, cette contribution a échappé aux règles qui avaient été fixées par le législateur.  Tout le monde  accepte la contribution équivalent à une journée de salaire, personne ne s’y est opposé mais on a oublié qu'il s’agissait de travailler le lundi de pentecôte.

En fait, à partir de 2005/2006, les entreprises, les administrations, les employeurs, les syndicats et les personnels se sont débrouillés pour trouver des solutions adaptées. Dans beaucoup de cas, les entreprises ont payé la contribution avec les RTT stockées et non prises. Dans d’autres cas, on a choisi un autre jour de l’année ou alors on a travaillé une heure de plus par semaine pendant l’hiver pour les uns, pendant l’été pour les autres.

La journée de solidarité a été choisi par discussion au sein de l’entreprise. Très souvent c’est le patron qui l’a déterminé en fonction de son plan de charge en accord avec les salariés. Cette disposition a été gérée par le dialogue social.

A noter que cette contribution additionnelle de solidarité a été, le 1 avril 2013, étendu aux retraités.

Cette affaire appelle trois  remarques en forme de leçons pour tout gouvernement démocratique.

La première, c'est que les Français acceptent  de payer un impôt s’ils savent très exactement à quoi il sert et où il va. Cette contribution de solidarité lancée dans la foulée d’une canicule catastrophique n’a jamais fait débat.

La deuxième remarque porte sur le mode de perception. Elle est perçue à la source, ce qui ne semble pas poser de problèmes métaphysiques.

La troisième remarque, est de loin la plus importante. Sur le principe et sur l’objectif, les Français se sont organisés au niveau micro-économique pour l’installer. Pas de grand débat idéologique avec les syndicats et le patronat. Tout le monde a participé à la fabrication du compromis.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
02.
Ce que le projet de loi Dussopt sur la fonction publique indique des renoncements d’Emmanuel Macron
03.
Ces inquiétants progrès de l’idéologie décoloniale en France
04.
Charlotte Casiraghi &Gad Elmaleh n’ont pas la même (idée de l’)éducation, Meghan Markle &son père non plus; Laeticia H. se dé-esseule avec un Top chef, Karine Ferri &Yoann Gourcuff se marient en vivant chacun seul; Jennifer Aniston : ses 50 ans avec Brad
05.
Un président étranger à son peuple mais aussi de plus en plus étranger à la communauté internationale
06.
Fake news indétectables : GPT2, le programme développé par l’équipe d’intelligence artificielle d’Elon Musk auquel ses concepteurs préfèrent renoncer tant il leur fait peur
07.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
04.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
05.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
06.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
04.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
05.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 26/05/2015 - 10:54
Contribution jour chômé payé
L'extension de la taxe de remplacement aux salariés est une injustice. Il serait bien préférable de réduire effectivement le nombre de jours chômés payés, 1 jour tous les 5 ans par exemple. La France s'en trouverait beaucoup mieux, et... laissons hurler les syndicats, totalement rétrogrades qu'ils sont.