En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

05.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

06.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

07.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 33 min 32 sec
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 57 min 54 sec
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 1 heure 21 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 1 heure 23 min
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 16 heures 50 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 17 heures 34 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 20 heures 2 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 20 heures 46 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 21 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 22 heures 53 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 50 min 20 sec
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 58 min 2 sec
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 1 heure 22 min
décryptage > Economie
Début de renaissance italienne

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

il y a 1 heure 24 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 17 heures 15 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 18 heures 44 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 20 heures 17 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 21 heures 14 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 22 heures 12 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 23 heures 9 min
© REUTERS/Yannis Behrakis
Le président de la Commission européenne présente ce mercredi à Bruxelles son Programme européen en matière de migration.
© REUTERS/Yannis Behrakis
Le président de la Commission européenne présente ce mercredi à Bruxelles son Programme européen en matière de migration.
Polémique européenne

Migrations et quotas : pourquoi le plan européen présenté par Jean-Claude Juncker déchire l'Europe

Publié le 13 mai 2015
Le président de la Commission européenne présente ce mercredi à Bruxelles son Programme européen en matière de migration. Un plan qui prévoit une mesure particulièrement contestée : celle de quotas de migrants pour chaque pays.
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président de la Commission européenne présente ce mercredi à Bruxelles son Programme européen en matière de migration. Un plan qui prévoit une mesure particulièrement contestée : celle de quotas de migrants pour chaque pays.

"Il faut ouvrir les portes pour éviter qu'on entre par les fenêtres". La phrase a été lancée par Jean-Claude Juncker en avril dernier. Lassé du manque de réaction des pays européens à la question migratoire, le président de la Commission européenne va présenter ce mercredi à Bruxelles son Programme européen en matière de migration, lors du conseil européen. Une annonce extrêmement attendue dans un contexte explosif, celui des centaines de migrants qui arrivent chaque semaine en Europe, fuyant la misère et la guerre en Afrique, à bord d'embarcations surchargées.

Alors que les drames sont nombreux, l'Union européenne a été vertement accusée de ne pas réagir. En avril dernier, le Haut Commissaire de l'Onu aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, avait condamné l"approche insensible" et le "manque monumental de compassion" des pays européens à ce sujet. Des accusations qui ont contraint Jean-Claude Juncker à porté le projet d'une nouvelle donne sur la migration en Europe, et à travailler sur un plan dont l'objectif est de soulager certains pays, notamment l'Italie, la Grèce et Malte du fardeau des demandeurs d'asile. En Italie, quelque 80 000 réfugiés sont en attente de régularisation, ou d'expulsion. Un flot qui risque de prendre chaque mois plus d'ampleur.

Le plan proposé ce mercredi définirait la politique migratoire de l'Europe pour les cinq années à venir et s'articule autour de quatre piliers : l’aide aux pays d’origine et de transit des migrants, le contrôle des frontières dans le sud de la Libye et les pays limitrophes, la mission de sécurité et de défense contre les trafiquants et passeurs et l’obligation de se répartir les migrants, sur la base de quotas. Quotas : c'est le terme qui a capté toute l'attention médiatique et crée la polémique. Chaque pays aurait droit à une répartition de migrants, selon le PIB, la taille ou encore le nombre de demandeurs d'asile déjà accueillis sur la base du volontariat. La mise en place est déjà actée puisque le Parlement européen en a approuvé le principe voilà deux semaines.

"On ne peut pas laisser aux seuls soins des seuls Etats membres directement concernés la gestion de la relocalisation des réfugiés. Il s'agit de solidarité partagée", a dit le 29 avril Jean-Claude Juncker au Parlement européen. Car la solidarité est bien le point qui fait débat. C'est cette notion qui avait fait échouer le sommet européen extraordinaire organisé le 23 avril, après une série de naufrages meurtriers en Méditerranée.

Le plan est donc sujet à d'intenses tractations politiques entre les États membres et la Commission. Car si la solution est soutenue par l'Allemagne et les pays débordés comme l'Italie ou Malte, elle ne plait pas à tout le monde, et rencontre même une franche hostilité de certains. Le Royaume-Uni, où le récent triomphe de David Cameron s'est notamment joué sur le durcissement des conditions migratoires, la Pologne, les Etats baltes, ou encore la Hongrie, sont notamment vent debout contre l'idée. Viktor Orbán, le président hongrois, a parlé d"une idée "folle".

Et la tension monte entre certains pays accusés de ne pas jouer le jeu. "Six pays, Allemagne, Royaume Uni, France, Suède, Italie, Belgique, ont à charge 80% des demandes d'asile dans l'UE, 15 pays acceptent d'accueillir des réfugiés et treize ne font rien, ne prennent aucune responsabilité ", a fustigé l'ancien premier ministre belge Guy Verhofstadt, désormzis président du groupe Libéral au Parlement européen.

L'idée d'imposer des quotas pourrait même être abandonnée en raison des dérogations accordées à la Grande-Bretagne, à l'Irlande et au Danemark, ces trois pays ne participant pas à la législation sur l'asile et l'immigration.

Pour d'autres, le problème ne viendraient pas de l'emploi de quotas, mais du caractère contraignant et permanent de la mesure. Car si pour le moment, le plan devrait être "temporaire" en application de l'article 78.3 du traité de Lisbonne , l'objectif serait de le rendre permanent dès la fin de l'année, souligne le Figaro.

Le président de la Commission se heurte aussi à l'hostilité de sa propre famille politique, le PPE. "Nous rejetons cette approche, car elle va renforcer le problème", a ainsi déclaré le président du groupe, l'Allemand Manfred Weber. Alain Lamassoure, président de la délégation française du groupe PPE au Parlement européen, a  estim" que la politique sera "très difficile à vendre auprès de l'électorat français". Il ne voit pas qui pourrait être d'accord avec un tel système, "à part les pays soulagés de la pression comme l'Italie, ou encore l'Allemagne et la Suède. Le député européen soutient pour sa part "un mécanisme de solidarité au cas par cas

Si les hommes politiques sont aussi réticents devant ce plan, c'est bien par peur de la réaction populaire. La question des migrants et de l'immigrartion semblent exaspérer de plus en plus l'opinion des pays européens, comme en atteste les scores solides des partis du type Ukip en Grande-Bretagne, Ligue du Nord en Italie, Pegida en Allemagne ou encore Front national en France.

La position de Paris est d'ailleurs assez ambiguë. Officiellement, la France soutient assez discrètement ce plan. Lundi, Bernard Cazeneuve a apporté son soutien, rappelant que "les propositions de Jean-Claude Juncker s’inspirent de celles faites par la France. Il est normal qu’il y ait une répartition du nombre de demandeurs d’asile entre les différents pays de l’Union Européenne", a indiqué le ministre de l'Intérieur. Mais l'opposition voit elle d'un très mauvais oeil ces fameux quotas. "Il y a quelques bonnes idées dans les changements européens proposés par Jean-Claude Juncker", a estimé Bruno Le Maire. Tout ce qui va dans le sens de la fermeté, de l'arraisonnement des navires de trafiquants, tout cela va dans le bon sens. Mais qu'on retire à chaque Etat sa souveraineté pour savoir qui peut ou ne peut pas accueillir des migrants, et qu'on fasse des quotas, je ne suis pas d'accord. C'est à chaque Etat de décider souverainement qui il accueille ou non sur son territoire". Le FN, par la voix de Florian Philippot a également fustigé la mesure.

Vous aimez l'UE? Alors vous adorerez les "quotas de migrants" qu'elle veut imposer aux États...Sinon il y a aussi la souveraineté nationale!

— Florian Philippot (@f_philippot) 11 Mai 2015

 

Il faut admettre que l'UE "a besoin de cette main d’œuvre faiblement qualifiée que les migrants veulent désespérément apporter", avait lancé Zeid Ra'ad Al Hussein en avril. Manifestement, ses paroles n'ont pas été écoutées.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 13/05/2015 - 23:01
Moi, dans ma maison, je ferme les portes et les fenêtres...
et je fais du feu dans la cheminée, au cas où...
Anouman
- 13/05/2015 - 22:00
Quotas
Le problème c'est que quand on ne veut pas voire la vraie solution qui est de renvoyer tous ces gens d'où ils viennent, alors on doit inventer n'importe quoi. Apparemment la commission de Bruxelles a une grande expérience dans ce domaine.
Ganesha
- 13/05/2015 - 21:14
Insurrection
Bombarder les passeurs libyens, c'est une bonne idée, mais pourquoi les prévenir ?
Pour qu'ils aient le temps de cacher leurs bateaux ? Faire des stocks de canots gonflables ?
Rappelons aussi une autre méthode très efficace, qui consisterait à faire savoir à tous les ''crève-la-faim'' de notre planète qu'ils ne trouveront aucune aide, aucune opportunité de travailler, lorsqu'ils seront arrivés en Europe !
La Préférence Nationale est un concept suisse, qui fait son chemin ailleurs en Europe…
En attendant, les télés ''officielles'' sont insupportable, j'ai envie de lancer ma chaussure dans mon écran à chaque fois que je les entend détailler les noyades avec des trémolos dans la voix !
Quand le peuple sera-t-il exaspéré au point d'élever des barricades ?
Il est vrai que suite à Mai 68, il n'y a plus de rues pavées à Paris !