En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

04.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

05.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

06.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 27 min 3 sec
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 1 heure 4 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 3 heures 47 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 4 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 5 heures 48 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 8 heures 33 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 8 heures 44 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 9 heures 6 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 9 heures 44 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 9 heures 51 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 47 min 15 sec
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 2 heures 49 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 4 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 5 heures 43 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 8 heures 26 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 8 heures 41 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 8 heures 56 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 9 heures 10 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 9 heures 48 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 9 heures 52 min
© Reuters
3 ans que François Hollande est à l'Elysée.
© Reuters
3 ans que François Hollande est à l'Elysée.
Les entrepreneurs parlent aux Français

François Hollande à l'Élysée : le triomphe de la petite politique électoraliste

Publié le 11 mai 2015
C'est le triomphe de la petite politique électoraliste. Si François hollande parvient à s'approprier la timide relance de l'économie française dont il n'a aucun mérite en l'agrémentant d’une ou deux mesures sociales, il pourrait bien être réélu en 2017.
Denis Jacquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C'est le triomphe de la petite politique électoraliste. Si François hollande parvient à s'approprier la timide relance de l'économie française dont il n'a aucun mérite en l'agrémentant d’une ou deux mesures sociales, il pourrait bien être réélu en 2017.

Einstein disait que celui qui n’a pas fait d’erreur, n’a en fait jamais essayé. Notre président prouve le double contraire. Il a fait une multitude d’erreurs sans jamais rien essayer. Mais le cynisme ultime, qui marque le triomphe de la politique électoraliste, sur les besoins dictés par le sort de la France, c’est que malgré ce bilan quasiment nul, il compte être réélu en 2017. Avec une possible chance de l’être. La politique parvient encore à dicter sa Loi aux nécessités du pays, les petits calculs triomphent des grands desseins, qui devraient pourtant être l’unique obsession d’un président de la République.

C’est bien entendu étrange que de se poser en 2015, devant tant de problèmes à court terme, la question de la présidentielle de 2017. Presque indécent. Et pourtant, plus que jamais, le sort de cette élection semble incertain comme jamais et nous laisse entrevoir un gain par dépit. Ce qui est de la plus mauvaise augure.

Entre un ancien président qui joue son comeback, comme le Terminator, et souhaite un remake de de ce qu’il estime avoir été un mauvais film qu’il souhaite enrichir d’une meilleure conclusion. Un ancien président qui apparaît comme un chef de clan brillant, qui a remis l’UMP en marche, mais dont personne ne veut comme président, en dehors de son clan d’irréductibles. Et qui est le seul à croire le contraire. Son unique chance est d’être face à Marine le Pen au second tour, pour faire, avec 20 cm de moins, son Jacques Chirac de 2002.

Un actuel président qui a compris la gestion du temps et l’apparente mauvaise mémoire des électeurs, qui jugent plus souvent la petite histoire, celle des derniers mois, et non l’ensemble d’un mandat, jouent en sa faveur, et qu’un bon résultat économique, agrémenté d’une ou deux bonnes mesures sociales, pourraient lui valoir une réélection en 2017, face à Marine, encore elle. Et contre Sarkozy, qui n’impressionne plus et ne pourra pas, sauf miracle, créer l’engouement certain qu’il avait suscité, en 2007.

L’actuel président calcule et compte sur sa bonne étoile. La croissance de la France n’est pas de son fait. Il saura se l’attribuer. Face à un candidat de droite enthousiasmant, il perdrait néanmoins. Car personne n’accorde au président actuel de mériter les habits présidentiels. Mais face à Sarkozy, privé cette fois du vote ouvrier qui l’avait soutenu, du vote des entrepreneurs qu’il a bien trop déçus, et qui cristallise au total, tant de crispation, Hollande peut, soutenu par un électorat qui ne voudra pas du NI-NI, Ni Sarko, Ni Lepen, se retrouver au second tour.

C’est là toute la souffrance de notre pays. Nous sommes bien loin du travail de fonds que demande la France pour se relever. Nous sommes victimes du service minimum politique, le coup de cravache de fin de trimestre de l’élève moyen, qui ne pense et n’agit que pour sa réélection, son passage au mandat "supérieur". Marquant au passage la bêtise ultime que constitue le quinquennat. Un tour de piste à la durée ridicule, amputée de la première et de la dernière année, et se solde donc par un vague travail de 3 années. Une chimère face à l’ampleur de la réforme que nécessite ce pays. Vivement un septennat, non renouvelable, ce dont rêve les entrepreneurs, qui savent qu’une entreprise, comme un pays, ne se gère qu’en ayant le temps, sans nier l’urgence. L’urgence dans l’exécution, la patience dans la gestion, la vision pour la stratégie. Les politiques ne connaissent que l’urgence à rester. Et laisse le pays orphelin de projet. De vision.

Chacun, à sa place, se montre en 2015, alors que notre faible croissance devrait pousser les uns à agir, et les autres à bâtir un programme digne de ce nom et remobiliser leurs cellules grises au profit d’un avenir plus "rose", ou "vert", qu’il (toujours pas de elle…) ne pense qu’à 2017. Les réformes nécessaires, les mesures phares, la vérité due au Français, l’ambition qu’ils méritent, passent au second rang de nos politiques pour qui seul leur avenir importe. Pas celui des Français.

Les entrepreneurs rêvent d’autre chose. De mesures fortes. D’un Macron 2 qui soit cette fois ambitieux sur des mesures phares, et se lance sur les résistances françaises les plus dures, celle des privilèges des politiques, des corporatismes et de la concurrence. Celle des délais de paiement aux PME. En clair, pas les sempiternelles mesures sur les charges sociales ou la fiscalité. Non. Les mesures qui permettent aux entreprises de se développer et aux Français d’y trouver un emploi, non parce qu’elles le leurs doivent et parce qu’elles en auront la nécessité. Et donc, de permettre la flexibilité que la frêle corpulence des PME nécessite. Les véritables mesures, ainsi que l’abolition de tous les régimes spéciaux, toutes les niches fiscales, le recentrage des fonctions de l’état, devraient être le fait d’un président courageux, qui alors, mériterait sa réélection. Non parce que le sort lui en aura donné l’opportunité, et que les petits calculs auront servis son équation cynique, mais parce que le sort de la France aura trouvé en lui son champion. Il n’y a pas de fatalisme, dans l’attribution à un camp plutôt qu’un autre, de la réussite du pays. Il suffit d’un homme, d’un courage, d’une vision. Celle de la nécessité impérieuse de réussir. Or la réussite n’est ni de droite, ni de gauche. Tous les politiques sont gauches, nous aimerions qu’ils retrouvent le goût de la ligne droite !!

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 12/05/2015 - 09:30
Les Français seraient-ils assez bêtes ?
pour revoter Hollande ?
winnie
- 12/05/2015 - 07:28
Non...
Ce n'est pas vrai, il n'y a pas que le candidat Hollande l'imposteur et Sarkozy le menteur qui se présenteront aux présidentiels.il y en a d'autres .ces candidats sont ceux de la caste journalistique. Pourquoi ne pas mettre un grand coup de pied dans cette fourmilliere et envoyer du sang neuf, notre pays en a bien besoin ( MLP,Dupont-Aignan) et non pas ces vieilles gloires qui n'en ont aucune d'un ailleurs que celle de s'être servitde notre pays a leur profit.
Maintenant la connerie de certains français étant sans limite,ils seraient bien capable de revoter pour l'islamo-collabo Holland.
vangog
- 12/05/2015 - 01:44
Posez-vous la question?
Pourquoi une des plus anciennes démocraties au monde ne peut aligner à la prochaine élection Présidentielle que des minables et des corrompus?...à l'exception notable de qui-vous-savez! Posez-vous la question de vos médias noyautés par la gauche la plus archaïque, associée à une mafia ethnico-boboisée, et vous comprendrez qu'il est si essentiel pour leur pouvoir et leurs prébendes de vendre des produits politiques sans utilité, et d'exclure les plus honnêtes de la lucarne magique...notre vulnérabilité médiatique est le meilleur atout de la gauche mafieuse!