En direct
Best of
Best of du 7 au 13 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Affaire Zemmour : le CSA prend-il ses consignes auprès du CCIF ?

02.

Mort de la magistrate Michèle Bernard-Requin

03.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

04.

Edouard Philippe et Emmanuel Macron ont voulu une réforme de gauche mais acceptable par la droite. Pour l’instant, ils n’ont satisfait personne

05.

Ecoutons ce que dit Mélenchon : si Jeremy Corbyn a perdu, c’est de la faute des Juifs…

06.

Les relations de travail toxiques ou la vraie raison de l’allergie des Français au recul de l’âge de départ en retraite

07.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

01.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

02.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

03.

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

04.

Affaire Zemmour : le CSA prend-il ses consignes auprès du CCIF ?

05.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

06.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

01.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

02.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

03.

Petite liste de ces réformes qui mériteraient beaucoup plus le titre de "mère de toutes les réformes" que celle des retraites

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

06.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Enfin ?
Jean-Paul Delevoye démissionne
il y a 2 heures 3 min
Un EHPAD en folie !
Var : un strip-tease dans une maison de retraite fait d’heureux résidents
il y a 3 heures 53 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

La victoire des Conservateurs de Boris Johnson: conjoncturelle ou structurelle ?

il y a 5 heures 38 min
décryptage > Media
On va où là ?

Affaire Zemmour : le CSA prend-il ses consignes auprès du CCIF ?

il y a 8 heures 20 min
décryptage > Economie
Bonne année !

Jerome Powell à la Fed et Christine Lagarde à la BCE nous souhaitent une bonne année 2020. Et voilà comment ils comptent nous la garantir

il y a 8 heures 27 min
décryptage > Santé
App santé

Grève : si vous marchez jusqu’au bureau, attention, vous pourriez devenir addicts au sport

il y a 9 heures 9 min
décryptage > Politique
A court ou long terme ?

Grèves : la semaine du tournant sur les retraites ?

il y a 9 heures 28 min
pépites > Défense
"Bring the soldiers back home"
Les Etats-Unis s’apprêteraient à retirer 4.000 soldats d'Afghanistan
il y a 11 heures 57 min
light > Culture
Actrice mythique
Disparition d’Anna Karina, l’icône de la Nouvelle Vague, à l’âge de 79 ans
il y a 13 heures 10 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Mars : de la glace détectée à 2,5 cm seulement sous la surface ; Science décalée : on boit plus d’alcool dans les pays froids et sombres
il y a 15 heures 1 min
pépite vidéo > Politique
Grève contre la réforme des retraites
Bruno Le Maire : "tous les trains doivent circuler"
il y a 2 heures 24 min
décryptage > Social
SOS

SOS modèle social français en danger ? 2 doigts de raison, une dose de névrose collective

il y a 5 heures 22 min
décryptage > Politique
(Petite) guerre ?

Sites miroir : la guerre (sans espoir) du gouvernement contre l’internet français continu

il y a 8 heures 15 min
décryptage > Economie
Fibre sociale ?

Boris Johnson, l’homme qui voulait rendre une fibre sociale aux Conservateurs

il y a 8 heures 23 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
IA : pourquoi nous devrions songer à restreindre sérieusement les techniques de détection des émotions
il y a 9 heures 58 sec
décryptage > Politique
Toxique ?

Les relations de travail toxiques ou la vraie raison de l’allergie des Français au recul de l’âge de départ en retraite

il y a 9 heures 25 min
décryptage > Economie
Atlantico-Business

Edouard Philippe et Emmanuel Macron ont voulu une réforme de gauche mais acceptable par la droite. Pour l’instant, ils n’ont satisfait personne

il y a 9 heures 29 min
light > Justice
Triste nouvelle
Mort de la magistrate Michèle Bernard-Requin
il y a 12 heures 34 min
pépite vidéo > France
Emotion
Clémence Botino, Miss Guadeloupe, a été élue Miss France 2020
il y a 14 heures 7 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

La Silicon Valley chinoise : Shenzhen, la ville d'adoption de Huaweï, véritable atout pour l'innovation, la stratégie et le rayonnement mondial de l'entreprise

il y a 17 heures 24 min
© Reuters
La semaine a été marquée, une nouvelle fois, par des décisions qui donnent une mauvaise image de la France.
© Reuters
La semaine a été marquée, une nouvelle fois, par des décisions qui donnent une mauvaise image de la France.
Sacrifice

Pour protéger ses intérêts électoraux, François Hollande aggrave l’isolement économique de la France

Publié le 09 mai 2015
Entre l’affaire des droits de vote double, la remise en cause de la retraite chapeau de Philippe Varin, la quasi faillite d’Areva, sans parler des fausses économies budgétaires et des faux projets de revenir sur les 35 heures, François Hollande multiplie les non-décisions qui aggravent l’isolement international de l’économie française.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Entre l’affaire des droits de vote double, la remise en cause de la retraite chapeau de Philippe Varin, la quasi faillite d’Areva, sans parler des fausses économies budgétaires et des faux projets de revenir sur les 35 heures, François Hollande multiplie les non-décisions qui aggravent l’isolement international de l’économie française.

A Paris, La semaine a encore été marquée par les faux-pas et les petites lâchetés qui ont pour conséquence de noircir l’image de la France et de renforcer son isolement. Les  ventes de l’avion Rafale ne changent rien. Ces succès commerciaux sur le marché des armes prouvent seulement que la France ne fait que profiter des guerres intestines à l’islam en équipant les monarchies Sunnites.  La France ne peut pas construire son avenir sur l’industrie de l’armement. Elle s’isole.

Partout le monde bouge et Paris s’enfonce dans l’immobilisme. La victoire très peu attendue de David Cameron en Grande-Bretagne prouve bien que les peuples sont capables d’accepter des réformes structurelles difficiles sans tomber dans le populisme. Parce que David Cameron n’a pas fait qu’utiliser la planche à billets pour sortir de la crise, sinon ça n’aurait pas marché ; il a reconstruit une industrie et restauré sa compétitivité.

Le monde des affaires n’en finit pas de faire la liste des ratages et des maladresses provoquées par la protection des petits intérêts politiciens.

Premier phénomène qui fait des ravages dans toutes les capitales financières : la bataille menée par Bercy pour imposer les droits de vote double chez Renault, puis chez Orange, puis chez Air France  est du plus mauvais effet. La plupart des fonds d’investissement anglo-saxons et scandinaves (très puissants parce qu’ils gèrent des fonds de retraite)  ont fait savoir qu’ils prenaient cela comme un moyen pour la France  de se protéger et de repousser les actionnaires non habilités par l’Etat français.

Bercy et Matignon n’ont toujours pas donné d’explications crédibles à ce qui apparaît comme un coup de force pour acquérir des majorités sans en payer le prix. L’objectif n’est même pas stratégique, il est purement idéologique. En clair, et pour les anglo-saxons c’est une mauvaise manière qui les fait reconsidérer leur position à l’égard du capitalisme français qui s’avère sous influence du pouvoir de l’extrême gauche. Parce qu’il s’agit bien de  faire plaisir à la gauche de la gauche et aux écolos.

La polémique sur la retraite chapeau de Philippe Varin, l’ancien PDG de PSA Peugeot-Citroën lancée  par Stéphane le Foll, porte-parole du gouvernement, déclarant qu’il était scandalisé, a provoqué la colère de Philippe Varin. Pour éviter le clash, Emmanuel Macron l’a calmé en publiant un communiqué, précisant que Philippe Varin n’avait rien fait d’illégal et qu’il conservait la confiance du gouvernement. Quelle pirouette !

Il faut dire que Philippe Varin a en charge de dire la vérité sur la faillite d’Areva et surtout de trouver des solutions pour gérer un redressement qui s’annonce douloureux socialement, et très compliqué. On aurait voulu du côté de l’extrême gauche torpiller ses efforts et faire exploser le dossier Areva qu’on n’aurait pas fait autrement. Le gouvernement, n’a pas les moyens d’ajouter une crise de management au fiasco financier sur Areva.

Alors Stéphane le Foll, ami proche du président de la république serait-il  devenu porte-parole de la gauche radicale ou tout simplement maladroit ? Peu importe, compte tenu de sa position au gouvernement, sa maladresse a entraîné l’ensemble de la gouvernance  dans une dérive verbale, incompréhensible par le monde des affaires français et étrangers.

Pourquoi la France serait-elle prêté à revenir sur une décision actée en assemblée générale d’actionnaires ? Pourquoi la France a-t-elle laissé se dégrader à ce point l’un de ses plus beaux fleurons industriels ? Areva est à 83% la propriété de l’Etat. C’est donc le contribuable qui devra éponger des 5 milliards de pertes. A moins qu’on se décide à rapprocher Areva d'EDF ; dans ce cas ce sera le client final, celui qui achète l’électricité et qui devra le payer à son vrai prix. Dans tous les  cas de figure c’est la France qui se dégrade et qui s’isole des marchés extérieurs. La ministre en charge de ce dossier, et qui passe désormais, aux yeux des chancelleries, comme le deuxième personnage de l’Etat, Ségolène Royal, n’a toujours rien dit !

Parallèlement à tout cela, la France continue de se déconsidérer à Bruxelles en laissant croire que son déficit budgétaire va se réduire alors qu'un pays comme la Grèce n’a rien fait comme réformes promises. La situation est tellement nerveuse sur les taux d’intérêt notamment, que l’Allemagne a été obligée de sortir un communiqué précisant qu’elle n’accepterait aucune flexibilité sur l’application des accords de Maastricht.

Et les Allemands ne visaient pas seulement la Grèce.

En Grèce justement, la situation est devenue inextricable mais la France ne s’en inquiète pas. Les ministres des finances de la zone euro, les dirigeants du FMI et de la BCE ont fait savoir qu'ils étaient prêts à tous les aménagements de la dette possibles , allongement des délais, transformation, échanges de titres, bref toutes les contorsions possibles aux termes desquelles la Grèce n’aurait pratiquement plus rien à rembourser mais à deux conditions : 

D’une part, que le gouvernement d’Alexis Tsipras ajourne certaines promesses (comme celle sur l’âge de la retraite) et consente à mettre en place un système fiscal qui tienne debout. D’autre part qu’Alexis Tsipras abandonne cette exigence de l’annulation pure et simple des 350 milliards d’euros de dettes publique, ce qui reviendrait à lâcher une bombe sur la zone euro.

La formule proposée par les institutions européennes aboutit au même résultat (alléger le fardeau) mais sans effets systémiques, et ne remet pas en question l’équilibre global. Les européens ont compris que les dirigeants  grecs jouaient la politique du pire. Peut-être que les Grecs eux-mêmes commencent à comprendre que leur élus sont assez irresponsables même s’ils ont voté pour eux.

Pendant ce temps-là, ce qui est incroyable c’est qu’officiellement  la France ne dise strictement rien. Pourquoi ? Tout simplement, parce que la gauche de la gauche et les mouvements écologistes sont d’accord avec les positions officielles des élus grecs et qu’il ne faut surtout pas les froisser. On ne peut quand même pas imaginer que la présidence française espère vendre des rafales à Athènes.

Plus grave, sur une des réformes sociales, les plus emblématiques, l’abolition des 35heures, il est probable que le gouvernement ne laissera pas faire la direction de l’assistance publique qui doit sortir un projet dans ce sens afin de garantir l’emploi. C’est  Martin Hirsch, le directeur des hôpitaux de Paris qui est à la manœuvre et qui a demandé la révision des accords sur le temps de travail à l’AP-HP, sachant que son établissement est le plus grand d’Europe. Tous les autres hôpitaux le regardent faire. La ministre, elle, ne dit rien et c’est le président de la République lui-même qui veille au grain pour éteindre tout début d’incendie social. Fidèle à sa stratégie : ne rien faire qui puisse déranger l’ordre établi. Sauf que dans les hôpitaux,  les 35 heures ont  tellement dérangé l’organisation qu'ils sont au bord de l’asphyxie.

Il est évident que mises bout à bout, toutes ces réformes avortées ou ces mesures de protection donnent le spectacle d’une France en désordre, qui se met en marge du mouvement mondial et européen. Bref, une France qui s’isole de plus en plus.  

Nos grandes entreprises regardent en dehors des frontières et nos cadres supérieurs s’en vont travailler ailleurs. Ce n’est pas par hasard si Lafarge, le numéro un des cimentiers, se fait en réalité manger par Holcim, un Américain, même si on vient nous expliquer le contraire. Ce n’est pas un hasard si Alcatel Lucent se fait manger par Nokia. Ce n’est pas par hasard si Areva est au bord de l’arrêt cardiaque. Pour le gouvernement tout cela n’existe pas. Il n’en parle pas.

Cette semaine le monde des affaires a compris qu’il se préparait un combat de titans dans l’industrie de la communication. Les entreprises de la net-économie les plus puissantes du monde, en l’occurrence Microsoft, Google , Apple , SAP et Oracle, sont prêtes à se battre à coup de milliards de dollars pour mettre la main sur une entreprise que personne ne connait dans le grand public, "Sales force". L’enjeu est planétaire.

Sales force, pour les professionnels du marketing, est le champion du monde du logiciel capable de gérer les relations client. Le big data, c’est lui. C’est lui qui a tous les outils pour savoir très finement ce que veut et à quel prix, le client. Autant dire qu’il possède l’arme nucléaire  dont  toutes  les marques  sont prêtes à louer les services. Les industries de la consommation, les banques, les assurances, les opérateurs de téléphone, les voyagistes, les caisses de retraites  etc. etc.

Cette entreprise créée en 1999 aux Etats-Unis valait cette semaine 45 milliards de dollars à la  bourse de New-York. Elle intéresse SAP, la multinationale du logiciel d’organisation, d’origine  allemande, Oracle qui est l’inventeur historique de la relation client et bien sûr, tous ceux qui lorgnent sur les big-data à commencer par Google et Microsoft. Microsoft  aurait mis 50 milliards de dollars US, la semaine dernière pour acquérir cette perle rare.

En quoi cette affaire intéresse-t-elle la France… En quoi ? Très simple, la France est complètement incapable de rentrer dans un tel deal.

Les Allemands pourraient renchérir (SAP), mais en réalité la source de l’information commerciale utilisable dans le monde entier restera américaine. C’est grave, docteur ?  Ça ne le serait pas trop si l’Europe ou le monde étaient organisés et régulés. Mais ce n’est pas le cas. Celui qui disposera du big data pourra aussi décider des productions de biens  et services répondant aux besoins et surtout décider de leur localisation industrielle, donc des activités et des emplois. Ce n’est pas de la science-fiction, c’est du planning à dix ans. C’est-à-dire pour demain.

Pendant que les grandes entreprises mondiales préparent de vraies grandes manœuvres , la France préfère se polariser sur les droits de vote double pour les participations d’Etat, polémiquer sur la retraite chapeau légale d’un dirigeant à qui on a officiellement confié le redressement d’Areva , ou surveiller comme le lait sur le feu ce que donnera socialement la transformation des 35 heures à l’Hôpital de Paris. Le gouvernement français s’occupe de l’essentiel, on va donc pouvoir s’endormir tranquille et compter les allocations chômage.

C’est terrible, mais on ne doit pas vivre dans le même monde que les autres humains de la planète et de moins en moins… Le village d’Astérix, encore et toujours. C’est drôle en bande dessinée mais dans la vraie vie ça ne tient pas longtemps.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Affaire Zemmour : le CSA prend-il ses consignes auprès du CCIF ?

02.

Mort de la magistrate Michèle Bernard-Requin

03.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

04.

Edouard Philippe et Emmanuel Macron ont voulu une réforme de gauche mais acceptable par la droite. Pour l’instant, ils n’ont satisfait personne

05.

Ecoutons ce que dit Mélenchon : si Jeremy Corbyn a perdu, c’est de la faute des Juifs…

06.

Les relations de travail toxiques ou la vraie raison de l’allergie des Français au recul de l’âge de départ en retraite

07.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

01.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

02.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

03.

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

04.

Affaire Zemmour : le CSA prend-il ses consignes auprès du CCIF ?

05.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

06.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

01.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

02.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

03.

Petite liste de ces réformes qui mériteraient beaucoup plus le titre de "mère de toutes les réformes" que celle des retraites

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

06.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Maredesbobos
- 10/05/2015 - 00:00
la réalité
Un fonctionnaire ou un emploi aidé recruté équivalent à un socialiste de plus.
Miterand en a créé des tonnes. Holande idem.
On est cuit.
La seule issue, la faillite et reconstruire un nouveau modèle sociétale . Mais pour cela il est impératif que ce soit les nantis qui dégustent les premiers. A suivre.
Liberte5
- 09/05/2015 - 22:49
Sans issue....
car rien ,ni personne ne montre un signe de redressement.
talarmoor
- 09/05/2015 - 18:12
Pourquoi gémir ?
Comme le dit le titre d'un livre "On va dans le mur". Mais la faute à qui ? Aux différents présidents nuls qui ont été élus ? Sûrement. Mais les vrais responsables, ce sont les Français eux-mêmes, peuple de veaux comme disait De Gaulle, qui élisent des nullités.