En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

03.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

04.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

05.

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

07.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

06.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le fantôme d'Aziyade" de Pierrre Loti : quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 2 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vive la vie" de Thomas Labacher : helvétique, envoûtant et magique !

il y a 5 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"A crier dans les ruines" d'Alexandra Koszelyk : un roman féerique et gracieux sur Tchernobyl

il y a 6 heures 2 sec
light > Santé
Remède efficace
Coronavirus : Jackie Chan s’engage à donner un million de yuans pour la recherche d’un vaccin
il y a 7 heures 30 min
pépites > Politique
Campagne familiale
Elections municipales : Marie-Caroline Le Pen, la sœur aînée de Marine Le Pen, fait son retour en politique à Calais
il y a 10 heures 7 min
light > Sport
Un pas de plus dans la légende
Biathlon : Martin Fourcade remporte son onzième titre de champion du monde de l’individuel
il y a 10 heures 55 min
pépites > Politique
Rivalités
Affaire Griveaux : Christophe Castaner fait une allusion à la vie privée d’Olivier Faure et provoque l'indignation de l'opposition
il y a 12 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le cas Richard Jewell" de Clint Eastwood : l'histoire vraie d'un héros ordinaire broyé par la machine étatique : un Clint Eastwood grand cru...

il y a 13 heures 50 min
décryptage > Société
Hémiplégie techno

Séparatisme islamique : cette autre dimension du défi qu’oublie Emmanuel Macron

il y a 15 heures 55 min
décryptage > Europe
Recomposition politique

Ce vote Sinn Féin irlandais qui devrait réveiller l’Europe

il y a 16 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Français, Le monde vous regarde" de Jean-Christophe Notin : 32 ambassadeurs en poste en France répondent à de nombreuses questions lapidaires, trop de langue de bois, aucun commentaire après les réponses. Aurait pu mieux faire !

il y a 3 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Thérapie de groupe, tome 1. L’étoile qui danse" de Manu Larcenet : l’angoisse de la page blanche ? Une porte ouverte à tous les délires créatifs ?

il y a 5 heures 46 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 18 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 35 min
pépites > Justice
Dommages et intérêts
L'Assemblée nationale va réclamer plus d'un million d'euros dans le cadre du procès Fillon
il y a 8 heures 17 min
décryptage > Défense
Contrat

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

il y a 10 heures 38 min
pépites > Justice
Enquête de déontologie
Affaire Griveaux : Juan Branco a renoncé à défendre Piotr Pavlenski, suite à la demande du bâtonnier de Paris
il y a 11 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les "anonymes" de la Résistance en France, 1940-1942. Motivations et engagements de la première heure" de Limore Yagil : la Résistance avait commencé bien avant l’appel du 18 juin, une salutaire analyse pour l’honneur des Français

il y a 13 heures 37 min
pépites > Politique
Campagne électorale
Elections municipales à Paris : Rachida Dati devance Anne Hidalgo pour la première fois, selon un nouveau sondage
il y a 14 heures 20 min
pépite vidéo > Environnement
Une page se tourne
Le premier réacteur de Fessenheim, la plus ancienne centrale nucléaire française, sera arrêté samedi
il y a 16 heures 4 min
décryptage > Sport
Haaland fait chuter Paris

Dortmund/PSG: 2/1 Paris passe au travers

il y a 17 heures 16 min
© Bibliothèque du Congrès
Un défilé lors de la libération de Paris, le 26 août 1944.
© Bibliothèque du Congrès
Un défilé lors de la libération de Paris, le 26 août 1944.
Traces du passé

8 mai 1945, la victoire contre le mal : mais que nous reste-t-il aujourd'hui des principes fondateurs de la reconstruction ?

Publié le 08 mai 2015
Les hommes politiques qui ont eu la lourde charge de faire repartir économiquement et socialement la France après la Libération ont mis en place des dispositifs dont certains perdurent encore. Mais tous n'ont pas réussi pour autant à exister encore dans la France de 2015, à l'état d'esprit différent par rapport à un pays qui sortait exsangue de la guerre, en partie divisé, mais confiant en l'avenir.
Pascal Cauchy est professeur d'histoire à Sciences Po, chercheur au CHSP et conseiller éditorial auprès de plusieurs maisons d'édition françaises.Il est l'auteur de L'élection d'un notable (Vendemiaire, avril 2011). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrice Baubeau est maître de conférences en histoire économique à l'Université Paris Ouest Nanterre La Défense et à Sciences Po Paris. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Claude Angoulvant est un Expert Senior dans tous les domaines de la sécurité sociale, qui combine une forte expérience opérationnelle dans la gestion d’organisme de protection sociale en France et une longue activité de consultant puis de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Cauchy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Cauchy est professeur d'histoire à Sciences Po, chercheur au CHSP et conseiller éditorial auprès de plusieurs maisons d'édition françaises.Il est l'auteur de L'élection d'un notable (Vendemiaire, avril 2011). 
Voir la bio
Patrice Baubeau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrice Baubeau est maître de conférences en histoire économique à l'Université Paris Ouest Nanterre La Défense et à Sciences Po Paris. 
Voir la bio
Jean-Claude Angoulvant
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Claude Angoulvant est un Expert Senior dans tous les domaines de la sécurité sociale, qui combine une forte expérience opérationnelle dans la gestion d’organisme de protection sociale en France et une longue activité de consultant puis de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les hommes politiques qui ont eu la lourde charge de faire repartir économiquement et socialement la France après la Libération ont mis en place des dispositifs dont certains perdurent encore. Mais tous n'ont pas réussi pour autant à exister encore dans la France de 2015, à l'état d'esprit différent par rapport à un pays qui sortait exsangue de la guerre, en partie divisé, mais confiant en l'avenir.

Atlantico : Après 6 ans de guerre et plus de 550 000 morts en France dans un pays qui s'est profondément divisé, dans quel état d'esprit la population en liesse le jour de la Libération était-elle ? Et dans quel état d'esprit le Gouvernement provisoire de la République française abordait-il sa tâche ?

Pascal Cauchy : La première urgence de l'époque était d'installer une légitimité dans un Etat de droit, primo vis-à-vis des alliés, mais aussi vis-à-vis de l'administration de Vichy, ce qui était déjà plus facile. Ensuite, très vite, il a fallu penser aux aspects matériels et nourrir une population vivant dans la pénurie alimentaire. Il a fallu aussi remettre en place des institutions et de nouveaux pouvoirs. Elle ne sera pas trop abordée au début pour ne pas altérer l'unanimité de façade des différents résistants. On repoussait donc à plus tard la question du décompte des forces politiques ce qui a gêné la création de nouvelles institutions.

Il y avait aussi une logique de table rase : on a mis bien sûr fin à l'Etat français de Vichy, mais il y avait aussi consensus pour ne plus revenir à la IIIe République. Albert Lebrun n'a jamais terminé son septennat… Mais pour de Gaulle et ses fidèles, l'état d'esprit était au retour à l'ordre dans le cadre d'institutions démocratiques, les autres envisageant plutôt une réforme sociale profonde. Sans bien sûr parvenir à se mettre d'accord.

Jean-Claude Angoulvant : L'état d'esprit de l'époque était tourné vers la volonté de mise en place d'une protection sociale ouverte à tous. La Libération marque aussi une très forte influence de la pensée et du schéma marxiste. Compte tenue de la situation en Union soviétique, il y avait un refus d'aller immédiatement vers une économie administrée, mais les dirigeants plus influencés par le marxisme (les socialistes et les communistes) étaient dans une logique de "révolution différée". Même les composantes du CNR qui étaient opposés au marxisme, le MNR et les gaullistes, qui n'en demeuraient pas moins les défenseurs d'une économie administrée. A la Libération, il faut bien comprendre qu'il ny avait pratiquement aucune pensée libérale en France !

Comment cet esprit s'est-il traduit dans les principales dispositions mises en place ? Quelle était l'idéologie soutenant les grandes mesures qui sont restées dans les mémoires (sécurité sociale, politique redistributive etc.) ?

Pascal Cauchy : Il avait tout d'abord une approche "proclamative", le fameux programme du CNR. Mais la réalité, c'est l'œuvre législative, qui avait commencé par les lois d'épuration qui contiennent aussi un contenu économique et social. Et on retrouve dedans aussi bien le statut de la fonction publique que la sécurité sociale. Tout cela est antérieur au CNR, cela a été préparé à Alger.

Il ne faut pas oublier que toutes ces propositions n'ont pas été pensée juste au moment de la Libération : certains sont des projets en gestation depuis les années vingt ou trente, certains datent même du premier régime de Vichy en 1941-42. Les lois de l'assurance sociale, portant les bases de la sécurité sociale datent même de la fin de la Première Guerre mondiale ! 

Jean-Claude Angoulvant : La sécurité sociale a été mise en place car toutes les composantes de la CNR, des communistes aux gaullistes, avaient le souhait de mettre en place une société qui ne doit jamais abandonner ses membres. Que ce soit sous influence de la pensée marxiste ou du capitalisme d'Etat, il y avait un consensus sur l'idée d'une nécessaire prise en charge de toutes les composantes de la société face aux risques de la vie. D'ailleurs les forces qui se sont finalement le plus opposés à cette sécurité sociale sont d'une part les fonctionnaires qui ne voulaient pas rentrer dans un système de protection sociale qui était moins favorable que ce dont ils bénéficiaient déjà (et ils n'y sont toujours pas), et les travailleurs indépendants. Mais ces derniers ne comptaient guère à l'époque face à l'émergence d'un mouvement massif : la généralisation du salariat.

En quoi la vision du monde portée par les dirigeants de la Libération a-t-elle pu être favorable également à la croissance rapide de la classe moyenne dans l'après-guerre ?

Patrice Baubeau : Il est difficile de savoir si l'apparition des classes moyennes est vraiment liée à la Libération. Il y a eu en effet un gros mouvement de naissance des classes moyennes urbaines en France dans les années vingt grâce à une forte croissance assez proche des Trente glorieuses. Il y a un immense sentiment de faillite issu de la défaite de 1940 qui reste prédominent en 1945-46. Le témoignage de Marc Bloch est tout à fait éclairant à ce sujet. Cette faillite des classes dirigeantes signifie que l'on va chercher ailleurs à la fois des dirigeants politiques, mais aussi une sorte "d'ethos" de la direction du gouvernement des entreprises. Et cet "ethos" est celle d'une gouvernance qui se fait au service du plus grand nombre. Et cela dans tous les domaines : investissements publics, gestion de la monnaie, sécurité sociale, cohérence des infrastructures…

Ces dispositions ont-elles permis d'obtenir les résultats que les dirigeants attendaient eu égard de leur positionnement idéologique ?

Pascal Cauchy : Si on regarde les faits, non. Le pays entre dans une crise sévère jusqu'en 1951, on l'oublie d'ailleurs assez souvent. Mais il faut contre-balancer cela par l'apparition d'un formidable optimisme. Si la IVe République ne partait pas sur de mauvaises bases au niveau social, les premières années ont été très dures et n'ont pas permis de voir des résultats marquants.

Patrice Baubeau : Il y a effectivement un paradoxe. Pour reconstruire un pays dévasté, il faut un taux d'épargne élevé. Et pour avoir ce taux d'épargne élevé, cela suppose de restreindre la consommation. L'objectif d'augmentation des revenus des classes populaires et des classes moyennes qui est celui des dirigeants de l'époque n'a donc été accompli qu'à moyen terme. Et une partie de la population, en l'occurrence les retraités, a du payer économiquement et socialement une partie de ces choix.

Soixante-dix ans après, les références à l'esprit de l'après-guerre sont nombreuses, même si une bonne partie des politiques ont disparues ou ont été profondément remaniées. Concrètement, que reste-t-il de cette époque des dispositifs ou de l'état d'esprit de l'époque ? Et qu'est-ce qui différencie ce qui a disparu de ce qui est resté ?

Pascal Cauchy : Fondamentalement, le grand thème, c'est l'Etat-providence. Il va perdurer jusqu'en 1973-74. Donc pendant toute une génération, avant de marquer un reflux face à l'apparition d'une autre vision du monde. Mais c'est pour moi l'idée centrale de la Libération : la capacité à mettre en place un Etat protecteur qui ne soit pas un Etat autoritaire. Certaines choses sont malgré tout restées, même avec les années. Je pense particulièrement au statut de la fonction publique qui na jamais été remis en cause. Ce statut correspondait à une vision de longue date que la France avait de son administration : neutre et plutôt efficace. On voit d'ailleurs que cela perdure aujourd'hui : quand Nicolas Sarkozy annonçait le non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux, il n'y a pas eu tant de protestations que cela. Par contre, on n'imagine pas une remise en cause du statut. Le nombre oui, le statut non. Et c'est la Libération qui l'a gravé dans le marbre. 

Patrice Baubeau : Ce qui a le mieux perduré, ce sont les dispositifs porteurs de valeurs. On pense notamment à la Sécurité sociale qui, malgré les nombreuses réformes, gardent encore un esprit similaire à ce qui a été installé à la Libération. D'autres dispositifs plus techniques ou idéologiques, eux, n'ont pas duré et sont, en quelques sortes, mort de "leur belle mort". On peut citer notamment les nationalisations qui avaient un sens économique – et punitif – à l'époque mais qui ne peuvent plus être comprises dans une logique de globalisation avec des entreprises internationalisées et établies sur plusieurs territoires. C'est un peu la même chose avec la logique monétaire établie en 1945 et qui reposait sur une logique de souveraineté propre à l'époque, qui n'a plus cours aujourd'hui. 

Alors que l'on fête aujourd'hui les soixante-dix ans de la fin de la guerre en France, la vie politique et intellectuelle reste largement traversée par des références incessantes au "fascisme", le rappel aux "heures sombres", et des comparaisons fortement connotés. Pourquoi cet aspect historique reste-t-il aussi vivace (débordant même sur ce qui n'a parfois rien à voir) ?

Pascal Cauchy : Le fascisme, et l'antifascisme sont des postures politiques qui datent des années trente. Il n'y a pas de rapport avec la fin de la guerre. Ce qui va se passer, c'est l'assimilation avec le nazisme. Et elle est largement liée à la pression des communistes et de l'URSS qui ne voulaient pas du mot "socialisme" pour qualifier ces postures. D'ailleurs en Russie aujourd'hui, on ne parle pas de nazisme, mais de guerre contre "le fascisme allemand". Ajoutez à cela dans les années soixante et soixante-dix une qualification de "fasciste" tout ce qui était plus ou moins de droite on a empilé des confusions conséquentes. Le mot a perdu tout son sens pour ne plus être qu'un terme dépréciatif face à un ennemi politique. Alors qu'historiquement, si on restait rigoureux, ce mot ne devrait être lié qu'au parti italien. On allait même en 1958 jusqu'à parler du "complot fasciste du général de Gaulle".

Selon vous, la France de 2015 ressemble-t-elle à la France "rêvée" par les dirigeants de 1945 et des premières années de l'après-guerre ? 

Pascal Cauchy : Non. Pour eux, c'était un horizon inenvisageable. Les hommes et les femmes de 1945 rêvent la France dans un cadre classique d'Etat-nation à l'économie colbertiste, assez typique en fait du XIXe siècle. On n'était sur une "table rase" relative. Leurs modèles sont peut-être novateur pour eux, mais les concepts qu'ils avancent sont déjà anciens Ils sont aussi le produit des deux ou trois générations précédentes : quelqu'un qui a vingt ans en 1930 a un grand-père né au début du règne de Napoléon III. Je rappelle aussi que le maréchal Pétain, mort en 1952, a été élevé au début de sa vie par un prêtre qui est né sous Louis XV… On comprend mieux le décalage avec notre époque actuelle.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Elles lynchent Macron en chantant (mal) et en dansant (très mal)…

03.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

04.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

05.

La modernisation de la flotte australienne de sous-marins : un enjeu géopolitique pour la France

06.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

07.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Mais d’où vient ce mystérieux signal radio émis des profondeurs de l’espace à destination de la Terre ?

06.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

03.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

04.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
maikerusan
- 08/05/2015 - 17:21
que nous reste il
REPONSE......RIEN
zouk
- 08/05/2015 - 15:12
Idées de la Libération
Ont survécu les plus nocives: Etat providence dont continuent de rêver les socialistes et leurs alliés de toutes nuances à gauche, force des syndicats devenus une puissance de refus forcené de toute modification, si minime soit-elle (souvenons nous des dockers), mais aussi maintien du statut particulier des fonctionnaires dans leurs aspects les plus négatifs: emploi à vie, régimes spéciaux de retraite et assurance maladie, depuis étendus à presque toutes les activités d'usage général, comme SNCF, EDF, RATP.... Les Britanniques, inventeurs du concept d'Etat Providence, ont su se débarrasser en grande partie de ce fardeau et réduire les syndicats à leur seul rôle originel. Les élections du 7 mai en témoignent. Les travaillistes, qui s'inspiraient visiblement d'une politique inspirée de celle de notre gouvernement depuis 2012, ont été balayés. Pourquoi sommes nous aussi obstinés dans nos erreurs? Programme du CNR, il date de 70 ans! ou aveuglement collectif?
GP13
- 08/05/2015 - 12:38
La France n'est pas réconciliée.....
L'Etat français de Pétain et la France libre de De Gaulle étaient les faces opposées d'une même médaille, celle des intérêts français, l'indépendance et la souveraineté. François Mitterrand, membre de cabinet ministériel de Vichy, et devenu président de la république, a voulu se refaire une virginité politique, en condamnant Vichy au delà de tout bon sens. Gayssot, ministre communiste, a fixé l'histoire de Vichy et de la Résistance par la loi, afin de la falsifier pour faire oublier que les communistes français, soutiens inconditionnels des soviétiques, étaient contre la guerre contre l'Allemagne, alliée de l'URSS. Détruire une face d'une pièce de monnaie, c'est lui enlever toute valeur. De fait, l'indépendance et la souveraineté de la France ne sont plus garanties, et depuis plus de 40 ans tous nos dirigeants hésitent, pour cause d’Europe et d'Otan entre indépendance et assujettissement et entre souveraineté et soumission. Que devient notre patrie ? Que devient le travail, avec la désindustrialisation et le chômage de masse ? Que devient la famille, avec l’explosion des divorces, le mariage pour tous, la remise en cause de la politique familiale?