En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

03.

Corona-krach : Comment échapper à la méga crise américaine qui semble se profiler ?

04.

Coronavirus : Pour Bruno Le Maire, la France va "vraisemblablement" connaître sa pire récession depuis 1945

05.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

06.

Radioscopie des foyers épidémique français : ces semaines pendant lesquelles l’épidémie aurait encore pu être limitée

07.

Coronavirus : quand Libération fait le tri entre les religions…

01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Santé
Scandale
Une infirmière montre l'état catastrophique des nouvelles blouses reçues par son hôpital
il y a 4 heures 18 min
Surchauffe
Le mois de mars parmi les plus chauds jamais enregistrés
il y a 5 heures 32 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Confiner c’est mourir un peu. Ne pas le préparer, c’est mourir sûrement.

il y a 6 heures 7 min
Alerte
La WWF alerte sur les conséquences d'une reprise économique pouvant aggraver la crise climatique
il y a 6 heures 54 min
pépites > Economie
Économie
Coronavirus : Pour Bruno Le Maire, la France va "vraisemblablement" connaître sa pire récession depuis 1945
il y a 9 heures 8 min
pépite vidéo > International
Israël
L'église du Saint-Sépulcre à Jérusalem ferme pour cause de coronavirus
il y a 9 heures 34 min
décryptage > Société
Allah n’y est pour rien.

Coronavirus : quand Libération fait le tri entre les religions…

il y a 10 heures 39 min
décryptage > Société
Économie/société

Une autre stratégie : la bourse ET la vie

il y a 11 heures 13 min
décryptage > Santé
Covid19

Radioscopie des foyers épidémique français : ces semaines pendant lesquelles l’épidémie aurait encore pu être limitée

il y a 11 heures 56 min
décryptage > Politique
Forte tête

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

il y a 12 heures 32 min
pépites > Economie
Économie
Coronavirus : L'Espagne premier pays européen à envisager un revenu universel
il y a 5 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Brigitte Kermel "Le secret d'Hemingway" : L’ “histoire vraie” romancée du mal-être du fils d’Hemingway. Un récit un peu décevant

il y a 5 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Commandant de sous-marin" François Dupont : Vingt mille mots sous les mers : un embarquement fascinant !

il y a 6 heures 12 min
pépites > Société
Piégées
Confinement : Castaner "confirme" la hausse des violences familiales
il y a 8 heures 50 min
pépites > International
Extension du virus
Coronavirus : Un mammifère d'un zoo de New-York contaminé
il y a 9 heures 24 min
décryptage > Economie
Menace économique

Corona-krach : Comment échapper à la méga crise américaine qui semble se profiler ?

il y a 10 heures 30 min
décryptage > Economie
Économie

La pandémie telle que vue et prévue par les marchés financiers

il y a 10 heures 54 min
décryptage > Economie
Économie

La France malade de sa désindustrialisation (et de l’euro...?)

il y a 11 heures 33 min
rendez-vous > Social
La minute tech
Coronavirus : l’impression 3D à notre secours
il y a 12 heures 6 min
décryptage > Economie
Économie

Relance budgétaire européenne : une imagination débordante de Bruxelles mais aucune mise en œuvre concrète. La faute à qui ?

il y a 12 heures 51 min
© Reuters
François Hollande commémore le génocide arménien.
© Reuters
François Hollande commémore le génocide arménien.
Le temps passe, mais la mémoire reste

(Non) reconnaissance du génocide arménien : continuer à ménager la Turquie, quel intérêt ?

Publié le 26 avril 2015
Les Arméniens commémorent ce vendredi 24 avril le centenaire des massacres perpétrés par l'empire Ottoman en 1915 qui ont conduit à la mort de 1,5 million de personnes. L'Autriche et l'Allemagne ont rejoint la liste des pays ayant officiellement reconnu l'existence d'un génocide. Les Etats-Unis pourraient sans doute le faire d'ici quelques années.
Frédéric Encel Docteur HDR en géopolitique de l'Université Paris 8, maître de conférences à Sciences-Po Paris et à la Paris School of Business, fondateur et animateur des Rencontres internationales géopolitiques de Trouville. A paraître à la rentrée...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Encel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Encel Docteur HDR en géopolitique de l'Université Paris 8, maître de conférences à Sciences-Po Paris et à la Paris School of Business, fondateur et animateur des Rencontres internationales géopolitiques de Trouville. A paraître à la rentrée...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arméniens commémorent ce vendredi 24 avril le centenaire des massacres perpétrés par l'empire Ottoman en 1915 qui ont conduit à la mort de 1,5 million de personnes. L'Autriche et l'Allemagne ont rejoint la liste des pays ayant officiellement reconnu l'existence d'un génocide. Les Etats-Unis pourraient sans doute le faire d'ici quelques années.

100 ans après, le génocide arménien continue d'attiser les tensions entre Etats : la Turquie a ainsi rappelé son ambassadeur d'Autriche après que le pays a officiellement reconnu le caractère génocidaire de l'exécution d'1,5 millions d'Arméniens, alors que Barack Obama, de son côté, s'est  gardé de prononcer ce mot, à la grande satisfaction du président Erdogan.

Atlantico : Quel intérêt certains Etats trouvent-ils aujourd'hui à reconnaître officiellement le génocide, et d'autres à ne pas le faire ?

Frédéric Encel : "Les Etats n'ont que des intérêts"... Ceux qui ne dépendent pas de relations commerciales ou militaires particulièrement privilégiées avec la Turquie ont déjà commencé à reconnaître le génocide dans les années 60 et 70. Le tout premier a été l'Uruguay. Les Etats-Unis, qui ont toujours compté pendant la Guerre froide sur leur allié au sein de l'OTAN, n'ont jamais reconnu le génocide afin d'éviter de le froisser. Avec la chute de l'URSS et la montée en puissance de l'UE, dans les années 1990 et 2000 plusieurs Etats européens, et même le Parlement européen, ont reconnu, résolution après résolution, le génocide.

Ensuite on a assisté dans les années 2000 à la prétendue montée en puissance de la Turquie. Une fois la banqueroute et advenue l'arrivée au pouvoir du parti islamo-conserveur AKP, nombre d'observateurs - dont je n'ai jamais été - ont cru que le pays devenait une puissance incontournable et stabilisatrice au Moyen-Orient ; printemps arabe, émergence des Frères musulmans en Egypte, en Tunisie et ailleurs, chute attendue de Bachar el Assad, etc ; cette hypothèse semblait devoir être validée. Ainsi ceux qui en France s'opposaient à la pénalisation de la négation du génocide arménien, voilà un an, arguaient de la nécessité de ne pas irriter une Turquie devenue grande puissance régionale. Or, elle ne l'est pas devenue !

Nous assistons cependant à un grand tournant, d'autant plus symbolique que c'est aujourd'hui le centième anniversaire du génocide arménien. Jamais les tribunaux nationaux et internationaux n'ont été sollicités sur autant de demandes de jugements quant à des politiques génocidaires. Dans ce contexte moral et judiciaire international, il se trouve que la Turquie a échoué sur tous les plans géopolitiques : sa politique (parfois qualifiée de) néo ottomane visant à étendre son influence sur le monde arabe a failli puisque les Frères musulmans qu'elle soutenait ont été partout évincés, notamment en Egypte ; elle a totalement échoué dans son intention de faire chuter Assad ; elle n'est pas parvenue à étendre son influence économique en Asie centrale (pantouranisme) ; et elle n'a pas non plus réussi son divorce avec Israël, lequel a riposté par un accord gazier et militaire avec respectivement Chypre, la Grèce et la Bulgarie. D'autre part les alliés d'Israël à Washington ont modifié leur comportement en quelques années : par solidarité avec Israël ils tempéraient leurs vis à vis de la Turquie, ce n'est plus du tout le cas et le rapprochement entre les communautés juive et arménienne est évident. Il reste encore à mentionner l'échec de la Turquie à maintenir sous le boisseau la question kurde, et à accélérer le processus d'intégration dans l'UE...

Que des pays comme l'Autriche et l'Allemagne reconnaissent - d'une façon ou d'une autre - le génocide de 1915, et que d'autres s'apprêtent à le faire, est assez emblématique du nouveau rapport de force que je viens de décrire.

Est-ce une occasion pour certains pays de se montrer "moraux" sans que cela ne leur coûte grand-chose ?

Puisque manifestement cela ne leur coûte pas grand-chose, effectivement, certains se disent "faisons-le". L'Allemagne, par exemple, se trouve sur ce schéma. Dans un autre schéma, le Pape l'a fait aussi.

Dans ces conditions, pourquoi les Etats-Unis se gardent-ils de reconnaître le génocide ?

Jusqu'à récemment les Américains considéraient qu'ils n'avaient pas intérêt à froisser les Turcs. Néanmoins, aujourd'hui Washington considère que la Turquie ne joue pas le jeu sur un certain nombre de sujets, et qu'elle continue de se comporter de manière déloyale ; soutien de l'Iran dans sa diplomatie nucléaire, hostilité vis-à-vis d'Israël, dérive autoritaire et liberticide du régime (premier pays au monde en nombre d'emprisonnements de journalistes, tout de même !)... Et ce qui ne passe vraiment pas aux yeux des Américains, c'est que la Turquie ne joue pas le jeu de la coalition anti-Daesh. Alors dans ce contexte général, Obama n'a certes pas employé le terme fatidique - et juridiquement bien spécifique - de génocide, mais il a employé des termes très durs malgré tout. Souvenez-vous de ce fait passé inaperçu : il y a quelques années de cela, avant même le printemps arabes, la commission des affaires étrangères du Sénat avait pour la première fois, à une voix près, adopté une résolution demandant la reconnaissance du génocide arménien par l'exécutif. Les conditions de la reconnaissance par les Etats-Unis sont donc réunies aujourd'hui, ce qui risque d'être à court ou moyen terme très ennuyeux pour la Turquie.

Il n'existe donc plus aucun intérêt objectif du côté occidental à ne pas se prononcer sur le génocide arménien ?

Plus aucun ! Les Américains n'ont rien à perdre sur le plan géopolitique à reconnaître ce génocide, car Ankara ne peut se payer le luxe de quitter l'OTAN. Ce n'est pas comme si la Turquie pouvait se permettre de jouer un subtil jeu de bascule entre deux grandes puissances - ses objectifs caucasiens et proche-orientaux divergent radicalement de ceux de la Russie - ou entre deux grands fournisseurs dont elle serait la cliente convoitée. Quant à l'UE, qui n'est hélas pas une puissance géopolitique unifiée, elle a déjà fait du chemin à travers plusieurs de ses membres importants, à commencer bien entendu par la France dès janvier 2001.

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

03.

Corona-krach : Comment échapper à la méga crise américaine qui semble se profiler ?

04.

Coronavirus : Pour Bruno Le Maire, la France va "vraisemblablement" connaître sa pire récession depuis 1945

05.

Trump / Macron : le match des sondages par (gros) temps de Coronavirus

06.

Radioscopie des foyers épidémique français : ces semaines pendant lesquelles l’épidémie aurait encore pu être limitée

07.

Coronavirus : quand Libération fait le tri entre les religions…

01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

05.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 24/04/2015 - 20:22
Reconnaissance ou pas
Le génocide a eu lieu (enfin moi j'appelle ça un massacre de grande ampleur car je n'ai jamais fait de hiérarchie dans les causes d'assassinat des victimes qu'elles soient, en nombre ou individuelles mais chacun a le droit de penser ce qu'il veut).
Alors qu'on le reconnaisse ou pas cela n'a strictement aucun intérêt puisqu'il a eu lieu et que c'est prouvé. Ce genre de reconnaissance ne sert qu'à amuser la galerie. Quant aux Turcs, on ne voit pas pourquoi ils s'intéresseraient au problème. Tuer un infidèle n'est pas condamnable par l'Islam.