En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

05.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

06.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

07.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 31 min 11 sec
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 55 min 33 sec
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 1 heure 19 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 1 heure 21 min
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 16 heures 48 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 17 heures 31 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 20 heures 3 sec
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 20 heures 43 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 21 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 22 heures 51 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 47 min 59 sec
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 55 min 41 sec
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 1 heure 20 min
décryptage > Economie
Début de renaissance italienne

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

il y a 1 heure 22 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 17 heures 13 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 18 heures 42 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 20 heures 15 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 21 heures 12 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 22 heures 10 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 23 heures 6 min
© Reuters
malgré ces bons résultats, le Premier ministre David Cameron est loin d'aborder les prochaines législatives avec sérénité.
© Reuters
malgré ces bons résultats, le Premier ministre David Cameron est loin d'aborder les prochaines législatives avec sérénité.
Mauvais boomerang

Avis à un François Hollande qui mise sur une (hypothétique) baisse du chômage pour 2017 : le Royaume-Uni est presque au plein emploi et David Cameron n'en profite pas

Publié le 22 avril 2015
L'économie du Royaume-Uni est au beau fixe : l'année dernière, sa croissance a atteint 2,8 % et le taux d'emploi est au plus haut niveau depuis 1971, à 73,4 %. Le taux de chômage est quant à lui inférieur à 6 %. Et pourtant, malgré ces bons résultats, le Premier ministre David Cameron est loin d'aborder les prochaines législatives avec sérénité.
Pierre-François Gouiffès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre-François Gouiffès est maître de conférences à Sciences Po (gestion publique & économie politique). Il a notamment publié Réformes: mission impossible ? (Documentation française, 2010), L’âge d’or des déficits, 40 ans de politique budgétaire...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'économie du Royaume-Uni est au beau fixe : l'année dernière, sa croissance a atteint 2,8 % et le taux d'emploi est au plus haut niveau depuis 1971, à 73,4 %. Le taux de chômage est quant à lui inférieur à 6 %. Et pourtant, malgré ces bons résultats, le Premier ministre David Cameron est loin d'aborder les prochaines législatives avec sérénité.

Atlantico : Quand on observe la situation économique en Grande-Bretagne, statistiquement, les chiffres parlent en faveur de David Cameron et de son gouvernement. Mais David Cameron est-il assuré de récolter les fruits de la reprise économique aux élections qui auront lieu le 7 mai prochain ?

Pierre-François Gouiffès : L’économie demeure au centre des élections générales qui se tiennent maintenant dans deux semaines, mais les deux impétrants au poste de Premier ministre, l’actuel titulaire de la fonction David Cameron et le leader travailliste Ed Miliband présentent la situation économique de façon très différente.

Le leader de la coalition sortante peut se targuer de résultats macroéconomiques à faire pâlir de nombreux autres chefs de gouvernement en Europe : la croissance actuellement la plus élevée de l’OCDE, le taux de chômage au plus bas grâce à trois millions d’emplois créés dans le secteur privé depuis 2010 selon l’OCDE, l’inflation maîtrisée.

Mais Ed Miliband demande aux électeurs de dépasser cette rutilante macro-économie pour mettre en lumière d’autres faits stylisés moins brillants d’une reprise dont certains aspects diffèrent négativement par rapport aux épisodes cycliques précédents :

  • Des salaires réels et des revenus réels inférieurs encore aujourd’hui au niveau d’avant crise : de fait les salaires ne se sont pas redressés par rapport aux récessions et reprises antérieures et l’OCDE attend encore leur augmentation 
  • La qualité des emplois créés (temps partiels contraints dans le secteur des services notamment via les fameux zero hour contracts) faiblement génératrice de sécurité économique : sur ce point, l’OCDE a indiqué dans son étude de 2015 sur le Royaume-Unis que "depuis début 2008, les gains étaient essentiellement attribuables à des emplois à temps partiel, dont beaucoup d’auto-entrepreneurs, mais depuis peu, les hausses concernent des emplois à temps plein, dont le nombre dépasse légèrement celui d’avant la crise" 
  • L’augmentation de la pauvreté ayant induit une explosion du recours aux banques alimentaires

D’où la volonté du leader travailliste de traiter ces difficultés dans un programme économique travailliste non totalement divergent de la proposition des conservateurs mais avec des amodiations sociales significatives.

Bref l’élection n’est pas pliée pour le sortant en dépit de ses brillants indicateurs…

Quels facteurs jouent contre la réélection de David Cameron ?

Vous avez vu plus haut le procès du bilan économique de David Cameron instruit par le parti travailliste. Mais la campagne se joue également sur des thèmes non économiques et de nature sociétale : la question de l’immigration devenue très prégnante, la préservation du National Health Service élevé par certain au statut de joyau national, la place du Royaume-Uni dans l’Europe (Cameron a promis un référendum avant 2017) ou la question de l’indépendantisme écossaise.

On constate ensuite un certain éclatement de l’espace politique, qui s’éloigne de plus en plus du modèle "pur" du bipartisme britannique enseigné durant des décennies aux étudiants en sciences politiques. Outre les Lib Dems de Nick Clegg actuellement en coalition avec le parti conservateur, deux forces politiques nouvelles bénéficiant de résultats électoraux très significatifs sont apparues en 2014 lors des élections européennes et du référendum sur l’indépendance de l’Ecosse : l’UK Independence Party (UKIP) qui demande la sortie de l’Union Européen et est dans les sondages la 3ème force politique nationale, et le Scottish National Party (SNP) qui couple demande d’indépendance écossaise et ligne beaucoup plus à gauche. La plupart des analystes jugent vraisemblable un nouveau gouvernement de coalition.

Quelles difficultés subsistent encore dans l'économie du Royaume-Uni ?

Le premier sujet est celui des déficits publics et extérieurs : le cumul britannique de ces déficits jumeaux est tout simplement le plus élevé de tous les pays du G7 à 9% du PIB : 4,4 % pour le déficit public et 4,6 % pour le déficit courant en 2015 selon la dernière prévision de l’OCDE.

Le redressement des comptes publics a de fait été plus lent qu’en Europe continentale et a sans doute contribué, à côté de la politique monétaire non conventionnelle, à raffermir l’activité britannique. Les deux principaux partis diffèrent dans leur objectif partagé de redressement des comptes : baisse des dépenses pour les conservateurs, augmentation ciblée de la fiscalité pour des travaillistes qui restent toutefois bien loin de la fameuse taxe française de 75 %.

Il y a également l’enjeu du redressement des comptes extérieurs et de la compétitivité britannique, la faiblesse des gains de productivité constatée, la faiblesse de la croissance des revenus et salaires fortement mis en avant par le parti travailliste.

De manière plus globale, à supposer que François Hollande parvienne à redresser l'économie française, ne s'exposera-t-il pas à la même situation que David Cameron ?

François Hollande devrait peut-être d’abord se rappeler de la tradition française depuis quarante ans de "sortir les sortants" aux élections nationales présidentielles ou législatives. Les deux seuls présidents sortants réélus (Mitterrand en 1988 et Chirac en 2002) l’ont été après une période de cohabitation et seules deux majorités nationales ont été reconduites, en 1978 et 2007.

Quant au lien entre performance économiques et résultats politiques, on peut à la fois constater que les récessions antérieures aux élections ont conduit à la défaites des équipes en place (1993 et 2012) mais qu’une bonne situation économique générale est tout sauf la garantie du maintien au pouvoir pour les sortants, à l’image des défaites marquantes de Chirac en 1988 et de Jospin en 2002.

Bref les leçons à tirer ne sont pas simples, sans oublier l’installation nouvelle d’un tripartisme à la française avec les positions désormais acquises par le Front National.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 22/04/2015 - 23:11
Supposition
Comme quoi il faut prendre son temps, car notre héros caresse le poil de l'électeur qui est directement bénéficiaire et non contributeur (celui là étant proche du burn-out fiscal).
Anouman
- 22/04/2015 - 23:09
Supposition
"à supposer que François Hollande parvienne à redresser l'économie française, ne s'exposera-t-il pas à la même situation que David Cameron"
L'hypothèse est hasardeuse car comme il s'y prend il n'y arrivera jamais. En conséquence il aurait tort de s'inquiéter de son impopularité s'il réussit. Il n'aura droit qu'à l'impopularité parce qu'il n'a pas réussi et je crois qu'il s'en moque car sinon, il ferait au moins une chose intelligente dans son mandat se distinguant ainsi de son prédécesseur. Mais ce n'est manifestement pas son intention. Il fait tout pour hérisser le poil de l'électeur qui est aussi contribuable et caresser celui de l'électeur qui est directement contributeur. Tout un art...
Ganesha
- 22/04/2015 - 16:16
Statistiques
Un gouvernement qui agit uniquement pour deux statistiques : hausse de la Croissance et baisse du Chômage ! Mais la première se base sur des Déficits Publics et du Commerce extérieur… Et encore plus extraordinaire : les citoyens anglais et leurs esclaves immigrés ont certes retrouvé du boulot, mais totalement précaire et à temps partiel, et surtout, la pauvreté a explosé! Cela impressionne peut-être les institutions internationales, et c'est un argument que les commentateurs dans les pays étrangers, qui n'ont passé que quelques jours à Londres, comme touristes, il y a dix ans, mais qui écrivent ''l'Angleterre va mieux, grâce au Capitalisme libéral''. Par contre, les anglais, eux, vivent sur place, et s'apprêtent à voter !