En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

03.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

07.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 8 heures 50 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 12 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 14 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 15 heures 17 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 17 heures 29 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 17 heures 38 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 17 heures 57 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 18 heures 31 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 19 heures 11 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 19 heures 36 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 10 heures 2 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 12 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 14 heures 50 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 17 heures 12 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 17 heures 35 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 17 heures 46 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 18 heures 20 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 19 heures 4 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 19 heures 14 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 19 heures 43 min
Talon d'Achille

Le risque "financier" impose une révolution de la pensée économique et politique

Publié le 31 octobre 2011
Désormais accordés sur les moyens d'une sortie de crise, les regards des pays membres de la zone Euro se tournent vers la Présidence française du G20. Y aura-t-il assez de volonté politique pour répondre à la nécessité d'une régulation économique et financière ?
Hubert Rodarie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hubert Rodarie est Directeur Général Délégué d'un groupe de compagnies d'assurance (SMABTP), en charge des finances et de l’activité d’assurance de personnes.Son dernier ouvrage est paru aux éditions Salvator, Dettes et monnaies de singe, un système...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Désormais accordés sur les moyens d'une sortie de crise, les regards des pays membres de la zone Euro se tournent vers la Présidence française du G20. Y aura-t-il assez de volonté politique pour répondre à la nécessité d'une régulation économique et financière ?

Les évènements se succèdent, à un rythme rapide. Les annonces des uns et des autres au sujet des banques, ou des États entretiennent une inquiétude maximale.

Où va-t-on ? « Est-ce  une émeute ? Non, Sire, une révolution ».

Ainsi le propre des crises est de briser les certitudes. Le futur est incertain. Le temps est nécessaire. Il faut attendre, malgré l’angoisse, pour voir ce qui va se dessiner, une fois le brouillard dissipé. Temps et incertitude avec la crise ont été ainsi réintroduits de force dans le système économique mondial. Et pourtant, maîtriser les risques, c'est-à-dire éliminer le facteur temps, était et est encore le but prométhéen que se sont donnés les designers des systèmes internationaux, bancaires, financiers, de changes, et du commerce. Il leur faut tout contrôler et s’assurer qu’aucun retournement conjoncturel ne viendra remettre en cause la croissance et la prospérité du « doux commerce ».

Doit-on vivre cette crise comme une anomalie qui finira bien par se corriger ?

Ce serait fort dommage, car c’est une occasion de faire un point sérieux sur ce qui a conduit le système mondial à une pareille situation. Il y a à dire car des diagnostics pertinents ont été portés ici et là. Il faut lire, par exemple pour l’Europe, le rapport du groupe d’experts présidé par Jacques de Larosière (2009). Mais l’inertie est grande et les décisions prises restent limitées.

Tous les acteurs de la crise de 2008 sont encore là, et les avancées réglementaires, réelles certes, n’ont pas entamé les principes directeurs des organisations actuellement en déroute.

Il est trop facile aujourd’hui de concentrer les critiques sur les politiques, trois ans après les avoir sollicités. L’endettement est général et tous, ménages, entreprises, banques et États y ont cédé. 

Or, la désorientation est réelle car les outils intellectuels largement utilisés sont apparus insuffisants. Avec des scientifiques de diverses disciplines, depuis 2008, nous avons pu le mettre en évidence. Ces montagnes de dettes ont été jugées gérables par l’introduction, comme ADN des dispositifs, d’une conception de l’incertitude trop simpliste, structurant un futur lisse et sans rupture, qui permet de mesurer le risque.

Que reste-t-il de la crédibilité des solutions scientifiques apportées à la crise ?

Aujourd’hui, pas grand-chose face à la demande de stress tests, c’est à dire de l’évaluation des effets de ruptures sur les banques. Il serait donc inquiétant qu’après la tempête on en revienne aux habitudes antérieures.

Ce n’est pas qu’un débat de scientifiques. Les politiques et les citoyens demandent aux experts des certitudes scientifiquement établies sur la qualité de leurs dispositifs.

Or la façon actuelle de concevoir l’incertitude fonde, par exemple, la légitimité du Marché comme dispositif de valorisation. Aujourd’hui, peut-on soutenir sans rougir que les prix des actions observés en janvier 2007 intégraient les Krach de septembre 2008 et 2009, comme le dit la théorie ?

De même, cette représentation a justifié la révolution des normes "prudentielles" bancaires. Avec Bâle 2, on a reconnu que chacun pouvait mesurer son risque. De fait, la sécurité du système financier n’a plus été pensée globalement mais comme l’addition de celle de chaque établissement. Conséquences directes : la normalisation et la concentration. En effet, le contrôle dans un tel cadre impose d’aligner les comportements. Le conformisme arrive par le jeu de la préconisation des best practices ou de la règle dite « de la personne prudente », vite assimilée à la moyenne. Il n’y a plus de frein alors à la concentration au sein d’ensembles de plus en plus grands.

Les aléas financiers actuels doivent permettre l'établissement de nouvelles normes

Au total le système financier, aux acteurs concentrés et synchronisés, cumule les deux caractéristiques majeures des systèmes fragiles. Tout est alors en place pour faciliter l’amplification des chocs qui surviennent régulièrement, et imposer aux états d’intervenir pour encaisser les pertes.

Reconnaître que les aléas financiers ne sont pas des processus continus même en période calme, et admettre que les ruptures sont « normales », imposent un renouvellement profond des concepts fondateurs des organisations et des pratiques auquel il est urgent de s’atteler vraiment.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
kaptanoglux
- 01/11/2011 - 11:27
Tant que les politicards ne
Tant que les politicards ne changeront pas leurs façons de pressurer tout le monde, en gardant leurs avantages honteux, mais légaux...
Bien qu'ils soient nos employés (c'est nous qui les payons avec les impôts et les taxes) nous n'avons aucune prise sur leurs prébendes.
Je suggère une règle simple :
Un politicien = un seul salaire (retraite comprise) payé par le contribuable
GBCKT
- 01/11/2011 - 09:18
Qu'est ce que gérer le risque?
Pour une société, un état c'est être en mesure de faire face à l'inacceptable. Encore faut-il définir ce que l'on ne veut pas.
Pour un dirigeant de société anonyme c'est être ruiné: il diversifie ses risques personnels. Rien à attendre de Bâle 3. Le citoyen et les élus doivent apprendre à compter.
DEL
- 31/10/2011 - 23:58
Ah, l'humain!
L'économie est faite par des humains, c'est-à-dire qu'elle est soumise comme les humains à des aléas génétiques indétectables à temps: personne ne maîtrise l'ensemble! De plus, l'humain est un joyeux rigolo imaginatif qui rêve d'introduire le grain de sable qui enrayera tout et lui rapportera un maximum! alors, prévoir? mouais, à court terme peut-être!