En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© Reuters
facebook est l'un des monstres du numérique
Prédateurs
Apple, Google, Facebook et Microsoft : les 4 majors du digital qui menacent le monde
Publié le 28 mars 2015
Il y a quatre entreprises globales aujourd’hui qui inquiètent toutes les autres de la planète : Microsoft, Apple, Google et Facebook. Ces sociétés sont tellement puissantes et influentes qu'aucune activité, aucune entreprise ne peut se sentir à l’abri d’une menace. Et elles vont révolutionner les nouveaux secteurs qu'elles envisagent de conquérir.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il y a quatre entreprises globales aujourd’hui qui inquiètent toutes les autres de la planète : Microsoft, Apple, Google et Facebook. Ces sociétés sont tellement puissantes et influentes qu'aucune activité, aucune entreprise ne peut se sentir à l’abri d’une menace. Et elles vont révolutionner les nouveaux secteurs qu'elles envisagent de conquérir.

Tous les bureaux de prospective et d’analyses économiques structurelles sont sur les dents. Les dirigeants des grandes banques mondiales, les grands assureurs, les constructeurs automobiles, les plus grands acteurs de la santé, du tourisme, de l’éducation sont tous unanimes. S’ils ne se transforment pas radicalement dans les prochaines années et si les Etats n’introduisent pas un peu de régulation dans la croissance des majors, la plupart des secteurs d’activité sont à la merci d’une prise de contrôle par un des quatre grands opérateurs mondiaux du digital.

Apple, Google, Microsoft et Facebook ont acquis une telle puissance financière en capitalisation boursière et en force de frappe financière qu'ils seraient capables de racheter tout ce qui bouge encore sur les marchés financiers. Le tout dans les cinq prochaines années. Ils en ont les moyens. D’autant que leur fonctionnement fait qu'ils irriguent toute une galaxie d’applications diverses et de changement qui agissent comme des métastases sur les activités traditionnelles.

Premier secteur menacé, la banque. La banque c’est une énorme machine informatique un peu archaïque. Quand on sait qu'un client de banque passe par un compte internet pour parler à sa banque, mais que ce compte n’est pas capable d’enregistrer en direct une opération mais qu' il faut en général deux jours, on est obligé de se dire qu' il faudra bien à un moment donné revoir toute l'informatique bancaire. D’autant que les robots vont arriver très vite. Dans ce contexte, les majors mondiaux du net comme Google ou Facebook sont parfaitement armés pour faire de la banque, et traiter des opérations. Facebook s'y prépare. Les quatre majors pourraient racheter des établissements bancaires. Pour l’instant, ils débauchent des cadres de la banque pour les intégrer. L’activité de marché est parfaitement conforme à ce que saurait faire Google ou Facebook.

Le seul atout des banquiers pour garder leur fonds de commerce est de renforcer le facteur confiance avec le client. Ce facteur confiance est fait d’une batterie de réglementations, de régulations nationales et de bonnes pratiques. Ces composants sont extrêmement fragiles. La crise de 2008, les scandales financiers (de type Kerviel) ont montré que la banque n’était pas immunisée contre les risques de perdre la confiance de ses clients.

Deuxième secteur menacé, l’automobile. Si l’avenir du secteur passe par la voiture connectée, la voiture équipée de capteurs qui roulerait toute seule tel un charriot élévateur dans un entrepôt, et si l’avenir est à la connectique, les constructeurs automobiles vont devoir se battre contre Google et Apple qui préparent des modèles. Dans ce cas la valeur ajoutée sera chez les fournisseurs de logiciels et de systèmes. Les constructeurs automobiles courent le risque de se retrouver comme des sous-traitants. Renault, PSA Peugeot Citroën, General Motors, Toyota sont tous conscient de ce danger. Ils doivent se battre pour assumer l’arrivée du véhicule propre d’un côté et une demande de connectique de l’autre. Les grands du net come Google et Apple ont dix fois en réserve de quoi acheter la totalité des constructeurs automobiles. Ils ne le feront pas. Ils imposeront les systèmes et la valeur remontera alors en Californie.

Seul moyen de se défendre : protéger sa marque et son rapport de confiance avec le consommateur. Les seuls qui ont très bien réussi ce challenge pour l’instant, sont les constructeurs allemands.

Autres secteurs menaces à très court terme, la publicité et la communication, l’hôtellerie et l’industrie du voyage, la santé ou l’éducation.

La publicité et la communication passent désormais à 70% sur le digital. Google est devenu incontournable. Facebook également. Ils traitent avec les grandes agences mondiales comme Publicis mais pour combien de temps ? Seul moyen de subsister, protéger son ADN de créatif et sa propres relation client. Ce n’est pas gagné..

L’industrie du tourisme, du voyage a été complètement bouleversée au cours des cinq dernières années. La billetterie avion et train est désormais à 99% sur internet. Mais plus ou moins contrôlée par des enfants ou des créations de Google, de Facebook et d’Apple. Les e-booking, les Airbnb ont inventé un autre modèle de fonctionnement avec des modèles économiques complètement novateurs. "L’ubérisation" en marche va provoquer des changements considérables.

Résultats : plus de 50% des réservations d’hôtels dans le monde échappent aux fournisseurs de produits et de service, donc les marges s’évaporent, les capacités d’investissement remontent vers les fameux majors du net au détriment des acteurs de l’économie réelle.

Dans ce paysage en plein bouleversement, les majors sont des entreprises globales sans patrie, ni frontières. Elles ont donc la possibilité d’optimiser les fiscalités et échappent à l’impôt. Ce faisant, elles appauvrissent les Etats et créent des fondations ONG pour financer des opérations caritatives de grande ampleur. C’est un changement considérable que les Etats nationaux ne savent pas corriger, sauf à se regrouper.

La réponse à cela réside pour les pays européens à resserrer les liens d’unité et de solidarité au sein de l’Union européenne ou de la zone euro.

En dépit de toutes les études et de tous les rapports, les hommes politiques ont très peu de réponses fortes et cohérentes pour s’adapter à une telle mutation.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
04.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
05.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
06.
Ce gouffre spectaculaire qui sépare le vocabulaire de la France du front anti-Macron de celle qui le soutient
07.
De crypto-macroniste à Paris à orbaniste à Budapest, où va le Nicolas Sarkozy d’aujourd’hui ?
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
01.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 28/03/2015 - 13:28
Il y a aussi
Amazon. GAFA= google apple facebook amazone
Ex abrupto
- 28/03/2015 - 12:45
Il y avait
un autre grand méchant loup qui n'est plus sur le devant de la scène (mais toujours très gros!) et qui a radicalement changé d'activité: IBM. Des concurrents sont apparus qui ont évité cette hégémonie que nous constatons avec les GAFA. Et les concurrents sont apparus et sont devenus économiquement viables parce que les lois anti trust américaines de l'époque ont été utilisées (une très lourde bataille!!!). Depuis Clinton , elles ont été progressivement été effacées pour contribuer à la domination économique US. Objectif atteint! Mais c'est aussi parce ue nous europeens sommes des pleutres et ne faisons rien.
Phlt1
- 28/03/2015 - 11:41
Normal...
Les GAFA menacent le monde parce que nous ne faisons rien.!.
Il n'y a aucune autre raison.
Et nous ne faisons rien parce que nous pensons comme si le monde n'avait pas changé, comme si le curseur des valeurs n'avait pas bougé. Les énarques continuent de penser qu'ils sont plus intelligents que les autres, et ceux qui ont des moyens regardent les trains passer parce qu'ils n'ont aucune ambition.
Alors pour se déculpabiliser, on fait des procès à Google...condamné à payer 150 000 Euros.!.
Ce simple fait démontre la profonde et aveugle bêtise du "vieux continent" (puisqu'il s'agit dans ce cas de l'Europe).
En France, un homme peut beaucoup: Vincent Bolloré.
Mais pour cela, il faudra qu'ils s'entourent de gens nouveaux, aux expériences différentes et qui pensent différemment.
Il faudra qu'il ose faire confiance à ceux qui sortent des structures habituelles qu'il connait. Il faudra qu'il fasse autre chose que d'avoir peur...comme le reste des français.
Esperons que ce soit son cas.
Les GAFA ne sont dangereuses que parce que nous le voulons bien.!.
Parce que le futur est à inventer, et qu'il suffit simplement d'y croire.!.