En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

02.

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

03.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

04.

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

05.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

06.

Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente

07.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
décryptage > Media
Le journalisme est un foutu métier

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

il y a 10 heures 44 min
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 13 heures 5 min
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 14 heures 58 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 16 heures 47 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 17 heures 20 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 17 heures 40 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 17 heures 56 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 18 heures 33 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 19 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 1 jour 10 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 12 heures 56 min
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 14 heures 53 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 16 heures 18 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 17 heures 5 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 17 heures 29 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 17 heures 52 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 18 heures 13 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 19 heures 21 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 1 jour 9 heures
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 1 jour 11 heures
© Reuters
© Reuters
L'édito de Jean-Marc Sylvestre

Angela Merkel a décidé de sauver la Grèce

Publié le 24 mars 2015
La chancelière a reçu lundi le premier ministre grec Alexis Tsipras. Au terme d’un entretien très serein, dit-on, les deux chefs d’État se seraient mis d’accord pour cesser les attaques réciproques et trouver une solution à la fois politique et financière au blocage grec. En attendant, Athènes aura de l’argent jusqu’au 8 avril.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La chancelière a reçu lundi le premier ministre grec Alexis Tsipras. Au terme d’un entretien très serein, dit-on, les deux chefs d’État se seraient mis d’accord pour cesser les attaques réciproques et trouver une solution à la fois politique et financière au blocage grec. En attendant, Athènes aura de l’argent jusqu’au 8 avril.

C’est Angela Merkel elle-même, qui a sifflé la fin d’un conflit aussi ridicule que dangereux. Elle a invité le premier ministre Grec à lui rendre visite. Avant cela elle s’était assurée que le ministre de l'économie Yanis Varoufakis ne mettrait pas les pieds à Berlin et que dorénavant ce serait les ministres des affaires étrangères qui règleraient les questions de détails, ce qu’ils ont fait dimanche soir en toute sérénité et discrétion. A commencer par le dossier glauque des dommages de la dernière guerre.

Dans les faits, la chancelière allemande a obtenu que les dirigeants grecs cessent leurs attaques puériles et ridicules à l’encontre du peuple allemand, qualifié de nazi dans la presse. Elle a aussi obtenu que le premier ministre s’aligne sur les engagements qui avaient été pris par le gouvernement précédent, ce qui veut dire que la Grèce va devoir retarder la présentation ou l’application des mesures et des promesses qui coûteraient de l’argent au budget.

Enfin, la chancelière a expliqué très calmement que la zone euro ne pouvait pas se réformer pour s’adapter aux facéties électorales de la gauche radicale, mais qu'à un moment un gouvernement responsable se devait, tout en respectant le verdict de urnes, de respecter aussi les traités internationaux.

En contrepartie, Angela Merkel a compris que le gouvernement grec avait un problème de survie à très court terme et qu’il lui fallait trouver de l’argent jusqu'au 8 avril, date à laquelle les engagements du gouvernement grec seront confirmés et alors la tranche de 7 milliards pourra être versée.

Si les engagements pris hier soir n’étaient pas confirmés, la situation deviendrait très critique… on entrerait dans un nouvel épisode psychodramatique qui pourrait alors conduire au désastre.

En attendant, la Grèce pourra payer ses fonctionnaires, l’Allemagne garantissant semble-t-il les traités. En prime, Angela Merkel a demandé à son ministre des affaires étrangères de rouvrir le dossier des indemnités de dommages de guerre que les nouveaux dirigeants avaient brandi, et de le présenter à Berlin, alors que tout le monde pensait que ce problème avait été réglé. Pour Alexis Tsipras, la question est moins financière que politique.  

A priori, Angela Merkel est décidée à trouver une solution. Non pas parce qu’elle craint une sortie de la Grèce de l’euro. Elle s’y est préparée et l’ensemble de la zone euro aussi. Mais elle veut sauver la Grèce parce qu’elle considère à juste titre que sa sortie serait désastreuse sur le plan politique.

D’abord désastreuse pour l’Allemagne qui serait jugée responsable de cette éviction. Ensuite désastreuse pour la zone euro dans son ensemble, avec des effets très négatifs sur le marché des changes. Enfin désastreuse pour l’économie grecque à la veille d’une saison touristique qui s’annonçait plutôt bien. Les Allemands sont des gros clients de la Grèce au mois de juillet et d’août. Un clash violent aurait détourné les touristes vers une autre destination et privé la Grèce de ressources dont elle a besoin.

Le feuilleton grec est-il donc entré hier soir dans une phase de négociation plus soft ? Finis les échanges verbaux injurieux et violents, finies les menaces imbéciles, place à la recherche de compromis. Le plus intéressant c’est que cette négociation se fait à l’abri des caméras de télévision. Que Bruxelles laisse faire le seul partenaire de la zone euro qui peut payer.

On a enfin compris à Athènes comme à Bruxelles et dans les autres capitales d’Europe, que les problèmes graves ne pouvaient être traités que sérieusement par des gens sérieux, et surtout pas sous la pression de la rue. On a aussi compris que seuls les résultats comptent, peu importe la forme. On est plus en campagne électorale. Une petite leçon de pragmatisme. Ca ne fera de mal à personne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 25/03/2015 - 10:06
ce qu'il faut en conclure
c'est que la Grece est utile à l'Europe , et devinez pourquoi, moi j'ai ma petite idée .
Nin@
- 24/03/2015 - 17:59
bizarre autant qu'étrange.
oui tout ça pour ça, en effet. Cela donne une étrange impression de manipulation de part et d'autre, de mensonges. Je doute de la leçon de pragmatisme. Mais bon...on peut rêver
Anguerrand
- 24/03/2015 - 08:48
Tout ça pour ça...
Apres tous les mensonges de Syriza soutenu par MLP la Grece va devoir continuer la politique du gouvernement précédent. Que sont devenues les promesses de Tsipras? Effacés d'un trait, MLP fera bien entendu de meme ( retraite à 60 ans, augmentation des salaires de 200€, recrutement de fonctionnaires) MLP ment car le tout est irresponsable car irréalisable.