En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

05.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

06.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

07.

Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 7 heures 45 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 8 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 9 heures 46 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 11 heures 18 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 12 heures 42 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 14 heures 40 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 15 heures 15 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 16 heures 4 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 17 heures 24 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 17 heures 48 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 8 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 9 heures 24 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 10 heures 49 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 12 heures 6 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 14 heures 23 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 15 heures 4 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 15 heures 25 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 16 heures 47 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 17 heures 44 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 17 heures 52 min
© Reuters
Une manifestation de soutien israëlienne pour la libération du soldat Gilad Shahit.
© Reuters
Une manifestation de soutien israëlienne pour la libération du soldat Gilad Shahit.
Libération prochaine

Gilad Shalit : le Hamas plus efficace que Mahmoud Abbas pour défendre la cause palestinienne ?

Publié le 12 octobre 2011
Israël et le Hamas ont annoncé un accord : le soldat franco-israëlien sera bientôt libéré en échange de 1027 prisonniers palestiniens. Le Hamas pourrait faire de cet événement une arme politique contre Mahmoud Abbas.
Julien Salingue
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Julien Salingue est Doctorant en science politique à l'Université Paris 8 et enseignant à l'Université d'Auvergne.Ses recherches portent sur le mouvement national palestinien et sur les dynamiques politiques, sociales et économiques en Cisjordanie...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Israël et le Hamas ont annoncé un accord : le soldat franco-israëlien sera bientôt libéré en échange de 1027 prisonniers palestiniens. Le Hamas pourrait faire de cet événement une arme politique contre Mahmoud Abbas.

Atlantico : Qui est Gilad Shalit, et dans quel contexte a-t-il été enlevé par des groupes armés palestiniens ?

Julien Salingue : Il possède la citoyenneté israélienne et la nationalité française par son père, puisque sa grand-mère paternelle était française. Mais c’est quelqu’un qui est né, et a grandi en Israël, qui servait dans l’armée israélienne en tant que caporal. Il a donc la nationalité française, mais sa vie est celle d’un citoyen israélien.

A l’occasion d’une opération coordonnée par plusieurs groupe armés palestiniens - dont les militants du Hamas - depuis la bande de Gaza, une colonne de blindés de l’armée israélienne qui patrouillait devant Gaza a été attaquée. Gilad Shalit a alors été enlevé par les militants palestiniens, et retenu pendant plus de 5 ans dans la bande de Gaza.


Pourquoi n'est-il libéré que maintenant alors que son enlèvement date de 2006 ?

A partir du moment où il a été enlevé, il est devenu pour la direction du Hamas une monnaie d’échange dans le cadre de négociations conduites avec l’État d’Israël. Le Hamas a d’ailleurs annoncé dès le début qu’il souhaitait échanger Gilad Shalit contre des prisonniers politiques palestiniens.

Israël a longtemps refusé toute négociation, puis, avec les années, des contacts ont été noués, et on a eu à deux reprises l’aboutissement d’un quasi accord pour un échange. Le contexte interne palestinien a notamment constitué un élément déterminant.

Depuis les accords signés par le Hamas et le Fatah au Caire il y a 6 mois, la réconciliation sur le terrain n’a pas eu lieu. Et l’initiative prise par Mahmoud Abbas à l’ONU a été vécue par une partie du Hamas comme une instrumentalisation de la réconciliation pour mettre en avant la direction de l’OLP (organisation de libération de la Palestine) et la direction de l’Autorité palestinienne.

 

Avec cette libération, le Hamas cherche-t-il donc à soigner son image ?

Depuis de nombreuses années, le Hamas s’est engagé dans une nouvelle voie, même si les gens ne l’ont pas relevé.

Le Hamas a décidé de se présenter aux élections, il a fait le choix de s’intégrer au jeu politique palestinien, tel qu’il a été dessiné par les accords d’Oslo. En tant que mouvement politique, le Hamas s’est donc déclaré prêt à jouer le rôle d’une autorité politique légitime à l’intérieur du territoire palestinien mais aussi à l’extérieur, et donc à être reconnu comme un interlocuteur priviligié pour la communauté internationale.

Avec cette libération, le Hamas essaye de contrebalancer la place qu’occupe Mahmoud Abbas sur la scène internationale, en démontrant à la population Palestinienne qu’il est capable d’obtenir des résultats concrets.

 

Le fait que cette libération intervienne après la demande de Mahmoud Abbas à l’ONU pour la reconnaissance d’un État palestinien n’est donc pas un hasard ?

Ce n’est pas un hasard. La démarche entreprise à l’ONU par Mahmoud Abbas lui confère une posture internationale de représentant des Palestiniens, qui peut avoir des répercussions à l’intérieur du territoire palestinien.

A partir du moment où il semble reconnu par la communauté internationale, la population peut penser qu’il vaut mieux un Mahmoud Abbas reconnu qu’un Hamas isolé. Mais avec ce que le Hamas obtient aujourd’hui, il peut reprendre la main. Contrairement à Abbas, il obtient quelque chose de concret, la libération de plus de mille prisonniers palestiniens. Cela représente beaucoup plus pour la population locale qu’un discours à l’ONU.

 

Peut-on parler d'un échec des négociations diplomatiques israéliennes, puisqu’elles libèrent plus de mille prisonniers contre un seul homme ?

Dans l’histoire de l’échange des prisonniers, cette disproportion a toujours été. Mais là, c’est la première fois que pour un seul homme, autant de prisonniers sont libérés.

Le gouvernement Netanyahou est fortement contesté de l’intérieur (mouvements sociaux des jeunes, etc.), et donne à l’extérieur l’image d’un État intransigeant vis-à-vis du Hamas. Cette démarche pourrait donc être une tentative pour redonner l’image d’un gouvernement israélien prêt à négocier, à lâcher du lest.    

Ensuite, ce gouvernement doit faire face à 300 prisonniers politiques palestiniens en grève de la faim depuis 15 jours, suivis de manière intermittente par 3 000 autres, pour protester contre leurs conditions de détention. Dans ce contexte, la libération de plus 1 000 prisonniers politiques n’est peut-être pas un hasard, mais un contre-feu par rapport à la mobilisation actuelle.

 

 

La France a-t-elle fait pression sur le gouvernement israélien pour qu'il accepte cet accord avec le Hamas ?

Sans être dans les arcanes diplomatiques, on sait que la France a signifié à Israël qu’elle souhaitait obtenir la libération de Gilab Shalit. Toutefois, si pression il y eu, elle a dû être effectuée sur les Palestiniens.

Contre exemple à l’appui, le Franco-Palestinien Salah Hamouri est retenu dans les prisons israéliennes depuis de longues années. Et pourtant, malgré les démarches entreprises par ses parents auprès des autorités françaises, il n’est toujours pas libéré.

En comparant ces deux cas, on obtient des éléments de réponse sur les pressions qui sont exercées sur Israël. Qui plus est, il aurait été assez maladroit d’expliquer, à un État qui essaie de libérer l'un de ses ressortissants, les moyens de parvenir à ses fins.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (24)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Jonas
- 14/10/2011 - 17:16
Est-ce qu' aujourd'hui, il existe une Palestine ou deux?
. La plupart des médias oublient de mentionner qu'il existe deux Etats Palestiniens, l'un à Gaza dont le Premier ministre est Ismaêl Haniyeh et l'autre en Cisjordanie dirigé par Salam Fayyad.
La preuve c'est que le pauvre Mahmoud Abbas peut visiter toutes les capitales du monde sauf Gaza. Pourquoi? On ne peut pas se dire représentant d'un pays et être tricard dans une partie de ce pays.
Charles de G
- 14/10/2011 - 08:03
5200 détenus palestiniens
A lire:

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2011/10/13/qui-sont-les-palestiniens-detenus-dans-les-prisons-israeliennes_1586932_3218.html
Charles de G
- 14/10/2011 - 08:03
Juste pour info: 5200 détenus palestiniens
En toute illégalité et le plus souvent SANS AUCUN jugement, les israëliens détiennent en camps de concentration plus de 5200 prisonniers palestiniens dont des parlementaires.

La plupart de ces détenus n'a rien fait, leur seul crime est d'être nés palestiniens.

Et l'Etat d'Isaraël prétend donner des leçons (une fois de plus) à la terre entière...
A les entendre, ce sont eux les victimes ?...