En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© Reuters
Alexis Tsipras, le nouveau Premier ministre grec.
Aéropage

La révolution Syriza : les populistes grecs bien partis pour imposer le retour du politique face à des élites obsédées par une gestion technocratique

Publié le 06 février 2015
Considérés comme, au mieux, démagogues, au pire dangereux, les partis populistes européens ne sont guère aimés par les élites politiques traditionnelles. Pourtant, en Grèce, un parti d'extrême-gauche, Syriza, est parvenu au pouvoir à la faveur de la crise. Naufrage annoncé disent certains. Mais, si dans six mois l'on constate que la "recette Syriza" fonctionne, le visage de la politique pourrait bien changer en Europe.
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Considérés comme, au mieux, démagogues, au pire dangereux, les partis populistes européens ne sont guère aimés par les élites politiques traditionnelles. Pourtant, en Grèce, un parti d'extrême-gauche, Syriza, est parvenu au pouvoir à la faveur de la crise. Naufrage annoncé disent certains. Mais, si dans six mois l'on constate que la "recette Syriza" fonctionne, le visage de la politique pourrait bien changer en Europe.

Atlantico : Les élites européennes se bornent à présenter les populistes de tout bord comme des démagogues, incapables de tenir leurs promesses. Si Syriza parvenait à tenir les siennes, qu'est-ce que cela changerait ?

Christophe Bouillaud : Cela serait sans doute une très mauvaise surprise pour une partie des élites européennes qui avaient tendance à croire que toutes les questions sociales étaient réglées une fois pour toutes, et que jamais plus aucun gouvernement européen ne repartirait d’elles pour penser la situation d’un pays et pour le sortir du marasme.

L’appauvrissement des Grecs n’était pas un "détail" des plans d’austérité, il était humainement inacceptable, d’où le résultat des élections grecques du 25 janvier 2015. Et de fait le gouvernement grec veut affronter directement cet appauvrissement, en remontant par exemple le salaire minimum. Face à cette nouveauté, du retour du social, des besoins des populations, on voit certaines réactions presque haineuses à l’encontre du gouvernement Syriza-Grecs indépendants. Le succès d’une "autre politique" de redressement économique, que celle d’austérité préconisée par la Troïka, l’Allemagne et quelques autres, serait de fait fort gênant pour certaines élites et quelques économistes.

Il officialiserait aux yeux du monde l’erreur commise avec la Grèce depuis 2010 en matière de politique économique. Mais il est sûr que les partisans de l’austérité ne tarderaient pas à expliquer le succès du nouveau gouvernement par les effets bénéfiques de la saignée administrée jusque-là. C’est le côté infalsifiable de la doctrine austéritaire : comme l’a dit fort justement l’économiste Marc Blyth dans son ouvrage Austerity paru en anglais en 2013, un pays finit toujours par se reprendre après une telle purge, mais à un niveau bien moindre d’activité qu’auparavant. Les partisans de l’austérité pourront toujours dire que leur purge sévère a marché, et que le gouvernement Syriza-Grecs indépendants profite simplement des efforts imposés par Nouvelle démocratie. Et si le nouveau gouvernement échoue, ils diront simplement qu’il ne fallait pas arrêter la saignée en plein traitement.

En dehors de ces croyants en l’ "austérité expansionniste" que nul fait ne pourra jamais détourner de leur foi, un succès du nouveau gouvernement grec ouvrirait à tous les autres Européens des perspectives inédites. Cela voudrait dire qu’il vaut mieux innover, suivre l’avis des économistes hétérodoxes, que de suivre les recettes habituelles (austérité, privatisations, libéralisation, etc.). En même temps, il faut souligner que, depuis l’annonce du QE (assouplissement quantitatif) version BCE, la politique monétaire européenne n’est déjà plus elle-même orthodoxe. Une partie des élites se sont déjà convaincues qu’il fallait innover ou périr.

Face à des élites obsédées par la gestion technocratique, les populismes européens sont-ils finalement les seuls à faire encore de la politique ? Qu'ont perdu les élites à déserter ce champ ?

Il faudrait surtout souligner qu’une partie des élites s’accommode fort bien de la situation de désarroi économique que l’austérité renforce. La "gestion technocratique", ce n’est pas du tout le refus de faire de la politique, mais c’est au contraire une politique bien précise qui profite à certains groupes et pas à d’autres groupes. Les politiques d’austérité sont des politiques, si j’ose dire, extrêmement politiques mais qui se présentent comme neutres, techniques, objectives, inévitables, or, avec ces politiques technocratiques, on choisit de protéger les épargnants plutôt que les contribuables ou les bénéficiaires de services publics, on néglige les travailleurs surnuméraires qui auraient besoin d’une demande forte pour trouver un travail, on accepte un fort niveau de chômage, on en profite pour défaire des protections sociales, on privatise ce qui peut l’être, on néglige la formation de capital fixe et de capital humain pour préparer l’avenir.

Cette ligne politique, le fameux There is No Alternative dans sa version technocratique contemporaine, finit par être minoritaire dans beaucoup de pays, parce qu’elle ne garantit plus la protection que les individus attendent de la part de l’Etat contre les aléas de la vie. Aux Etats-Unis, le "contrat social" est, au moins, que l’Etat ne doit pas permettre à l’économie de stagner et qu’il faut toujours lutter contre le chômage. C’est ce qu’a redit finalement Barack Obama en parlant de la Grèce. Dans l’Union européenne, en pratique, ce n’est pas le cas. L’austérité a été choisie sciemment parce qu’elle servait certains intérêts. Maintenant, les élites des grands partis de gouvernement s’étonnent d’y perdre beaucoup d’électeurs. Cependant, c’est inévitable : vous donnez la priorité au service de la dette publique, vous laissez filer le chômage, vous augmentez les impôts, et vous vous étonnez ensuite que les citoyens qui ne sont pas – ô surprise ! - tous des rentiers finissent par s’énerver contre vous.

Un succès de Syriza pourrait-il marquer un retour du politique au cœur de l'Europe ? En quoi l'Europe et son fonctionnement en seraient-ils chamboulés ?

Le succès de Syriza montrerait surtout qu’il existe une autre façon de gérer une économie capitaliste, plus attentive aux besoins de la population, et peut-être même plus favorable aux vrais entrepreneurs qu’aux rentiers et aux fraudeurs. On peut même se demander si, du coup, on n’ira pas voir de nouveau ce qui s’est passé en Islande depuis 2008, un bel exemple de redressement économique qui n’a pas suivi les recettes de l’orthodoxie économique. Au niveau européen, il faut espérer que les dirigeants de l’UE commenceront enfin à raisonner de manière plus conforme aux promesses de l’idée européenne de la fin des années 1940, et qu’ils comprendront que le chômage de masse n’est pas un petit détail de l’histoire contemporaine de l’Europe … Cela voudrait dire qu’il leur faudrait au moins faire comme aux Etats-Unis, que les autorités européennes n’auraient plus le droit, au moins moral, de laisser le chômage monter comme ils l’ont fait ces dernières années dans l’Europe du sud pour résoudre d’autres problèmes supposés plus importants.

Finalement qui sont les plus déraisonnables : les élites qui répètent que rien n'est possible ou les populistes qui affirment que ça l'est ?

J’aurais tendance à dire que chacun voit la raison là où sont ses intérêts ! Les élites qui répètent que rien n’est possible défendent les intérêts de certains groupes sociaux, de certaines tranches d’âge, de certaines entreprises. Ceux qui affirment que des choses peuvent changer défendent d’autres intérêts, d’autres groupes sociaux, d’autres tranches d’âge. Prenons l’exemple des gros fraudeurs face au fisc. Ne rien changer, c’est, en fait, les favoriser, vouloir tout changer, c’est les considérer comme des groupes n’ayant pas droit à ces avantages, de fait, sinon de droit. L’opposition entre "les élites" et "les populistes" correspond à des conflits croissants d’intérêts entre groupes sociaux : faut-il privilégier les porteurs de la dette publique ou les aspirants salariés en quête d’emploi ? C’est un choix politique au sens fort du terme. Personnellement, je n’ai guère d’hésitation à privilégier les aspirants salariés en quête d’emploi.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Dépenses publiques : Emmanuel Macron s’est-il définitivement converti au chiraquo-hollandisme ?

03.

Un million de personnes veulent envahir la zone 51 aux Etats-Unis

04.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

05.

Le chômage est au plus bas au Royaume-Uni depuis 1974. Comment l’expliquer dans un pays empêtré dans le Brexit ?

06.

Implants cérébraux : se dirige-t-on vers un accroissement des inégalités sans précédent dans l’histoire de l’humanité ?

07.

Vous croyez que l'Algérie a gagné par 1:0 ? Erreur : le score final est de 3:0 !

01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

05.

François de Rugy a démissionné

06.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hmrmon
- 04/02/2015 - 21:43
Révolution Syrisa
Succès de la révolution Syrisa, alias succès du "free for all"! En envoyant littéralement paître les créanciers avec des obligations bidons, assujetties aux "augmentations" du PNB du pays et seulement cédées contre une forte diminution du montant de la dette!. Augmentations du PNB, parlons-en, à l'aide de quoi, tissu industriel quasi nul, recherche et développement nuls, solidité des institutions financières plus que douteuse, fonction publique hypertrophiée, industrie du transport maritime, contribuable quasi nul, corruption endémique, bon! arrêtons là! Heureusement reste les olives, le tourisme, les subventions et les emprunts remboursable.... aux calendes!
langue de pivert
- 04/02/2015 - 18:45
Les premiers travaux du nouveau Hercule Grec furent 1) rendre de la dignité (à crédit ?) au peuple Grec. 2) faire le tour des capitales Européennes pour renégocier la dette ! Mais et les écuries d'Augias : il en a probablement entendu parler l'Hercule ? Quand va-t-il s'occuper de ce travail ? Quand va-t-il s'occuper de "détourner" un fleuve d'€ pour les nettoyer ? (la corruption, les scandales, les armateurs, les popes, le cadastre inexistant, les perceptions d'impôts inefficaces...) Les problèmes ne viendraient que de la Troïka ? Un peu facile non ? Ce n'est pas faire injure aux Grecs que de rappeler qu'ils ont une très vieille tradition de défaut de paiement ! 3 ou 4 sur les derniers siècles ! Le peuple Grec s'est fait essoré il faut le laisser un peu respirer ! Comme disent nos cocos à nous : "il faut aller prendre l'argent ou il est, demandez à Mélanchon il va vous expliquer !
bjorn borg
- 04/02/2015 - 17:24
Ne vous en faites donc pas
Les Grecs sont des malins, ils ne paieront pas sauf si mimolette les aide!