En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

04.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

05.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

07.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

01.

Scandale : Natalie Portman ne saurait pas danser

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Voix de la France
La candidature de Thierry Breton à la Commission européenne a été validée par les eurodéputés
il y a 13 min 26 sec
pépites > International
Lourd bilan
Cessez-le-feu à Gaza après deux jours d'affrontements
il y a 1 heure 40 min
pépite vidéo > France
Incendie
Le toit de la mairie d'Annecy a été ravagé par les flammes
il y a 2 heures 31 min
pépites > France
Coup de sang
Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"
il y a 3 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 4 heures 57 min
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 6 heures 2 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 7 heures 9 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 7 heures 42 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 8 heures 41 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 9 heures 37 sec
pépite vidéo > Santé
Prouesse médicale
Une opération de deux soeurs siamoises s'est déroulée avec succès
il y a 37 min 46 sec
pépites > Santé
Réponse du gouvernement
Crise à l'hôpital : Emmanuel Macron dit avoir "entendu la colère et l'indignation" et promet des mesures fortes
il y a 1 heure 59 min
décryptage > Société
Rhétorique hochet

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

il y a 3 heures 18 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 13 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 4 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 5 heures 5 min
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 6 heures 28 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 7 heures 30 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 8 heures 17 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 8 heures 55 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?
il y a 9 heures 9 min
© Reuters
La ministre de l'Education.
© Reuters
La ministre de l'Education.
Peut mieux faire

L’Education nationale après Charlie : des mesures intéressantes mais un problème qui dépasse de loin ce que Najat Vallaud-Belkacem a les moyens de faire

Publié le 23 janvier 2015
Le gouvernement a annoncé des mesures censées rétablir les valeurs républicaines et la laïcité à l'école par le rétablissement d'un enseignement moral et civique. Un arsenal législatif dérisoire face à l'ampleur des problèmes posés à l'enseignement.
Jean-Louis AUDUC est agrégé d'histoire. Il a enseigné en collège et en lycée. Depuis 1992, il est directeur-adjoint de l'IUFM de Créteil, où il a mis en place des formations sur les relations parents-enseignants à partir de 1999. En 2001-2002,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Louis Auduc
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Louis AUDUC est agrégé d'histoire. Il a enseigné en collège et en lycée. Depuis 1992, il est directeur-adjoint de l'IUFM de Créteil, où il a mis en place des formations sur les relations parents-enseignants à partir de 1999. En 2001-2002,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le gouvernement a annoncé des mesures censées rétablir les valeurs républicaines et la laïcité à l'école par le rétablissement d'un enseignement moral et civique. Un arsenal législatif dérisoire face à l'ampleur des problèmes posés à l'enseignement.

Atlantico : Parmi ces mesures, certaines vous paraissent-elles plus intéressantes que les autres ?

Jean-Louis Auduc : Il y a d'abord deux choses qui me surprennent dans ces mesures : elles sont peu précises et elles sont le recyclage de décisions prises depuis plusieurs années et qui n'ont jamais été mises en avant. J'espère que nous allons maintenant les appliquer. L'évaluation des candidats sur leur capacité à faire partager les valeurs de la République au concours de recrutement des enseignants, par exemple, existe depuis un document d'avril 2013 et je me bats à l'heure actuelle pour qu'elle soit respectée. J'ai d'ailleurs sorti un ouvrage qui s'appelle Faire partager les valeurs de la République en novembre 2014 pour que les candidats soient justement préparés à cette mesure. Quand je regarde la proposition d'une réserve citoyenne, cela existe déjà depuis cinq ans et cela n'est pas un immense succès. C'est aussi une dénomination qu'utilise le ministère de la Défense  pour des civils chargés de travailler sur la liaison entre l'armée et la nation, notamment dans les quartiers les plus difficiles. Cela créé une confusion. Il en est de même pour la notion de parcours citoyen de l'école maternelle à la terminale, qui doit bien exister depuis une douzaine d'année. Je m'attendais à autre chose qu'un recyclage de mesures existantes.

Deux mesures me semblent néanmoins importantes. Il y a d'abord la fermeté sur la défense des valeurs, c’est-à-dire montrer que l'on ne laissera rien passer, que ces valeurs et les enseignants seront défendus en donnant davantage de sanctions en cas de comportements déviants des élèves. Deuxièmement, avoir un plan de formation continue des professeurs est une bonne chose. Cela étant, 1000 professeurs formés d'ici juillet 2015 pour avoir une vraie formation sur la laïcité et la transmission des valeurs républicaines c'est important, mais je reste sur ma faim concernant les moyens. Je ne vois pas par exemple l'annonce d'une université d'été d'une semaine où chaque académie enverrait une vingtaine de personnes pour qu'elles soient formées. Voilà quelque chose de concret qui n'a pas été proposé.

En ce qui concerne cette faillite des valeurs républicaines chez les jeunes, le mal n'est-il pas plus profond ? Le problème ne vient-il pas plus du rapport à l'autorité, de la sphère familiale ?

Le problème vient de trois enjeux. Nous sommes aujourd'hui dans une situation d'individualisme, de crise de repères, de jeunes qui passent 800 heures par an à l'école contre 2100 heures devant leurs écrans. Il y a une angoisse vis-à-vis de l'avenir de l'ensemble de la population qui empêche qu'un projet collectif ne se mette en œuvre. L'école a un rôle à jouer dans ce domaine en expliquant que les valeurs de la République sont un horizon important, et non un acquis permanant. Il faut une éducation aux médias pour sortir d'une litanie où l'on dit qu'il faut toujours plus de numérique.

Je suis heureux qu'enfin dans ce plan nous n'ayons pas de grand chapitre sur le numérique. Il faut d'abord apprendre aux élèves à s'en servir car le numérique prive les jeunes de leur éducation et les maîtres de leur autorité. L'année dernière, par exemple, pendant un cours, un étudiant surpris par ce que je disais a confirmé mes informations après les avoir vérifiées sur Internet. J'espère qu'on en a fini avec la croyance que le numérique va tout résoudre. D'ailleurs, dans la Silicon Valley, les enfants des grands patrons du numérique vont dans des écoles sans numérique. Nous avons à la place, enfin, ce chantier prioritaire qu'est la maîtrise du français. Je remarque d'ailleurs que la ministre remet en place l'évaluation en CE2 qu'on avait supprimé il y a trois ans.

Je remarque également que sur l'enseignement supérieur, où l'on sait qu'il y a une poussée des revendications religieuses et de la remise en cause des savoirs, il y a un vrai enjeu dans le sens où il forme aussi les professeurs.  La proposition qui a été faite d'appliquer les règles de la laïcité à l'enseignement supérieur n'a pas été retenue. Porter de manière ostensible des signes religieux y est autorisé.  J'aurais aimé plus de cohérence par leur interdiction.

Le gouvernement veut renforcer la formation des enseignants sur ces questions. Y-a-t-il un problème de niveau ?

Le problème c'est que ces dernières années nous avons travaillé exclusivement sur la formation initiale en pensant qu'il fallait préparer un enseignant tout armé capable d'enseigner pendant 20 ou 30 ans. C'est une erreur. Il faut donner des ouvertures et mettre en place des mesures d'accompagnement des enseignants lorsqu'ils découvrent leur poste. Si par exemple vous  faites votre formation dans une ville calme comme Limoges ou Reims et que vous vous retrouvez dans des établissements difficiles, vous n'aurez pas appris à connaître le genre d'élèves auxquels vous faites désormais face. Il faut un plan pluriannuel qui fasse que tout personnel en place ait une formation sur la laïcité et de découverte des nouveaux programmes. On peut avoir fait 30 ans de carrière sans avoir fait du tout de formation continue puisqu'elle n'est pas obligatoire au niveau du secondaire.

Soyons clairs : comment voulez-vous faire une formation sur la laïcité à l'université, c’est-à-dire où sont formés les futurs enseignants, devant des personnes portant des signes religieux ? Il faut être crédible : il y a un grand écart entre le faire et le dire en disant que l'on va développer des cours sur la laïcité en formation initiale en présence même du contre-exemple de la présence de signes religieux dans les Ecoles Supérieures du Professorat et de l'Education (ESPE), puisqu'elles sont intégrées aux universités où ils sont tolérés.

On observe aussi une crise des vocations chez les professeurs ?

Il y a une crise générale de recrutement. Et pas seulement dans les établissements difficiles. Même les plus renommés ont des difficultés. Aujourd'hui, nous sommes dans une crise de l'autorité. Il y a une remise en cause du savoir. Chacun croit qu'il va se bricoler sa connaissance sur Internet. Il y a eu pendant trop longtemps une absence de messages forts de confiance, de valorisation du savoir par rapport au métier d'enseignant. Il y a une différence entre les savoirs légitimés, qui sont ceux des programmes, les croyances et les opinions personnelles.

Le rôle des enseignants est de ne mettre en avant que des savoirs légitimés, que ce soit sur le religieux et le politique. Des enseignants sont attaqués sur des savoirs légitimés sans que l'institution ne les défende. Un bon nombre d'établissements où il y a eu des cas de non-respect de la minute de silence pour Charlie Hebdo sont ceux où il y a avait eu les journées de retrait de l'école sur la question de l'égalité hommes-femmes. Les enseignants qui s'étaient alors lancés dans des actions pour la parité n'avaient pas eu l'impression d'être défendus par l'institution. On avait alors eu un déchaînement médiatique mettant en cause les savoirs sur l'homme et la femme au profit de croyances religieuses ou d'opinions personnelles. Ne nous étonnons pas alors que l'on ait des difficultés sur l'école.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

03.

Décembre social en vue : mais que souhaitent vraiment les Français ?

04.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

05.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

07.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

01.

Scandale : Natalie Portman ne saurait pas danser

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kiki08
- 24/01/2015 - 10:29
éducation
je suis du même coté , que la plus part des commentateurs, et mes sondages privés , me montrent , que beaucoup de monde (travailleurs , artisans , petits commerçants et petits patrons) sont du même avis . tout n'est pas perdu. vivement 2017 .
cloette
- 23/01/2015 - 15:24
Il faut créer le ministère de la Verite
Elle en sera nommée ministre de premier rang .
jurgio
- 23/01/2015 - 14:15
Quelle indignité !
Comment met-on une personne incompétente dans un ministère des plus difficiles à gérer. La minuscule Belkacem avec sa dentition de service n'est qu'une porte-parole. Mais de qui ? Puisque l'« Instruction civique » (son vrai but) n'a personne à gauche qui sache comment reprendre les rênes de la République sans l'instrumentaliser...