En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
ça vient d'être publié
light > High-tech
Générosité en cette période difficile
Jack Dorsey, le fondateur de Twitter, donne 1 milliard de dollars pour lutter contre le coronavirus
il y a 1 heure 41 min
light > Culture
Tristesse pour les fans
Coronavirus : l'édition 2020 du festival Hellfest de musique metal, organisé à Clisson, est annulée
il y a 2 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un automne de Flaubert" d'Alexandre Postel : Flaubert se libère du démon de la mélancolie. Un roman captivant

il y a 3 heures 59 min
pépites > France
Joies du confinement en province
Selon l’Insee, un Parisien sur dix a quitté Paris depuis le début du confinement
il y a 4 heures 50 min
pépites > Economie
Nouveau record
Coronavirus : 6,3 millions de salariés sont au chômage partiel en France
il y a 7 heures 28 min
light > Science
Quasar
Event Horizon Telescope : des scientifiques capturent l'image d'un trou noir émettant des jets à haute énergie
il y a 9 heures 35 min
pépites > France
Soulager les services de réanimation
Le Conseil scientifique se prononce pour la prolongation du confinement
il y a 11 heures 25 min
décryptage > Santé
Le mal français

Ces raisons qui empêchent le secteur public français de gérer son argent efficacement

il y a 12 heures 36 min
décryptage > Economie
Production relocalisée

Ces faillites qui détermineront bien plus le monde de demain que tous les Grenelle sur un nouvel avenir...

il y a 13 heures 40 min
décryptage > Environnement
Quel cinéma

Parlementaires à la dérive : leur film s’appelle "Le jour d’après" et c’est un navet !

il y a 14 heures 17 min
light > Justice
Star des 12 Coups de midi
Christian Quesada a été condamné à trois ans de prison ferme pour pédopornographie
il y a 2 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oldyssey, un tour du monde de la vieillesse" de Julia Mourri et Clément Boxebeld : pour déconstruire beaucoup d'idées reçues sur "les vieux" !

il y a 3 heures 34 min
pépites > Politique
Président de la République
Coronavirus : l’Elysée annonce que le confinement sera "prolongé" au-delà du 15 avril
il y a 4 heures 20 min
pépites > International
Boulevard pour Joe Biden ?
Démocrates : Bernie Sanders arrête sa campagne et renonce à la course pour la présidentielle américaine
il y a 7 heures 2 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : l’assaillant a été mis en examen pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 7 heures 52 min
pépites > Europe
Action entravée
Covid-19 : Mauro Ferrari, le président du Conseil européen de la recherche (CER), démissionne
il y a 10 heures 31 min
pépite vidéo > Santé
Mental d'acier
Les conseils de l’aventurier Mike Horn pour surmonter le confinement
il y a 11 heures 58 min
décryptage > Santé
Comparaisons

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

il y a 12 heures 58 min
décryptage > Santé
La bêtise aussi est pandémique

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

il y a 13 heures 52 min
décryptage > Société
Petite réflexion de confinement

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

il y a 15 heures 12 min
© Reuters
La France est plus que jamais face à un défi majeur : la recrudescence de travailleurs pauvres.
© Reuters
La France est plus que jamais face à un défi majeur : la recrudescence de travailleurs pauvres.
Roue de l'infortune

Derrière la grève des routiers, l'implacable machine française à créer des travailleurs pauvres en France

Publié le 20 janvier 2015
Alors que les routiers bloquent de nombreux axes de circulation pour dénoncer leur "smicardisation", la France est plus que jamais face à un défi majeur : la recrudescence de travailleurs pauvres. Plus encore que le chômage, la précarité est un mal profond qui ne cesse de croître.
Gilbert Cette est professeur d'économie associé a l'Université d'Aix-Marseille.  Co-auteur avec Jacques Barthelemy de « Travailler au XXIème siècle », Editions Odile Jacob, 2017.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilbert Cette
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilbert Cette est professeur d'économie associé a l'Université d'Aix-Marseille.  Co-auteur avec Jacques Barthelemy de « Travailler au XXIème siècle », Editions Odile Jacob, 2017.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les routiers bloquent de nombreux axes de circulation pour dénoncer leur "smicardisation", la France est plus que jamais face à un défi majeur : la recrudescence de travailleurs pauvres. Plus encore que le chômage, la précarité est un mal profond qui ne cesse de croître.

Atlantico : Comment expliquer qu'il existe des travailleurs pauvres aujourd'hui en France malgré le droit du travail ? Comment se retrouvent-ils dans cette situation ?

Gilbert Cette : Le premier facteur de pauvreté en France, c'est le nombre d'heures travaillées. Quand vous cumulez un nombre restreint d'heures travaillées avec un très faible salaire horaire, vous entrez directement dans la pauvreté. Du côté des routiers, en particulier, il peut y avoir l'impression d'horaires asociaux et de plages de travail considérables pour un revenu qui demeure très faible. Nous sommes là dans la problématique soulevée par le travail du dimanche, où l'on parle de contreparties pour les horaires asociaux. Ces discussions devraient intégrer la compatibilité entre vie professionnelle et vie familiale. D'ailleurs, il faut aussi prendre en compte le nombre de personnes à charge : le salaire n'est pas perçu de la même façon selon le nombre de bouches à nourrir à la maison. Et enfin, il y a une disparité géographique car quelqu'un qui vit avec un SMIC même à temps plein à Paris est pauvre alors que, dans la même situation, un travailleur dans la Creuse ou la Lozère ne vit pas pauvrement.

Qu'en est-il des contrats signés à l'étranger ?

Pour les routiers comme dans le bâtiment, il y a effectivement la question des contrats étrangers. Mais même quand il y a un contrat étranger, quand on travaille en France on est soumis au droit du travail français. Il n'y a que pour la protection sociale que les règles étrangères pourront valoir. Par exemple, un ouvrier du bâtiment polonais sera soumis au salaire minimum français mais aux prélèvements sociaux de son pays puisque c'est là-bas qu'il est assuré. C'est là que la différence se fait. Et puis, il faut bien dire les choses telles qu'elles sont : dans ces professions, il y a souvent des heures supplémentaires non nécessairement toutes déclarées, ce qui abaisse la rémunération par heure travaillée...  

Qui profite du système, et comment ?

La situation est plus complexe. Il y a dans ces activités une forte concurrence qui fait que si une entreprise parvient à baisser ses coûts du travail et que celle d'en face n'y arrive pas, cette dernière aura de grosses difficultés économiques. C'est d'ailleurs pour ça que le droit du travail essaye d'introduire des règles qui évitent des mises en concurrence sauvages qui aboutissent à des surenchères à la baisse des rémunérations et des conditions de travail.

Comment la situation évolue-t-elle ? Y-a-t-il plus de travailleurs pauvres aujourd'hui qu'avant ?

Il y a plus de travailleurs pauvres qu'avant car il y a plus d' "intermittents du travail". Dans les périodes de conjoncture difficile, il y a plus de personnes qui, dans l'année, jonglent entre périodes travaillées, discontinues et hachées, et périodes sans activité. Ces gens sont pourtant considérés comme actifs, et ils auront été employés certains moments de l'année, mais ils vivent des situations de pauvreté. C'est la précarité. De plus, ils acceptent certaines conditions de travail et de rémunération plus facilement qu'ils ne le font dans les périodes où le marché du travail est au beau fixe.

Comment mieux réglementer le travail en France ?

Premièrement, il faudrait une application stricte des règles de droit. Sachant que ce n'est pas facile d'aller vérifier dans les entreprises de transport, dans les chantiers, etc. Deuxième façon de faire : travailler sur les questions d'intermittence pour les  personnes qui voient se succéder périodes de travail et périodes de non-travail, par de la formation, par un encadrement qui évite les allers-retours trop fréquents, par une majoration des contributions sociales des contrats de très courte durée (ce qui connaît un début d'application depuis la mise en oeuvre de l'accord interprofessionnel sur la compétitivité et la sécurisation de l'emploi du 11 janvier 2013) et c'est très bien. Il y a aussi la réflexion sur l'articulation entre vie personnelle et vie professionnelle, et la question des contreparties aux horaires asociaux. Ce sont ces principaux axes qui feront changer la situation.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires