En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

04.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

05.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

06.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

07.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 42 min 35 sec
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 1 heure 3 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 1 heure 27 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 1 heure 50 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 2 heures 7 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 2 heures 28 min
pépites > Consommation
Energie
Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves
il y a 3 heures 14 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Le gouvernement en plein dérapage incontrôlé sur la sécurité et les libertés publiques ?

il y a 3 heures 55 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"
il y a 4 heures 18 min
pépites > Economie
Tourisme
Emmanuel Macron l'a annoncé hier soir, il n'y aura, sans doute, pas de ski pendant les fêtes de fin d'année
il y a 4 heures 34 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 53 min 10 sec
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 1 heure 7 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 1 heure 31 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 1 heure 52 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 2 heures 25 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 2 heures 48 min
décryptage > Economie
(R)évolution ?

Vers une ère d’efficacité turbo pour la politique monétaire ?

il y a 3 heures 17 min
pépites > Santé
Religion
Annoncée par le président, hier soir, la limite maximum de 30 fidèles par messe, va être augmentée selon les évêques de France
il y a 4 heures 11 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

il y a 4 heures 28 min
décryptage > Politique
Déconfinement en 3 étapes

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

il y a 5 heures 31 sec
Bonnes feuilles

Pourquoi il vaut mieux arrêter de vouloir décrocher un CDI à tout prix que de mourir d'ennui

Publié le 18 janvier 2015
En s’appuyant sur son expérience personnelle et de nombreux témoignages, l’auteur analyse ici les rapports de force au sein des entreprises. Extrait de "Cette comédie qu’on appelle le travail", de Corinne Berthaud, publié chez Calmann Levy (1/2).
Corinne Berthaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Corinne Berthaud, 42 ans, s’est spécialisée dans la prévention des risques psychosociaux en entreprise par le spectacle. Elle a écrit son livre avec Gaëlle Rolin, journaliste, par ailleurs coauteur de La Revanche des nuls en orthographe (Calmann-Lévy,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En s’appuyant sur son expérience personnelle et de nombreux témoignages, l’auteur analyse ici les rapports de force au sein des entreprises. Extrait de "Cette comédie qu’on appelle le travail", de Corinne Berthaud, publié chez Calmann Levy (1/2).

Pourtant, l’angoisse générée par la crise pousse parfois les parents à orienter leurs enfants vers les emplois « sûrs » : « Dans la fonction publique, on est sûrs d’avoir un emploi à vie ! » entend-on fréquemment. Mais qu’est-ce qu’une vie avec un emploi dans lequel on s’ennuie à longueur de journée ? Un sursis avant la mort ?

J’ai toujours privilégié l’intérêt d’un poste au confort qu’il m’apporterait. Après ma mission dans cette administration dont je parlais plus haut, j’ai eu deux propositions, grâce à l’épouse de l’un de mes anciens collègues : un poste en CDD et l’autre en CDI. J’ai passé les deux entretiens. Dans l’entreprise qui me promettait un CDI, j’aurais eu un bon salaire, des avantages. Mais j’avais visité les locaux et tout le monde me paraissait triste. J’avais le sentiment que si j’y entrais, j’allais crever d’ennui. Alors j’ai opté sans regrets pour le CDD, qui consistait à décrocher des annonceurs pour un magazine sportif. Et faire ce choix m’a permis, ensuite, de rencontrer Marc, qui m’a donné les clés d’Idemsign, l’entreprise d’automates en redressement judiciaire que j’ai relancée à vingt-quatre ans.

Monique, ma supérieure, avait bien essayé de me faire rester en augmentant mon salaire, mais c’était trop tard, ma curiosité était piquée au vif. La mission dans laquelle j’avais suivi Monique m’avait passionnée, mais sauver des emplois, un capital, c’était un challenge trop alléchant pour que je refuse. J’avais quitté cette entreprise comme j’y étais arrivée : en privilégiant le sens du travail. Si, au départ, j’avais privilégié le confort du CDI, je n’aurais rien connu de tout cela.

Trop souvent, j’entends les gens, les jeunes surtout, parler de plan de carrière, viser la place du supérieur pour prendre ensuite celle du supérieur du supérieur. Sans se demander si c’est ce qu’ils souhaitent vraiment. On leur a appris à viser haut pour donner une direction à leur vie. La verticalité comme seule échappatoire. Ne pas s’arrêter, toujours grimper, en ne reprenant parfois son souffle que lorsqu’il est trop tard pour revenir en arrière ou prendre une autre route. Dans notre société, il y a ceux qui ont sauté le gué, se retrouvent, sains et saufs, de l’autre côté, au royaume du CDI et du prêt sur trente ans. Et il y a les autres, ceux qu’on regarde du coin de l’oeil avec condescendance.

Personne, par exemple, ne chante les louanges de l’intérim. Dans un dîner, si vous rencontrez quelqu’un qui enchaîne les missions en intérim, beaucoup le plaindront, se diront que c’est une situation subie, faute de mieux. Mais pourquoi ? Comme l’apprentissage, l’intérim souffre en France d’un déficit énorme d’image. Moi, je le plébiscite : l’actif n’est pas lié à une entreprise de façon contraignante, il n’est pas sommé de rentrer dans un système et il peut vraiment privilégier l’intérêt de la mission. L’intérim, aujourd’hui, a évolué, il n’est plus réservé aux métiers manuels. Le nombre d’intérimaires bac+3 a augmenté de 14 % entre janvier 2013 et janvier 2014, selon Prism’emploi, près de 72 % des salariés français jugent le travail temporaire positif ou très positif. Mais il y a un hic : les intérimaires français qualifiés sont plus nombreux qu’ailleurs à être préoccupés par la location d’un logement. Les banquiers n’aiment pas les intérimaires, même quand ils gagnent bien leur vie. Pourtant, il y a de nombreux postes à pourvoir, dans l’immobilier, les nouvelles technologies ou l’aéronautique.

Malgré cela, l’intérim ne représentait en 2013 que 2,2 % de la population active dans l’Hexagone. Des Français ont la possibilité de s’investir dans des missions qu’ils choisissent, rémunérées correctement, des entreprises cherchent des candidats qui, eux, préfèrent attendre le Graal du CDI plutôt que de foncer. Pourquoi ? Parce que les banques ne prêtent pas à ces gens-là.

Certains sont prêts à tout et à n’importe quoi, y compris à se laisser humilier, en échange de cette sécurité apparente. Pierre, vingt-sept ans, a travaillé deux mois dans une entreprise de logistique, dans des conditions déplorables. « Nous devions avancer nos frais d’essence, nous roulions sans GPS, sans téléphone portable de société », explique-t-il.Leurs heures supplémentaires étaient allègrement revues à la baisse, et il fallait s’armer de patience et être coriace pour obtenir leur paiement. La plupart des salariés ne tenaient pas plus de quelques mois, et ils étaient payés au Smic. S’ils enduraient ces conditions, c’était pour une seule raison, selon Pierre. Parce que l’entreprise proposait directement des contrats à durée indéterminée, et que tous voyaient là un sésame pour construire le reste de leur vie. Ils étaient prêts, pour cela, à serrer les dents pendant les deux mois de période d’essai – une durée, soit dit en passant, abusive pour la convention du secteur – pour obtenir leur fameux CDI. « L’employé qui m’a formé était vraiment au bout du rouleau, il ne supportait plus la désorganisation, le mépris de la hiérarchie. Mais il restait parce que la banque examinait sa demande de prêt immobilier, il devait tenir bon jusqu’à l’autorisation. » Doit-on entrer dans un processus de servitude volontaire, simplement pour pouvoir avoir le plaisir de dire que l’on est propriétaire ?

Extrait de "Cette comédie qu’on appelle le travail", de Corinne Berthaud, publié chez Calmann Levy, 2014. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
G.L.
- 18/01/2015 - 15:00
La recherche du juste milieu
Si les conjectures économiques étaient meilleures, nous serions plus nombreux à privilégier l'intérêt plutôt que la sécurité. Du moins on mettrait les deux en balance.
Vous connaissez sûrement la pyramide des motivations de Marshaw. La première motivation de l'employé et légitime, naturel, c'est la sécurité. Certes on ne bâtit pas une carrière juste là dessus. C'est évident et même suicidaire (prenez pour exemple François Hollande...au sommet de la hiérarchie et tout le monde le déteste ou le méprise...).
Disons que c'est plus facile de raisonnez en terme d'épanouissement et d'intérêt quand on sait qu'on peut rebondir, retrouvez une activité. C'est tout simplement une question de mesurez le risque et de le comparez aux bénéfices espérés.