En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Reuters
Le président François Hollande a annoncé, lors de ses vœux aux armées, que les contraintes budgétaires de l'armée seraient revues
Sur la défensive
Pourquoi limiter les coupes dans le budget de la Défense ne suffira pas à l'armée pour faire face à la guerre en cours
Publié le 15 janvier 2015
Le président François Hollande a annoncé, lors de ses vœux aux armées, que les contraintes budgétaires de l'armée seraient revues pour mieux mener la "guerre" contre l'islamisme.
Michel Goya est colonel dans l'armée de terre, aujourd'hui retiré du service actif. Il est désormais consultant en stratégie et organisation.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Goya
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Goya est colonel dans l'armée de terre, aujourd'hui retiré du service actif. Il est désormais consultant en stratégie et organisation.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président François Hollande a annoncé, lors de ses vœux aux armées, que les contraintes budgétaires de l'armée seraient revues pour mieux mener la "guerre" contre l'islamisme.

Atlantico :  Concrètement, quels vous semblent être les besoins budgétaires de l'armée pour apporter une réponse efficace sur les terrains d'opération ?

Michel Goya : Il n’est pas inutile de rappeler que dans un pays qui produit pour plus de 2 000 milliards d’euros de richesse chaque année, moins de 50 sont prélevés pour assurer la défense de la France et des Français, pour environ 850 consacrés aux autres actions publiques et sociales. Pire, cet effort diminue régulièrement depuis vingt-cinq ans. Si, en termes de pourcentage du PIB, la France mondialisée faisait le même effort que la France de 1990, c’est entre 80 et 90 milliards qui seraient consacrés à la sécurité et à la défense. Autrement dit et alors que la guerre contre les organisations djihadistes, commencée dès les années 1990, prenait de l’ampleur, la France baissait la garde.

Pour le seul ministère de la défense, l’effort de défense a été gelé en valeur constante depuis 1990 alors que les dépenses de l’Etat augmentaient, elles, de 80 %. Sans cet empressement à toucher les "dividendes de la paix" à la fin de la guerre froide et en considérant que l’on ait maintenu le même effort de qu’à l’époque, on aurait investi plus de 200 milliards d’euros (de 2014) supplémentaires dans notre outil de défense, dont environ 80 milliards en investissements industriels et technologiques. Le budget s’élèverait aujourd’hui à environ 56 milliards d’euros au lieu de 31,4 et si les contribuables français faisaient le même effort que les contribuables américains ce budget avoisinerait même les 80 milliards d’euros. Nous serions déjà plus puissants militairement que la Russie.

Surtout, ce financement aurait permis d’absorber largement tous les grands programmes de recapitalisation des années 1980 en les adaptant évidemment au contexte actuel. Nous aurions peut-être déjà deux porte-avions et de nouveaux sous-marins nucléaires d’attaque, l’avion Rafale équiperait presque complètement nos escadrons, nous aurions sans doute renouvelé notre flotte de ravitailleurs en vol et de transport, nos troupes au sol, enfin, ne pourraient plus être confondues avec celles de l’opération Daguet en 1991. Avec un système félin plus avancé et nos engins Scorpion, notre infanterie, pour ne citer qu’elle, serait la mieux équipée du monde. Nous aurions enfin eu suffisamment de moyens pour explorer les voies nouvelles comme les drones, la robotique ou le cyber et y être en pointe plutôt qu’à la traîne. Bref, on serait infiniment mieux préparé à tous les défis en cours, qu’ils s’agissent de la lutte dans le Sahel, de l’affrontement contre Daesh voire de Boko Haram et de l’engagement sur le territoire national.

Pourra-t-on rapidement adapter le budget de la Défense aux nouvelles exigences définies par le Président ? Est-ce juste une "question de volonté" politique ?  

Le président de la République a simplement annoncé que le budget de 2015 (31,4 milliards d'euros) serait intégralement respecté, ce qui paraît la moindre chose et prouve que ce n’était finalement pas plus assuré que la loi de programmation militaire « sanctuarisé ». Cela n’est pourtant même pas forcément vrai, 7 % du montant n’étant même pas encore financé et reposant sur des recettes exceptionnelles, essentiellement des ventes de fréquences radio aux opérateurs télécom, pas du tout assuré. Il n’est pas inutile de rappeler que seulement 400 millions d’euros ont été prévus pour financer le surcoût des opérations alors que l’on sait pertinemment que celui-ci sera de l’ordre du triple. Le président de la République a évoqué l’idée proposée par le ministre de vente de matériels à des sociétés privées qui les reloueraient ensuite aux armées. Le moins que l’on puisse dire est que cette innovation laisse globalement sceptique.

Quant au ralentissement du rythme des réductions d’effectifs, c’est évidemment une bouffée d’oxygène dont on ne connaît pas encore la dimension et qui ne sera de toute façon effectif qu’à partir de 2016 alors que la très grande majorité des suppressions aura déjà eu lieu, pour des économies par ailleurs très modestes. On est loin de la mobilisation générale. Les Etats-Unis du début des années 1980 ou de l’après 11 septembre 2001 ont été bien plus ambitieux. Les marges de manœuvre existent pourtant mais il faudrait tailler dans d’autres budgets moins essentiels ou au moins faire sortir les dépenses de défense du carcan des 3% de déficit, ce qui dans les deux suppose un minimum de volonté politique.

Les terrains d'action dans la lutte contre le djihadisme international se multipliant, et les budgets n'étant pas infini, faudra-t-il faire des choix en termes d'opérations extérieures ? 

C’est déjà le cas. Après tout, Al-Qaïda dans la péninsule arabique a revendiqué les attentats des frères Kouachi et on n’envisage pas pour autant de lutter contre, de la même façon qu’on ne combat plus en Afghanistan où pourtant Al-Qaïda se réimplante. On se désengage progressivement de république centrafricaine et si rien ne change on allégera encore les effectifs des forces en Afrique. Par ailleurs, on ne peut pas dire que l’opération Barkhane et ses 3 000 hommes pour l’ensemble du Sahel soit une opération massive. La réduction des effectifs et des volumes ne laisse finalement guère d’autres choix que les raids et frappes comme mode opératoire, ce qui est utile mais ne suffit généralement pas pour obtenir un effet stratégique.

Les bases de l'islamisme radical en France se forgent surtout autour des thématiques de la délinquance et des prisons des terreaux que l'armée n'a pas pour mission d'endiguer. Est-ce forcément la réponse la plus efficace de ne concentrer les moyens que sur la seule Défense ? Ne devrait-elle pas absorber qu'une fraction d'un effort plus global ?

Les forces militaires et policières n’ont pas la même vocation. Les premières peuvent appuyer les premières en particulier dans la mission de protection, qui est une mission courant en opérations extérieures, mais ne peuvent se substituer aux secondes. Les militaires, sauf en situation d’état d’urgence et encore, n’ont pas de compétences de police judiciaire. Fondamentalement, les forces armées sont faites pour affronter des forces ennemies à l’étranger et les forces de police pour neutraliser des délinquants. Dans ce combat global ou les réseaux terroristes sont liés à des ennemis extérieurs, les deux formes sont complémentaires. Pour autant, l’action ne se limite pas au combat mais aussi à la prévention. Les prisons constituent un front important de cette guerre. Le problème est matériel et nécessite des investissements importants mais il est aussi idéologique. Entre l’accusation de laxisme dès lors que l’on s’intéresse au problème de la réinsertion, ou même simplement à la dignité de la vie carcérale, et celle d’autoritarisme fascisant lorsqu’on s’efforce de contrôler plus étroitement le comportement de certains prisonniers, la question de l’efficacité de la prison n’est pas jamais résolue alors qu’elle est essentielle à notre sécurité. Parmi les occasions nées de l’émotion de dépasser les blocages politiques, en voici une qui mériterait d’être saisie rapidement. Il en existe d’autres comme l’éducation et la formation professionnelle, où les forces armées, qui constituent un remarquable système de formation peut jouer un rôle. Tout cela a là aussi un coût mais l’insécurité a un coût économique aussi, plus difficile à cerner mais sans doute bien plus important.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Charlotte Casiraghi &Gad Elmaleh n’ont pas la même (idée de l’)éducation, Meghan Markle &son père non plus; Laeticia H. se dé-esseule avec un Top chef, Karine Ferri &Yoann Gourcuff se marient en vivant chacun seul; Jennifer Aniston : ses 50 ans avec Brad
02.
Fake news indétectables : GPT2, le programme développé par l’équipe d’intelligence artificielle d’Elon Musk auquel ses concepteurs préfèrent renoncer tant il leur fait peur
03.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
04.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
05.
Ce que le projet de loi Dussopt sur la fonction publique indique des renoncements d’Emmanuel Macron
06.
Alain Finkielkraut sur son agression : " je n’aurais pas subi ce même genre d’insultes sur les ronds-points"
07.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
04.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
05.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
06.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
06.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pourquoi-pas31
- 16/01/2015 - 22:36
Quand on réduit les dépenses d'équipement
on réduit en meme temps les capacités industrielles. Et la le systeme se mord la queue, on n'a plus la capacité pour produire des equipements.
zouk
- 15/01/2015 - 16:35
Depenses militaires
Depuis 1990, tous les gouvernement se sont évertuésà les réduire par tous les moyens, yc les plus stupides comme le refus de construire le 2° porte-avions indispensable pour assurer d'en avoir toujours un disponible ne cas de besoin ( le carénage d'un porte avions dure près d'un an, et s'il s'agit d'un porte avions à propulsion nucléaire environ 2 ans).
Alors comment financer le surcroît de dépenses militaires indispensables? Réduire les impôts: cela a produit un formidable accroissement des recettes fiscales dans tous les pays qui ont eu le courage de le décider (mais aucun n'était affligé d'une gauche aussi déplorablement rétrograde que la nôtre)