En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Le slogan de solidarité pour les victimes de l'attentat perpétré contre Charlie Hebdo.
Mieux vaut en discuter

Comment parler de l’attentat de Charlie Hebdo à vos enfants

Publié le 09 janvier 2015
Difficile d'évoquer un sujet aussi traumatisant que l'attentat perpétré hier mercredi 7 janvier contre la rédaction de Charlie Hebdo. Voici comment aborder cet événement selon les âges de chacun.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Difficile d'évoquer un sujet aussi traumatisant que l'attentat perpétré hier mercredi 7 janvier contre la rédaction de Charlie Hebdo. Voici comment aborder cet événement selon les âges de chacun.

Comment parler du drame de Charlie Hebdo à ses enfants ? Comment leur expliquer ce qui s'est passé; sachant qu'ils seront forcément amenés à en entendre parler par la télévision, internet ou dans la cour de récréation, avec tous les risques de déformation que cela comporte ? Ce sont des questions que se posent bien des parents. L'enjeu est de taille, au point que les éditions playBac Presse, qui publient les titres destinés aux enfants et adolescents Mon Petit Quotidien, Mon Quotidien, L'Actu et L'Eco ont décidé de rendre leur téléchargement gratuit, en "hommage aux victimes de l'attentat à Charlie Hebdo" et afin "d'aider les enfants et leurs parents à échanger autour d'une actualité difficilement compréhensible par les plus jeunes".

Alors que faire ? En-dessous de 5 ans, si l'enfant n'a pas entendu parler du drame, il est inutile lui faire un exposé : à cet-âge, nous rappelle Europe 1, qui a interrogé le pédopsychiatre Stéphane Clergé, il ne dispose tout simplement pas de la capacité de comprendre les faits en question. Au-delà, n'hésitez pas à vous transformer en psychologue pendant quelques minutes : "Avant de leur en parler, il faut surtout les écouter, leur demander ce qu'ils ont compris, ce qui les inquiète", indique le médecin. Dans ce cas, le dessin peut être très utile, surtout si l'enfant a vu les images à la télévision. "Cela va permettre aux plus jeunes d’exprimer ce qu’ils ressentent, notamment s’ils ont fait des cauchemars", précise la psychanalyste Liliane Holstein, interrogée par le magazine Marie France.

Voilà pour le "diagnostic". L'explication qui suit doit être faite le plus simplement possible, avec des mots clairs et des concepts à la portée des plus jeunes, comme le rappelle la psychothérapeute Audrey Akhoun au micro d'Europe 1 : "Vous pouvez d'abord dire à vos enfants qu'il y a des gens fous qui ont commis des actes d'une grande violence", mais également "leur expliquer qu'il y a la police, l'Etat et que tout est mis en œuvre pour que ces gens qui ont mal agi soient retrouvés et punis en conséquence". Ces paroles apaisantes sont particulièrement recommandées si l'enfant se met à pleurer ou paniquer : rester dans le concret, pour désamorcer son pouvoir d'imagination qui, en l'occurrence, peut lui porter préjudice.

Et les ados ? Ces circonstances tragiques représentent "une occasion de leur donner une leçon de vie et d’éveiller leur conscience politique", selon Liliane Holstein, d'autant "qu'après 9 ans, les enfants expriment leur révolte et jugent eux-mêmes les événements parce qu'ils sont dans la période où l'identification au héros valeureux est très forte", rappelle pour sa part la psychologue clinicienne Geneviève Djenati, interviewée par Figaro Madame.

Le conseil essentiel à retenir : ne cherchez pas à dissimuler les choses à vos enfants, même si vous voulez bien évidemment les protéger. En effet, comme nous le rappelle Liliane Holstein, ils sont de vraies "éponges", qui "se rendent très bien compte qu’il se passe quelque chose d’anormal, d’inhabituel."

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

02.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Comment St Gobain est devenu le Google français de la transition énergétique

05.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

06.

Grand est le désespoir de Donald (Trump) : Greta (Thunberg) a été d’une cruauté sans pareille avec lui.

07.

Les relations entre frères et soeurs : un lien primordial

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

En deux siècles, les forêts ont doublé en France et voici pourquoi

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 09/01/2015 - 01:15
De quoi se mêle-t-on ?
Laissons les parents faire. C'est leur rôle. Il ne faut pas leur tenir la main.
vangog
- 08/01/2015 - 23:27
L'union des partis qui ont favorisé l'islamisation?
Si les autres partis ne veulent pas du seul parti patriotique capable de défendre la République contre cette invasion immigrationniste et cette islamisation rampante de notre faible démocratie française, et bien, nous ne manifesterons pas avec les partis archaïques!...et nous le ferons à notre façon plus patriotique! Signé: les patriotes français.
Geolion
- 08/01/2015 - 19:06
Ne pas en parler à qui ne demande rien !
Ne pas en parler aux enfants jeunes qui ne demandent rien et ne peuvent comprendre. Malheureusement, il y a des parents d'enfants jeunes qui veulent leur en parler en forçant ainsi dangereusement leur maturité. Ils veulent en faire des adultes avant l'heure ! Qu'ils les laissent jouer à leurs Légos !