En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

ça vient d'être publié
light > Culture
Emotion des fans
Friends : la bande d'amis la plus célèbre de la télévision sera bientôt de retour pour une réunion spéciale sur HBO Max
il y a 7 min 28 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

il y a 51 min 1 sec
Expédition
Greta Thunberg débute sa seconde traversée de l'Atlantique en catamaran pour revenir en Europe et participer à la COP25
il y a 1 heure 13 min
pépites > Justice
Ultime recours
Patrick Balkany va déposer une nouvelle demande de mise en liberté
il y a 2 heures 24 min
décryptage > Consommation
Consommation

Des crédits d’impôt pour acheter d’occasion : l’écologie version gadget

il y a 3 heures 49 min
décryptage > Education
Malaise et colère

Précarité des étudiants : vrai sujet, mauvaises pistes de solutions

il y a 4 heures 40 min
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 5 heures 1 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 5 heures 47 min
décryptage > France
Forum de Paris sur la paix

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

il y a 6 heures 16 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 21 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vous n'aurez pas le dernier mot" de Diane Ducret : que diable allait-il faire dans cette galère ?

il y a 35 min 38 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Body and soul" : la chorégraphe Crystal Pite envoûte les danseurs et le public

il y a 1 heure 42 sec
pépite vidéo > Europe
Inondations
Les images impressionnantes de "l'acqua alta" historique à Venise
il y a 1 heure 59 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 2 heures 55 min
décryptage > Science
Fusion nucléaire

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

il y a 4 heures 9 min
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 4 heures 41 min
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 5 heures 14 min
décryptage > Terrorisme
Zone de radicalisation

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

il y a 6 heures 4 sec
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 20 heures 52 min
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 22 heures 1 min
© Reuters/Marcos Brindicc
Des personnes tenant une pancarte "Je suis Charlie" en soutien au magazine satyrique.
© Reuters/Marcos Brindicc
Des personnes tenant une pancarte "Je suis Charlie" en soutien au magazine satyrique.
Je suis Charlie

Politiques, citoyens, musulmans… Et maintenant, qui a quoi comme responsabilité pour étouffer cette guerre civile à laquelle travaillent les islamistes ?

Publié le 09 janvier 2015
"Je suis Charlie" est à l'origine de l'image et du slogan que le monde entier reprend par solidarité. Les politiques et les responsables musulmans ont appelé au rassemblement suite à l'attaque terroriste dont a été victime la rédaction de Charlie Hebdo.Mais il faudra se positionner plus fermement afin d'empêcher le projet d’islamistes radicaux sans pour autant tomber dans l'amalgame.
Mohamed Chérif Ferjani est professeur à l'Université de Lyon et chercheur au GREMMO. Ses travaux portent notamment sur l’histoire des idées politiques et religieuses dans le monde musulman ainsi que sur les questions de la laïcité et des droits...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guylain Chevrier est docteur en histoire, enseignant , formateur et consultant.Il est membre du groupe de réflexion sur la laïcité auprès du Haut conseil à l’intégration.Dernier ouvrage : LAÏCITÉ, ÉMANCIPATION ET TRAVAIL SOCIAL L’Harmattan, Sous la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mohamed Chérif Ferjani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mohamed Chérif Ferjani est professeur à l'Université de Lyon et chercheur au GREMMO. Ses travaux portent notamment sur l’histoire des idées politiques et religieuses dans le monde musulman ainsi que sur les questions de la laïcité et des droits...
Voir la bio
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Guylain Chevrier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guylain Chevrier est docteur en histoire, enseignant , formateur et consultant.Il est membre du groupe de réflexion sur la laïcité auprès du Haut conseil à l’intégration.Dernier ouvrage : LAÏCITÉ, ÉMANCIPATION ET TRAVAIL SOCIAL L’Harmattan, Sous la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Je suis Charlie" est à l'origine de l'image et du slogan que le monde entier reprend par solidarité. Les politiques et les responsables musulmans ont appelé au rassemblement suite à l'attaque terroriste dont a été victime la rédaction de Charlie Hebdo.Mais il faudra se positionner plus fermement afin d'empêcher le projet d’islamistes radicaux sans pour autant tomber dans l'amalgame.
  • Mercredi 7 janvier, un attentat a visé la rédaction de Charlie-Hebdo, faisant 12 morts et plusieurs blessés
  • L'un des terroristes a crié "Allahou Akbar", la piste islamiste est donc privilégiée
  • Les responsables politiques n'ont toujours pas dénoncé l'idéologie "islamiste" à la base de cette attaque
  • Les condamnations unanimes de la part de la communauté musulmane française et étrangères se font toujours attendre

 

Atlantico : François Hollande s'est exprimé à la suite de l'attentat qui a touché la rédaction de Charlie-Hebdo, en appelant à l'unité et au rassemblement. Dans une société fracturée, comment les politiques peuvent-ils aujourd'hui parvenir à cette unité ? Quelle réponse peuvent-ils apporter ?

Mohamed Chérif  Ferjani : La défense de la liberté de pensée et d'expression doit être la priorité. Je pense que le message doit être celui de l'unité et du rassemblement contre ceux qui menacent ces libertés fondamentales.

Christophe De Voogd : J'ai beaucoup apprécié les réactions de François Hollande mercredi matin et mercredi soir. François Hollande qui est connu comme un "minimisateur", n'a pas succombé à la tentation. Les choses sont nommées et les réponses sont fortes. Pour ce qui est de la réponse policière, je fais confiance à la police française pour que ces individus soient rapidement arrêtés. Il était également très important que le chef de l'opposition en la personne de Nicolas Sarkozy aille dans le même sens. Ainsi, il n'a pas seulement appelé à l'unité mais l'a illustré. Pour le moment, ils n'ont fait que la moitié du chemin. Car ni François Hollande, ni Nicolas Sarkozy n'ont prononcé le mot "islamisme", ils ont parlé de "fondamentalisme", de "terrorisme", ils ont appelé à "l'unité nationale". On n'arrive toujours pas à savoir où est le problème. Toute nation a besoin de savoir où elle s'arrête, la définition de toute collectivité humaine, repose à la fois sur des liens et des valeurs comme la liberté d'expression, mais aussi sur des frontières. Il faut parvenir à désigner ceux qui ne font pas partie de la collectivité. Comme l'a dit Philippe Val, l'ancien directeur de publication de Charlie-Hebdo, il ne faut justement pas laisser aux extrêmes le soin de désigner. Il faut très clairement dire qu'il y a une véritable guerre contre les islamistes radicaux. J'attends encore que la chose soit clairement dite et elle n'est pas dite par peur de l'amalgame.

Guylain Chevrier : Les élites politiques et les associations antiracistes ont sous-estimé ou dénié  le fondamentalisme et les médias n'ont pas joué leur rôle pour alerter l'opinion, par peur que certaines communautés ou populations se retournent contre la République. Ce déni n'a fait que retarder la possibilité de questionner le religieux et ses façons d'être pratiquées. Il ne s'agit, bien sûr, pas d'associer les musulmans à ce qui vient de se passer mais il y a un certain nombre de problèmes qu'il faut clarifier. On se refuse à interroger un lien entre le communautarisme, en banalisant certains faits qui montrent un retour à la tradition et au religieux. Il y a une radicalisation des relations entre le religieux et la démocratie. Toute la question est de savoir si on peut interroger le lien entre cette dérive extrémiste et la façon de considérer le religieux comme au-dessus du droit. La République porte la liberté de conscience et la liberté des cultes. Mais la démocratie donne des libertés qui peuvent se retourner contre elle. Nous courrons aujourd'hui le risque de favoriser le communautarisme et la segmentation et ainsi de favoriser un certain fondamentalisme. Aujourd'hui, la condamnation ne suffit pas. Il faut appeler tous les acteurs à  jouer le jeu des valeurs républicaines.

En quoi le Front national a-t-il une responsabilité particulièrement en termes de parole qu'il portera sur cette situation ?

Mohamed Chérif  Ferjani : Cet attentat est du pain béni pour le Front national. Mais cet attentat ne peut être récupéré par des causes qui n'ont rien à voir avec la vérité. Il n'y a rien à attendre des forces obscurantistes. Autant je suis horrifié par ce crime, autant je n'accepte qu'il soit récupéré pour développer la haine.

Contre quels "démons" lutter sans pour autant céder à la facilité en se focalisant sur la question religieuse ?

Christophe De Voogd : Pour éviter toute récupération, il est essentiel que les responsables au pouvoir et les grands partis d'opposition nomment la menace. La menace est très claire et elle ne se cache pas. Ne pas nommer l'ennemi c'est prendre le risque de l'amalgame. Il faut être intraitable avec les Imams qui refusent de condamner les départs en Syrie. On évitera l'amalgame qu'en désignant l'amalgame. Il faut aller plus loin, on ne peut plus tolérer que des autorités théologiques aient un discours ambigu. L'islamophobie n'a littéralement aucun sens. Charlie-Hebdo était clair, il s'agit d'une attaque contre une religion dans ses dérives. Le totalitarisme de notre époque est là, entre Daech et les djihadistes dans notre pays.  De même que le communisme est une perversion d'une belle idée qu'était le socialisme, de même que le nazisme était une perversion d'une idée puissante qu'est le nationalisme. On fait très bien la distinction. De la manière, on peut faire la distinction entre islam et islamisme. Et qui ont été les deux plus grands adversaires d'Hitler ? Churchill et de Gaulle qui étaient des nationalistes. Voilà, comment on empêche l'amalgame, on a vu des nationalistes convaincus devenir les pires ennemis du nazisme qui était un nationalisme dévoyé. Et je suis sûr que l'on verra des musulmans devenir des ennemis redoutables de l'islamisme. Et je tiens à rappeler que les islamistes font d'abord régner la terreur dans leur communauté.

Hanin Ghaddar : Suite à ce tragique événement, les Français sont face à deux défis. Ils doivent être prudents et ne pas poser le problème en termes d'opposition entre l'islam et l'Occident. Il s'agit d'un combat pour la liberté d'expression mené par les sociétés musulmanes depuis longtemps. Au Liban, par exemple, nous avons souffert à de nombreuses reprises de terrorisme intellectuel. J'ai pour ma part été menacée de nombreuses fois, certains de mes collègues ont été assassinés simplement pour avoir usé de notre liberté d'expression. Ce combat n'est par celui de l'Europe contre le terrorisme mais plutôt de l'ensemble des citoyens aspirant à la liberté, y compris du monde musulman, contre le terrorisme sous toutes ces formes.

Cette attaque terroriste ne doit pas pousser l'Europe à s'entendre avec des régimes autoritaires comme celui de Bachar Al Assad simplement parce qu'ils affirment lutter contre les djihadistes. Ces régimes sont la raison pour laquelle les djihadistes se sont multipliés. Le terrorisme revêt de nombreuses formes et elles doivent être combattues. La France doit être particulièrement prudente sur ce point. Cela s'est déjà produit par le passé et les régimes autoritaires ne font que mener à davantage de terrorisme. N'oublions pas que la première fatwa contre la liberté d'expression a été émise par l'Iran contre Salman Rushdie.  

La première réaction de Dalil Boubakeur a été d'estimer que les musulmans étaient des victimes de tout cela. Quelle position peuvent adopter les musulmans pour ne pas être réduit à un rôle de victime ?  

Mohamed Chérif  Ferjani : Les musulmans sont les premières victimes de l'Etat islamique et du fanatisme qui s'exprime au nom de leur religion. Ils sont des victimes directes quand on compte le nombre de victimes à travers le monde en Syrie, en Irak, au Liban ou en Afghanistan. Ils sont aussi des victimes indirectes puisque c'est au nom de leur culture et religion que ces crimes sont commis : ils sont désignés, soupçonnés de connivence et de complicité. Ils sont appelés à dénoncer ces crimes là et à ne pas chercher de justification à ce genre d'attentat.

Hanin Ghaddar : Les musulmans et particulièrement les musulmans modérés ont un rôle crucial à jouer. Ils se doivent de "faire le ménage" et ne doivent pas jouer les victimes. Les pays arabes et musulmans doivent commencer par abolir les Imams fanatiques et doivent établir une contre-stratégie à leur rhétorique. Ils ne peuvent pas prétendre lutter contre le terrorisme tout en laissant les fanatiques faire ce qu'ils veulent. Les musulmans modérés doivent condamner haut et fort cet attentat et arrêter de se trouver des excuses. C'est une question de liberté d'expression. Point barre. 

Guylain Chevrier :  La victimisation est une idée qui nous est renvoyée par les discours médiatiques et politiques qui ne prennent pas les problèmes à prendre à bras le corps. Les représentants de la communauté musulmane doivent être sans ambiguïté dans la défense des valeurs communes qui permettent à toute religion de s'exprimer à partir du moment où on accepte ce qui fonde notre cohésion sociale : le principe d'égalité de tous et le fait qu'aucune religion ne doit imposer aux individus une façon de vivre différente de celle qu'ils auraient choisi eux-mêmes. Il faut également s'appuyer davantage sur ces musulmans que l'on n'entend pas, une majorité silencieuse qui s'inscrit dans les valeurs de la République.

Au Royaume-Uni des initiatives tel que la campagne #NotInMyName ont été prises. Comment expliquer qu'en France les  musulmans ne sont pas emparés du problème de l'islamisme de manière aussi affirmée ?

Mohamed Chérif  Ferjani : Ils réagissent plus vite que d'habitude. Les associations qui parlent au nom des musulmans se démarquent de Daech et de tout ce qui se fait ailleurs, des crimes commis. Bien sûr on aimerait les voir plus vite et nombreux et qu'ils soient les premiers à dénoncer les criminels qui agissent au nom de leur religion. Et dénoncer ceux qui cherchent à trouver des justifications à ces crimes, au nom de l'islamophobie, des crimes commis contre les musulmans à travers le monde : rien ne justifie des actes aussi criminels.

Obama, Poutine, la Reine d'Angleterre ont exprimé leur solidarité à la France, l'Ambassade du Qatar en France s'est contentée d'un communiqué. Face à cet enjeu, ne serait-il pas temps que les alliés de l'Occident dans les pays arabes condamnent plus vivement ce qu'il s'est passé ?

Mohamed Chérif  Ferjani : La réaction molle du Qatar ne m'étonne pas : il n'est pas étranger au développement du fanatisme sous ses formes les plus abjectes notamment en Syrie et en Irak. Ces mouvements ont été soutenus par le Qatar et l'Arabie Saoudite au nom de la lutte des sunnites contre les chiites et des injustices dont serait responsable l'Occident à l'égard de l'ensemble du monde musulman.

Hanin Ghaddar : J'ai vu les communiqués du Qatar et de l'Arabie Saoudite condamnant cet attentat, mais ils sont arrivés bien tard et ne sont pas suffisamment fermes. Ces pays devraient faire bien plus que cela. Les communiqués ne sont plus suffisants. Ce problème doit être traité en interne et dans toute la région. En clair, il faut couper les canaux de financement des djihadistes et faire en sorte que leur idéologie cesse de faire des émules. Ces Etats devraient commencer par balayer devant leur porte. La démocratie, la réforme et la liberté ne sont pas que des mots. Les Etats arabes doivent commencer par réformer le système éducatif et le droit de la presse, puis empêcher les Imams fanatiques de s'exprimer dans l'espace public. Sinon, rien ne changera. Nous ne devons pas attendre de l'Occident qu'il soit compréhensif et qu'il maintienne nos relations si nous n'intégrons pas un certain nombre de valeurs.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
GEOFFRAY
- 12/01/2015 - 13:20
on a bien compris qu'en
on a bien compris qu'en France les échecs scolaires concernent dans la très grande majorité les garçons
Les filles font leur chemin, seule voie d'autonomisation et d'indépendance sociale
Benvoyons
- 12/01/2015 - 11:49
GEOFFRAY - 12/01/2015 - 11:42 Mahomet a dit que la femme
sera la réussite de l'Islam (il pensait au ventre des femmes bien évidemment). Ce qui veut dire que pour faire évoluer la pensée Musulmane et bien il faut que la France et autres pays investissent massivement sur la formation des femmes Musulmanes et du monde Arabe. Donc tu remplaces le ventre par la tête.
GEOFFRAY
- 12/01/2015 - 11:42
théologie
Il me semble qu'un travail de mise en perspective des textes religieux pourrait êrte fait en France qui a une très forte communauté musulmane.
Le point est le suivant: contrairement aux deux autres monothéismes pu=our lesquels la Bible est INSPIREE par Dieu, le Coran est TOMBE DU CIEL, pour les musulmans
En clair rien n'est discutable ou négociable. Le texte, TOUT le texte y compris les sourates d'un autre age ou d'un autre monde (facile à repérer).
Lisez le Deutéronome dans la Bible, c'est proprement effarant. Mais les juifs et les Chrétiens ont été suffisamment inspiré de prendre du recul vis à vis de ces textes incendiaires.
On attend la même chose du monde musulman.
C'est simple en idée, en pratique...