En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Reuters
François Hollande, Emmanuel Macron et Manuel Valls profitent tous les trois d'une remontée significative dans les enquêtes d'opinion.
Embellie mirage
Pourquoi François Hollande n’a aucune raison de recommencer à y croire
Publié le 18 décembre 2014
François Hollande, Emmanuel Macron et Manuel Valls profitent tous les trois d'une remontée significative dans les enquêtes d'opinion. Leur attitude, depuis ces résultats, est de montrer un certain optimisme quant à la suite du quinquennat. Pourtant, les prévisions concernant la loi Macron, symbole de cette image de gauche responsable, s'accordent à interroger son effet sur la croissance. Alors que la réalité socio-économique demeure la première préoccupation des Français.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Hollande, Emmanuel Macron et Manuel Valls profitent tous les trois d'une remontée significative dans les enquêtes d'opinion. Leur attitude, depuis ces résultats, est de montrer un certain optimisme quant à la suite du quinquennat. Pourtant, les prévisions concernant la loi Macron, symbole de cette image de gauche responsable, s'accordent à interroger son effet sur la croissance. Alors que la réalité socio-économique demeure la première préoccupation des Français.

Atlantico : Tous les proches de François Hollande en font le constat, le président de la République irait "mieux". Il occupe de nouveau l'espace médiatique en s’affichant sur des sujets de société ou de vie quotidienne. Il a même ajouté mardi lors de son déplacement à Boulogne-sur-Mer que "Le quinquennat doit être organisé autour de l’égalité, autour de la réussite". Le contexte politique et l'opinion sont-ils enfin plus favorables au chef de l'Etat ? Cela va-t-il durer ou retomber comme un soufflet ?

Nicolas Goetzmann : Les différents sondages publiés au cours des derniers jours font bien état d’une amélioration de la popularité du Président, puisque 21% des personnes interrogées jugent qu’il est un bon Président (baromètre Odoxa-Oragne). C’est également le cas, avec une plus grande ampleur, pour Manuel Valls (45% jugent qu’il est un bon premier ministre), mais aussi pour le ministre de l’économie, Emmanuel Macron qui progresse de 9 points en un mois. La dernière séquence est donc bien une réussite, sur le plan de l’opinion. Concernant la réalité du terrain économique, c’est une autre histoire. La France est officiellement entrée en déflation le mois dernier, les prévisions de croissance de la zone euro ont été lourdement coupées pour 2015, passant de 1.6% à 1.0%, et le nombre de chômeurs en France continue de battre record sur record.

Mais le contexte politique a également changé en cela que désormais, François Hollande dispose d’une opposition incarnée par Nicolas Sarkozy. C’est-à-dire une opposition clivante qui permet au Président de reprendre son rôle du "recours anti-sarkozyste". Il ne s’agit pas d’un  programme en soi mais d’un dénominateur commun à la gauche, du moins plus large que le seul soutien au "hollandisme", qui est devenu un phénomène plutôt marginal.

Le gouvernement a-t-il réussi un tour de force communicationnel sur la loi Macron ? 

La progression de la popularité d’Emmanuel Macron en atteste. Pourtant, si cette loi est nommée "croissance et activité", sa réalité n’est qu’un potentiel. Il ne s’agit pas de "booster" la croissance au sens propre, mais bien de donner un potentiel plus important au pays. C’est tout l’objet d’une loi visant à réformer "l’offre" économique. En ce sens, le succès politique de cette loi a été de donner le sentiment d’un gouvernement réformiste et volontariste. Il y a des mécontents, des opposants à cette loi, ce qui démontre que finalement, quelque chose se passe. Et c’est là tout le piège de ce qui a été fait. Car si les résultats économiques tardent trop, le discours "réformiste" qui est aujourd’hui à l’honneur dans les enquêtes d’opinion pourrait en être affaibli. Depuis l’arrivée de Manuel Valls au poste de premier ministre, le slogan est "il n’y a pas d’alternative". Avec une telle affirmation, il est préférable d’obtenir des résultats rapidement.

Martine Aubry, en exploitant les mécontentements de l'extrême gauche, s'est-elle tirée une balle dans le pied ? De fait, a-t-elle plus servi que desservi le gouvernement ?  

Martine Aubry a également progressé dans les sondages d’opinion, avec 5 points gagnés et un total de 29% d’opinions favorables. Mais ses déclarations faites à propos de la Loi Macron dans le journal Le monde, évoquant un changement de civilisation à propos du travail le dimanche, ont offert une belle opportunité au gouvernement d’apparaître comme réformateur. En s’opposant à une gauche "ringarde", Manuel Valls et Emmanuel Macron passent pour la gauche "responsable". D’un côté, Nicolas Sarkozy absorbe les critiques d’ultralibéralisme, et de l’autre Martine Aubry se charge de récolter les attaques en "gauchisme", pour un résultat plutôt positif pour le gouvernement en termes d’image. Mais encore une fois, il s’agit bien plus d’une double définition négative et non pas d’un projet porteur qui pourrait permettre de fédérer les français.

Sur le plan économique, que peut-on attendre de la loi Macron ? Les impacts sur le retour de la croissance peuvent-ils être significatifs ?

Une telle loi a pour ambition de permettre au pays d’améliorer son potentiel de croissance. Ainsi, si nous imaginons que le potentiel actuel du pays est de 2.5% de croissance annuelle, une loi de ce type aurait alors vocation à permettre, par exemple, de faire évoluer ce potentiel de 2.5 à 2.6%. Ce qui est positif, mais il n’aura échappé à personne que le potentiel du pays n’a pas été atteint, globalement, depuis 2008. Et cela, la Loi macron n’y pourra rien, car elle n’agit que sur l’offre.

Les autres "bonnes nouvelles"  mentionnées ces derniers jours sont la baisse du pétrole, la baisse de l’euro, et la baisse des taux d’intérêts, qui sont autant de signes annonciateurs d’un retour de la croissance. Bien que la baisse du pétrole puisse avoir un effet positif, il ne s’agit que de facteurs exogènes marginaux qui ne correspondent en rien aux besoins actuels du pays. Pour "rebondir" et résorber le chômage, le pays aurait besoin de plusieurs années à 3% de croissance, comme cela peut être le cas aux Etats Unis. Et les hypothèses qui ont été formulées par rapport à la Loi Macron ne font que "gratter" quelques dixièmes de points de croissance par ici ou par- là sur plusieurs années. Le gouvernement se contente finalement de ce qu’il a, c’est-à-dire très peu.

La politique des cycles est donc une vue de l'esprit... Largement dépassée ?

Cette séquence de l’ "embellie" est un puissant révélateur de l’écart qui existe entre le diagnostic de François Hollande et la gravité de la crise. Le Président se réjouit du contexte qui se profile, car "la croissance" serait de retour de façon cyclique. En ce sens, il a raison. Mais là, il rate l’essentiel.  Sa vision de l’économie repose sur un niveau d’activité qui va varier plus ou moins par rapport à une tendance de base. Une fois que le cycle redevient positif, tout va mieux. C’est ici que l’erreur fondamentale a lieu. Parce que la crise de 2008 ne concerne pas les petits cycles, mais la tendance de base elle-même, cette tendance de fond du développement économique au sein de la zone euro. Cela fait 6 ans que cela dure, il est quand même compliqué de ne pas se rendre compte que quelque chose de plus "sérieux" que d’habitude est en train de se passer. Et bien non, il semblerait que ce questionnement n’ait pas véritablement eu lieu.

En conséquence, quelles réformes structurelles restent encore à engager ? 

La réforme structurelle principale est d’imposer à l’autorité monétaire européenne de suivre un objectif de plein emploi. Une fois cette idée mise sur la table, discutée, validée, les réformes de l’offre pourront reprendre de plus belle. Parce qu’une telle réforme monétaire a pour objectif de permettre à chaque pays d’atteindre chaque année son plein potentiel. Les réformes du type "Loi Macron", dans un tel contexte, auront pour effet d’améliorer ce potentiel.

Plus spécifiquement, et en admettant que le plein emploi est devenu un objectif, les réformes "utiles" en France concernent la retraite à 65 ans, le contrat de travail unique, une totale refonte et une baisse de la fiscalité, et un accent mis sur l’éducation dès le plus jeune âge. Il faut se concentrer sur des objectifs clairs, et sur les sujets qui ont la plus grande probabilité d’impacter positivement la vie des français.

Propos recueillis par Franck Michel / sur Twitter

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
02.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
03.
Notre-Dame de Paris : l’incendie aurait été causé par une série de négligences
04.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
05.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
06.
Un Américain a passé un an à ne manger que des aliments aux dates de péremption dépassées, voilà les leçons qu’on peut en tirer
07.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
04.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
05.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
06.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
winnie
- 12/01/2015 - 11:10
FH remonte ?
Non les média nous raconte que, mais d'ici quelques jours quand il va falloir au ils se bougent pour prendre enfin les mesures que beaucoup preconisent depuis longtemps dans ce forum, la se sera comme d'habitude et les Français ne seront pas dupe.
Comment lutter contre le djahdisme en gardant Taubira et ses lois favorables aux délinquants ? Et ce n'est qu' un exemple, comment un gouvernement de gauche avec sa moitiedes parlementaire ont lui peut faire unepolitique securitaire forte ?
lepaysan
- 18/12/2014 - 22:50
ILs ne font que de la com
De la Com, rien que de la Com ... et mal faite car trop déconnecté de la réalité
Philippine
- 18/12/2014 - 20:35
CONFIANCE !!
Je pense que la loi Macron n'est que de la poudre aux yeux car les Français n'ont plus CONFIANCE et pas de croissance sans CONFIANCE ,je me répète, je sais mais c'est ainsi , car dans l'économie, il y a au moins 50 % de psychologie et la confiance en fait partie puisque c'est un état d'esprit . De plus, les réformes structurelles n'ont pas été entreprises et elles sont essentielles ( obésité de l'Etat, réformes sociales,réforme du code du travail et réforme de la fiscalité etc, etc...la liste est longue . Désolée d'être si pessimiste mais ce n'est que du réalisme .