En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

02.

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

03.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

04.

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

05.

Quand le budget européen prévu pour gérer les crises agricoles est affecté au maintien des migrants syriens en Turquie

06.

Le Ségur de la Santé, ou la victoire de la bureaucratie sur l'intérêt général

07.

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

05.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

06.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

06.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

ça vient d'être publié
pépites > Economie
EMPLOI
Macron annonce une exonération de cotisations et 300.000 contrats d'insertion pour les jeunes
il y a 2 heures 11 min
pépites > Santé
SANTÉ
Macron souhaite le masque obligatoire dans tous les lieux publics clos
il y a 3 heures 29 min
light > France
FÊTE PERCHÉE
Un DJ va mixer en haut de la grande échelle des pompiers
il y a 4 heures 1 min
pépites > France
CORONAVIRUS
Le nombre de cas de Covid-19 double tous les deux jours à Marseille
il y a 4 heures 44 min
pépite vidéo > France
DÉFILÉ
14 juillet : Trois miraculés d’une intervention au Mali vont défiler
il y a 5 heures 31 min
décryptage > Société
Des mots pour mentir

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

il y a 7 heures 7 min
décryptage > France
BACCALAURÉAT 2020

Baccalauréat 2020 : la cuvée coronavirus a été livrée

il y a 7 heures 32 min
décryptage > Economie
WIKI AGRI

Quand le budget européen prévu pour gérer les crises agricoles est affecté au maintien des migrants syriens en Turquie

il y a 7 heures 58 min
décryptage > Europe
UNION EUROPÉENNE

Union européenne : la réglementation sur les travailleurs routiers déchirent les Européens

il y a 8 heures 45 min
décryptage > Politique
POLITIQUE

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

il y a 9 heures 49 min
pépite vidéo > Santé
FÊTE NATIONALE
Emmanuel Macron souhaite rendre le masque obligatoire dans les lieux publics clos
il y a 2 heures 22 min
light > Insolite
BON APPÉTIT
Une cliente trouve une tête de lézard dans sa bolognaise, l'enseigne s'excuse
il y a 3 heures 37 min
pépites > France
COMMÉMORATION
Nice commémore les quatre ans de l'attentat de Nice
il y a 4 heures 15 min
pépites > France
FRANCE
"MACRON ASPHYXIE L'HÔPITAL" une banderole déployée durant la cérémonie
il y a 5 heures 14 min
décryptage > Media
L'ART DE LA PUNCHLINE

Un 14 juillet en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 35 min
décryptage > Société
Inclusivement vôtre

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

il y a 7 heures 23 min
décryptage > International
INTERNATIONAL

Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

il y a 7 heures 42 min
décryptage > Politique
POLITIQUE

Le Ségur de la Santé, ou la victoire de la bureaucratie sur l'intérêt général

il y a 8 heures 21 min
décryptage > Science
SCIENCE

Coronavirus, 2eme vague et crise économique : 2020, l’été de la grande dissonance cognitive

il y a 9 heures 24 min
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 1 jour 1 min
© Reuters
La probabilité d’une crise majeure se renforce de jour en jour.
© Reuters
La probabilité d’une crise majeure se renforce de jour en jour.
L'Édito de Jean-Marc Sylvestre

La probabilité d’une crise majeure se renforce de jour en jour

Publié le 16 décembre 2014
Entre la Grèce et le marché obligataire, la montée du populisme et l’explosion de la majorité de gauche, la France voit se rapprocher à vitesse grand V un risque de crise majeure.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Entre la Grèce et le marché obligataire, la montée du populisme et l’explosion de la majorité de gauche, la France voit se rapprocher à vitesse grand V un risque de crise majeure.

Les spécialistes des marchés et les politologues sont pour une fois d’accord. Le risque d’une crise grave pour le printemps de l’année prochaine se renforce en Europe et en France. Peut-être avant. Nous courons trois risques de crise à la fois.

Premier risque de crise : une crise financière à l’intérieur de la zone euro. La zone euro ne fera pas de miracles si la majorité politique en Grèce tourne le dos aux engagements de redressement. Le prochain gouvernement s'assiera sur ses obligations budgétaires et, du même coup, il oubliera la moitié de ses créanciers. Or, les créanciers de la Grèce, ce sont les épargnants grecs. Mais les dettes grecques ont été surtout financées par des banques européennes ainsi que par le budget communautaire. Si la Grèce refuse d’honorer ses engagements, elle met à mal l’équilibre de la zone euro, comme en 2011. Mais cette fois-ci, il est peu probable que les contribuables allemands acceptent de faire un échéancier.

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE BRIEFING ATLANTICO BUSINESS]
Suivre @atlanticobiz 

Le problème, c’est qu’aujourd’hui la Grèce n’est pas le seul maillon faible de la zone euro. L’autre maillon faible, c’est évidement la France qui ne remplit pas ses engagements budgétaires et qui tire aussi sur le crédit de l’Europe.

La chute d’un des pays de la zone euro, ou même l’éclatement de la zone euro, entrainerait l’effondrement économique de l’Europe du Sud, dont la France, qui ne tiennent aujourd’hui que par la solidarité européenne et par la force des pays de l’Europe du Nord.

Deuxième risque de crise : une crise obligataire liée à la hausse des taux d’intérêt. Cette fragilité de la zone euro est aggravée aujourd’hui par le risque d’une remontée des taux d’intérêt. Tous ces pays ont été perfusés avec de l’argent à coût nul ou presque, compte tenu des excès de liquidités.

Ces excès de liquidités ont perturbé tous les systèmes économiques en les exonérant de prendre en compte la gestion des risques. Un taux zéro agit comme de la morphine et, contrairement à ce que l’on croit, cela n’encourage pas l’investissement puisque ça ne promet aucun rendement. C’est vrai dans tous les pays en Europe et au Japon, qui est en dépression depuis 15 ans en dépit d’une overdose de liquidités. C’est moins vrai aux USA et en Grande Bretagne, où l’effet de richesse lié au renchérissement des actifs dope un peu les machines économiques mais sont souvent guettées par les bulles.

Toujours est-il que beaucoup de banques centrales ont annoncé un changement de politique monétaire qui se traduira par une remontée des taux et une raréfaction de la création monétaire.

Le plus spectaculaire changement se prépare au Japon où le premier ministre a annoncé qu'il fallait désormais changer d’attitude et s’attaquer aux structures et à l’offre des entreprises. Enfin, la baisse du prix du pétrole va commencer à gêner les pays pétroliers et assèche leurs fonds souverains. Tout cela, c’est de la liquidité en moins. La banque européenne, si généreuse soit-elle, ne pourra pas compenser le tarissement des flux orientés vers les pays où les taux sont plus importants. Toujours est-il qu'une hausse des taux d’intérêt aurait des effets catastrophiques sur le financement des États européens les plus endettés.

Troisième risque de crise : une crise politique. L’effondrement de la majorité actuelle entrainerait de fait un changement de gouvernement. Le retour d’une gauche dure stopperait les apparences de réformes et nous fermerait la porte des marchés financiers. L’hypothèse d’une dissolution rendrait la France ingouvernable, avec une droite républicaine incapable de proposer un projet alternatif qui serait compatible avec les obligations européennes et un Front National qui sortirait en situation de tout bloquer. Dans tous les cas de figure, les marchés se bloquent.

Certains peuvent toujours dire qu'ils s’en fichent. Sauf qu’ils n’expliquent pas comment ils financent le fonctionnement de l’appareil d’État et les retraites. Dans tous les pays du monde, il n’y a que deux moyens pour financer cela : l’impôt ou l’épargne.

Il n’y a pas un seul "irresponsable politique" qui serait capable de nous expliquer comment on fait, dans une démocratie, pour vivre ensemble sans les impôts de ceux qui travaillent où l’épargne du plus grand nombre. Ni Jean-Luc Mélenchon, ni Marine Le Pen n’ont d’explications et de solutions.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 17/12/2014 - 20:53
À ganesha un bon marxiste FN
Je vous signal que les pays les plus prospères dans le monde sont libéraux, vous préférez capitalisme, c'est plus péjoratif ( en France ) . Juste un mot capitalisme et libéralisme c'est la même chose, pas la peine d'écrire capitalisme libéral. Vous connaissez la cote qui monte?....
scrat75
- 17/12/2014 - 07:57
rondins de bois
Autour de l'hexagone. Une marmite et madame le pen en guise de druide . Avec ça nous serons invulnérable. Si les partis extrémiste avaient LA solution l'humanité le saurait non ? "Leurre programme" c'est défilé le bras tendu vers le balcon le premier mai , avec la famille au complet pour. Saluer le bon peur floué..... et Dacia pour les raclures les plus dévoués du parti..un rare privilège
Ganesha
- 16/12/2014 - 18:33
Commentateurs Obstinés
Ce qui est amusant, c'est qu'on trouve encore sur Atlantico quelques commentateurs obstinés qui disent : suivons l'exemple de l'austérité allemande, le Capitalisme Libéral, c'est un système économique merveilleux et plein d'avenir, et surtout, surtout : Le FN, c'est pas bien !