En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
Bonnes feuilles
L'Atlas global : nos assiettes ne sont pas si mondialisées
Publié le 25 décembre 2014
Publié chez les Arènes, l'atlas global est un essai en images, conçu par une équipe de vingt-six historiens et géographes de renom. Extrait (2/2).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Collectif de 26 historiens et géographes
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Publié chez les Arènes, l'atlas global est un essai en images, conçu par une équipe de vingt-six historiens et géographes de renom. Extrait (2/2).

LA PLANÈTE ALIMENTAIRE EST PARTAGÉE EN DEUX GRANDS MODÈLES CONCURRENTS : L’UN DONT LE BRAS EST ARMÉ PAR L’INDUSTRIE, L’AUTRE QUI RESTE ATTACHÉ À DES VALEURS PAYSANNES. S’AGIT-IL POUR AUTANT D’UNE BATAILLE CULINAIRE ?

A la place des systèmes alimentaires des agronomes et des économistes, on plaide pour une géographie des cultures alimentaires donnant une répartition raisonnée des manières de manger dominantes et de leurs dynamiques.

Deux grands pôles ont été constitués depuis plusieurs millénaires avec un noyau chinois et un noyau au Moyen- Orient : dans les deux cas, les populations paysannes ont travaillé depuis des millénaires à la culture des céréales auxquelles on a ajouté, lors de repas cérémoniels, les viandes issues de pratiques sacrificielles et religieuses. Ces deux noyaux ont donné naissance à des cuisines sophistiquées, contrôlées par des médecines très élaborées. Certaines d’entre elles sont devenues de grandes gastronomies où les manières de manger ont pu confiner à de l’art.

Ces systèmes ont rayonné alentour de leur bassin d’origine auquel sont adossés des pôles secondaires autour de la Chine, comme l’Inde ou le Japon en Asie, mais aussi, récemment, en Europe avec les pays scandinaves ou l’Espagne, qui deviennent de hauts lieux « gastronomiques ». Dans ces systèmes, les repas restent des moments quasi sacrés qui accompagnent la vie familiale, les fêtes calendaires et les événements sociaux. Au nord du monde tempéré, s’est constitué un autre pôle largement industrialisé aujourd’hui. Ses origines sont dans la sphère mongole, où l’élevage était la ressource de base et a fabriqué un rapport utilitaire à l’animal. Cette culture carnée a gagné l’Europe à la faveur des invasions du premier millénaire. Le capitalisme marchand d’Europe et d’Amérique du Nord l’a transformé en filière très lucrative de viande industrielle.

Fabriquant des produits de masse diffusés dans les villes par des réseaux de commerce très efficaces, l’industrie a gagné tous les pays du monde. Mais elle bute en Afrique sur un niveau de vie trop faible, un rejet culturel en Inde et dans certaines sphères sociales européennes et asiatiques. Stigmatisées pour leur responsabilité dans la progression des maladies cardiovasculaires et neurodégénératives, les cancers et le diabète, les nourritures industrielles ont fait émerger des contre-modèles dont les teikei japonais, les terroirs français et les CSA (community supported agriculture) américains sont les parangons. Dans les marges subdésertiques chaudes ou froides où l’agriculture est difficilement praticable, les populations riches adoptent les modèles industriels (pays du Golfe, peuple inuit). À l’opposé, les pays en développement (du Sahel à l’Asie centrale) gardent des systèmes d’élevage qui restent précaires. Dans les régions équatoriales de l’Amérique latine, de l’Afrique et de l’Asie, subsistent des îlots d’alimentation vivrière soumise aux à-coups d’une vie politique et économique chaotique. Sur notre planète alimentaire, la mondialisation est très loin d’avoir gagné la partie.

Gilles Fumey

Extrait de "L'atlas global", sous la direction de Christian Grataloup et Gilles Fumey, publié chez les Arènes, 2014. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires