En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

06.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

07.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 49 min 17 sec
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 1 heure 33 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 2 heures 17 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 3 heures 47 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 7 heures 11 sec
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 7 heures 34 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 7 heures 55 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 8 heures 50 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 9 heures 33 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 10 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 1 heure 20 sec
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 1 heure 55 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 2 heures 52 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 4 heures 33 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 7 heures 8 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 7 heures 52 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 8 heures 28 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 9 heures 4 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 9 heures 55 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 10 heures 39 min
Contre la montre

Énième révision à la baisse des prévisions de croissance par la BCE... qui décide de ne rien faire

Publié le 04 décembre 2014
Les équipes économiques de la BCE revoient leurs prévisions de croissance et d'inflation à la baisse pour les années 2014-2015 et 2016. Malgré la pression de la réalité, le conseil des gouverneurs tient bon pour ne rien faire et se contente d'envisager une action au courant de l'année 2015.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les équipes économiques de la BCE revoient leurs prévisions de croissance et d'inflation à la baisse pour les années 2014-2015 et 2016. Malgré la pression de la réalité, le conseil des gouverneurs tient bon pour ne rien faire et se contente d'envisager une action au courant de l'année 2015.

Le conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne se réunissait ce jeudi 4 décembre dans le cadre de son habituelle conférence de presse mensuelle. Si rien de tangible n’était véritablement à attendre de cette réunion, la Banque centrale européenne n’en a pas oublié d’être décevante.

En effet, les équipes macroéconomiques de la BCE se sont livrées à leur exercice de prévisions trimestrielles, qui, une nouvelle fois, sont annoncées à la baisse. Si en septembre 2014, les prévisions de la BCE faisaient état d’une croissance attendue à 0.9% pour 2014, 1.6% pour 2015 et à 1.9% pour 2016 au sein de la zone euro, les derniers chiffres sont moins flatteurs.

Les anticipations sont aujourd’hui fixées à 0.8% pour 2014, en baisse de 0.1 point, à 1% pour 2015, en forte baisse de 0.6 point, et de 1.5% pour 2016, en baisse encore de 0.4 point. C’est donc 1.1 point entier de croissance qui est retiré du total, soit 25% de croissance en moins pour les deux prochaines années. Et pourtant, les prévisions initiales ne faisaient déjà plus rêver personne.

Sur le front de l’inflation, c’est le même constat. Les prévisions se retrouvent à nouveau revues à la baisse, passant de 0.6% à 0.5% pour 2014, de 1.1% à 0.7% pour 2015, et de 1.4 à 1.3% pour 2016. Ce qui frappe avant tout, c’est la violence de la révision de croissance et d’inflation pour l’année 2015. En effet, avec 1% de croissance et 0.7% d’inflation, l’année 2015 s’annonce toute aussi médiocre que l’année 2014.

En additionnant les deux données, croissance et inflation, le total atteint 1.7% pour 2015 alors que la zone euro avait pris l’habitude d’avancer sur un rythme de 4% de croissance nominale entre 1997 et 2007. La nouvelle norme européenne ne correspond même plus à la moitié du potentiel du continent.

Comme le dit Mario Draghi lui-même : "En comparaison avec les projections macroéconomiques des équipes de la Banque centrale européenne datant de septembre 2014, les prévisions de croissance ont été significativement revues à la baisse".

Et pourtant, malgré la situation d’urgence qui se dégage des chiffres publiés ce jour, la Banque centrale européenne reste immobile. Cette dernière ne s’est contentée que de laisser planer le doute sur une éventuelle action au premier semestre 2015 :

"S’il s’avère nécessaire de répondre à des risques supplémentaires d’une période trop prolongée de faible inflation, le conseil des gouverneurs reste unanime dans sa décision d’utiliser des instruments non conventionnels, dans le cadre de son mandat. Ce qui pourrait impliquer une modification en début d’année prochaine, de la taille, du rythme et de la composition de nos mesures".

Des "Risques supplémentaires" ? Les risques et la réalité actuelle ne sont pas dignes d’une action de la BCE ?

Mais si une volonté d’agir ressort avec une certaine évidence de cette déclaration, le problème soulevé par les révisions à la baisse de la croissance et de l’inflation est majeur. Car la BCE se contente de ce type de discours depuis des mois, voire des années sur une tactique du type : "la prochaine fois que cela arrive, on va voir ce qu’on va voir". Et rien ne voit le jour, jamais. Le fait de tailler à la baisse les anticipations de 2015 tout en restant immobile témoigne une nouvelle fois de cette stratégie qui est en train de totalement décrédibiliser la BCE.

Cependant, si une phrase de l’intervention de Mario Draghi mérite d’être retenue, la voici :

"Il y a suffisamment de preuve permettant de soutenir que l’assouplissement quantitatif peut être efficace.

Le conseil des gouverneurs a bien conscience que la situation est grave. Il a également conscience que les outils qui sont à sa disposition sont efficaces (un assouplissement quantitatif, c’est-à-dire un plan de rachat de titres de dette publiques). Mais pour le moment, le conseil choisit de jouer la montre. Pour ne pas froisser certains membres du conseil : l’Allemagne et les pays du nord qui s’opposent par principe à toute intervention. Cela fait 6 ans que la BCE joue la montre.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 06/12/2014 - 12:45
C'est bientôt Noël
Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux!
artesan
- 05/12/2014 - 16:32
Merci @2bout
M. Goetzmann participe aux réunions de M. Montebourg....(voir http://www.arnaudmontebourg.fr/universite-de-rentree-a-laudun-lardoise-les-4-et-5-octobre-2014/) L'info est assez troublante, en effet. Elle peut permettre de mieux comprendre les positions du journaliste (?). Les explications simplistes et la recherche de boucs émissaires, sont aussi le style de l'ex ministre de l'économie, qui a brillé pour son discours contre l'Allemagne et la BCE, mais pas pour la pertinence et l'efficacité de ses mesures. On y voit un peu plus clair.
Texas
- 05/12/2014 - 12:21
@ 2bout
Un Forum économique à Laudin-L' Ardoise ? . Mr Montebourg a beaucoup d' humour ! . On comprends mieux la force de conviction de Mr Goetzmann. Ce matin en titre : Le Japon à la croisée des chemins : Entre un déclin confortable et un rétablissement douloureux ? .