En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
L'Édito de Jean-Marc Sylvestre

Non, le plan Juncker n’est pas un jouet pour député européen désœuvré

Publié le 27 novembre 2014
Les europhobes sont incorrigibles. Rien de ce que fait Bruxelles n’a grâce à leurs yeux. Le plan Junker de lancer 300 milliards d’investissement ne fera pas de miracles certes, mais il ne coûtera rien aux contribuables. Le problème, c’est qu’il demande simplement un peu de courage aux gouvernants.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les europhobes sont incorrigibles. Rien de ce que fait Bruxelles n’a grâce à leurs yeux. Le plan Junker de lancer 300 milliards d’investissement ne fera pas de miracles certes, mais il ne coûtera rien aux contribuables. Le problème, c’est qu’il demande simplement un peu de courage aux gouvernants.

C’est sans doute la première fois depuis dix ans que la Commission sort une réforme un peu intelligente. Cela ne fera pas de miracles, mais qui peut amorcer en Europe un processus de sortie de crise ? A condition, évidemment, que les gouvernements le veuillent et que les opinions publiques ne la rejettent pas avant même d’avoir compris ce que l’on va essayer de faire. Les mauvaises nouvelles se vendant mieux que les bonnes, ça va être difficile.

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE BRIEFING ATLANTICO BUSINESS]
Suivre @atlanticobiz 

La réaction de rejet ou de désabusement est hélas banale. Il faut dire que la précédente Commission a été d’une telle indigence. Il faut dire aussi que l’ex-président José-Manuel Barroso a été tellement absent et complaisant, à un moment où les européens avaient un besoin de cohérence et de fermeté, que l’Europe a signé pendant dix ans son brevet de bouc-émissaire. Les risques de voir les initiatives européennes rangées au rayon des accessoires pour députés européens désœuvrés est encore aujourd’hui très grand.

Depuis quelques mois, quelques progrès ont été faits. Quand la BCE prend en main la tutelle des banques, lance des stress tests ou baisse les taux d’interventions à des niveaux près de zéro, elle fait le job. La meilleure preuve, c’est que l’euro a baissé de 25%. Autant de mouvements qui étaient réclamés par tout le monde mais qui ne semblent pas émouvoir beaucoup d’économistes.

Les entreprises elles, ont gagné en compétitivité externe, beaucoup plus que via le CICE. Quand la Commission met en place le Fonds d’Intervention Stratégique, elle ne fait rien d’autre que d’activer un système de mutualisation des risques. C’est à croire que ceux qui réclamaient des eurobonds n’ont rien compris à ce qui pouvait se passer.

Maintenant, Jean-Claude Juncker, le nouveau président, s’est fixé comme objectif de mandat de restaurer la croissance. Rappelons, une fois encore, que son prédécesseur avait pour objectif de ne rien faire.

Évidemment, les exégètes s’en donnent à cœur joie. Ils font leur calcul et s’aperçoivent que les montants par pays et par an sont dérisoires. Sans doute, mais l’époque n’est plus au plan Marshall. On se trompe de guerre. Il ne s’agit pas de jouer au Père Noël et de distribuer de l’argent à ceux qui seront les plus séduisants, les plus politiques.

Si les opinions publiques pensent que le plan Juncker va se résumer à une distribution de fonds comme on le faisait autrefois pour les fonds structurels, c’est que l’on n’a rien compris au film et que chacun prend ses rêves pour des réalités. On n’est pas dans une maison de retraite à la veille de Noël. L’explication est très simple.

Tout d’abord, Junker ne se trompe pas de diagnostic. Il s’agit bien de relancer la machine par l’investissement, donc par l’offre, l’innovation et la compétitivité.

Ensuite, le besoin ne passe pas par une distribution d’argent ou de crédits publics. Il n’y a pas d’argent public à distribuer. Les budgets sont exsangues. Le besoin passe par la définition de projets précis qui nécessitent une coopération européenne, et qui seront structurants, donc créateurs de richesse.

Enfin, les européens ont l’occasion de définir le contenu de leur croissance future. Quels secteurs ? Quelles activités ? Quelles infrastructures ? Cela passe par les voies de communication, par les approvisionnements en énergie etc. On n’attend pas seulement des chiffres mais on attend la description des projets. C’est autrement plus compliqué que de blablater sur des additions d’euros que personne n’est capable d’apporter. Les fonds structurels, la belle époque, n’ont pas été inutiles mais comme c’était de l’argent public européen, ce fut de belles collections de  gaspillages.

Le Financement justement ? Et bien le financement sera privé, c’est le point fort du projet Juncker. Il n’y aura pas d’argent public. Partant du principe que, si les projets sont intéressants et sérieux, économiquement viables et utiles, créateurs de valeur, il n’y aura aucune raison pour que le financement privé ne vienne pas. Si on a besoin de financement public pour boucler une opération, c’est que l’opération n’est pas bonne. Le marché est bien plus capable d’arbitrer une allocation d’investissement que quelques fonctionnaires ou quelques politiques dont les intérêts sont ailleurs.

Sous cet angle, le plan Juncker n’est pas nul. Le problème est qu’il faut que les politiques jouent le jeu. Qu’ils acceptent de définir et de sponsoriser des projets dont l’utilité n’est pas seulement, à court terme, politique. Les 300 milliards ne sont que des garanties. Des cautions. Si les politiques inspirent confiance le multiplicateur est énorme.

Si ça ne marche pas et que ça tombe aux oubliettes, il ne faudra s’en prendre ni à la Commission, ni à la Banque Centrale. Il ne faudra s’en prendre qu’à nous-mêmes, c’est à dire aux gouvernances nationales.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

03.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

04.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

07.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 28/11/2014 - 20:27
Plan Juncker
Voilà un journaliste qui devrait abandonner les rubrique économiques pour passer à la rubrique people ou peut-être sport ou mode.
Il serait sans doute moins ridicule;
Haddock36
- 27/11/2014 - 14:56
Hydrogène
J'admets faire une fixation sur l'hydrogène; mais il s'agit non seulement d'un secteur d'avenir mais du fondement d'une véritable révolution industrielle. La communauté européenne va t'elle investir lourdement dans l'implantation de stations de distribution, seule condition pour lancer la fabrication à grande échelle de véhicules H2 ou allons nous continuer de concevoir des modèles expérimentaux, comme récemment VW avec sa Golf, dont il sera impossible de remplir le réservoir. En attendant l'Asie a déjà compris l'enjeu que cela représente et comme d'habitude les français restent accros à leur voitures diésel.
Deneziere
- 27/11/2014 - 10:04
Un plan perdant-perdant ?

Quand l'argent privé est cautionné par l’argent public, ce qui est le cas dans le projet Juncker, nous dit-on, alors l'investissement prend de facto les tares du public: gabegie, prise de risque avec l'argent des autres... Mais en cas de succès, il garde les inconvénients de l'investissement privé: le collectif est spolié de biens qui devraient lui appartenir (comme les autoroutes en France). De quoi rendre sceptique même les europhiles.