En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
light > Justice
Et golouglouglou
Pernod Ricard : des employés dénoncent une culture de la consommation de l'alcool
il y a 6 heures 57 min
light > Culture
Jackpot !
Gros succès pour le Joker qui dépasse le milliard de dollars de recette
il y a 8 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Civilizations" de Laurent Binet : Suite et fin des prix littéraires 2019 chroniqués ici : le Prix de l'Académie française, qu récompense ce conte philosophique où les Incas envahissent l’Europe

il y a 9 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sans la liberté" de François Sureau : La liberté a déjà disparu

il y a 10 heures 13 min
pépite vidéo > Politique
Bougeotte
Edouard Philippe assure que sa volonté de transformer le pays reste "intacte"
il y a 11 heures 35 min
décryptage > Economie
Combat profond

Huile de palme : comment le gouvernement profond combat l’écologie

il y a 12 heures 19 min
décryptage > Economie
Choc

Ce choc de gestion de l’Etat sans lequel la crise ouverte par les Gilets jaunes ne se refermera pas

il y a 12 heures 33 min
pépites > Politique
Réformons !
Edouard Philippe : la "volonté de "transformer" la France reste intacte dans les rangs de l'exécutif
il y a 12 heures 47 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Risques de piratages : ces 146 failles pré-installées sur les smartphones Android
il y a 13 heures 55 min
décryptage > Société
Gilets Jaunes

Violence des casseurs, erreurs de maintien de l’ordre : pourquoi nous devons réapprendre la gestion démocratique des foules

il y a 14 heures 25 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 17 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 7 heures 39 min
pépites > Société
A toute vitesse ?
Rouen : l'usine Lubrizol pourrait reprendre partiellement son activité avant la fin de l'année
il y a 9 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "La dernière bande" : Un texte exigeant mis à la portée de tous les cœurs par un immense comédien

il y a 9 heures 58 min
décryptage > Economie
Grande fierté

L’Italie n’a pas inventé les pâtes, mais a su préserver sa sauce bien mieux que la France. Connaissez-vous vraiment l’Italie ?

il y a 10 heures 16 min
pépites > Faits divers
Drame
Toulouse : un pont s’effondre, un mort et cinq blessés
il y a 11 heures 37 min
décryptage > Economie
"Impeachable" or not "impeachable" ?

Etats-Unis : pour les marchés financiers, Donald Trump n’est pas « impeachable »

il y a 12 heures 27 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Quand le parti conservateur britannique redevient un parti de droite

il y a 12 heures 41 min
décryptage > Société
Bad choice ?

Pourquoi nous devrions arrêter de parler de temps d’écran pour nos enfants

il y a 13 heures 39 min
décryptage > Economie
Discret abus d’optimisme ?

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

il y a 14 heures 17 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Peur de la science et règne de l’émotionnel : les deux mamelles de la panne du progrès

il y a 16 heures 43 min
© Reuters
Le député européen Bruno Gollnisch.
© Reuters
Le député européen Bruno Gollnisch.
Héritage

Bruno Gollnisch : "L’essentiel du FN d’avant Marine Le Pen est toujours là"

Publié le 23 novembre 2014
Aux yeux de l'ancien rival de Marine Le Pen pour la présidence du Front National, ni le retrait de Jean-Marie Le Pen, ni la poussée du Mouvement Bleu Marine ne sont de nature à altérer l'ADN du parti.
Bruno Gollnisch est membre du Front National. Longtemps délégué général du parti, puis vice-président exécutif, il est actuellement membre du bureau politique et membre de droit du comité central du Front national. Il exerce les mandats de député...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Gollnisch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Gollnisch est membre du Front National. Longtemps délégué général du parti, puis vice-président exécutif, il est actuellement membre du bureau politique et membre de droit du comité central du Front national. Il exerce les mandats de député...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aux yeux de l'ancien rival de Marine Le Pen pour la présidence du Front National, ni le retrait de Jean-Marie Le Pen, ni la poussée du Mouvement Bleu Marine ne sont de nature à altérer l'ADN du parti.

Atlantico : Alors que le congrès du Front national se déroulera les 29 et 30 novembre à Lyon, vous retrouvez-vous encore aujourd'hui dans le parti tel que voulu par Marine Le Pen ?

Bruno Gollnisch : Oui, je me retrouve toujours dans le FN tel que voulu par Marine Le Pen mais aussi tel que Marine Le Pen en a hérité, en quelque sorte. Contrairement à ce que voudraient faire croire les médias, ce FN n'est pas totalement nouveau, il est dans le prolongement des combats qui ont été menés dans les années passées et je dirais même avant son existence.

Que reste-t-il justement de ce Front National-là ?

L'essentiel. C'est-à-dire, le combat pour le maintien de l'identité française, pour la restauration de la sécurité publique, pour l'inversion du courant de l'immigration, pour la diminution de la fiscalité, pour une protection raisonnable de notre économie à l'international, pour l'affirmation contre ceux qui voudraient déduire de leurs convictions religieuses des modes de vie qui ne sont pas conformes aux traditions françaises.

Vous avez déclaré que vous regrettiez d’avoir refusé la fonction de vice-président du parti qui vous avait été proposée par Marine Le Pen à l’issue de son élection en tant que présidente….

Je ne suis pas rempli d'amertume. Il y avait du pour et du contre et mon attitude de l'époque se justifie par deux raisons : Marine Le Pen avait remporté la compétition interne, je m'étais incliné. J'ai décliné car à partir du moment où elle avait gagné, je trouvais normal qu'elle constitue son équipe mais comme nos conceptions étaient différentes sur un certain nombre de sujets, j'aurais été une gêne plus qu'autre chose. Mieux valait une équipe homogène, c'est ma conception du commandement. Et deuxièmement, cette proposition certes généreuse, si je l'avais acceptée, aurait privé du titre de vice-président des personnalités qui l'assumaient jusqu'alors et qui étaient tout à fait honorables, comme Alain Jamet. A la vérité, je pensais quand même conserver un certain nombre de responsabilités nationales comme celle des affaires internationales du mouvement ou d'autres choses. J'aurais pu rendre des services plus importants, plus visibles et plus thématiques. Ce que je voulais dire c'est que je suis disponible pour cela mais je n'en fais pas une maladie. Pour le reste, cette compétition, malgré quelques scories inéluctables, a été infiniment plus correcte et convenable, que ce que l'on observait dans d'autres formations politiques.

Comment faire peser aujourd'hui la ligne que vous représentez dans le parti au regard du poids du Rassemblement Bleu Marine ? Comment jouer les contre-pouvoirs ?

Je ne joue pas du tout les contre-pouvoirs. Où avez-vous vu que je jouais les contre-pouvoirs ? Je participe au pouvoir actuel, je suis membre du bureau politique, je suis membre de la commission d'investiture, je suis membre de la commission des conflits, je suis député européen. J'ai été lors de la précédente mandature un des plus efficaces, un des plus assidus. Je suis président d'un groupe de 17 élus au conseil régional de Rhône-Alpes. Il y a de quoi s'occuper à plein temps.

Evidemment s'il y a avait des lignes qui s'écartaient complètement des convictions fondamentales pour lesquelles je me suis engagé en politique, je reverrais ma position mais je n'ai pas l'impression que ce soit le cas.

D'aucuns disent Jean-Marie Le Pen est plus proche politiquement de sa petite-fille Marion Maréchal le Pen que de sa fille Marine. Où vous positionnez-vous ?

Même si ce sont les membres d'une même famille, ce ne sont pas les clones les uns des autres, chacun a sa sensibilité particulière. Je suis souvent présenté par les journalistes comme le représentant de je ne sais quelle ligne traditionnelle, réactionnaire, "dure" – il faudrait me dire ce qu'est une ligne molle –, mais tout cela me paraît assez superficiel. Je représente une sensibilité qui est partagée non pas seulement par des "vieux" mais par beaucoup d'autres gens non seulement plus jeunes que moi, mais aussi plus jeunes que Marine Le Pen. Mais je me répète, nous ne sommes pas les clones les uns des autres, les positionnements peuvent varier en fonction des questions. Il est certain que Marion Maréchal-Le Pen a été plus ardente que sa tante lors des manifestations en défense du mariage, mais cela ne veut pas dire que Marine Le Pen y était hostile. Pour preuve, elle a ratifié un communiqué de l'ensemble des dirigeants du Front National, qui étaient contre la loi Taubira.

Vous voulez sortir de l'Union européenne, mais ce n'est pas une décision qui se prend de manière unilatérale. Croyez-vous vraiment à la faisabilité de ce projet ?

Nous nous efforcerons d'abord de renégocier les traités, la sortie de l'Union européenne n'est envisagée qu'en dernière possibilité. La renégociation des traités est faisable, car lorsqu'on le fait avec un grand bâton, on est crédible. L'exaspération contre l'Union européenne est grande, et de plus en plus partagée dans plusieurs pays, comme en témoigne le succès des formations dites eurosceptiques. Si le représentant d'un Etat tel que la France signifie avec fermeté qu'il n'a pas l'intention de soumettre ses marchés de puissance publique à l'OMC par exemple, ni d'accepter sur son territoire les étrangers extra européens au prétexte qu'ils sont admis sur le territoire d'un autre Etat membre, alors les choses pourront évoluer. Et si ce n'est pas le cas il faudra sortir, ce qui n'est pas un problème majeur, car l'Europe, ce n'est pas seulement l'UE. D'autres formes de coopérations existent : l'avion Airbus est assemblé dans le cadre d'un consortium industriel qui ne doit rien au système de Bruxelles, tout comme la fusée Ariane ou le CERN. Le conseil de l'Europe, qui est une organisation internationale qui comprend des représentants des parlements des Etas membres, dont la Russie, ne fait pas partie de l'UE non plus.

Par "bâton", je n'entends pas des mesures de représailles économiques ou militaires, mais simplement une sortie du dispositif. Je précise d'ailleurs que le Traité de Lisbonne prévoit, contrairement à ceux qui l'on précédé, les mécanismes par lesquels un Etat peut décider de sortir de l'Union.

Dans le programme actuel de Marine Le Pen il est question de rehausser le niveau des bas salaires, de baisser de 5 % les prix du gaz, de l'électricité et du train, d'encadrer les taux des crédits à la consommation et des crédits immobiliers, de réinstaurer le protectionnisme aux frontières, ou encore de rétablir  l'équilibre entre grande distribution et commerce indépendants. Adhérez-vous pleinement à ce projet, qui a l'air de donner davantage la part belle à l'étatisme qu'à une économie libérale ?

Moi, je connais le programme du Front National. Cela ne veut pas dire que je ne fais pas attention à celui de Marine Le Pen, mais je préfère rester prudent, car les mesures que vous pourriez me citer pourraient dans certains cas n'être que des vœux, et ne pas encore avoir été chiffrées. A cet égard je regrette une chose, c'est que notre Congrès n'ait pas pour but de mettre à jour notre programme, même s'il est vrai – et c'est l'argument de Marine Le Pen d'ailleurs – qu'en moins de 48h ce serait assez difficile à faire. Pour le moment, le programme du FN reste inchangé.

Les propositions que vous citez me paraissent en tout cas raisonnables, et plutôt que d'étatisme je parlerais d'Etat régulateur, car nous nous prononçons en faveur de la restauration des libertés économiques pour supprimer un certain nombre de carcans fiscaux et bureaucratiques qui pèsent sur la libre entreprise en France. Pour autant, nous ne voulons pas laisser les salariés sans aucune garantie face à des comportements capitalistiques absolument cyniques. J'ai bataillé toute ma vie contre l'arbitraire administratif et bureaucratique, y compris comme avocat, ce qui ne m'empêche pas de dire que le capitalisme français, qui est en réalité un capitalisme d'Etat lorsque l'on voit que les patrons sont la plupart du temps des hauts fonctionnaires politisés qui ont été nommés à leur place par la faveur du pouvoir en place, n'est pas sain. L'idée consistant à faire six milliards d'économies en s'attaquant aux notaires ou aux pharmaciens ne rapportera en réalité pas un centime ; si l'on veut faire ces économies, il n'y a qu'à aller les chercher dans ce que les Etats-Unis viennent de voler à la BNP, dans le silence le plus total des autorités françaises. En revanche si on autorise la vente de médicaments dans les supermarchés, ce sera la mort de beaucoup de pharmacies installées dans de petites communes. Nous sommes pour les libertés économiques, mais un certain nombre de correctifs sont à apporter.

Pourtant on trouve un côté très "planificateur" dans ce programme de Marine Le Pen. Cela n'est pas incompatible avec les orientations de Jean-Marie Le Pen, qui en 2007 s'inscrivait contre l'étatisme, et voulait supprimer 50 % des subventions publiques aux entreprises ?

Si tel était le cas ce devrait être corrigé, mais ce n'est pas mon impression pour le moment. Je dirais que ses proposition s'inscrivent dans un "colbertisme de bon aloi", mais il ne faut pas que cela aille au-delà, c'est certain.

Durant le mois d’Octobre, certains cadres ont laissé entendre que le FN pourrait changer de nom, Jean-Marie Le Pen s’était alors exprimée contre cette possibilité… Quelle est votre position ?

Je pourrais me retrouver dans une formation politique qui change de nom dans la mesure où elle ne change pas de substance. Cette question n'est pas à l'ordre du jour tel qu'il a été fixé par Marine Le Pen justement. Je ne suis pas dogmatique à ce sujet. Un changement de nom n’a d'intérêt que s’il intervient dans le cadre d'un gouvernement d'union nationale avec d'autres formations politiques que la nôtre. On pourrait à ce moment-là concevoir qu'il y ait un cartel électoral d’un nom différent de celui de FN. La première fois que j'ai été élu parlementaire, il y a déjà 28 ans,  je l’ai été dans le cadre de listes qui ne s'appelaient pas Front National mais Rassemblement national. Et cela s'est fait sous la présidence de Jean-Marie Le Pen. Car on attribue à la direction actuelle un certain nombre de choses y compris, le recrutement d'experts, d'ingénieurs, d'universitaires, qui n'a pas commencé il y a trois ans… Un certain nombre de choses sont anciennes.

Je crois que s'il n'y a pas cette nécessité d'un chapeau qui puisse coiffer une coalition, il faut en tout état de cause conserver le nom de notre formation. Car il en va dans le domaine politique comme dans le domaine commercial : si Bouygues, Louis Vuitton ou encore Dior défendent bec et ongles leurs marques y compris contre toutes les contrefaçons, c'est pour une raison très simple, c'est que leur nom est constitutif de leur fonds de commerce. Et cela assure la confiance de leur clientèle. L'UMP a sans doute des raisons de changer de nom, accablée qu’elle est par le nombre d'affaires dont la dernière en date est l'affaire Bygmalion. J'observe que cette formation s'est appelée l'UNR, l'UDR, le RPR, etc. Mains propres et tête haute, nous n'avons pas de raisons particulières de vouloir changer de nom.

Même dans l'optique stratégique d’une « dédiabolisation » ?

Je crois que ce sont nos adversaires qui sont les diables. Ce sont eux qui ont conduit le pays à la faillite, ce sont eux qui ont menti aux Français, ce sont eux qui doivent rendre des comptes, ce sont eux qui doivent être traduits devant les tribunaux pour malversation.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 23/11/2014 - 14:41
Très bien dit par Bruno Gollnisch!
Les raisons qui rassemblent sont plus importantes que les raisons qui pourraient diviser et qui, en tout état de cause ne sont que des fantasmes d'analystes politiques. Marine Le Pen et Gollnisch possèdent les vertus du pragmatisme et de la cohérence, vertus qui échappent foncièrement à bon nombre des politiciens de ces trente dernières années. L'analyse économique ne peut plus être figée, fondée sur ce qui se passait il y a vingt ou trente ans. L'étatisme, l'UE mondialiste et le capitalisme de connivence ont tellement gangrené notre pays, qu'il ne sera possible de sortir de leurs conséquences mortiferes, que par une négociation approfondie et constructive, aussi bien à l'intérieur qu'a l'extérieur de nos frontières. Et si les Européens votent, de plus en plus, pour des partis sceptiques par rapport aux politiques qui ont été menées, alors il deviendra possible de changer l'UE de l'intérieur, de la convaincre de créer une harmonisation fiscale et sociale, des frontières, une armée, un Euro qui ne soit pas le glaive tranchant du capitalisme de connivence détruisant ses valeurs judéo-chrétiennes et l'appauvrissant intellectuellement, industriellement, humainement....