En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

07.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 17 min 24 sec
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 1 heure 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 1 heure 41 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 3 heures 51 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 4 heures 36 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 6 heures 5 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 6 heures 37 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 7 heures 44 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 8 heures 8 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 8 heures 37 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 41 min 20 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 1 heure 27 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 2 heures 23 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 4 heures 24 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 5 heures 55 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 6 heures 7 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 7 heures 40 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 7 heures 55 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 8 heures 16 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 8 heures 42 min
© Reuters
La zone euro tire l'économie mondiale vers le bas.
© Reuters
La zone euro tire l'économie mondiale vers le bas.
Horizon des évènements

Le G20 face au naufrage de l'Europe, ce trou noir en passe d'engloutir la croissance mondiale

Publié le 21 novembre 2014
Le G20 se retrouve les 15 et 16 novembre à Brisbane, en Australie. Au menu, "une croissance mondiale plus forte". Mais la zone euro ne fait rien pour arranger les choses, pire, elle tire l'économie mondiale vers le bas.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le G20 se retrouve les 15 et 16 novembre à Brisbane, en Australie. Au menu, "une croissance mondiale plus forte". Mais la zone euro ne fait rien pour arranger les choses, pire, elle tire l'économie mondiale vers le bas.

Ce weekend, c’est à Brisbane que ça se passe. Les chefs d’Etat et de gouvernement des pays du G20 se réunissent une nouvelle fois afin de "promouvoir une croissance mondiale plus forte". Face à un tel défi les tensions se sont ravivées au cours de ces derniers jours, et Vladimir Poutine n’est pas en  cause, il s’agit plutôt de l’incapacité européenne à soutenir sa propre activité économique qui pose problème.

Lire également : 0,3% au 3ème trimestre : 5 graphiques pour comprendre pourquoi cette croissance française n’est qu’une illusion

Car si les discours économiques européens ont souvent fait sourire, le résultat produit par une zone euro qui stagne depuis 6 ans ne fait plus rire personne. Parce que le monde a besoin de l’Europe. C’est donc en toute logique que les Etats-Unis ont décidé de réagir face à l’entêtement européen, en s’exprimant à travers Jack Lew, secrétaire américain au Trésor :

"De fait, le monde compte sur l'économie américaine pour mener la reprise mondiale. Mais l'économie mondiale ne peut pas prospérer continuellement en ne comptant que sur les Etats-Unis comme importateur de premier et dernier ressort. Elle ne peut pas non plus compter sur les Etats-Unis pour croître assez vite et compenser la faible croissance des grandes économies mondiales. Le monde est plus fort si nous prenons tous des mesures pour stimuler la demande intérieure."

Si certains ont des doutes sur les destinataires réels de ce message, Jack Lew vient apporter une précision très claire:

"En résumé, les politiques européennes du statu quo n’ont pas permis de remplir les objectifs communs du G20 d’une croissance forte, équilibrée, et durable. (…) Une action résolue de la part des autorités nationales et autres institutions européennes est nécessaire pour réduire le risque que cette région ne sombre dans un marasme encore plus profond. Le monde ne peut pas se permettre une décennie perdue en Europe."

C’est dit. La croissance mondiale est morose pour une raison simple, l’Europe est devenue une sorte de trou noir économique et sa contribution au pot commun est nulle. Dans le règlement de copropriété d’une économie mondialisée, cette situation n’est simplement pas acceptable. Et ce sont les Etats-Unis qui mettent les pieds dans le plat. Au bout de 6 années, la médiocrité des résultats économiques européens agace tout le monde. Les dirigeants n’ont plus aucune excuse, à moins de considérer que ces derniers ne le fassent exprès. Car les solutions sont sur la table, il faut être aveugle pour ne pas s’en rendre compte.

Afin de mesurer l’étendue des dégâts causés par les œillères du continent européen, il suffit de comparer la croissance locale à son homologue américaine depuis l’entrée en crise:

Croissance nominale. Europe. Etats Unis. T1 2008- T2 2014

Et un tel différentiel de croissance n’est évidemment pas neutre pour la croissance de l’ensemble des pays du G20. Car la croissance des uns alimente celle des autres,  il ne s’agit donc pas d’un jeu à somme nulle. L’Europe représente 28% du total du PIB mondial, ce qui signifie que l’Europe est bien le premier marché au monde, et ce, devant les Etats-Unis. Pourtant, lorsque l’on considère la contribution à la croissance du globe, l’Europe n’arrive que très loin derrière les Etats-Unis ou la Chine, avec un petit 11%. Comme cela est observable dans le calculateur de croissance mis en ligne par Reuters ci-dessous :

Ainsi, le problème soulevé par Jack Lew est que la croissance mondiale pourrait être bien supérieure à ce qu’elle est aujourd’hui si les dirigeants européens avaient bien voulu se donner la peine de mener une politique de croissance. Puisque les Etats-Unis tiennent leur rang en apportant 25% de la croissance mondiale, un chiffre à peu près en ligne avec ce que le pays représente en termes de PIB, puisque la Chine produit également près d’un quart du total alors que le poids du pays ne représente que 10% de l’ensemble, alors l’Europe devrait également être capable de participer. Et cette non-participation européenne à la croissance mondiale entraîne un déséquilibre massif pour l’ensemble.

Mais Les Etats-Unis ne sont pas seuls à faire ce constat. Ces dernières semaines, l’Europe en a pris pour son grade. D’un côté, le FMI ne cesse de demander à l’Europe de soutenir ses investissements, notamment en infrastructure, mais également de mettre en place une politique monétaire expansionniste à l’image de celle qui a été menée par les Etats Unis. Et d’un autre côté, c’est l’OCDE qui a également apporté sa pierre à la critique de la gestion de crise européenne. Le 6 novembre dernier, Catherine Mann, chef économiste de l’organisation, indiquait "La faiblesse de la zone euro est un problème majeur".

Pourtant, ce flot de critiques ne semble pas perturber les grands architectes européens. La faible croissance de la zone euro, à 0.2% pour le troisième trimestre 2014 a même pu être considérée comme une bonne surprise. Preuve supplémentaire de l’étendue du déni. Pourtant, aucun changement de politique ne semble être à l’ordre du jour. En Allemagne, c’est même une position inverse qui est tenue. Les "sages" allemands en sont à considérer que l’Europe en fait trop, faute à une BCE jugée laxiste. Les voies de la macroéconomie allemande sont impénétrables. Mais cette absurdité se justifie, tout simplement parce que la faiblesse économique européenne est une stratégie.

Et c’est bien ce qui est dénoncé par Jack Lew lorsqu’il indique :

"Mais l'économie mondiale ne peut pas prospérer continuellement en ne comptant que sur les Etats-Unis comme importateur de premier et dernier ressort".

Ce que le secrétaire au Trésor américain dénonce ici est que l’Europe est actuellement en train de mener une stratégie de cavalier solitaire au niveau mondial, sur le modèle développé par l’Allemagne dans le courant des années 2000 au sein même de la zone euro. C’est ainsi que l’Allemagne est devenue une machine à exportation, comme le démontre le graphique ci-dessous :

Exportations en % du PIB.

Mais cette stratégie agressive est intenable car elle consiste tout simplement à profiter de la croissance des "autres" en exportant un maximum de biens et de services, tout en asséchant sa propre demande afin de ne pas alimenter ses importations. Ceci dans un seul but, améliorer sa balance commerciale.

Le G20 de Brisbane s’annonce comme le lieu d’un premier avertissement adressé à l’Europe. Les Etats-Unis n’accepteront pas d’être les prochaines victimes de la stratégie européenne. Une stratégie qui a déjà fait ses preuves en termes d’inefficacité au sein même de la zone euro.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 15/11/2014 - 23:45
@socratus Si, Si les Américains accepteraient les beaux Euros
tout neufs, si la BCE savait en imprimer, car, pour eux la monnaie a moins d'importance que les échanges de biens...simplement, ils s'empresseraient d'aller faire imprimer par la FED deux fois plus de dollars tout neufs, pour acheter les matières premières qui leur serviraient à exporter leurs produit...vers l'UE! Les USA ont beaucoup moins d'états-d'âme et de morale désuète que les Européens, et beaucoup plus de pragmatisme. Le Dollar n'a jamais été pour eux qu'un moyen, alors que l'Euro est devenu le but ultime et la raison de vivre des Européens. Cette différence nous tue à petit feu...
brennec
- 15/11/2014 - 18:38
France a l'arret
Oups gros doigts... même la BCE le dit: la politique monétaire ne peut pas générer a elle seule la croissance, elle doit être accompagnée par une politique budgétaire de chaque pays et des réformes de structures. Sur ces deux derniers points la france est a l'arrêt et ça ne s'arrangera pas avant 2017 en admettant que ça le fasse a ce moment la. Une politique budgétaire adaptée ne veut pas dire creuser le déficit... si c'était le cas la france serait championne en terme de croissance. Quant a dire que l'allemagne est la cause de tout, c'est un peu rapide et simpliste, c'est oublier que c'est l'euro qui fait que l'allemagne prospère, mais ce n'est pas l'allemagne qui a voulu l'euro, c'est mitterand. L'allemagne joue avec les billes qu'on lui donne. D'aucuns ont calculé que si l'allemagne devait soutenir toutes les économies européennes en perdition il lui en couterait 8% de son PIB.. on peut toujours rèver.
artesan
- 15/11/2014 - 18:31
La rengaine pour un remède d'illusionniste
M. Goetzmann nous sert le même discours à chacun de ses articles. Les européens sont idiots, ils ne font pas une politique de croissance... Faut il rappeler à M. Goetzmann que l'Etat français adopte depuis 40 ans un budget en déficit, selon les principes keynésiens de soutien de la demande. Où cela nous a t-il conduit, M. Goetzmann? Vous nous proposez des remèdes de magicien en critiquant sans cesse la politique monétaire de la BCE. Dans quel état était la France lorsqu'elle laissait filer ses déficits et sa monnaie, dans les années 1980?
Faciliter la création de monnaie ne crée pas de richesses, M. Goetzmann, juste de l'inflation et des bulles spéculatives. Nous n'avons pas le dollar pour inonder le monde de fausse monnaie. Parlez nous un peu plus souvent des réformes structurelles qu'il est nécessaire de mettre en oeuvre en France (surtout) pour retrouver le vrai sentier de la croissance. Une bonne dose de drogue monétaire pourrait, éventuellement, être injectée si elle servait à faire ces réformes (lesquelles M. Goetzmann, lesquelles??), et pour ne pas être obligés d'augmenter la dose une fois passés les effets de votre remède d’illusionniste.