En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute

03.

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

04.

Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète

05.

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

06.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

07.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

ça vient d'être publié
pépites > Politique
La saga Huawei
Le Royaume-Uni est soumis à la pression accrue de son allié américain pour l'interdiction de la controversée Huawei
il y a 8 heures 16 min
pépite vidéo > Faits divers
Catastrophe climatique
L'est de l'Espagne sous le choc de la tempête Gloria
il y a 12 heures 37 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Un immense populicide mondialisé ? : l’histoire tragique de la fin du communisme et des ultimes heures de la guerre froide

il y a 13 heures 38 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

il y a 13 heures 41 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Grandeurs et misère de la vie politique : le regard et le jugement de Tocqueville sur son engagement

il y a 13 heures 44 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute
il y a 13 heures 59 min
décryptage > International
Donne moi ton signe, je te dirai ce que tu vas faire

Année du rat de métal : voilà comment les dirigeants chinois pourraient adapter leur stratégie en fonction de leurs horoscopes

il y a 14 heures 46 min
décryptage > Politique
Mission impossible

Retraites : pourquoi la complexité du système fiscal et social français fragilise la crédibilité des études d’impact

il y a 15 heures 59 min
pépites > Santé
2019-nVoC
Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète
il y a 1 jour 24 min
pépites > International
Vive inquiétude
L’association française SOS Chrétiens d’Orient a annoncé la disparition de quatre de ses collaborateurs en Irak
il y a 1 jour 4 heures
light > Science
Flashs cosmiques
La compréhension d'un des derniers phénomènes cosmologiques identifié se poursuit mais sera encore longue
il y a 9 heures 39 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Make the Internet Great Again : le style Trump sur Twitter

il y a 13 heures 37 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

il y a 13 heures 40 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Le peuple français est-il une fiction ? : la France face au spectre de l’identité

il y a 13 heures 43 min
décryptage > Politique
Debout les morts

Miracle à Jérusalem : Emmanuel Macron va rencontrer Yasser Arafat !

il y a 13 heures 50 min
décryptage > Economie
Raréfaction des ressources

Une économie beaucoup plus économe en matières premières : l’idée présentée à Davos par Ellen Mac Arthur qui pourrait vraiment faire la différence

il y a 14 heures 27 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

il y a 15 heures 35 min
décryptage > Politique
SOS contrat social

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

il y a 16 heures 27 min
pépite vidéo > Santé
Prévention
Trois premiers cas du coronavirus en France : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Agnès Buzyn
il y a 1 jour 3 heures
pépites > Santé
Enrayer la progression du virus
Coronavirus chinois : Agnès Buzyn confirme trois premiers cas avérés en France, à Bordeaux et à Paris
il y a 1 jour 5 heures
© Reuters
La zone euro tire l'économie mondiale vers le bas.
© Reuters
La zone euro tire l'économie mondiale vers le bas.
Horizon des évènements

Le G20 face au naufrage de l'Europe, ce trou noir en passe d'engloutir la croissance mondiale

Publié le 21 novembre 2014
Le G20 se retrouve les 15 et 16 novembre à Brisbane, en Australie. Au menu, "une croissance mondiale plus forte". Mais la zone euro ne fait rien pour arranger les choses, pire, elle tire l'économie mondiale vers le bas.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le G20 se retrouve les 15 et 16 novembre à Brisbane, en Australie. Au menu, "une croissance mondiale plus forte". Mais la zone euro ne fait rien pour arranger les choses, pire, elle tire l'économie mondiale vers le bas.

Ce weekend, c’est à Brisbane que ça se passe. Les chefs d’Etat et de gouvernement des pays du G20 se réunissent une nouvelle fois afin de "promouvoir une croissance mondiale plus forte". Face à un tel défi les tensions se sont ravivées au cours de ces derniers jours, et Vladimir Poutine n’est pas en  cause, il s’agit plutôt de l’incapacité européenne à soutenir sa propre activité économique qui pose problème.

Lire également : 0,3% au 3ème trimestre : 5 graphiques pour comprendre pourquoi cette croissance française n’est qu’une illusion

Car si les discours économiques européens ont souvent fait sourire, le résultat produit par une zone euro qui stagne depuis 6 ans ne fait plus rire personne. Parce que le monde a besoin de l’Europe. C’est donc en toute logique que les Etats-Unis ont décidé de réagir face à l’entêtement européen, en s’exprimant à travers Jack Lew, secrétaire américain au Trésor :

"De fait, le monde compte sur l'économie américaine pour mener la reprise mondiale. Mais l'économie mondiale ne peut pas prospérer continuellement en ne comptant que sur les Etats-Unis comme importateur de premier et dernier ressort. Elle ne peut pas non plus compter sur les Etats-Unis pour croître assez vite et compenser la faible croissance des grandes économies mondiales. Le monde est plus fort si nous prenons tous des mesures pour stimuler la demande intérieure."

Si certains ont des doutes sur les destinataires réels de ce message, Jack Lew vient apporter une précision très claire:

"En résumé, les politiques européennes du statu quo n’ont pas permis de remplir les objectifs communs du G20 d’une croissance forte, équilibrée, et durable. (…) Une action résolue de la part des autorités nationales et autres institutions européennes est nécessaire pour réduire le risque que cette région ne sombre dans un marasme encore plus profond. Le monde ne peut pas se permettre une décennie perdue en Europe."

C’est dit. La croissance mondiale est morose pour une raison simple, l’Europe est devenue une sorte de trou noir économique et sa contribution au pot commun est nulle. Dans le règlement de copropriété d’une économie mondialisée, cette situation n’est simplement pas acceptable. Et ce sont les Etats-Unis qui mettent les pieds dans le plat. Au bout de 6 années, la médiocrité des résultats économiques européens agace tout le monde. Les dirigeants n’ont plus aucune excuse, à moins de considérer que ces derniers ne le fassent exprès. Car les solutions sont sur la table, il faut être aveugle pour ne pas s’en rendre compte.

Afin de mesurer l’étendue des dégâts causés par les œillères du continent européen, il suffit de comparer la croissance locale à son homologue américaine depuis l’entrée en crise:

Croissance nominale. Europe. Etats Unis. T1 2008- T2 2014

Et un tel différentiel de croissance n’est évidemment pas neutre pour la croissance de l’ensemble des pays du G20. Car la croissance des uns alimente celle des autres,  il ne s’agit donc pas d’un jeu à somme nulle. L’Europe représente 28% du total du PIB mondial, ce qui signifie que l’Europe est bien le premier marché au monde, et ce, devant les Etats-Unis. Pourtant, lorsque l’on considère la contribution à la croissance du globe, l’Europe n’arrive que très loin derrière les Etats-Unis ou la Chine, avec un petit 11%. Comme cela est observable dans le calculateur de croissance mis en ligne par Reuters ci-dessous :

Ainsi, le problème soulevé par Jack Lew est que la croissance mondiale pourrait être bien supérieure à ce qu’elle est aujourd’hui si les dirigeants européens avaient bien voulu se donner la peine de mener une politique de croissance. Puisque les Etats-Unis tiennent leur rang en apportant 25% de la croissance mondiale, un chiffre à peu près en ligne avec ce que le pays représente en termes de PIB, puisque la Chine produit également près d’un quart du total alors que le poids du pays ne représente que 10% de l’ensemble, alors l’Europe devrait également être capable de participer. Et cette non-participation européenne à la croissance mondiale entraîne un déséquilibre massif pour l’ensemble.

Mais Les Etats-Unis ne sont pas seuls à faire ce constat. Ces dernières semaines, l’Europe en a pris pour son grade. D’un côté, le FMI ne cesse de demander à l’Europe de soutenir ses investissements, notamment en infrastructure, mais également de mettre en place une politique monétaire expansionniste à l’image de celle qui a été menée par les Etats Unis. Et d’un autre côté, c’est l’OCDE qui a également apporté sa pierre à la critique de la gestion de crise européenne. Le 6 novembre dernier, Catherine Mann, chef économiste de l’organisation, indiquait "La faiblesse de la zone euro est un problème majeur".

Pourtant, ce flot de critiques ne semble pas perturber les grands architectes européens. La faible croissance de la zone euro, à 0.2% pour le troisième trimestre 2014 a même pu être considérée comme une bonne surprise. Preuve supplémentaire de l’étendue du déni. Pourtant, aucun changement de politique ne semble être à l’ordre du jour. En Allemagne, c’est même une position inverse qui est tenue. Les "sages" allemands en sont à considérer que l’Europe en fait trop, faute à une BCE jugée laxiste. Les voies de la macroéconomie allemande sont impénétrables. Mais cette absurdité se justifie, tout simplement parce que la faiblesse économique européenne est une stratégie.

Et c’est bien ce qui est dénoncé par Jack Lew lorsqu’il indique :

"Mais l'économie mondiale ne peut pas prospérer continuellement en ne comptant que sur les Etats-Unis comme importateur de premier et dernier ressort".

Ce que le secrétaire au Trésor américain dénonce ici est que l’Europe est actuellement en train de mener une stratégie de cavalier solitaire au niveau mondial, sur le modèle développé par l’Allemagne dans le courant des années 2000 au sein même de la zone euro. C’est ainsi que l’Allemagne est devenue une machine à exportation, comme le démontre le graphique ci-dessous :

Exportations en % du PIB.

Mais cette stratégie agressive est intenable car elle consiste tout simplement à profiter de la croissance des "autres" en exportant un maximum de biens et de services, tout en asséchant sa propre demande afin de ne pas alimenter ses importations. Ceci dans un seul but, améliorer sa balance commerciale.

Le G20 de Brisbane s’annonce comme le lieu d’un premier avertissement adressé à l’Europe. Les Etats-Unis n’accepteront pas d’être les prochaines victimes de la stratégie européenne. Une stratégie qui a déjà fait ses preuves en termes d’inefficacité au sein même de la zone euro.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute

03.

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

04.

Coronavirus chinois : une carte permet de suivre l’évolution de l’épidémie à travers la planète

05.

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

06.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

07.

Ces pistes révolutionnaires que la BCE pourrait explorer pour sauver la zone euro de la japonisation

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

04.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

02.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

05.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

06.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 15/11/2014 - 23:45
@socratus Si, Si les Américains accepteraient les beaux Euros
tout neufs, si la BCE savait en imprimer, car, pour eux la monnaie a moins d'importance que les échanges de biens...simplement, ils s'empresseraient d'aller faire imprimer par la FED deux fois plus de dollars tout neufs, pour acheter les matières premières qui leur serviraient à exporter leurs produit...vers l'UE! Les USA ont beaucoup moins d'états-d'âme et de morale désuète que les Européens, et beaucoup plus de pragmatisme. Le Dollar n'a jamais été pour eux qu'un moyen, alors que l'Euro est devenu le but ultime et la raison de vivre des Européens. Cette différence nous tue à petit feu...
brennec
- 15/11/2014 - 18:38
France a l'arret
Oups gros doigts... même la BCE le dit: la politique monétaire ne peut pas générer a elle seule la croissance, elle doit être accompagnée par une politique budgétaire de chaque pays et des réformes de structures. Sur ces deux derniers points la france est a l'arrêt et ça ne s'arrangera pas avant 2017 en admettant que ça le fasse a ce moment la. Une politique budgétaire adaptée ne veut pas dire creuser le déficit... si c'était le cas la france serait championne en terme de croissance. Quant a dire que l'allemagne est la cause de tout, c'est un peu rapide et simpliste, c'est oublier que c'est l'euro qui fait que l'allemagne prospère, mais ce n'est pas l'allemagne qui a voulu l'euro, c'est mitterand. L'allemagne joue avec les billes qu'on lui donne. D'aucuns ont calculé que si l'allemagne devait soutenir toutes les économies européennes en perdition il lui en couterait 8% de son PIB.. on peut toujours rèver.
artesan
- 15/11/2014 - 18:31
La rengaine pour un remède d'illusionniste
M. Goetzmann nous sert le même discours à chacun de ses articles. Les européens sont idiots, ils ne font pas une politique de croissance... Faut il rappeler à M. Goetzmann que l'Etat français adopte depuis 40 ans un budget en déficit, selon les principes keynésiens de soutien de la demande. Où cela nous a t-il conduit, M. Goetzmann? Vous nous proposez des remèdes de magicien en critiquant sans cesse la politique monétaire de la BCE. Dans quel état était la France lorsqu'elle laissait filer ses déficits et sa monnaie, dans les années 1980?
Faciliter la création de monnaie ne crée pas de richesses, M. Goetzmann, juste de l'inflation et des bulles spéculatives. Nous n'avons pas le dollar pour inonder le monde de fausse monnaie. Parlez nous un peu plus souvent des réformes structurelles qu'il est nécessaire de mettre en oeuvre en France (surtout) pour retrouver le vrai sentier de la croissance. Une bonne dose de drogue monétaire pourrait, éventuellement, être injectée si elle servait à faire ces réformes (lesquelles M. Goetzmann, lesquelles??), et pour ne pas être obligés d'augmenter la dose une fois passés les effets de votre remède d’illusionniste.