En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

05.

Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018

06.

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

07.

L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le singe prend un bain et quand Mademoiselle souffle vingt bougies : c’est l’actualité aoûtienne des montres
il y a 17 min 41 sec
light > Culture
Disparition
Mort du philosophe Bernard Stiegler à l’âge de 68 ans
il y a 2 heures 54 min
pépite vidéo > Santé
Recommandations
Canicule et coronavirus : les bons gestes à adopter
il y a 3 heures 58 min
décryptage > France
Fines lames

La France orange mécanique (complément d’information) : merci de ne pas oublier les couteaux

il y a 6 heures 46 min
décryptage > Consommation
Origines des produits

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

il y a 7 heures 29 min
décryptage > Loisirs
"Voyage, voyage"

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

il y a 8 heures 14 min
décryptage > Economie
Relance européenne

L’Euro fort, bonne ou (très) mauvaise nouvelle pour la reprise ? Le match des arguments

il y a 9 heures 6 min
pépite vidéo > Politique
Solidarité avec le peuple libanais
Liban : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth
il y a 20 heures 15 min
pépites > Histoire
Mémoire
Japon : commémorations à Hiroshima, 75 ans après la première bombe atomique de l’histoire
il y a 21 heures 25 min
light > Science
Peau robotique
Inspirés par Star Wars, des scientifiques ont créé une peau artificielle révolutionnaire
il y a 22 heures 43 min
pépites > France
Enquête
Incendie à Anglet : un homme a été placé en garde à vue
il y a 2 heures 11 min
pépites > Santé
0.800.06.66.66
Canicule et vague de chaleur : le ministre de la Santé, Olivier Véran, annonce la création d’un numéro vert
il y a 3 heures 34 min
décryptage > Santé
Transport collectif

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

il y a 6 heures 25 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : Cognac Tonic, mieux que le Gin, optez pour un cocktail d’été "trendy"

il y a 7 heures 3 min
décryptage > High-tech
Mort de la concurrence ?

Pourquoi nous surfons de moins en moins en dehors de Google

il y a 7 heures 56 min
décryptage > International
"Le Liban n'est pas seul"

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

il y a 8 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint, l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 19 heures 50 min
pépites > International
Voix de la France
Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique
il y a 20 heures 34 min
pépites > Faits divers
Centre-ville du Havre
Fin de la prise d'otages dans une agence bancaire du Havre
il y a 22 heures 1 min
pépites > Politique
#MeToo
Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018
il y a 23 heures 41 min
© Reuters
Christine Lagarde, actuelle présidente du FMI.
© Reuters
Christine Lagarde, actuelle présidente du FMI.
Nouvelle grille de lecture

Mea culpa du FMI sur l’austérité : comment la crise a fait voler en éclats les certitudes économiques sans véritablement en imposer de nouvelles

Publié le 06 novembre 2014
En 2001, le Fonds monétaire international s’était doté d’un organe indépendant (IEO : Independent Evaluation Office) dont le rôle est d’évaluer l’efficacité de ses propres recommandations. En toute logique, six années après le déclenchement de la crise, c’est à travers un audit réalisé par cet organisme que le FMI s’engage sur la voie du mea-culpa.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En 2001, le Fonds monétaire international s’était doté d’un organe indépendant (IEO : Independent Evaluation Office) dont le rôle est d’évaluer l’efficacité de ses propres recommandations. En toute logique, six années après le déclenchement de la crise, c’est à travers un audit réalisé par cet organisme que le FMI s’engage sur la voie du mea-culpa.

 Le bilan du FMI en matière de surveillance a été mitigé. Ses appels à des mesures de relance budgétaire à l’échelle mondiale en 2008–09 sont arrivés au bon moment et ont été très écoutés, mais son approbation en 2010–11 d’une réorientation de l’assainissement dans quelques-uns des plus grands pays avancés était prématuré. Par ailleurs, le FMI a recommandé à juste titre une expansion monétaire dans ces pays si cela s’avérait nécessaire pour maintenir la reprise. Cependant, ce dosage de la politique économique a été loin d’être pleinement efficace pour favoriser la reprise et a exacerbé les répercussions négatives. Au fil du temps et à mesure que les perspectives de croissance se détérioraient, le FMI a fait preuve de souplesse pour réexaminer ses conseils de politique budgétaire, et a préconisé une modération du rythme de l’assainissement des finances publiques »

Le FMI reconnait ainsi s’être trompé, notamment sur ses recommandations de consolidation budgétaire au plein cœur de la crise, en 2010-2011. Pourtant, Christine Lagarde, actuelle Présidente du FMI, a souhaité prendre ses distances avec cet aveu en déclarant ne pas partager ce constat :

« Je crois profondément que recommander la consolidation budgétaire à des économies ayant des dettes importantes et croissantes, était la bonne décision ».

Malgré ce recul de Christine Lagarde sur les conclusions de l’IEO, la capacité du FMI à se remettre, un peu, en question peut être saluée. Car le FMI est un temple de l’orthodoxie budgétaire et que ses recommandations faites au cœur de la crise n’ont rien de surprenantes par rapport à la ligne économique traditionnelle de l’institution.

Mais tout de même, face à la réalité du marasme européen et à l’échec total de la politique prônée par la « Troïka » : (Commission européenne, Banque centrale européenne, et FMI), il devient de plus en plus périlleux d’assumer l’héritage de cette politique. Le cas de la Grèce en est bien évidemment l’exemple le plus criant.

Le plan de réduction des dépenses soumis par la Troïka au gouvernement Grec en 2010 prévoyait effectivement une récession pour le pays au cours de cette année ; -2.6%. Pour le FMI et les autorités européennes, cette récession était le prix à payer pour revenir à une croissance bien méritée après les efforts consentis. Mais les prédictions se sont avérées fausses, et ce, de façon spectaculaire. L’économie grecque s’est contractée de près de 25%, soit 10 fois plus que prévu, et la croissance n’est toujours pas revenue au second trimestre 2014. Il ne s’agit pas d’un échec, mais d’un désastre. Aussi bien économique, social, qu’intellectuel.

En effet, au-delà des chiffres de la croissance, cette fameuse doctrine du FMI est également responsable d’un taux de chômage qui dépasse les 25% de la population active depuis la mi 2012. Pour les jeunes, ce taux de chômage est supérieur à 50%. La Grèce est donc une victime sacrificielle d’une théorie économique qui n’avait pourtant que peu de supports académiques. L’Italie, l’Espagne, le Portugal portent également les stigmates de cette pensée orthodoxe.

Ce que le FMI et le Troïka ont voulu mettre en place au cœur de la crise n’a fait que traduire l’incompréhension générale de la nature de celle-ci. Les écarts entre prévisions et réalités démontrent bien qu’il ne s’agit pas d’une simple erreur, mais bien d’un gouffre, que rien ne semble pouvoir justifier. En dehors d’une erreur de base, théorique. Si la crise n’est pas une crise d’origine budgétaire, une crise découlant de niveaux de dettes trop élevés, alors il s’agit d’une crise monétaire. Une crise ayant les mêmes caractéristiques que celle des années 30. Et si c’est le cas, les remèdes proposés par la Troïka sont autant d’ingrédients d’une recette de suicide économique. En niant l’austérité monétaire en marche au sein de la zone euro, le FMI proposait alors d’y additionner une austérité budgétaire. C’est-à-dire un double étau récessif qui a provoqué les résultats déjà évoqués.

4 ans après, le constat est lourd. Le FMI reconnait doucement ses erreurs tout en osant murmurer qu’elle soutient l’expansion monétaire en cours dans certains pays, et en souhaitent une telle expansion au sein de la zone euro. Malheureusement, pour les deux autres membres de la Troïka, le déni est toujours maximal. Il est aujourd’hui autorisé de critiquer le « tout austérité », mais une nouvelle ligne, claire, tarde à apparaître. 

Il ne s’agit que d’une question de temps. Depuis 2008, la réalité de la nature monétaire de la crise rattrape les gouvernements et les organismes internationaux un par un. En acceptant leurs erreurs et en rectifiant leurs politiques, les Etats Unis, le Royaume Uni, le Japon ont su retrouver le chemin de la croissance et de l’emploi. Les hésitations du FMI, bien qu’elles ne permettent pas l’émergence d’une nouvelle politique, suffisent à jeter le discrédit sur l’existant. Seul l’égo européen est encore en action aujourd’hui, il cherche encore une échappatoire pour ne pas affronter ses responsabilités.

 

Et n'oubliez pas : le A-book de Nicolas Goetzmann, Sortir l'Europe de la crise : le modèle japonais, est désormais disponible à la vente sur Atlantico éditions :

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 06/11/2014 - 23:41
Aveugle face à l'évidence, Lagarde!
...comme tous ces ex-des gouvernements UMPS, même après leur avoir mis le nez dans leur pipi, ils continuent à hurler qu'ils avaient, qu'ils ont et qu'ils auront raison! Pauvres et tristes UMPS!...
zouk
- 06/11/2014 - 12:31
F M I
Quels sont les économistes qui aient fait une recherche approfondie sur la politique du FMI, la Grèce n'est pas le seul exemple d'un loupé, même si les mêmes méthodes ont souvent conduit à un magnifique assainissement. Mais où est la théorie économique nécessaire?
Benvoyons
- 06/11/2014 - 11:15
Il y a peut-être des considérations sur le plan économique qui
ne sont pas pris en compte par nos excellents économistes???? qui fait que cela ne se passe pas comme ils le souhaiteraient??? Les effets, les réactions, de la pensée de la masse des populations ne feraient -elles pas un problème aux équations de nos maîtres économistes????