En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

02.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

03.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

04.

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

07.

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Soutien
Deuil après la mort d’un enfant : l’Assemblée nationale approuve enfin et à l’unanimité le congé de 15 jours
il y a 17 min 32 sec
pépites > Europe
Solidarité
Covid-19 : la Commission européenne propose un fonds de relance de 750 milliards d'euros pour sortir de la crise
il y a 1 heure 3 min
pépite vidéo > Science
Bond de géant pour l’humanité
Plus que quelques heures avant le premier vol habité de SpaceX
il y a 1 heure 59 min
décryptage > France
Hexagone

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

il y a 4 heures 24 min
décryptage > Société
Univers cauchemardesques

Pourquoi les oeuvres dystopiques déprimantes attirent tant de gens par temps de pandémie ?

il y a 5 heures 33 min
décryptage > Politique
Des hommes, des vrais !

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

il y a 6 heures 5 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron se réinvente en ministre de l’Industrie très gaullien… dans un environnement concurrentiel totalement différent

il y a 6 heures 44 min
light > People
"Cauchemar"
Le ténor Andrea Bocelli révèle avoir été atteint par le coronavirus
il y a 19 heures 27 min
pépites > Economie
"Se battre pour l’emploi et l’industrie"
Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques
il y a 21 heures 39 min
pépites > Santé
Immunité
Coronavirus : les malades faiblement atteints pourraient être immunisés, selon une nouvelle étude
il y a 22 heures 58 min
décryptage > Société
Lutte contre le virus

StopCovid : les dangers d’un mirage

il y a 18 min 54 sec
pépites > Justice
Justice
Fraude fiscale : Patrick Balkany est condamné en appel à cinq ans de prison, son épouse Isabelle à quatre ans d’emprisonnement
il y a 1 heure 31 min
décryptage > Economie
Plan de relance

Le gouvernement contaminé par le virus du micro-management

il y a 4 heures 8 min
décryptage > Economie
Soutien face à la crise

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

il y a 5 heures 11 min
décryptage > Economie
Crise économique

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

il y a 5 heures 44 min
décryptage > France
Polarisation du débat

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

il y a 6 heures 25 min
décryptage > Politique
Zombie qui s’ignore

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

il y a 6 heures 57 min
pépite vidéo > Economie
Plan de soutien "massif"
Soutien au secteur automobile : retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron
il y a 20 heures 38 min
Relance de la consommation
Le Printemps Haussmann à Paris va pouvoir rouvrir ses portes suite à une décision de justice
il y a 22 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mandela, une philosophie en actes" de Jean-Paul Jouary : un essai intéressant qui appelle néanmoins pas mal de réserves…

il y a 23 heures 53 min
© Reuters
L'échec annoncé de Barack Obama a pris tous les observateurs français et européens de court.
© Reuters
L'échec annoncé de Barack Obama a pris tous les observateurs français et européens de court.
L'Édito de Jean-Marc Sylvestre

Obama, les leçons d’une déroute électorale

Publié le 05 novembre 2014
Barack Obama a subi un échec cuisant aux élections sénatoriales. Il perd la majorité au Sénat, ce qui rendra la gouvernance américaine très difficile. La France doit regarder avec intérêt cet échec, il y a quelques leçons à en tirer.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barack Obama a subi un échec cuisant aux élections sénatoriales. Il perd la majorité au Sénat, ce qui rendra la gouvernance américaine très difficile. La France doit regarder avec intérêt cet échec, il y a quelques leçons à en tirer.

Le plus curieux, c’est que l’échec annoncé de Barack Obama a pris tous les observateurs français et européens de court. Nous pensions, en France, que Barack Obama ne pouvait pas perdre. Il ne pouvait pas devenir le canard boiteux de la vie politique américaine, en opposition frontale avec son congrès.

On avait tellement envie de le voir gagner que l’on analysait toutes les raisons qui auraient expliqué sa victoire. On a dit que l’Amérique était sortie de la crise, durablement. Qu’elle avait quasiment retrouvé le plein emploi. On a dit aussi que le modèle social dessiné par Barack Obama traçait une société américaine plus solidaire. On a dit enfin que l’Amérique avait retrouvé son rôle sur la scène internationale.

La réalité, c’est que l'on a complètement occulté des changements profonds dans l’opinion américaine, qui n’a désormais plus rien de commun avec celle qui avait élu Barack Obama.

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE BRIEFING ATLANTICO BUSINESS]
Suivre @atlanticobiz 


1e leçon, l’opinion publique peut changer très vite. Elle peut brûler aujourd’hui ce qu' elle a adoré deux ans plus tôt. L’inverse est également vrai.

2e leçon, c’est l’économie qui commande et l’Amérique profonde n’a pas ressenti l’amélioration que l’on perçoit dans les statistiques nationales et dans les rues de New-York. Il reste 12 millions d’américains qui n’ont pas trouvé de job à temps plein. Il en reste 3 à 4 millions qui n’ont pas retrouvé de maison ou de mobil home depuis la catastrophe des subprimes. L’Amérique de Wall Street se porte bien, les bonus ont retrouvé des couleurs mais les écarts de revenus se sont accrus.

Le plus grave, c’est que les réformes sociales qui auraient dû être bien accueillies sont critiquées par une majorité d’américains qui ne supportent pas les augmentations d’impôts qu’il a fallu appliquer pour financer le "care system" par exemple. L’Amérique a une priorité : protéger  la liberté d’entreprendre.

3e leçon, la très grande majorité des Américains considèrent que ce qui se passe à Washington, à New-York ou dans la Silicon Valley ne les concerne pas et va à l’encontre de leurs intérêts. Les Américains pensent que Washington a trop de pouvoir. Par conséquent, les sénateurs qui gagnent sont d’abord ceux qui critiquent Washington. Et ils ne s’en privent pas. Trop de dépenses, trop élitiste, trop technocrate etc…

En fait, d’une certaine manière, la classe politique américaine se comporte à l’égard de Washington comme la classe politique française se comporte avec Bruxelles. Beaucoup de ce qui ne va pas relève ou provient chez eux de la capitale comme chez nous relève ou provient de Bruxelles. Etonnant non ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
OLYTTEUS
- 05/11/2014 - 21:16
A Hugues
Je suis totalement d'accord avec vous:personnel politique narcissique ,au service de la carrière et non de la France.
C'est assez étonnant pour moi qui suit au contact d'ouvriers (les illettrés de Macron) tellement courageux,forçant l'admiration.Récemment, une ouvrière d'usine de poulets,dindes,ayant une arthrite d'épaule,d'un genou et une lombarthrose a refusé l'invalidité proposée par le médecin de Sécu car elle voulait pouvoir payer la 5iéme année d'étude de sa fille. Elle va donc continuer à se lever à 4h du matin pour aller travailler à la chaine.les politicards feraient bien de venir passer une journée dans une usine.
Hugues001001
- 05/11/2014 - 17:54
Précision 2/2
rendent compte de plus en plus que Bruxelles "n'impose" pas, mais se borne à rappeler les règles et appeler à leur respect par un État qui n'en fait qu'à sa tête, et que nos politiciens ne sont qu'une armée de démagogues incapables de prendre leurs responsabilités (au sens d'"accountability" en anglais) sans se défausser sur un tiers. Je crois que c'est ça, in fine, qui révulsent les Français: que des politiciens professionnels que l'on voit depuis 30 ou 35 ans pour certains d'entre eux n'aient pas les couilles d'assumer leurs actes et trouvent toujours un bouc-émissaire pour justifier leurs échecs: euro fort (qui baisse), Merkel, austérité (qui n'existe pas en France), dumping chinois, supposé impérialisme américain, ou encore les méchants Turcs qui expulsent des djihadistes vers Marseille plutôt que Paris sans prévenir Beauvau. J'attends avec une grande impatience le jour où un politicien aura le courage de dire, publiquement, "je ne promets rien, j'essaierai juste de faire de mon mieux" ou qui dira à la fin "j'ai échoué, je l'assume, et vous demande pardon". De l'humilité, c'est ça qui manque. Et qu'on n'apprend certainement pas à l'ÉNA...
Hugues001001
- 05/11/2014 - 17:49
Précision 1/2
Vous dîtes M. Sylvestre que "la classe politique américaine se comporte à l’égard de Washington comme la classe politique française se comporte avec Bruxelles. Beaucoup de ce qui ne va pas relève ou provient chez eux de la capitale comme chez nous relève ou provient de Bruxelles." C'est vrai. À ceci prêt que les USA sont un pays, pas l'Union européenne. Que certaines critiquent Washington et son pouvoir, finalement, libre à eux, ça reste leur nation. Le problème en France est différent: nos problèmes ne viennent pas de Bruxelles. Pour la très, très grande partie, ils viennent de Paris: de la lâcheté, de la démagogie, du populisme, de la tambouille électorale, et de la médiocrité de nos politiciens, qui préfèrent donc se défausser sur une Europe qui, grâce à ses règles (quoi qu'on puisse en penser), nous force malgré tout bon an mal an à nous réformer et à accepter l'idée que respecter des règles communes qu'on a signées est quelque chose de normal. Et s'il y a une chose que la crise actuelle a permis de changer dans l'analyse que font les Français de la politique, c'est que ces derniers ne sont désormais plus dupes pour la majorité d'entre eux. Non, désormais, les Français se