En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

02.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

03.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

04.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

05.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

06.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 10 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 11 heures 1 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 12 heures 42 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 13 heures 48 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 16 heures 26 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 16 heures 46 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 17 heures 27 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 18 heures 37 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 19 heures 10 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 19 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 10 heures 45 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 11 heures 52 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 13 heures 16 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 15 heures 50 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 16 heures 39 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 17 heures 6 sec
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 17 heures 52 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 18 heures 51 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 19 heures 34 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 20 heures 11 min
Les entrepreneurs parlent aux Français

Taxer les dividendes, et après ? Cette lutte souterraine des Frondeurs pour avoir la peau des entreprises

Publié le 03 novembre 2014
Les députés ont voté en catimini mardi 28 octobre un amendement dans le cadre du budget de la Sécurité sociale visant à étendre les cotisations sociales sur les dividendes à davantage d'entreprises. Si le gouvernement a finalement reculé devant la colère du monde patronal, la philosophie qui sous-tend ce raisonnement et la personnalité de Gérard Bapt, celui qui l’a défendu, sont très choquants.
Denis Jacquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les députés ont voté en catimini mardi 28 octobre un amendement dans le cadre du budget de la Sécurité sociale visant à étendre les cotisations sociales sur les dividendes à davantage d'entreprises. Si le gouvernement a finalement reculé devant la colère du monde patronal, la philosophie qui sous-tend ce raisonnement et la personnalité de Gérard Bapt, celui qui l’a défendu, sont très choquants.

Martine est le prénom qui rime pour les entrepreneurs avec politique assassine. La politique de ceux qu'on appelle les Frondeurs.

Ces êtres étranges venus d’un autre temps, qui lisent Zola face à la révolution numérique, veulent une justice sociale dispendieuse quand les caisses de l’Etat sont vides et saigner les entrepreneurs quand ils réussissent. Les Frondeurs, des hommes et une femme, pour qui le succès n’est qu’une insulte à l’égalitarisme qui serait la clé de notre bonheur. Et j’en passe.

Si David Vincent a eu la chance de ne pas les voir, votre serviteur et la France atterrée avec lui les voient clairement. Il faut dire qu’ils font tout pour faire parler d’eux et le meilleur moyen qu’ils aient trouvé, c’est d’être silencieux ! Pardon, de s’abstenir. Un moyen terriblement révolutionnaire, l’équivalent de la bouderie théâtrale de vos enfants quand ils manifestent leur mécontentement. Ou qui crient "zop !" comme Brel qui mime le révolutionnaire dans "je viens rechercher mes bonbons".

Et notre rôle, comme David Vincent dans "Les Envahisseurs", est de convaincre un monde incrédule qu’ils cherchent à nous envahir, qu’ils progressent et qu’il faut vite faire quelque chose pour les rendre ridicules.

Cette semaine, les Frondeurs avaient une nouvelle fois pris une cible facile. Les entreprises. Dernière réserve supposée de richesse, venir sabrer ce vestige de ce qu’ils estiment être la honte d’un pays est devenu leur obsession. "Si le dividende ne vient pas à la caisse de l’Etat, c’est la caisse de l’Etat qui viendra à toi !". Au final, ce qui les gêne, nos révolutionnaires d’opérette, c’est (qu’à part eux) que certains puissent réussir, que des actionnaires puissent oser revendiquer un retour sur leur investissement. Que de l’argent puisse transiter, en France, par un autre lieu que l’Etat. Afin de mieux assurer la survie de leur démagogie et de leurs indemnités. Car dans ce débat, qu’ils voulaient masqué et discret, dont l’Histoire dira si Bercy le téléguidait à distance, ce qui choque, c’est à la fois la philosophie qui sous-tend ce raisonnement mais surtout la personnalité de celui qui l’a défendu.

Commençons par ce Mr Bapt. Un chirurgien habitué aux affaires de santé. Pas celles des entreprises manifestement. Et surement brillant médecin, puisqu’il a choisi la politique pour charcuter la société avec moins de conséquences vitales que sa pratique médicale aurait pu le faire. Confier un sujet aussi délicat à un homme qui a manifestement plus de connaissance du corps humain que du corps économique est déjà une hérésie. Mais, avec moins de 2% d’acteurs économiques à l’Assemblée nationale, un chirurgien fait office de borgne au pays des aveugles (et sourds).

Mr Bapt, sans vouloir jouer à être le Canard Enchaîné, est pourtant un homme qui connaît bien les entreprises. Qui connaît bien l’odeur et la valeur de leur argent. Qui ne voit pas de mal à bénéficier de leurs largesses, son impôt personnel me direz-vous, quand il en est le bénéficiaire. Les proches de ce député pourront vous parler d’un temps, peu lointain, où Mr Bapt fréquentait assidument les déjeuners organisés dans un restaurant d’une rue perpendiculaire des Champs-Elysées par un célèbre cigarettier. Il est donc l’un de ses révolutionnaires de salon, qui considère que le bien personnel l’emporte sur le bien public et que les avantages que son statut lui confère méritent un traitement privilégié que les actionnaires, eux, ne méritent pas. Il serait bon que Mr Bapt, avant de vouloir taxer les actionnaires, commence par taxer ses avantages en nature. Non ?

Mais le plus grave dans cette affaire, c’est la vision de l’entreprise qui est sous-jacente. Ou plutôt l’absence de vision de l’entreprise que cela recèle.

En effet, c’est quoi une entreprise ? Comment cela peut-il marcher ? C’est au final très simple et compréhensible, notamment par un chirurgien socialiste.

Il faut de l’argent. Pas de bras pas de chocolat, pas de sous pas d’emplois ! Un actionnaire, que ce soit l’entrepreneur ou des investisseurs, prend un risque. Majeur. Non seulement il ne sait pas si son argent sera bien investi, mais les statistiques prouvent, si l’on s’en tient aux seules start-up, que les chances de succès sont de 1 sur 12. 1 sur 12 ! Les 11 autres fois, l’argent investi est perdu.

Ensuite, il faut un entrepreneur, homme ou femme, la plupart du temps de condition sociale modeste, car l’entrepreneuriat est devenu le dernier ascenseur social à la disposition des français désespérés. C’est d’ailleurs surement cela qui gêne la gauche de la gauche. Que ses ouailles deviennent des suppôts du capitalisme et prennent goût à l’élévation sociale. Un électeur en moins.

Un entrepreneur qui en France gagne en moyenne 4000 euros par mois quand tout va bien, ce qui en fait difficilement une cible de l’ISF et de la vindicte de gauche.

Un entrepreneur qui va souvent sacrifier, même si il l’a choisi, son confort, sa sécurité, sa tranquillité familiale, ses relations sociales, pendant plusieurs années, pour une issue incertaine et effectivement dramatique, la plupart du temps.

Un entrepreneur, qui ne s’en plaint pas, je vous rassure, et ne réclame rien, mais n’a aucun filet de sécurité une fois la faillite venue. Pas de chômage, une cote banque de France dégradée lui interdisant tout rebond, l’opprobre sociale, la saisie de ses biens et j’en passe.

Enfin, il faut une entreprise qui réussisse. Qui sache être meilleure que ses concurrents, aller plus vite, innover, se battre, dans un contexte français dont la croissance a quitté l’environnement depuis longtemps. Une entreprise, qui va payer 45% de cotisation patronale sur le salaire de ses salariés, une multitude de taxes à chaque pas, à chaque moment de la journée et de l’année, un impôt sur les sociétés pour récompenser sa réussite et qui ose, après ce parcours devenu plus fiscal qu’entrepreneurial, penser à distribuer un dividende.

Un dividende, qui 1 fois sur 12, vient récompenser, souvent au bout de 5 à 7 ans, un actionnaire qui a mis de l’argent dans une entreprise.

Dès lors, il paraît logique, quand on est chirurgien et socialiste, que cette maigre récompense finisse elle aussi dans les caisses de l’Etat qui l’a brillamment soutenu et aidé, à chaque étape de sa croissance ! Et donc, la fiscaliser comme un salaire, puisque à l’examen, un dividende ressemble effectivement, à s’y méprendre, à un salaire. Un chirurgien qui confond un salaire et un dividende ? Je n’aimerais pas lui confier mon opération. J’aurais trop peur de rentrer avec un rhume et de ressortir cul de jatte.

Quelle tristesse. Quel manque de connaissance basique. A quand le permis de conduire du représentant du peuple ?

Enfin, ce lamentable épisode manifeste également deux dérives.

La première, c’est la confusion qu’opèrent les politiques entre les grandes entreprises et les PME. La distribution par les groupes du CAC de la totalité de leurs bénéfices cette année a entraîné nos justiciers politiques, robin des bois des temps modernes, à légiférer pour l’interdire ou le punir. Sans aucune considération pour le sort qu’ils réservaient ainsi à tous les autres.

D’abord parce qu’ils connaîssent les grands groupes et en aucun cas les PME, pourtant seules à créer des emplois depuis 12 ans dans ce pays. Ensuite parce qu’ils aiment punir la majorité pour sanctionner les comportements minoritaires.

Car ces "quelques-uns" font la une des journaux et que les punir fait gagner des voix.

Néanmoins, il faut avouer que distribuer 100% des bénéfices des grands groupes est une dérive lamentable d’un capitalisme qui entraîne le monde vers le bas. Rémunérer les actionnaires ? Oui. Eux seulement ? Non. Tout distribuer au lieu de conserver une partie dédiée à l’innovation, la R&D, l’avenir ? Non.

Ce capitalisme-là, un libéral n’en veut pas. Je ne veux pas être l’entrepreneur de ce capitalisme-là. Ce capitalisme qui n’est tourné que vers ses actionnaires. Une société pour réussir a besoin de ses salariés, d’un équipe dirigeante (pour les groupes), d’un entrepreneur (pour une PME) et d’actionnaires. Une entreprise libérale reconnaît le rôle de chacun. Et le rémunère. Privilégier, notamment par les rachats d’action, les uns sur les autres alimente l’aigreur et les ennemis, que ce capitalisme-là se fabrique seul. Je ne l’aime pas, alors entrepreneurs ne dérivons pas avec eux et obtenons pour nos entreprises du 21ème siècle des politiques du 22ème !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 04/11/2014 - 00:39
Pourquoi les gauchistes s'évertuent- ils à écraser tout ce
qui fonctionne un peu en France? Et particulièrement en écrasant les PME, TPE qu'ils abîmeront petit à petit, en croyant sanctionner les actionnaires du CAC40 délocalisé et qu'ils n'atteindront même pas, et en écrasant les professions réglementées qu'ils ont obligé à acheter des charges de plus en plus chères par restriction de l'offre de ces charges ( et augmentation concomittente de la demande)?
Il y a là une véritable question psychanalytique. Quel goût masochiste pousse ainsi les derniers gauchistes à détruire ce qui les fait vivre, leur apporte prébendes et postes à vie?...si les politiciens gauchistes n'ont pas encore débuté leur psychanalyse, les électeurs qui ont cru leurs mensonges, eux, sont au bout de leur analyse...
Texas
- 03/11/2014 - 18:47
Quote of the day
" Le Socialisme est une Philosophie de l' échec , le Credo de l' ignorance et l' Evangile de l' envie . Sir Winston Churchill