En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

04.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

05.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

06.

Collaboration secrète avec la NSA : le scandale qui ébranle le Danemark (et devrait inquiéter l’Europe)

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 40 min 25 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 3 heures 21 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 4 heures 28 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 5 heures 4 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 6 heures 33 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 7 heures 27 sec
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 7 heures 44 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 8 heures 7 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 8 heures 15 min
décryptage > Economie
Espoir dans la lutte contre le virus

Vaccins contre Covid-19

il y a 8 heures 27 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 2 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 3 heures 42 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 4 heures 49 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 5 heures 53 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 6 heures 46 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 7 heures 10 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 7 heures 50 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 8 heures 14 min
décryptage > Environnement
On tremble

Un nouveau délit va être créé : celui "d'écocide"

il y a 8 heures 22 min
décryptage > Politique
Education nationale

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

il y a 8 heures 44 min
© Reuters
ernard Cazeneuve a répliqué "qu'on ne peut pas tous les jours par des propos outranciers, par des invectives, créer un climat et s'étonner ensuite des conséquences du climat que l'on a créé".
© Reuters
ernard Cazeneuve a répliqué "qu'on ne peut pas tous les jours par des propos outranciers, par des invectives, créer un climat et s'étonner ensuite des conséquences du climat que l'on a créé".
Guêpier

Mort de Rémi Fraisse : le gouvernement s’enferme de plus en plus dans un piège qu’il aurait pu éviter

Publié le 29 octobre 2014
Alors que le président de la République François Hollande a tardé à réagir à la mort du jeune militant écologiste Rémi Fraisse dimanche 26 octobre sur le site du projet controversé de barrage à Sivens, la responsabilité du ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve dans cette affaire est mise en cause par les Ecologistes et le Front de gauche.
Anita Hausser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le président de la République François Hollande a tardé à réagir à la mort du jeune militant écologiste Rémi Fraisse dimanche 26 octobre sur le site du projet controversé de barrage à Sivens, la responsabilité du ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve dans cette affaire est mise en cause par les Ecologistes et le Front de gauche.

Quand rien ne va plus pour le gouvernement...! Les ennuis s'accumulent pour l'exécutif et quand un drame humain comme la mort de ce jeune manifestant à Sivens vient s'ajouter à un climat politique délétère, il y a de quoi se montrer inquiet !

>>>>> A lire également : Derrière le drame de Sivens, l'absurdité technocratique français
et 
De Sivens à Notre-Dame-des-Landes, plongée au cœur de l’extrémisme vert, ses réseaux et ses méthodes

La "gestion" de ce drame malheureux agit en effet comme un révélateur de la faiblesse de l'exécutif qui n'apparaît pas aux prises avec la réalité du pays et se trouve confronté aux divisions de ce qui hier encore était sa majorité. Car tout s'entremêle : le silence malencontreux (officiellement pour ne pas gêner l'enquête) du gouvernement et de François Hollande au lendemain de la découverte du corps de Rémi Fraisse et la polémique à propos de l'inertie de l'exécutif, pourtant alerté sur les risques de dérapages graves à Sivens entre partisans et opposants à la construction de ce barrage (qu'il faudrait plutôt qualifier de retenue d'eau en raison de sa taille).

 

Mais comme les incidents sur place se multipliaient depuis le mois dernier, les alertes de Cécile Duflot et Noël Mamère étaient restées sans réponse de la part du ministère de l'Intérieur. Car la modération de langage n'est pas leur fort. Dans le climat de consternation générale provoquée par ce décès, l'ex-ministre du Logement a parlé de "situation qui pour moi est absolument intolérable et qui va finir par être une tache indélébile, sur l’action de ce gouvernement", tandis que le député maire de Bègles déclarait dans les couloirs de l'Assemblée "qu'on ne construit pas un barrage sur un cadavre" et s'en prenait à la fois au gouvernement et à la FNSEA. Plus mesurés dans leur propos les autres élus écolos, et notamment le co-président du groupe François de Rugy, avaient du mal à se faire entendre lorsqu'ils exprimaient leur consternation à propos du décès de ce jeune manifestant qui se trouvait apparemment au mauvais endroit, mêlé aux extrémistes dont il ne faisait pas partie.

 

En réponse aux accusations lancées par les deux élus et aux appels à la démission d'une partie du Front de Gauche, Bernard Cazeneuve a répliqué "qu'on ne peut pas tous les jours par des propos outranciers, par des invectives, créer un climat et s'étonner ensuite des conséquences du climat que l'on a créé". Quant aux élus socialistes, qui déplorent en coulisses que l'on ait tardé à exprimer de la compassion en haut lieu, ils ne cachent pas leurs ressentiments voire leur exaspération face aux Ecologistes qui s'opposent à tout projet nécessitant une restructuration de l'environnement.

 

Dans ce contexte de violence, la décision du ministre de l'Intérieur de diligenter une inspection générale de la police et de la gendarmerie dans le TARN était sans doute sage. Fallait-il aller jusqu'à interdire partout l'utilisation de grenades offensives jusqu'à la fin de l'enquête ? Dans la région de Sivens, cette décision signifie implicitement l'inaction, donc le retrait des forces de l'ordre, voire la fin du projet proprement dit puisque le président du Conseil Général du Tarn, maître d'oeuvre du barrage, demande maintenant la suspension des travaux. Mais la suspension de l'utilisation des grenades offensives risque d'être interprétée comme un renoncement du gouvernement à toute répression et par conséquent à un gage d'impunité pour les semeurs de troubles prompts à exploiter les contestations sincères. Elle est surtout révélatrice d'une forme de paralysie d'un exécutif affaibli par les divisions internes du PS, ce qui fait dire, sous forme d'aveu, à un ancien ministre socialiste qui voit s'enchaîner ordres et contre ordres : "De toute façons on ne peut plus rien bouger dans ce pays !"

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires