En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

06.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

07.

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 11 heures 1 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 11 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 14 heures 38 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 14 heures 50 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 15 heures 50 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 16 heures 56 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 18 heures 17 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 18 heures 39 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 18 heures 42 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 18 heures 42 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 11 heures 33 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 12 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 14 heures 41 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 15 heures 18 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 16 heures 31 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 17 heures 46 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 18 heures 24 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 18 heures 39 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 18 heures 42 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 18 heures 42 min
© Reuters
Une remise de diplômes aux Etats-Unis.
© Reuters
Une remise de diplômes aux Etats-Unis.
Quand j'serai grand...

Les Américains découvrent l’ampleur du naufrage de la méritocratie... et ce n'est pas mieux chez nous

Publié le 24 octobre 2014
La réussite a beau ne pas être perçue de la même manière des deux côtés de l'Atlantique, la réalité, elle, est assez ressemblante : l'origine sociale des enfants n'a jamais été autant prédictive de leur statut socio-professionnel futur.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La réussite a beau ne pas être perçue de la même manière des deux côtés de l'Atlantique, la réalité, elle, est assez ressemblante : l'origine sociale des enfants n'a jamais été autant prédictive de leur statut socio-professionnel futur.

A l’opposé des vieux modèles aristocratiques, les Etats-Unis se veulent être le pays de la méritocratie, le pays du rêve et du "tout est possible" ; une nation se développant grâce aux efforts de chacun et ou les opportunités sont équivalentes pour tous. Et pour la population américaine, cette notion de méritocratie reste une idée forte.

En effet, dans un sondage datant de 2012, 58% des Américains exprimaient cette idée que "les riches méritent leur patrimoine", un taux comparable aux autres pays "neufs" que sont l’Australie et le Canada. Par contre, les Français semblent bien plus sceptiques sur cette notion de mérite et seuls 31% d’entre eux partagent cette vision.

"Les riches de mon pays méritent leur patrimoine" Sondage Globescan

Pourtant, selon certaines études récentes, l’idée d’une réelle méritocratie aux Etats-Unis tiendrait plus du mythe que d’une quelconque réalité. C’est d’abord à travers l’éducation que le phénomène a pu être remis en cause, et ce, dès le plus jeune âge. Un constat effectué en 2013 par deux économistes (Mumane et Duncan) et relayé par le sociologue Sean Reardon (Université de Stanford) dans le New York Times 

"Les économistes R.Mumane et G.Duncan indiquent qu’entre 1972 et 2006, les familles à hauts revenus ont augmenté de 150% leurs dépenses relatives aux activités de leurs enfants, alors que les familles de plus faibles revenus n’ont augmenté ces dépenses que de 57% au cours de la même période. De la même façon, le temps passé par les parents à s’occuper de leurs enfants a progressé deux fois plus vite pour les  plus éduqués que pour les moins éduqués".

Le bilan de cette "différence" d’éducation est que l’écart se creuse au fur et à mesure des années. Plus le temps passe et plus les enfants des familles aisées prennent de l’avance sur les autres :

"En utilisant les données disponibles d’une douzaine d’études conduites entre 1960 et 2010, le résultat est que l’écart entre les riches et les pauvres dans les tests scolaires s’est accru de 40% au cours des 30 dernières années."

Et si ce constat peut être fait aux Etats-Unis, les données offertes par le CEREQ (centre d’études et de recherches sur les qualifications) permettent de le transposer à la situation française. L’origine sociale d’une personne étant le facteur prédictif essentiel de son niveau d’études. En France, un enfant d’ouvrier a cinq fois plus de chances de se retrouver sans aucune formation qu’un enfant de cadre. Plus le niveau de diplôme est élevé, plus la proportion d’enfants de cadres est importante. Moins les diplômes sont élevés, plus les enfants d’ouvriers sont représentés.

Origines sociales et taux de représentation par diplôme

Si un tel lien peut être fait entre l’origine sociale et le niveau d’études, la notion de méritocratie est évidemment mise à mal. Un constat valable aussi bien aux Etats-Unis qu’en France et la perception que la population peut en avoir n’a apparemment aucune incidence sur le résultat.

Si les inégalités en termes de revenus et de patrimoine sont plus fortes aux Etats-Unis qu’en France, elles sont surtout un problème en raison de la stagnation sociale qui les accompagne. Si les inégalités sont héréditaires, le blocage devient total. Et en effet, la mobilité sociale n’est pas exactement l’expression de la réalité américaine. Les économistes Richard V. Reeves and Isabel V. Sawhill ont ainsi pu démontrer la rigidité actuelle des revenus entre un père et son fils :

Déciles de revenus d’un fils né d’un père du décile le plus élevé (le plus riche)

Ici encore, une personne dont le père appartient au décile de revenus le plus élevé a 26% de chances de rester dans ce même décile supérieur. A l’inverse, il n’aura que 3% de chances de "tomber" dans le décile le plus pauvre. De l’autre côté du spectre, un enfant né d’un père appartenant au décile le plus bas a 22% de chances de vivre la même situation, et n’aura que 7% de chances de se retrouver dans le décile le plus élevé. La mobilité sociale existe aux Etat-Unis, mais le degré de fluidité entre les lignes est bien moins fort qu’au Canada, par exemple, et dont les résultats sont ici présentés en comparaison. Il est ici tout à fait frappant de constater la forte stagnation des deux extrêmes. Les plus pauvres restent les plus pauvres et les plus riches restent les plus riches. Entre deux, la fluidité existe.

Déciles de revenus d’un fils né d’un père de décile 1 (le plus pauvre)

Mais la situation de la France n’est pas bien supérieure à celle des Etats-Unis. Comme l’indique le CEREQ : "Un enfant de cadre a quatre fois plus de chances qu’un enfant d’ouvrier de devenir lui-même cadre au bout de 3 ans de vie active et deux fois moins de risque d’être au chômage".

Car si la méritocratie n’apparaît pas formellement au niveau des études, c’est une forme d’hérédité sociale qui se met alors en place, notamment en termes de chômage. Dans de telles conditions Il n’est pas surprenant de constater que la catégorie socio-professionnelle du père d’une personne soit un puissant prédictif du taux de chômage auquel celle-ci sera confrontée après 3 ans d’activité :

Taux de chômage après 3 ans d’activité, en fonction de la catégorie socio-professionnelle du père

Face à de tels écarts, les solutions efficaces ne sont pas si nombreuses et il serait illusoire de vouloir obtenir une égalité réelle. Mais en matière d’inégalités, le déterminant essentiel repose sur les premières années de la vie d’un enfant, c’est donc à ce moment que l’apport le plus important peut être fourni pour que chacun puisse atteindre son "plein potentiel", comme l’indiquent Richard V. Reeves and Isabel V. Sawhill : "Si l’on intervient tôt (avant 5 ans) les résultats peuvent être impressionnants".

Une conclusion que partageait Sean Reardon (Université de Stanford) dans le New York Times :

"Alors comment pouvons-nous avancer vers une société où le succès scolaire ne sera pas autant lié aux revenus familiaux ? Peut-être est-il nécessaire de copier les riches et d’investir bien plus lourdement dans l’éducation de nos enfants, et ce dès leurs premiers jours. L’investissement dans le bas âge paye des gros dividendes sociaux."

Pour lire le Hors-Série Atlantico, c'est ici : "France, encéphalogramme plat : Chronique d'une débâcle économique et politique"

 

Et n'oubliez pas : le A-book de Nicolas Goetzmann, Sortir l'Europe de la crise : le modèle japonais, est désormais disponible à la vente sur Atlantico éditions :

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
valencia77
- 18/11/2014 - 20:36
valencia77
faites comme en chine, un enfant par famille pendant 2 ou 3 generations. Pas d'encouragement a avoir plusieurs enfants avec allocation familiale. tro de monde sur la planete est une deuxieme raison mais la premiere est que les gens les moins eduques ont plus d'enfants. C'est la selection naturelle a l'envers. C'est pas PC? Mais alors pourquoi cet article?
Texas
- 24/10/2014 - 21:34
Selon ..
.. ces Universitaires et le New York Times , les Etats-Unis seraient donc devenus un système quasi-monarchique . Ce n' est vraiment pas l' impression laissée lorsqu' on traverse un campus américain . Les proportions d' étudiants asiatiques ou originaires du Sub-Continent indien sont impressionnantes .
2bout
- 23/10/2014 - 18:13
A une autre échelle,
On a failli avoir Madame, et on a eu Monsieur. Et aux USA, ils ont eu le Monsieur à la secrétaire, ils pourraient avoir Madame. Même cloisonnement. Il y a des écoles pour les riches et des écoles pour les pauvres différenciées par la géographie et par l’accès avec un complément financier. Mais dans le deux cas, sans objectifs de performance, il ne peut y avoir émulation. L'école sans notes est une tragédie pour les enfants qui n'ont pas d'e soutien ou de référence en dehors du système scolaire.