En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 4 heures 7 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 6 heures 23 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 7 heures 56 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 9 heures 39 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 12 heures 1 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 12 heures 22 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 12 heures 45 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 13 heures 9 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 13 heures 25 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 13 heures 47 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 5 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 7 heures 22 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 9 heures 8 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 10 heures 42 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 12 heures 11 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 12 heures 26 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 12 heures 49 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 13 heures 11 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 13 heures 44 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 14 heures 7 min
© Pixabay.com
Tous les signaux budgétaires sont passés dans le rouge cette semaine.
© Pixabay.com
Tous les signaux budgétaires sont passés dans le rouge cette semaine.
Tremblez

La France, ennemi public numéro 1 de l’économie européenne

Publié le 18 octobre 2014
Pour le monde de l’économie, la semaine qui vient de s’achever a été épouvantable… Les marchés financiers se sont mis en alerte rouge, les indicateurs économiques ont décroché et le gouvernement français continue de ne pas vouloir reconnaître qu'il menace désormais l’Europe tout entière.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour le monde de l’économie, la semaine qui vient de s’achever a été épouvantable… Les marchés financiers se sont mis en alerte rouge, les indicateurs économiques ont décroché et le gouvernement français continue de ne pas vouloir reconnaître qu'il menace désormais l’Europe tout entière.

La situation que l’on traverse aujourd'hui est incroyablement dangereuse. Et franchement, elle ne peut pas encore durer très longtemps.

Cette semaine, tous les signaux d’alerte se sont allumés et clignotent au rouge. Les indicateurs conjoncturels très inquiétants se sont multipliés partout dans le monde, aux Etats-Unis, en Asie, et en Europe où le turbo allemand connaît quelques ratés. Les places financières ont donc dévissé sérieusement quand les investisseurs se sont aperçu que les économies réelles n’avaient pas profité des largesses monétaires. Le mini-krach auquel on assiste s'explique très logiquement par le sentiment que la bourse était montée trop haut, gonflée par les liquidités monétaires et qu'il fallait solder des positions qui devenaient trop risquées.

Ceux qui n’ont pas osé sauter du train pendant les vacances dernières ont perdu entre 10 et 20 % de leur patrimoine. Alors, Ils attendent, certes, lundi d’en savoir plus avec les résultats attendus des monstres de l’économie américaine, Apple, IBM, et plus tard General Electric… Ils se disent que les banques centrales peuvent remettre au pot pour endormir la douleur mais ça ne changera rien au fond.

L’économie mondiale est déséquilibrée depuis le début des années 2000. Ça s’est aggravé en 2009 et les leçons n’ont pas été tirées.  

Donc l’accalmie, si accalmie il y a, ne changera pas la météo, qui va rester très maussade, notamment en Europe où c’est franchement la débandade. Parce que c’est l’Europe qui menace de tout faire sauter. Ça n’est ni New-York et ses traders, ni les pétroliers, ni les émergents qui sont coincés, c’est L’EUROPE.

L’Europe est aujourd'hui un concentré de mauvaises nouvelles : pas de croissance, pas d’investissements, pas d’emplois mais du chômage, de la dette publique et sociale, encore de la dette… Et l’impossibilité d’apporter des solutions techniques et politiques.

Pas de solutions techniques puisqu’on voit bien que les pays endettés n’ont engagé aucun processus sérieux de désendettement. C’est le cas de l’Italie et surtout de la France.

Vue des marché et vue de Bruxelles, la semaine française a été calamiteuse. Le projet de budget a été présenté au Parlement, avec beaucoup de courage Michel Sapin essaie d’en améliorer la présentation par une réduction du déficit mais personne n’est dupe. Personne n’y croit. Les signaux envoyés sont brouillés.

Quand Ségolène Royale cède aux lobbies des transporteurs en annulant purement et simplement la taxe carbone, on se dit que décidément ce gouvernement n’a aucun courage. Les corporatismes organisés ont pris le pouvoir. Quand la même ministre de l’environnement, pour faire oublier cette bourde budgétaire monumentale, annonce qu'elle va rendre les autoroutes gratuites le week-end, on tombe par terre, parce qu'’il n y a pas de décisions économiquement plus stupides pour engorger les routes et les autoroutes et bloquer le système... Pour nier aussi le fait que la France a le plus beau réseau autoroutier du monde et qu'elle le doit à une politique de financement assez habile qu'on va donc essayer de démembrer. Décidément la démagogie a la peau dure.

Quand Emmanuel Macron annonce cette semaine qu'il a diagnostiqué les trois maladies dont souffre le pays : la défiance, la complexité, le corporatisme, on se dit "bravo" ! En dépit de son jeune âge il a donc lu tous les rapports qui ont été faits depuis 20 ans. Un membre du gouvernement a enfin décidé de n’être ni de droite ni de gauche mais efficace... Donc on attend… Quand il propose d’autoriser les ouvertures de magasins le dimanche, on se dit "enfin" ! Quand il annonce la libération du transport de voyageurs par autocar, on se dit que c’est historique. L’Europe tout entière en autocar était possible pour tout le monde sauf les Français obligés de voyager en TGV, enfin ceux qui en ont les moyens... Donc tout peut changer.

Tout peut changer sauf que probablement la majorité de gauche ne laissera pas faire ces débuts de réformes qui permettraient à l’économie de commencer à respirer.

La gauche va mettre des conditions draconiennes à l’ouverture des magasins le dimanche. Quant au transport par autocars, elle ne comprend pas qu’on autorise un moyen de transport économique qui sera fréquenté par les "pauvres". Quelle horreur !!!

Eh oui, au moins les jeunes, les seniors et ceux qui ne peuvent se payer le train ou l’avion pourront voyager... C’est plutôt intelligent comme projet et ça pourrait créer de la croissance très vite.

Quand il y a de telles résistances, on se dit que la France ne réussira jamais à réduire ses dépenses publiques, ni a réduire ses impôts, ni à se moderniser.. Faudra-t-il attendre comme en 1968 que les jeunes et les moins jeunes fassent craquer les vieilles structures ?

Cette semaine, la France s’est donc posée en leader des pays du Sud, ceux qui ne réussissent pas à se désendetter. Mais comme cette dette est garantie par les pays du Nord, l’Allemagne en tête, le fossé entre les pays du Nord et ceux du Sud se creuse de plus en plus et menace de faire éclater l’euro, ce dont tout le monde parle mais dont personne ne veut vraiment. Le Nord a besoin de l’euro, le Sud a besoin des financements du Nord.

L’Europe est en train d’exploser sous nos yeux. Alors qu’elle a un nouveau Parlement, alors que la Banque centrale fait tout pour éviter l’asphyxie, et Mario Draghi a bien du mérite, l’Europe n’a jamais paru aussi faible, aussi démunie, et aussi impuissante. Aussi peu gouvernée, sans aucune ambition, ni vision, ni perspective. La génération Erasmus est atterrée et n’a qu’une solution, émigrer en Amérique, en Asie ou en Australie ; ce qu’elle fait massivement.

L’Europe est en train d’exploser et la France qui n’a pas un sou, pour financer sa dette, pas une once d'énergie politique pour s’adapter et se réformer, n’avait qu'une solution : prendre l’initiative d’une réforme des institutions.

L’Europe a besoin de politiques économiques convergentes, l’Europe a besoin d’une gouvernance cohérente de la zone euro, l’Europe a besoin de garanties pour organiser des politiques budgétaires et fiscales responsables. Politiquement, François Hollande l’enfant légitime de Jacques Delors était en position pour demander une grande négociation avec les Allemands. Une négociation. Pas un rapport conflictuel pour faire plaisir à tous ceux qui tombent dans le populisme et le souverainisme obtus.

Une négociation pour sortir de la crise. Comme l’avait fait Valéry Giscard d’Estaing en 1974 au lendemain de la crise pétrolière. Comme a fait François Mitterrand en 1982 pour se sortir du piège du programme commun qui le conduisait a la faillite.

Que de temps perdu ! La gouvernance française occupe Bruxelles avec des réformettes qui pourraient annoncer une vraie prise de conscience, mais en réalité, elle gagne du temps, en se disant que le pire n’est jamais certain. Sans doute, mais ça dépend pour qui... En France, il y a aujourd'hui plus de 3 millions de personnes qui n’ont pas de travail depuis plus d’un an... Et 8 millions de personnes qui vivent en dessous du seuil de pauvreté. On ne pourra plus distribuer de richesses. L’urgence c'est d’en créer. On sait comment créer de la richesse. Il suffirait de faire confiance à ceux qui savent créer cette richesse : les entrepreneurs. Ne pas dire seulement qu’on les aime, en français, en anglais ou en allemand... Il faut les laisser circuler, travailler et respirer.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 19/10/2014 - 09:41
Palais Brogniard
Il y a au moins un point positif chez mr Sylvestre : il ne nous chante plus ''Tout va très bien Madame la Marquise''. On peut même dire qu'il paraît complètement affolé. Il nous donne aussi une précieuse indication sur ses véritables ''sponsors'' quand il nous fait un chaleureux éloge des grandes sociétés privées qui s'en mettent scandaleusement plein les poches pour gérer nos autoroutes ! Sommes-nous en 1929 ? La venue au pouvoir de Marine Le Pen sera-t-elle, comme certains le fantasment, équivalente à l'ascension d'Adolph Hitler ? Personnellement, je préfère nous imaginer en 1917 : la prise du Palais Brogniard sera la répétition de celle du Palais d'Hiver à St Saint-Pétersbourg !
Liberte5
- 18/10/2014 - 19:09
Cela a commencé avec Giscard
Cela a commencé avec Giscard d'Estaing. La fuite en avant ne s'est jamais arrêté Cela fait trente ans que les rapports s'empilent les uns sur les autres. Et ce , sur tous les sujets. Rien n'a changé. Pourquoi? La haute fonction publique a mis la main sur le pays. Elle l'a ruiné. Il n'y aucune chance que les choses changent tant que ces incompétents qui profitent grassement du système qu'ils ont mis en place n'en soit chassé. Il n'y aura pas, hélas, de changement profond apaisé et dans la démocratie. Personne ne peut dire comment cela finira , mais cela finira mal.
Hugues001001
- 18/10/2014 - 18:02
@OLYTTEUS
On peut tout aussi facilement retourner votre argument: l'Autriche, la Finlande, l'Allemagne, l'Estonie, les Pays-Bas, Malte, la Slovaquie, qui ont l'euro, se portent très bien. Donc le problème ce n'est pas la monnaie: si la France revenait au franc et retrouvait la maîtrise de l'arme monétaire, ses problèmes ne disparaîtraient pas comme par enchantement. Ils seraient même certainement plus grands encore compte tenu de la démagogie et de la lâcheté dont font preuve nos politiques. On ne fait déjà obstinément pas de réformes d'envergure en dépit du "carcan" de l'euro qui tente vaille que vaille de nous y contraindre, alors vous imaginez bien que sans ce "carcan", sans le bâton européen, rien ni absolument personne ne forcerait nos gouvernements à imposer des réformes, sinon la faillite, qu'on mettrait au passage sur le dos de boucs-émissaires habituels. L'euro finalement a un avantage qui est en même temps un inconvénient: il nous protège parce que sans lui la situation serait pire. Mais il nous a permis de nous endetter à bons comptes et sans lui, il y a longtemps qu'on aurait fait défaut (et que, peut-être, les réformes seraient entreprises par la troïka à Paris).