En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

03.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

04.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

05.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

06.

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

07.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 4 heures 24 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 5 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 8 heures 1 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 8 heures 13 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 9 heures 13 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 10 heures 19 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 11 heures 40 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 12 heures 2 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 12 heures 5 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 12 heures 5 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 4 heures 56 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 5 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 8 heures 4 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 8 heures 42 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 9 heures 55 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 11 heures 9 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 11 heures 47 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 12 heures 2 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 12 heures 5 min
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 12 heures 5 min
© Reuters
Un rapport franco allemand doit trouver des idées pour stimuler la croissance.
© Reuters
Un rapport franco allemand doit trouver des idées pour stimuler la croissance.
La détente

Plan franco-allemand pour la croissance : faut-il vraiment en attendre quelque chose ?

Publié le 15 octobre 2014
Le FMI et BCE ont de plus en plus de mal à dialoguer avec l'Allemagne et la Bundesbank, tandis que les économies du Sud de l'Europe et la France ont des relations tendues avec Angela Merkel. Un contexte politico-économique qui promet donc des négociations musclées mais qui pourrait bien forcer Jean Pisani-Ferry et Henrik Enderlein à s'entendre sur le rapport conjoint du retour à la croissance.
Jean-Paul Pollin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Pollin est Professeur d'économie à l'Université d'Orléans. Membre du Cercle des économistes, il est également Président de la Commission « Système financier et financement de l’économie » du Conseil National de l’Information Statistique.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le FMI et BCE ont de plus en plus de mal à dialoguer avec l'Allemagne et la Bundesbank, tandis que les économies du Sud de l'Europe et la France ont des relations tendues avec Angela Merkel. Un contexte politico-économique qui promet donc des négociations musclées mais qui pourrait bien forcer Jean Pisani-Ferry et Henrik Enderlein à s'entendre sur le rapport conjoint du retour à la croissance.

Atlantico : Jean Pisani-Ferry et Henrik Enderlein ont été chargés par les autorités françaises et allemandes de dresser un rapport conjoint. Objectif : trouver des idées pour stimuler la croissance. Cela n'est-il pas contraire à la politique économique très auto-centrée conduite par l'Allemagne depuis les réformes Schröder ?

Jean-Paul Pollin : Quand l'allemagne a engagé sa politique de désinflation compétitive qui concernait à la fois l'abaissement des salaires et l'augmentation de la TVA (la TVA sociale que nous avons refusé) - soit bien avant la crise, sous Gerhard Schröder - elle sortait tout juste de son état d'homme malade de l'Europe. L'Allemagne était entrée dans l'euro avec un mark dévalué, parce qu'il subissait le contre-coups de la réunification.

Mais lorsque ces politiques ont été engagées, cela était considérée comme une nécessité, même si tout le monde portait un regard suspicieux envers elle. Le contexte n'était pas celui de la crise financière, où l'Allemagne jouait là plus ouvertement contre les autres pays.

Aujourd'hui, elle se trouve dans une situation où elle peut se permettre de donner des leçons, mais le fait qu'elle ait refait sa compétitivité n'est pas le plus handicapant, le problème vient surtout du fait qu'elle ait une vision de la politique économique de court terme extrêmement restrictive.

Le simple fait que cette initiative existe prouve que les ponts ne sont pas complètement rompus. Les deux économistes choisis ont travaillé au niveau européen sur les politiques économiques. Jean Pisani-Ferry a notemment présidé l'institut Bruegel. Il y aura donc des positions conjointes, et cela ne peut pas être une mauvaise nouvelle pour l'avenir !

FMI et BCE ont de plus en plus de mal à dialoguer avec l'Allemagne et la Bundesbank. Les économies du Sud de l'Europe et la France ont des relations également tendues avec Angela Merkel. L'isolement de l'Allemagne sur la scène européenne et internationale l'a-t-elle contrainte à accepter ce projet en commun avec la France pour un retour à la croissance ?

Personne n'approuve plus la position allemande, et cette dernière réalise qu'il lui ait difficile d'acculer l'ensemble de ses partenaires sans leur donner les marges de manoeuvre nécessaires pour se refaire une santé économique. Son entêtement rétro-agit sur sa propre situation économique, elle n'a rien à gagner. Et peut-être l'isolement la force t-elle à sortir progressivement de ses blocages.

Plutôt que de rester confinée à sa position de prêteur net et d'exportatuer, l'Allemagne pourrait soutenir sur son territoire l'investissement public et privé. Ce que tous les observateurs proposent aujourd'hui, le FMI en tête, c'est le soutien à l'investissement. Krugman d'ailleurs note que dans tous les pays l'investissement public a chuté. Il y a une bonne raison à cela, puisqu'il permettra de résoudre le problème d'offre et de demande, et pas que pour l'Allemagne.

Quel va être le rapport de force ? Quelles propositions communes réalistes (c'est à dire financées ou finançables) peuvent être avancées ?

L'Allemagne peut donc s'engager dans cette voie : arrêter les surplus budgétaires et profiter de la marge de manoeuvre dont elle dispose. Et engager des programmes qui fassent appels à des partenariats publics-privés. L'Allemagne doit également arrêter de bloquer le plan d'investissement proposé par Jean-Claude Juncker à hauteur de 300 milliards d'euros au niveau européen. Cela permettrait l'investissement aux infrastructures, à la recherche et au secteur énergétique qui ne relève pas de la seule dimension nationale, qui nécessitent une dimension européenne. Il serait judicieux de donner la main à la Banque européenne d'investissement.

Ce sera vraisemblablement un des points auquel le rapport concerté aboutira, car l'Europe accuse un véritable retard à l'investissement.

La France devra conduire des réformes certes, mais cela nécessitera certains types d'investissement, notamment sur la recherche-développement, l'éducation et l'infrastructure, etc. Et il est vraisemblable que la France exige que ces investissements supposés soutenir le retour à la croissance puissent être évacués des dettes, et ne pas peser sur la règle européenne d'un déficit qui ne doit pas excéder 3% du PIB. En d'autres termes, si la France investit pour faire des réformes (exigées par l'Allemagne et la Commission), il est possible qu'elle demande que cela n'entre pas dans les limites des contraintes budgétaires qui sont aujourd'hui fixées. Un peu de mou, voilà ce dont la France estimera avoir besoin. Le tout valider par les instances européennes évidemment.

Il est évident que l'allemagne exigera des contre-parties. Elles porteront sur la réforme du régime des retraites en France, puisque ce dernier reste très loin du modèle allemand ; un allègement du droit du travail français, jugé trop lourd par nos voisins d'outre-rhin ; et pour finir, l'ouverture à la libre concurrence ou la libéralisation de secteurs sous monopole ou quasi monopole d'Etat (BTP, services, énergie, etc.).

Reste la question du financement du plan Juncker de 300 milliards d'euros qui n'est toujours pas tranchée...

Ce qui est envisagé, c'est que la BEI emprunte sur les marchés et mobilise une épargne qui existe (dans les ménages et les entreprises) et qu'elle force à transformer cet argent en investissement. Elle prêterait directement aux acteurs qui bénéficieraient de l'investissement, et ces derniers seraient eux-mêmes emprunteurs auprès de la BEI.

Une autre option consisterait à ce que la BEI prête à l'Europe directement pour qu'elle engage un certain nombre de projets (recherche et développement, numérique, etc.), et le budget européen serait lui-même mobiliser pour rembourser les investissements de certains.

Le ministre des finances allemand ne veut pas que la BEI mobilise les sommes du mécanisme européen de stabilité, mais rien n'indique que l'Allemagne ne cédera pas à l'option précitée.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jmpbea
- 15/10/2014 - 16:17
Il faudra assouplir les structures économiques, sociales et admi
nistratives de la France.....c'est presque infaisable...voir le mammouth...et shunter les banques pour injecter du credit bon marché dans l'économie....en effet, elles ont fait la preuve de leur mauvaise volonté pour soutenir l'économie...il est moins risqué de spéculer...