En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

03.

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

04.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

05.

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

06.

Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19

07.

Ce trou noir monstrueux dévore l'équivalent d'un Soleil par jour ; Pour coloniser Mars, il faudra au moins 110 personnes »

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

06.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

ça vient d'être publié
light > Insolite
L'or sur
Voici un mystérieux masque d'or pour se protéger de la Covid-19
il y a 9 heures 36 min
pépites > Sport
Respect piloté
Des pilotes posent un genou à terre avant le départ du grand prix d'Autriche
il y a 10 heures 57 min
pépites > France
Un incendie pas encore éteint
Pour la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France la crise a été gérée sans prise en compte de principes fondamentaux
il y a 11 heures 36 min
pépites > Education
Médaille en chocolat
Dans certaines académies, on félicite les enseignants avec des badges
il y a 12 heures 38 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Ce trou noir monstrueux dévore l'équivalent d'un Soleil par jour ; Pour coloniser Mars, il faudra au moins 110 personnes »
il y a 15 heures 59 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

il y a 16 heures 2 min
décryptage > Environnement
"Grandes villes vertes"

Ecologie et économie sont-ils compatibles ?

il y a 16 heures 19 min
décryptage > Politique
Un vélo nommé problème

Aurelien Véron : « La politique anti-voitures d’Anne Hidalgo est extrême et quasi sectaire »

il y a 16 heures 33 min
décryptage > Santé
Téléphonie addictive

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

il y a 17 heures 16 min
décryptage > International
De l'eau dans le gaz

Nord Stream 2 : le pipeline voulu par l’Allemagne qui met le feu aux relations entre les Etats-Unis et l’Europe

il y a 17 heures 57 min
pépites > International
Il y a toujours pire ailleurs
L'Angleterre réouvre les pubs dans la cacophonie générale
il y a 10 heures 9 min
pépites > Politique
Speedy Castex
À peine arrivé à Matignon, Jean Castex veut "aller vite"
il y a 11 heures 16 min
light > Insolite
La revanche des singes
En Thaïlande, les singes font la loi dans la ville
il y a 11 heures 55 min
pépite vidéo > Media
ONPC c'est fini
ONPC touche à sa fin, voici le best-of des clashs de l'émission
il y a 15 heures 29 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les leçons du combat d’une urgentiste contre le coronavirus

il y a 16 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Les femmes de" par Caterina Bonvicini

il y a 16 heures 4 min
décryptage > International
Retour Ottoman

L'expansionnisme turc aura-t-il raison de l'OTAN ?

il y a 16 heures 22 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19
il y a 16 heures 59 min
décryptage > Loisirs
À consommer avec modération

Moscow Mule et cocktails vegans : petite liste des long drinks tendances de l’été

il y a 17 heures 33 min
décryptage > France
Abandon de souveraineté

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

il y a 18 heures 17 min
© Reuters
les PME ont besoin d'un moratoire.
© Reuters
les PME ont besoin d'un moratoire.
Les entrepreneurs parlent aux Français

Délais de paiement, fiscalité, innovation, concurrence : ce moratoire dont les PME ont besoin d'urgence

Publié le 06 octobre 2014
65 000 entreprises ont fermé cette année, détruisant 174 000 emplois. Une partie n’était pas au niveau, mais une majorité d'entre elles n’était juste pas payée.
Denis Jacquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
65 000 entreprises ont fermé cette année, détruisant 174 000 emplois. Une partie n’était pas au niveau, mais une majorité d'entre elles n’était juste pas payée.

Les USA viennent de publier leur meilleur chiffre de création d’emplois depuis 2008. 248 000 emplois créés le mois dernier. L’économie libérale, c’est pas si mal ! Les Français, au lieu de voter Le Pen, vont peut être voter Obama aux prochaines élections. Une douche de plus qui démontre notre incapacité à résister à la pluie de la fatalité. La pluie qui semble être l’image la plus marquante de ce quinquennat et de ce président. Mais cette averse, ce sont les Français qui la prennent de front. Sous prétexte, depuis 25 ans, de les surprotéger, nous les avons mis à nus, attachés, accrocs à la surprotection, dépourvus de défenses immunitaires, dans le noir et le froid. Ils meurent. Un peu plus surement chaque jour. Pourtant la solution existe.

Cette semaine, je vous propose de faire court et simple. Le temps manque.

A ma gauche (pour des raisons pratiques seulement), les grands groupes. A ma droite, les PME et les start-up. Les grands groupes sont magnifiques. Ils permettent à notre pays de briller à l’étranger mais se réduisent en France. Ils détruisent de l’emploi. C’est inéluctable. Non pas tant qu’ils délocalisent, comme le clament ces syndicats qui n’ont rien compris à l’international. Ils se rapprochent de leurs clients. Ce qui est d’une logique imparable. Voulez-vous m’expliquer, pour des produits de consommation courante, comment vendre à un Chinois un produit réalisé en France au prix de revient français ? Pour Vuitton et Gucci, oui. Pour un yaourt, surement pas.

En conséquence, baser le droit du travail, le CICE, le dialogue social, les contrats aidés, sur la masse qu’ils sont susceptibles de représenter est ridicule. Ils pourront prendre des apprentis et stagiaires, pour faire plaisir, à la marge au gouvernement. Mais la marge ne fait pas bouger les véritables lignes. Nous ne voulons pas vivre à la marge, mais pleinement. Il faut donc en urgence réformer le dialogue social en France, afin de donner la parole aux véritables créateurs d’emplois en France, j’ai nommé les petits, les besogneux, les ETI naissantes ou existantes, les gladiateurs de l’économie, classique ou numérique. A nous, les entrepreneurs, qui voulons parler sans intermédiaire au pays et dépasser les couches graisseuses d’un syndicalisme, qui même au musée ne trouverait pas sa place. Faire des Assises de l’entrepreneuriat, lancées par Fleur Pellerin, un outil de proposition, qui irait rogner les frontières et les prérogatives des institutions représentatives (de qui sont-elles représentatives, déjà ?).

Les grands groupes, malgré leur retrait de la France, sont les meilleurs ennemis de l’innovation, du changement, du développement des PME. Pourquoi tant de haine ? En laissant ses belles plantes se développer, elles pourraient se défaire de la pression que tout gouvernement qui se respecte leur impose, du fait que leur formation et leur arrogance leur impose de ne discuter qu’avec les gros. Grands groupes, réveillez-vous, laissez vous bercer et pénétrer de l’innovation des start-up, aidez-les à réussir et payez-les. La seconde mesure est un moratoire d’urgence.

Pour les 24 prochains mois, payez vos fournisseurs à 30 jours. Votre trésorerie vous le permet, vos bénéfices le prouvent. En injectant ainsi entre 5 et 8 milliards dans l’économie, vous perdrez un peu d’intérêts financiers mais cela ne modifiera que peu vos résultats de l’année prochaine.

Mais cela changera la vie de 3 types d’entreprises :

- Celles, sous-traitantes (ou cotraitantes, car on a inventé une hiérarchie dans le prolétariat de la sous-traitance), qui malgré des carnets de commande, pleins, de leurs donneurs d’ordre, sont sèches en trésorerie et au bord de l’implosion. Certains, comme Airbus, s’en soucient fortement et agissent, mais ce sont encore des exceptions. Ces sous-traitants, pourraient ainsi innover, investir et s’internationaliser, car leur extrême expertise pourrait leur valoir des marchés opulents sur cette planète bleue, qui pourrait leur sembler tout à coup très rose !

- Celles, les "Madames tout le monde" des PME, dont la seule perspective, faute de trésorerie, sera de déposer le bilan, malgré un produit ou un service qui aurait sa place sur le marché, et que les banques ne pourront plus aider, grâce à l’intelligence des accords de Bâle et Solvency qui ont fait de la PME la victime de la crise de 2008. Brillants technocrates ! Ces PME pourraient passer le cap si la seringue des commandes privées s’élargissait un peu et leur injectait, par une piqure régulière à 30 jours, le liquide vital qui dort chez les grands groupes, alors que son absence est létale pour ces entreprises. Nous avons vu cette année plus de 65 000 entreprises fermer et détruire 174 000 emplois. Une partie n’était pas au niveau. Une large partie n’était juste pas payée.

- Celles, enfin, qui innovent. Celles qui apportent des produits et services, qui pourraient être déployés par les grands groupes, utilisés par les grands groupes, disséminés dans le monde entier par les grands groupes. Mais ils n’y parviennent pas. D’un côté, tous les corporatismes de la terre France, qui s’acharnent à détruire ceux qui menacent leurs acquis et leur paresse. Taxis, liquidateurs, professions juridiques, auto-écoles. Même si chacun mérite qu’on lui laisse un temps d’adaptation ou de régler le coût qu’eux ont payé pour bénéficier de ces privilèges. De l’autre, des groupes, dont les couches "lasagniesques" et la peur du changement maintiennent aux portes de leurs entreprises des technologies et des produits, qui pourraient leur assurer des avantages et des gains de productivité essentiels à leur mutation.

Ces pages seraient trop courtes pour donner 1000 exemples, de ces DSI (Directeurs des Services de l’Information), qui à l’unanimité sont devenus, alors que leur formation devrait les pousser à embrasser les technologies modernes, les refouloirs du progrès, les fossoyeurs de l’innovation, à tel point que les divisions de leurs entreprises tentent en permanence de les contourner pour ne pas subir leur vindicte. Ces pages seraient trop courtes, pour citer ces innovations majeures qui se heurtent à la peur des hostilités sociales et syndicales que l’adoption de ces technologies provoqueraient et laissent ainsi leurs concurrents leur damer le pion.

Il faudrait donc d’urgence un moratoire permettant :

D’imposer aux services achats d’accepter de travailler avec des start-up et PME, quelque soit leur taille, leur antériorité, leur nombre de client.

Imposer un paiement à 30 jours pendant 24 mois. Y compris dans les services de l’état, qui aiment à payer, souvent, à 1 an !! Cela suppose un investissement dans une plateforme d’inscription des fournisseurs, unifiée, online, sur laquelle la SNCF tente d’être précurseur. Mais cela traîne.

Nous pourrions ainsi stopper l’hémorragie des dépôts de bilan des uns, permettre le développement des autres et donner vie à des start-up qui ne demandent qu’à devenir planétaires au lieu de rester régionales.

La France doit aller imposer une renégociation de Bâle et Solvency, qui permettra de réduire le taux de risque affecté, comme si la taille était une maladie honteuse.

La France doit laisser les "gêneurs", ces précurseurs, qui pourraient comme Uber devenir mondiaux, prospérer au lieu de les tuer dans l’œuf. Nous avons besoin de faire de la France un leader et en avons les moyens. Quel masochisme ! La préfecture de Paris, pour des raisons politiques, ne voulaient pas encore, la semaine passée, donner à Ornicar (auto école sur internet), leur autorisation, de peur de ne déclencher un tsunami politique. Ils attendent "lâchement" que la nouvelle règle, magnifique d’ailleurs et décidée par le gouvernement (en absence de réponse après un certain délai, le silence de l’administration vaut acceptation), permette de facto de leur donner l’autorisation sans l’avoir donné.

Troisième proposition, supprimer la lâcheté de l’administration !! Enfin. Interdisons au fisc de reprendre d’une main ce que le Crédit Impôt donne de l’autre. C’est un scandale et il faut y mettre fin. Des discussions claires et sans tabou, récentes, en "off", nous le confirme bien volontiers. Les directions du trésor ont pour volonté claire de récupérer ces sommes. Faute de budget. Il faut donc édicter une interdiction, pendant 24 mois, d’émettre le moindre contrôle fiscal à une entreprise innovante.

Ces simples mesures permettraient de se donner le temps de prendre les autres mesures plus structurelles, plus profondes, qu’un gouvernement dont les voiles sont apparemment gonflées par une brise libérale (ne rêvons pas d’un vent quand même), devra prendre en moins de 6 mois si nous voulons éviter que le FN prenne le pouvoir en 2017 et que la France reparte à la conquête du monde.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
l'enclume
- 06/10/2014 - 17:12
L’économie selon les Le Pen
vangog - 06/10/2014 - 15:11 Toujours les mots pour rire vangog et, la mémoire qui flanche, un rappel, l'imprimeur du FN, au temps glorieux du sénile, a du porter plainte pour être partiellement payé.
vangog
- 06/10/2014 - 15:11
Tout le monde est d'accord avec ces mesures de bon-sens...
excepté les gauchistes archaïques...et les gouvernements UMPS...des minorités de pression et des partis archaïques en totale perte d'influence! et s'il y avait une erreur primale -clientéliste- dans la structure de la Vieme République?...