En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
Michel Sapin, ministre des Finances, a présenté le budget de l’État pour l’an prochain.
Editorial
Budget 2015 : un budget de renoncement aux réformes de fond
Publié le 03 octobre 2014
Avec une croissance inexistante, un déficit permanent et une baisse de la dépense publique sans cesse reportée, le budget 2015 n'est que la lamentable incarnation du renoncement à l’effort, sans lequel la France n'a aucune chance de se redresser.
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec une croissance inexistante, un déficit permanent et une baisse de la dépense publique sans cesse reportée, le budget 2015 n'est que la lamentable incarnation du renoncement à l’effort, sans lequel la France n'a aucune chance de se redresser.

Ce n’est pas le nouveau projet de budget qui va émouvoir les Français. A travers les premiers chiffres annoncés, ils ont le sentiment d’assister à la répétition d’un scénario qu’on leur sert chaque année. Ils ont l’impression d’écouter un disque rayé, qui répète sans cesse la même antienne. Une croissance inexistante, un déficit permanent, une baisse de la dépense publique toujours annoncée et sans cesse reportée, un taux de prélèvements obligatoires qui ne se réduit jamais, les comptes de la sécurité sociale en dérapage constant, une dette qui gonfle à l’image d’une crue sans fin. Ce mauvais film qui se répète au fil des ans achève de les détourner d’un pouvoir qui n’a cessé de les endormir par des promesses, entre Jean-Marc Ayrault qui annonçait en novembre 2013 que le temps de la remise à plat du système fiscal était venu et Manuel Valls qui annonce régulièrement une baisse des impôts et s’en tient pour l’instant à une suppression de la première tranche du barème de l’impôt sur le revenu.

Une fois de plus, le gouvernement parait céder à l’irrésistible optimisme qu’il manifeste depuis l’arrivée de François Hollande à l’Elysée. Même s’il réduit cette fois sa perspective de croissance à un pour cent l’an prochain, cet objectif se révèle trop ambitieux pour le Haut conseil des finances publiques, organisme indépendant, car cela supposerait une accélération rapide et durable de l’activité dont aucun signe n’apparaît dans les dernières indications conjoncturelles. C’est aussi l’avis de la plupart des économistes : ceux-ci estiment que depuis la rentrée – et l’arrivée des feuilles d’impôts – une véritable cassure s’est produite dans la consommation des Français, qui correspond au demeurant à la chute catastrophique de la cote de popularité du chef de l’Etat dans les sondages. Nos compatriotes n’ont plus aucune confiance dans les dirigeants politiques. Ils ont commencé à réduire leurs dépenses à tout ce qui n’est pas indispensable et à accroître dans la mesure du possible leur épargne, comme on le voit avec les sommes drainées par  l’assurance-vie. Ils veulent apprendre à vivre désormais avec moins de croissance. Le discours du gouvernement sur la relance de la consommation les laisse de marbre, tout comme le risque de déflation évoqué par le pouvoir, alors que c’est la baisse des prix du textile et des produits alimentaires qui a pu améliorer dans certains cas leur pouvoir d’achat.

Peuple intelligent, les Français ne sont pas dupes du discours officiel. Ils ont conscience que les autres pays qui ont opéré les ajustements nécessaires avant eux sont repartis de l’avant, alors que, faute de stratégie, la France est toujours en panne. Le gouvernement ne propose aucune réforme de fond : penaud, il va frapper pour la troisième fois à la porte de Bruxelles pour demander de nouveaux aménagements, l’autorisation de retarder les échéances douloureuses.  En clair, le budget 2015 est celui du refus des réformes, avec l’espoir chimérique que la croissance reviendra d’elle-même, en se reposant sur nos partenaires. C’est le signe du renoncement à l’effort, qui éloigne durablement toute perspective de retour de la confiance.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
02.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
03.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
04.
Gilets Jaunes : des échauffourée avec la police, des voitures brûlées et des magasins pillés
05.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
06.
Cette fâcheuse addiction du monde contemporain à la pornographie émotionnelle
07.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 03/10/2014 - 23:31
@zouk il leur faudra d'abord apprendre à Mosco-le-menteur
à cesser de mentir: cinq à dix années de rééducation...ensuite, seulement, il pourra bosser!
zouk
- 03/10/2014 - 14:51
Budget 2015
Dans ses entretiens au Parlement Européen, Moscovici candidat au poste de Commissaire aux Affaires Economiques est fort malmené.
Pas plus que les Français le reste de l'union Européenne n'est plus dupe du discours.