En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Alain Juppé était l'invité de l'émission "Des Paroles et des Actes".
"Droit dans mes bottes"

Alain Juppé à "Des Paroles et des Actes" : l’art de manier le consensus et de balayer les critiques

Publié le 03 octobre 2014
Alain Juppé était jeudi 2 octobre l’invité de David Pujadas dans l’émission "Des Paroles et des Actes". Le maire de Bordeaux, qui vise la prochaine présidentielle, a tenté de se démarquer de Nicolas Sarkozy, candidat à la présidence de l’UMP, sans renier le travail mené par ce dernier. Certains commentateurs lui ont reproché de passer un peu vite sur certaines questions.
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Juppé était jeudi 2 octobre l’invité de David Pujadas dans l’émission "Des Paroles et des Actes". Le maire de Bordeaux, qui vise la prochaine présidentielle, a tenté de se démarquer de Nicolas Sarkozy, candidat à la présidence de l’UMP, sans renier le travail mené par ce dernier. Certains commentateurs lui ont reproché de passer un peu vite sur certaines questions.

Atlantico : Alain Juppé a-t-il su faire entendre ses différences au cours de l’émission ? Sa méthode est-elle bonne pour réussir à conquérir l’Elysée ?

Bruno Cautrès : La prestation télévisée d’Alain Juppé a été assez réussie. Vis-à-vis de Nicolas Sarkozy il a habilement mélangé l’expression feutrée de différences et des hommages aux réformes entreprises par l’ancien président. Sur le fond, les différences n’ont pas été très fortement argumentées et exprimées néanmoins. On a retrouvé dans ses propositions des points qui font consensus à droite : suppression de l’ISF, fortes baisses des dépenses publiques, moins de fonctionnaires (retour au non remplacement de 1 sur 2). En termes de communication politique sa méthode semble pour le moment la bonne ; mais nous sommes très loin de 2017 et pour le moment il faut éviter de généraliser trop vite à partir d’une émission de télévision sans doute regardée par une petite partie des français seulement.

D’une manière générale, que peut-on retenir de cette émission ? Alain Juppé a-t-il été à l’aise ? A-t-il été convainquant ?

Alain Juppé a réussi à faire mentir l’image d’un Juppé "droit dans ses bottes". Il est apparu très à l’aise, souriant et même capable de parler de ses erreurs et déboires judiciaires. Je me demande néanmoins si le climat de complicité qui semblait dominer l’émission ne va pas apparaître auprès de certains électeurs comme illustrant l’écart entre le "microcosme politique" et la réalité de leur vie.

Deux moments forts de l’émission ont été les débats avec la députée FN Marion Maréchal Le Pen et le secrétaire d’Etat chargé des relations avec le Parlement Jean-Marie Le Guen. Qui est sorti vainqueur de ces deux oppositions ? Pourquoi ?

Le vrai moment fort de l’émission a été le dialogue difficile entre Alain Juppé et une spectatrice de l’émission, militante de la cause des droits des ceux qui subissent les "contrôles au faciès". Le dialogue de sourd à un moment donné de ce passage de l’émission a semblé être atypique dans cette émission (comme l’arrivée de quelqu’un qui d’un seul coup "cassait l’ambiance") et révélateur de tout un ensemble de problèmes. Comme à de très nombreuses reprises de l’émission, Alain Juppé est alors allé puiser dans son expérience de maire de Bordeaux pour argumenter et renforcer chez le téléspectateur l’image qui homme qui "apaise" et qui est un acteur pragmatique. Pour les autres débats, que cela soit avec Jean-Marie Le Guen ou Marion Maréchal Le Pen, Alain Juppé s’en est sorti à son avantage même si l’emballement du débat avec Jean Marie Le Guen a donné le sentiment de l’habituelle joute oratoire entre un homme politique de droite et de gauche.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

02.

Lateticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

03.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

06.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

07.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
MEPHISTO
- 06/10/2014 - 23:44
La démocratie dans les mains du peuple
Maintenant qu 'ils rejettent FH ( qu 'ils ont soutenu lors de la dernière présidentielle ) et ne veulent surtout le retour de NS , les médias de FRANCE-Télévision , sous la férule du fourbe FOG et de D.PUJADA l 'opportuniste , ont décidé de faire accepter à l 'opinion ' publique qu ' A.JUPPE ( qui a reçu le soutien du " traître" J.CHIRAC et du médiocre chef d'état qu 'il a été ) le favori de l 'opposition et le plausible gagnant de la " prochaine échéance suprême " mais la république des médias qu 'ils souhaitent ne survivra peut-être pas à la déroute électorale annonçée de la majorité aujourd'hui. ce sont d 'abord les militants d'un parti ou d' une coalition politique et ensuite les électeurs qui par la voix des urnes et des référendums d 'initiatives populaires ( quand ils ont lieu ) qui porte un homme ou une femme au pouvoir et l 'en chasse . pas les sondages qui ne sont que spéculatifs parce qu ' incontrôlables
Benvoyons
- 04/10/2014 - 09:29
Ils sont bizzarres les FN MLP, ils voudraient que la menteuse
MLP soit toute seule à l'élection de 2017. Mais non, il y aura des concurrents et comme tous les Français vont tombés sous le charme de ses mensonges ENA Fonctionnaire et bien cela sera un boulevard pour elle. Alors pourquoi avoir peur !!!! Pas besoin d'insulter tout le monde à tout va comme des sans couille,des eunuques de la politique.
winnie
- 04/10/2014 - 07:06
eh ben voila!
le deni continu, en 2011 c etait DSK le chouchou et maintenant c est Juppe, ( le chouchou des journalistes ) ils on beau mentir les Francais choisirons autre chose, pour ce qui est du renouveau en politique vous repasserez