En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

05.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

06.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

07.

Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 26 min 38 sec
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 1 heure 39 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 2 heures 54 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 3 heures 32 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 3 heures 47 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 3 heures 50 min
décryptage > Politique
Baroque

Commission sur l'article 24 de la loi "sécurité globale" : le symptôme du grave déficit de culture démocratique du quinquennat Macron

il y a 3 heures 50 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Pierre Mendès France, ou la vertu du renoncement

il y a 3 heures 50 min
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 3 heures 50 min
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 3 heures 50 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 58 min 4 sec
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 2 heures 4 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 3 heures 25 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 3 heures 47 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 3 heures 50 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 3 heures 50 min
décryptage > France
En roue libre

Violence contre un producteur : qui saura reprendre en main l’encadrement de la police ?

il y a 3 heures 50 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 3 heures 50 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 3 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 14 heures 52 min
© Rémi Castaignon
Le gouvernement Valls II est la dernière carte de François Hollande.
© Rémi Castaignon
Le gouvernement Valls II est la dernière carte de François Hollande.
Éditorial

Valls II : François Hollande a abattu sa dernière carte

Publié le 29 août 2014
Le virage opéré par le gouvernement a des airs de stratégie de la dernière chance pour François Hollande alors que les entreprises ont cessé d’investir et les ménages de dépenser, en manifestant un repli sur soi généralisé face à un pouvoir démonétisé.
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le virage opéré par le gouvernement a des airs de stratégie de la dernière chance pour François Hollande alors que les entreprises ont cessé d’investir et les ménages de dépenser, en manifestant un repli sur soi généralisé face à un pouvoir démonétisé.

Ce devait être le symbole de la clarté et de la cohérence : et pourtant il n’a pas fallu vingt-quatre heures pour que le lifting du gouvernement de Manuel Valls connaisse son premier couac. Le débat sur les trente-cinq heures pourtant assouplies est reparti de plus belle à la suite d’une interview d’Emmanuel Macron, nouvelle star de l’équipe ministérielle, accordée au Point alors qu’il n’était pas encore nommé ministre, conduisant Bercy à démentir énergiquement son intention de revenir sur l’un des tabous de la gauche vieux de douze ans et qui va être au centre des débats douloureux de l’université d’été du PS ce week-end à la Rochelle.

Mauvais présage, alors que Manuel Valls vient d’éliminer le trublion Montebourg et entend ramener la discipline au sein d’un parti habitué aux déchirements internes que François Hollande avait facilité depuis deux ans avec ses revirements successifs, ses palinodies, ses retournements pour finalement déboucher sur un statu quo mortel pour la croissance. Il montre que l’évolution idéologique de la gauche la plus conservatrice d’Europe sera bien difficile à réaliser et passera peut-être par son éclatement, tant elle est engluée dans des doctrines d’un autre âge que les autres pays du vieux continent ont abandonnées souvent depuis longtemps.

Cela dit, le virage opéré par le Premier ministre est spectaculaire, sans doute parce que le pays est aux abois, alors que le chômage frappe un demi-million de personnes supplémentaires depuis le début du quinquennat. Il représente pour François Hollande la dernière carte pour tenter de remettre la France en route, alors que les entreprises ont cessé d’investir et les ménages de dépenser, en manifestant un repli sur soi généralisé face à un pouvoir démonétisé. La montée en puissance du discours socialo-libéral de Manuel Valls qui s’oppose point par point à celui que tenait le chef de l’Etat au début de son mandat traduit la volonté de s’engager sans retour sur la voie empruntée par l’Allemagne depuis dix ans. Il entend tout mettre en œuvre pour réhabiliter les entrepreneurs, qui seront la clé du redressement, à condition qu’on restaure la compétitivité et qu’on s’attaque réellement aux rigidités du marché du travail dans un pays habitué à protéger les acquis dans tous les domaines, sans se préoccuper de ceux qui frappent à la porte pour trouver leur place dans la société active.

Le message est aussi destiné aux partenaires européens au moment où Bruxelles se penche sur la situation des Etats membres. Il sera bien perçu par nos partenaires, qui lui réserveront davantage qu’un accueil poli. Mais ce n’est pas la première fois que nos dirigeants auront tenté le choc des mots. En leur temps, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy s’y sont essayés, avec des résultats qui n’ont pas été à la hauteur de leurs ambitions. Pour l’heure, les dépenses publiques continuent d’augmenter en France, ainsi que les déficits qui se creusent, même si leur rythme s’est légèrement ralenti. Les propos de Manuel Valls seront donc accueillis avec une  attention non feinte, mais il n’est pas question, notamment pour l’Allemagne, d’accorder des délais supplémentaires, car la volonté affichée de changement doit être suivie de réalisations concrètes. Le ministre des finances d’Outre-Rhin, Wolfgang Schäuble, de passage à Paris, a clairement rappelé que "la France savait ce qu’elle avait à faire" et a écarté d’emblée l’idée de François Hollande de lancer un sommet sur la croissance en Europe, dont il ne perçoit pas l’utilité. Plus que jamais, la France sera placée sous surveillance par des partenaires dont la patience a atteint ses limites.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 29/08/2014 - 15:10
"La France sait ce qu'elle a à faire", nous dit Schauble,
de passage à Paris. Oui! Préparer la révolution et les réformes indispensables lorsque les minables gauchistes auront été envoyés dans un cul-de-bassefosse...Il y a urgence!...
D'AMATO
- 29/08/2014 - 14:28
Dérnière Carte....
A' rien ne sert de courir. Il eut mieux valu partir à temps...mais pour cela, depuis des années, les uns après les autres auraient dû faire preuve d'un minimum de perspicacité. Un borgne n'est roi qu'au royaume des aveugles surtout quand tout a été fait depuis des dizaines d'années pour ne pas voir quels étaient les vrais problèmes, les vrais freins. Il faudra qu'un jour ceux qui gouvernent prennent la mesure des vraies consequences de leur action sur la vie de leurs administrés et pour les générations qui suivront..... Voila 40 ans (1er choc pétrolier) que ce pays ne cesse de s'effriter...et rustine après rustine le pneu est sur le point d'exploser... Bravo a tous(...et on n'a même pas l'excuse de vivre dans un Pays totalitaire...)
Justice Sociale et Solidarité
- 29/08/2014 - 14:01
La rentrée sociale..
...va être chaude !!!!