En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter

05.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

06.

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

07.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 6 heures 16 min
pépites > Education
Education nationale
Hommage à Samuel Paty : la rentrée scolaire n'est plus décalée à 10h lundi prochain
il y a 8 heures 46 min
light > Science
Ancêtre
Le chien est le plus vieil ami de l'homme, sa domestication est survenue il y a plus de 10.000 ans
il y a 10 heures 38 min
pépites > Politique
Décision
Antisémitisme : Jeremy Corbyn a été suspendu du Parti travailliste britannique
il y a 11 heures 13 min
pépites > France
Mobilisation des forces de l'ordre
Attentat à Nice : le gouvernement annonce le rappel de 3.500 gendarmes réservistes et la mobilisation de 3.500 policiers
il y a 11 heures 58 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
La guerre indiscriminée des jihadistes contre la France : du "blasphémateur" Samuel Paty aux chrétiens respectueux de la Basilique niçoise
il y a 13 heures 6 min
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 15 heures 7 min
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 15 heures 42 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 16 heures 12 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 16 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 6 heures 34 min
pépites > Faits divers
Forces de l'ordre
Tentative d’agression au couteau sur un policier dans le XVe arrondissement de Paris
il y a 10 heures 9 min
pépites > Politique
Moyens d'action face au virus
Covid-19 : le Sénat a voté la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 31 janvier
il y a 10 heures 50 min
pépites > International
Mini tsunami
Turquie : au moins quatre morts et 120 blessés après un séisme de magnitude 7 en mer Egée
il y a 11 heures 42 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’émail est semé de fleurs de sel et quand il neige sur la toundra : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 12 heures 37 min
pépites > Consommation
Confiné
La France reconfinée pour au moins 4 semaines : ce qui est ouvert ou fermé
il y a 14 heures 31 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 15 heures 14 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 15 heures 55 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 16 heures 18 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 16 heures 56 min
© Reuters
Une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne s'est tenue vendredi 15 août à Bruxelles dans le but de discuter des situations ukrainienne et irakienne
© Reuters
Une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne s'est tenue vendredi 15 août à Bruxelles dans le but de discuter des situations ukrainienne et irakienne
Unis, mais si différents

L’Europe à l’épreuve de l’Irak : Français, Britanniques ou Allemands, pourquoi 60 ans de construction européenne n’ont pas unifié d’un iota les tempéraments nationaux

Publié le 22 août 2014
Une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne s'est tenue vendredi 15 août à Bruxelles dans le but de discuter des situations ukrainienne et irakienne. Si les ambassadeurs des 28 étaient mardi 12 août parvenus à s'entendre sur le renforcement de la coordination humanitaire, ils n'avaient pas réussi à se mettre d'accord sur une livraison d'armes. La question a été "tranchée" : chacun est libre de répondre favorablement ou non à la demande de Bagdad.
François Géré
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Géré est historien.Spécialiste en géostratégie, il est président fondateur de l’Institut français d’analyse stratégique (IFAS) et chargé de mission auprès de l’Institut des Hautes études de défense nationale (IHEDN) et directeur de recherches à...
Voir la bio
Gérard Bossuat
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard Bossuat est professeur à l'Université de Cergy-Pontoise, titulaire de la chaire Jean Monnet ad personam.Il est l'auteur de Histoire de l'Union européenne : Fondations, élargissements, avenir (Belin, 2009) et co-auteur du Dictionnaire historique...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne s'est tenue vendredi 15 août à Bruxelles dans le but de discuter des situations ukrainienne et irakienne. Si les ambassadeurs des 28 étaient mardi 12 août parvenus à s'entendre sur le renforcement de la coordination humanitaire, ils n'avaient pas réussi à se mettre d'accord sur une livraison d'armes. La question a été "tranchée" : chacun est libre de répondre favorablement ou non à la demande de Bagdad.

Atlantico : Les ministres des Affaires étrangères de l'UE peinent à s'entendre et à parler d'une seule voix, notamment sur les cas ukrainien et irakien. Malgré 60 ans de construction européenne, l'Europe ne semble pas avoir réussi à dépasser les "tempéraments nationaux", chaque pays réagissant selon ses propres traditions de gestion des relations internationales ?

Gérard Bossuat : Votre question porte sur le court terme ! Tout peut basculer encore. En 24 heures nous avons appris que les réfugiés Yazidis du Singar n’étaient pas aussi nombreux qu’on le croyait. Faut-il alors toujours envisager une intervention militaire ? Ce court terme traduit cependant aussi l’état de l’Union à un moment donné. En effet, la réponse de l’Union n’est pas unanime révélant des "tempéraments" différents des Etats qui la composent. Il serait inimaginable de reprocher aux Etats d’être ce qu’ils sont. Les intérêts des grands pays de l’Union sont totalement différents de ceux des petits et moyens pays. La perception du danger est complexe : on a vu récemment que les pays de la frontière avec la Russie étaient très sensibles à la détérioration des relations avec Poutine en raison de la crise ukrainienne, tandis que d’autres, la France, l’Italie, hésitaient à engager une épreuve de force. L’histoire, les engagements commerciaux et financiers, la situation géographique expliquent ces différences. Sont-elles surmontables ? Là se trouve la question essentielle de la construction européenne.

L’unité européenne s’est faite par l’économie et la monnaie, pas par la politique étrangère et de défense. La tentative de créer une armée européenne (CED) a échoué en 1954 du fait de la France, auteur du projet et du "crime du 30 août". Une modeste action de coopération de politique extérieure a commencé en octobre 1970 avec les rencontres confidentielles des ministres des Affaires étrangères des pays membres et du Comité politique formé des directeurs politiques des ministères des Affaires étrangères, reliés entre eux par un système de télécommunications (Coreu). Elle a été confortée par les traités européens suivants. La Haute représentante de l’Union, actuellement Catherine Ashton, vice-présidente de la Commission européenne, devrait exprimer la politique étrangère de l’Union. Les différences ne sont pas insurmontables puisque des positions et des actions communes ont été décidées, mais il faut du temps et beaucoup de négociations. L’Union n’est pas réactive et est incapable de donner le ton dans les relations internationales car les Etats membres refusent de laisser une institution commune prendre le pas sur les diplomaties nationales. De plus l’instrument de la force est aux mains des grands Etats, essentiellement la Grande-Bretagne et la France ou aux mains d’une alliance non communautaire, l’Alliance atlantique dirigée par les Etats-Unis.

François Géré : La Communauté européenne puis l’Union européenne, en dépit d’efforts périodiques - la CED (communauté européenne de défense) en 1952,  la relance de l’UEO (Union de l’Europe Occidentale) en 1990-95, puis encore la PESC-PESD de 2000-2003 - n’est jamais parvenue à s’accorder sur une diplomatie commune ni sur une défense commune. Considérés comme relevant de la souveraineté des Etats et de leur conception singulière de l’intérêt national, ces deux domaines ne sauraient être partagés. De surcroît dans le cas de la défense la plupart des Etats membres considèrent que l’OTAN suffit largement et que l’Europe n’a pas les moyens de la redondance. D’autres comme la Suède demeurent en dehors de l’alliance atlantique. L’UE a en outre établi une législation d’embargo sur les ventes d’armes dans des Etats jugés instables, non démocratiques, irrespectueux des droits de l’homme. On n’y peut acheminer qu’une aide humanitaire dans les cas d’urgence. Or comme on le voit en Irak certains Etats membres ne se considèrent pas liés par ces contraintes, en sorte que l’UE perd toute crédibilité.

Après les guerres des Balkans, certains états membres de l’UE ont développé l’idéologie de la "post modernité" où la guerre cesse de constituer un instrument rationnel de la politique. Seuls les «"diots, les déments, et autres barbares" y auraient encore recours… Hélas la réalité ne cesse depuis dix ans de nous rappeler que ces "attardés", encore nombreux restent indifférents aux leçons que l’UE cherche à leur donner n’hésitant pas à s’affranchir des principes élémentaires à respecter dans la guerre à l’égard des civils et des prisonniers.

Péniblement l’UE durant les guerres de Bosnie et du Kosovo a été en mesure, en collaboration avec l’OTAN, de pacifier les Balkans. Cependant, au-delà du continent européen, chacun entretient des alliances conformément à sa tradition, aux accords de coopération militaire et évidemment aux moyens dont il dispose. Par exemple, la France et le Royaume-Uni sont dotés d’une force de dissuasion nucléaire et de capacités limitées de projection de forces classiques, notamment en Afrique.

Plus de guerre en Europe, entre Européens tel est l’objectif minimal, ce qui n’est déjà pas si mal. La question aujourd’hui posée par ce qu’il faut bien appeler la guerre d’Ukraine est de savoir si cette stabilité continentale peut être maintenue.

Quelles sont justement les caractéristiques de ces différents tempéraments pour ce qui est de l'Allemagne, de la France et de la Grande Bretagne ? Quelles sont les figures qui ont contribué à les modeler ? Dans quelles décisions et/ou prises de position relatives à l'Irak ces tempéraments se trahissent-ils ? En quoi peut-on considérer qu'il y a quelque chose de profondément churchillien dans l'approche britannique de la crise en Irak ?

François Géré : Churchill et De Gaulle ont connu deux guerres mondiales, deux massacres sans précédent. Ils ont vécu l’apogée et le déclin de la puissance coloniale. Ils ont éprouvé le délitement de leur prestige face à la montée des Etats-Unis et de l’URSS. Ils ont aussi connu les tensions  les plus brutales entre leurs intérêts respectifs lorsque dès 1916 ils se répartissaient les dépouilles de l’Empire ottoman, créant la nouvelle carte du Proche/Moyen Orient : l’Arabie saoudite, l’Irak, la Syrie, le Liban, la Jordanie ; promettant la création d’un "foyer national juif" en Palestine.

Est-il besoin de souligner que les Etats européens ont quitté définitivement cette dimension de l’histoire ? S’agissant de l’Allemagne, qui porte encore le poids accablant de son passé, le recours aux armes constitue durablement le plus mauvais des moyens pour promouvoir les buts de la politique.

Il est vrai que les conflits actuels ont perdu leur caractère vital. Ce sont ce que j’appelle les guerres "optionnelles". Nos gouvernements peuvent choisir d’aller ou non en Afghanistan, en Irak, en Libye. Il y a des intérêts, sans doute, une urgence humanitaire, probablement mais ce n’est plus l’ennemi sur la frontière, prêt à envahir et dévaster notre territoire. Ce sont de "petites guerres" où l’on s’engage avec peu de moyens, en ayant pour souci majeur d’éviter les pertes. L’argument de la menace terroriste paraît bien lointain, bien abstrait. Les Européens et l’OTAN ont été échaudés par l’échec de l’Afghanistan qui, pour certains, a fait suite à leur engagement en Irak avec les Etats-Unis en 2003.

Il est remarquable de constater l’inflation du terme "génocide" pour justifier la décision souvent tardive d’agir auprès d’opinions publiques peu motivées mais "compatissantes".

Cette faiblesse psychologique des Etats occidentaux renforce évidemment l’audace de ceux qui entendent transformer en leur faveur le rapport des forces en Europe et en Asie.

L’actuelle guerre d’Ukraine va-t-elle restituer le sens de la proximité des affrontements sur le sol européen et renouer avec la nécessité d’une capacité de défense ? Il est permis d’en douter dès lors que M. Poutine ne recoure pas à l’invasion. Seuls les voisins baltes, scandinaves et polonais en tireront les conséquences.

Gérard Bossuat : L’Allemagne est marquée par son histoire et son aventure politico-militaire des années 1933-1945 au service d’un projet de domination de l’Europe et de hiérarchisation raciale qui a conduit à la destruction industrielle de populations déclarées par les Nazis indignes de figurer dans le Reich millénaire ! Du fait de cette histoire, l’Allemagne démocratique a pris des mesures constitutionnelles pour empêcher de nouvelles aventures militaires. L’envoi à l’étranger de soldats allemands est soumis à des contraintes plus fortes qu’ailleurs. Le Bundestag doit se prononcer avant un tel envoi ce qui n’est pas le cas pour la France où le contrôle se fait a posteriori. En août 2013 la Chambre des Communes a refusé au Premier ministre britannique le droit d’intervenir en Syrie. En Grande-Bretagne comme en France l’armée a une place d’honneur. Elle est une part des institutions démocratiques de l’Etat. En Allemagne l’opinion publique s’en méfie davantage. L’impact sur l’esprit public de l’histoire glorieuse des armées françaises ayant conduit à la constitution de l’Etat national, l’oubli des engagements militaires douteux, la victoire de 1918, la confiance des Anglais dans leur marine qui les a sauvés trois fois sous Elisabeth 1ere, au temps de Napoléon et pendant la Seconde guerre sont encore très présents. Chaque pays a ses héros militaires qui ont construit la nation et l’Etat et ont donc un rapport particulier avec la mémoire de la nation : Louis XIV, Napoléon et Foch en France, Francis Drake et Nelson en Grande-Bretagne. Des figures émergent aussi en Allemagne : Frédéric le Grand et le théoricien Clausewitz, ou Hindenburg ; mais sont-ils des faiseurs de nations ? J’en doute, sauf Frédéric qui est aussi un politique !

Les réactions face au mouvement des djihadistes de l’Etat Islamique trahissent plus une analyse géopolitique et des rapports de force que des tempéraments propres. Certes, envisager de la part de la France et de la Grande-Bretagne une intervention en Irak (comme en Libye, en Syrie ou en Afrique subsaharienne) est lié à la représentation que l’on se fait de sa puissance et de son influence, construite par les expériences de l’histoire. Mais ce sont des analyses politiques telles que la mesure des conséquences d’un développement de l’EI au Proche-Orient et les effets d’entraînement sur d’autres régions du monde, qui pèsent dans la décision. Tout dépend évidemment des moyens dont disposent ces deux pays, moyens limités par rapport à ceux des Etats-Unis, alliés inévitables dans cette affaire. De plus il me semble exagéré de parler d’un comportement churchillien du Premier ministre, David Cameron, dans l’approche de la crise en Irak. La menace est-elle de même nature que celle de 1940 ? Cameron a-t-il promis du sang et des larmes ?

Qu'est-ce que cela révèle du rapport au monde de ces trois nations ?

François Géré : Des perceptions géopolitiques fort différentes ainsi qu’un sens des moyens de la construction et de l’exercice de la puissance diamétralement opposées. L’Allemagne demeure eurocentrée en ce qui concerne sa défense : stabilité dans les Balkans et bonnes relations avec la Russie. Au niveau mondial, c’est par l’économie, la politique monétaire et le commerce qu’elle s’affirme. Le moins possible d’aventures lointaines ; pas question de dissuasion nucléaire européenne. En revanche de grosses ambassades avec des représentations commerciales et culturelles au Moyen Orient, en Asie et en Amérique latine.

France et Royaume-Uni conservent une présence mondiale par les "miettes de l’Empire", petites possessions peu peuplées mais qui permettent de disposer de ZEE maritimes d’immense envergure. Pour y garantir la souveraineté il est nécessaire de disposer de moyens de projection de forces. Le Royaume-Uni pour tenir par exemple les Falklands (Malvinas) conserve des moyens navals importants de présence à la mer. En témoigne l’achèvement d’un nouveau porte-avions qui aura bientôt son "sister ship" contrairement au bien seul Charles De Gaulle. Au niveau nucléaire, Londres a fait le choix stratégique et financier d’une seule composante (les sous-marins) de plus en plus en coopération avec les Etats-Unis et dans le cadre de l’OTAN.

La France s’efforce de maintenir son autonomie complète dans le domaine nucléaire. En sorte que les moyens de projection conventionnels sont partiellement réduits et dépendent dans certains cas de la coopération avec les Etats-Unis.

Gérard Bossuat : Ces trois nations, Allemagne, France et Grande-Bretagne se débattent dans un problème de succession, celui de leur succession comme grandes puissances européennes. L’Allemagne doit tous les jours prouver qu’elle a rompu avec le nazisme : elle sera grande par l’innovation industrielle ; la Grande-Bretagne emprunte pour satisfaire ses intérêts une voie nationale qui ressemble à celle de l’Angleterre victorienne sans avoir la maîtrise des mers ni celle du commerce ; la France tente à tout le moins d’influencer les événements en s’appuyant sur son siège permanent au Conseil de Sécurité et sur la promotion des droits de l’homme comme régulatrice des conflits. Dans ces trois exemples, l’Union européenne est instrumentalisée au profit des projets nationaux. Vieilles nations, au cœur du monde, ayant créé l’Art et la Science moderne, ayant conquis des empires, elles tentent encore d’exercer un magistère sur les relations internationales  au nom de valeurs renouvelées depuis 1919. Or si elles ont encore les moyens moraux et culturels d’influencer notre monde, il apparaît qu’elles  sont concurrencées par les Etats-Unis, la Russie et la Chine dans la solution des conflits actuels.

N'existe-il pas aujourd'hui une façon de voir le monde à travers un prisme qui serait européen ?

François Géré : Sans doute on trouve une telle conception dans le "concept stratégique" de l’UE de 2003 qui était démarqué de la vision des Etats-Unis de leur propre sécurité nationale.

L’ensemble manque de spécificité. Trop d’intérêts divergents s’opposent à un vrai concept européen.

Considérons le Service d’Action Extérieure dirigé par Madame Ashton. En juin dernier, les Etats membres ont été incapables de s’accorder sur son successeur. Monsieur Juncker, récusé en vain par le Premier ministre anglais David Cameron, voudrait en augmenter le pouvoir pour en faire un véritable ministère européen des affaires étrangères. Mais il suffit de voir le débat autour de la candidature italienne de Madame Mogherini pour constater qu’il n’existe encore aucun sens européen d’une communauté d’intérêts. "L’Europe puissance" comme la souhaite la France n’est pas capable de se percevoir et de se vouloir comme une unité, une vraie fédération tant restent importants les écarts d’intérêts nationaux. Résultat dans un monde où se multiplient les crises (Syrie, Gaza, Irak, Ukraine), l’Union européenne a bien acquis un numéro de téléphone (formule ironique de Henry Kissinger en 1973) mais c’est encore une simple boîte vocale. C’est à l’OSCE qu’est dévolue la tâche ingrate de se voir refuser l’accès aux théâtres d’opérations.

Gérard Bossuat : Heureusement que ce prisme existe car les pays d’Europe, leurs élites, leurs intellectuels et leurs médias donnent une façon de voir la réalité en termes de façon de vivre, d’éducation, de relations entre les personnes, de philosophie de la vie. Toutefois l’image du prisme est mauvaise car elle fait penser à une déformation de la réalité. Non, diverses réalités coexistent qui ont leur grandeur. La différence avec le temps où l’Europe dominait le monde matériellement et spirituellement est que désormais les diverses cultures peuvent s’exprimer et se rencontrer. Si elles le veulent bien, elles peuvent aussi s’enrichir au contact des autres. La tolérance est donc indispensable à l’harmonie mondiale ce dont certaines cultures ne témoignent pas toujours. Cependant, depuis la création de la SDN (et même depuis la fin du XIXe siècle), l’arbitrage international en vue de maintenir la paix a été érigé en système efficace de règlement des conflits. Tel est le rôle de la Cour internationale de justice. Cet appel au Droit est partagé par de nombreux pays dans le monde. La Déclaration universelle des droits de l’Homme de l’ONU de 1948 a introduit des régulations politiques, sociales et économiques auxquelles les pays membres de l’ONU adhèrent. Personne n’est dupe cependant des limites de leur application. Mais en droit leurs objectifs sont communs aux pays membres de l’ONU. Cette manière de voir le monde est venue des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne, de l’URSS et même de la Chine (nationaliste) durant la guerre. Les Français s’y sont largement impliqués en 1948 puisque la Déclaration a été rédigée par un comité de rédaction présidé par Eleanor Roosevelt,  la veuve du Président américain Franklin D. Roosevelt,  assistée du professeur René Cassin qui écrivit le premier texte de la Déclaration, son rapporteur étant le Libanais Charles Malik, le Vice-Président Peng Chung Chang ( Chine). Ces quelques ligne sont écrites pour dire que la manière européenne de voir le monde et les relations internationales rejoint souvent, pas toujours, celle d’autres continents et d’autres cultures et contribue à l’élaboration d’un discours commun respectueux des différences tant qu’elles ne conduisent pas à l’affrontement des civilisations. Des interprétations religieuses et culturelles totalitaires et extrêmes, véhiculées par les Christians born again, les salafistes fondamentalistes englués dans la haine,  contribuent au contraire à voir la réalité à travers un prisme déformant.

Comment expliquer l'incapacité, si ce n'est des 28, au moins des nations fondatrices de l'Europe, à développer une sorte d'osmose européenne ?

Gérard Bossuat : L’osmose dont vous parlez a existé entre les six pays de la CECA et du Marché commun. Il fut décidé de régler les tensions économiques, voire les rivalités nationales nées des tensions économiques, par la création d’une Haute Autorité fédérale. Tous ces pays se reconnaissaient dans la démocratie politique et sociale et l’économie de marché, dans la promotion des droits de l’homme. Cette osmose sur les principes de comportement des Etats et envers les citoyens existent encore entre les 28. Mais l’osmose n’a jamais existé en termes de politique étrangère sauf à accepter progressivement de participer au camp occidental dans le cadre de la guerre froide. Que signifie le terme d’osmose ? Il est bien large car il n’est pas suivi d’un déterminant. Sans doute pensez-vous à osmose politique et donc à unité européenne. S’il s’agit d’osmose culturelle ou même spirituelle, nous savons tous que l’unicité culturelle et religieuse est, en général,  porteuse d’atteinte aux libertés. Le rêve de certains d’un retour aux racines chrétiennes de l’Europe n’a pas de sens aujourd’hui. En revanche reconnaître qu’elles font partie d’une identité héritée, que certains Européens en vivent encore, permet de reconnaître que d’autres identités peuvent inspirer aussi les sociétés contemporaines en Europe, tel l’Islam ou les cultures africaines, à côté de l’héritage juif ou celui des rationalistes et des libre-penseurs des Lumières. Tout est question d’équilibre et de mesure dans le respect des autres, codifié par la loi qui en France s’appelle la république et la laïcité.

François Géré : A partir du moment où l’UE a fait le choix de l’élargissement, où elle a accepté l’entrée d’Etats financièrement peu fiables dans la zone euro s’est créé un processus d’affaiblissement général. Les membres fondateurs ne pouvaient plus peser du même poids. Plusieurs gouvernements ont fait un calcul rudimentaire : entrer dans l’OTAN c’est la sécurité ; adhérer à l’Union Européenne c’est la prospérité.

Le processus décisionnel, peu importe ses modalités -majorité qualifiée ou pas-, se trouve sous influence de nombreux facteurs exogènes. Des puissances plus moins lointaines ont pu peser sur cette évolution. Ce fut clairement le cas des Etats-Unis entre 1995 et 2008. Ce pourrait être une opportunité pour la Russie aujourd’hui, en jouant par exemple l’Allemagne contre la Pologne. La crise financière de 2008 n’a fait qu’aggraver ces difficultés structurelles. Le Nord et le Centre oriental n’ont pas du tout la même perception de leur sécurité que le Sud.

Un socle de valeurs communes à travers lesquelles analyser le monde actuel pourrait-il être bénéfique à l'Europe ? Serait-il suffisamment puissant ?

François Géré : Sans doute existe-il une sorte de fonds commun de valeurs, de principes politiques. Ils se trouvent en permanence confrontés aux intérêts. Vieux débat, probablement éternel, entre idéalisme et réalisme. Le risque est de voir cette antinomie dégénérer en conflit entre cynisme et utopie. C’est ce qui guette l’Union européenne.

Se limiter à l’aide humanitaire, récuser par principe le recours à la force, voter des sanctions tardives et limitées conduit à adopter une sorte de stratégie européenne par défaut qui n’effraye aucun dictateur. Pour être crédible, l’UE doit pouvoir complémentairement jouer sur les volets économiques et militaires. Alors seulement on la tiendra pour un acteur majeur sur la scène mondiale. Mais les Etats membres ne sont pas disposés à en arriver là. Très durablement.

Gérard Bossuat : Ce socle de valeurs communes existe. Il est exprimé dans les préambules et exposés des principes des traités européens. Dans celui de Lisbonne (article 1b et 2 du TUE) de 2008 les valeurs auxquelles l’Union et les pays membres se référent sont le respect de la dignité humaine, liberté, démocratie, égalité,  les droits de l’homme, égalité homme-femme, une économie de marché hautement compétitive pour le plein emploi. Il y a là des pistes riches pour construire des politiques communes et pour analyser le monde actuel. Ce qui manque à l’Union n’est pas le socle de valeurs communes mais des politiques efficaces. On en revient donc aux hommes et aux femmes qui gouvernent l’Union et chacun des Etats membres. Savent-ils construire concrètement ces valeurs dans la vie quotidienne ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hmrmon
- 16/08/2014 - 20:10
Défence commune
Les Romains qui n'étaient pas idiots, la preuve, ils ont fait durer leur civilisation 1000 ans, l'avaient bien compris, leur adage le résume en 3 ou 4 mots "si tu veux la paix prépare la guerre". Mais, (France et Angleterre un peu mises à part) l' Europe, ses peuples et conséquemment ses dirigeants, veulent fuirent la réalité pour se réfugier dans un monde idéalisé où tous les conflits peuvent se régler par des négociations, des accords commerciaux, des promesses d'investissements, tout sauf la force, monde peint en rose, qui permet de rogner au max les budgets militaires, (Les Américains ne sont-ils pas là) pour améliorer encore plus l'accès à la consommation de populations de plus en plus avides de consommation. Le réveil pourrait s'avérer pénible!
adroitetoutemaintenant
- 16/08/2014 - 19:58
Un vrai plaisir
de voir mon message être supprimé. Donc je recommence. Mettre sur un même plan les christians born again qui n'ont aucun mort à leur actif et les salafistes qui en ont des millions relève du terrorisme intellectuel. Ça pue le relativisme de gauche. Je conseille de lire Londonistan le dernier livre de Mélanie Phillips car c'est Gérard Bossuet qui voit la réalité à travers un prisme déformant.
vangog
- 16/08/2014 - 16:07
Avec une Labouriste à la tête de la diplomatie Europeene,
et, qui plus est, une activiste de l'anti-dissuasion nucléaire à la Française, une construction absurde et bancale des instances Européennes par les socio-démagogues des années 90, un comportement erratique des technocrates européens, tirailles entre lobbies de toutes natures et politiques égoïstes des états, comment voulez-vous arriver à un résultat valable?
Pour faire de la bonne torture, il faut des bons ingrédients, à minima!...