En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

06.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

07.

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 16 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 3 heures 33 min
pépites > Justice
Recours
Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme
il y a 5 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L'un de nous deux" de Jean-Noël Jeanneney

il y a 6 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Exposition : “Bacon en toutes lettres” : Une singularité fascinante mais difficile à appréhender !

il y a 6 heures 24 min
pépite vidéo > Europe
Guerilla
Barcelone : Violents affrontements pour la troisième nuit consécutive
il y a 8 heures 40 min
décryptage > Culture
Critique

La réparation dans l’art : un livre virtuose étonnant

il y a 9 heures 42 min
décryptage > International
Un foulard sur les yeux

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

il y a 10 heures 8 min
décryptage > Environnement
Green-Washing

Quand les Etats européens trichent avec les règles de comptabilité pour faire croire à leur vertu énergétique

il y a 11 heures 12 sec
décryptage > Economie
Analyse

Journée mondiale pour l'élimination de la pauvreté : croissance, recettes empiriques ou politiques sociales, qu’est-ce qui marche ?

il y a 11 heures 14 min
décryptage > Social
Atlantico Business

J’aime ma boite : 64 % des salariés aiment leur entreprise, mais l’inverse est-il vrai ?

il y a 11 heures 27 min
pépite vidéo > Faits divers
En vert et contre tous
Des activistes d'Extinction Rebellion violemment dégagés du toit d'un métro à Londres
il y a 4 heures 17 min
pépites > Politique
Commission
Blanquer contre Taché : LREM tente une médiation
il y a 5 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "La porte sans entrée. Approche du Zen" : Devenez ou restez zen, vous vous en porterez mieux !

il y a 6 heures 20 min
pépites > Europe
At least
Brexit : Un accord a été trouvé
il y a 8 heures 8 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment - Take Two

il y a 9 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Patrick Besson : "J’ai toujours pris Salman Rushdie pour un triste con"

il y a 9 heures 49 min
décryptage > Social
Merci patron...

J'aime ma boite : mythe ou réalité ?

il y a 10 heures 23 min
décryptage > Economie
Nouveau Monde

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

il y a 11 heures 8 min
décryptage > Europe
Axe anglo-allemand

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

il y a 11 heures 15 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Pour Finkielkraut, Zemmour est tombé dans le piège tendu par l’islam radical ; Bayrou essaie encore de faire partir Philippe de Matignon ; 40 salariés chez LREM pour la com digitale, 1 chez LR ; Pour Salvini le fascisme est aussi mort que le communisme
il y a 11 heures 33 min
© REUTERS/Philippe Wojazer
D'après un récent sondage Ifop pour Marianne, si les élections présidentielles étaient organisées ce dimanche Marine Le Pen arriverait en tête au premier tour avec 26% des voix
© REUTERS/Philippe Wojazer
D'après un récent sondage Ifop pour Marianne, si les élections présidentielles étaient organisées ce dimanche Marine Le Pen arriverait en tête au premier tour avec 26% des voix
Ô Muse...

Pourquoi la gauche et la droite feraient bien de s’inspirer de Marine Le Pen et des raisons de son succès dans les sondages

Publié le 08 août 2014
Marine Le Pen en tête au premier tour des présidentielles ? C'est possible d'après un récent sondage Ifop pour Marianne. Il faut dire que la leader frontiste a bien compris les attentes et les frustrations d'une partie de la société, qui se considère comme la "laissée pour compte" de la mondialisation. Les partis de gouvernement seraient bien inspirés d'intégrer cette réalité s'ils ne veulent pas que les projections deviennent réalité.
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marine Le Pen en tête au premier tour des présidentielles ? C'est possible d'après un récent sondage Ifop pour Marianne. Il faut dire que la leader frontiste a bien compris les attentes et les frustrations d'une partie de la société, qui se considère comme la "laissée pour compte" de la mondialisation. Les partis de gouvernement seraient bien inspirés d'intégrer cette réalité s'ils ne veulent pas que les projections deviennent réalité.

Atlantico : D'après un récent sondage Ifop pour Marianne, si les élections présidentielles étaient organisées ce dimanche Marine Le Pen arriverait en tête au premier tour avec 26% des voix, contre 25% pour Nicolas Sarkozy et 17% pour François Hollande. Ces résultats relèvent-ils de l'anecdote ou au contraire, ont-ils valeur d'avertissement pour la gauche et la droite ? Pourquoi ?

Bruno Cautrès : Il convient tout d’abord, bien sûr, de rappeler la prudence qu’il faut avoir vis-à-vis des sondages d’intentions de vote réalisés en dehors du contexte des élections. La présidentielle de 2017 est dans un peu moins de trois ans. Néanmoins, ce résultat de sondage n’a rien d’une anecdote. Il confirme la progression des intentions de vote en faveur de Marine Le Pen, après que le FN est arrivé en tête des élections européennes et après ses résultats des élections municipales. Les candidats auxquels Marine Le Pen est opposée dans ce sondage (François Hollande, Manuel Valls et Arnaud Montebourg pour le PS ; Nicolas Sarkozy pour l’UMP) savent sans doute à qui s’en tenir et toute la classe politique française a d’ores et déjà en tête la possibilité d’une qualification de la présidente du FN pour le second tour de la présidentielle.

Pour quelles raisons le discours de Marine Le Pen porte-t-il mieux que celui des partis de gouvernement ? Qu'est-ce qui émane du discours général et du programme du FN, qui ne se retrouve pas au PS, au centre et à droite ?

Les partis qui ont exercé le pouvoir, à gauche comme à droite, souffrent bien sûr de leur exercice du pouvoir : ils ont eu l’occasion de décevoir, de montrer les limites de la mise en œuvre de leurs programmes. Par ailleurs, les actions qu’ils ont conduites face à ces contraintes les ont conduits à développer des politiques qui, aux yeux de certains électeurs, apparaissent comme proches ; en dehors des questions de société, ils ont du mal à faire apparaître leurs différences de programmes économiques et sociaux qui sont pourtant réelles. Enfin, le "tournant" pris par François Hollande par rapport à ce que de nombreux électeurs de gauche avaient souhaité à travers son élection a beaucoup déçu dans les franges les plus exposées à la crise (milieux populaires) mais aussi dans les franges de son électorat qui attendaient "le changement maintenant", qu’il s’agisse d’un changement économique ou culturel. Du côté de l’UMP, il restera à prouver, par Nicolas Sarkozy si son retour se confirme à la rentrée, qu’il peut poser un discours rétrospectif sur son quinquennat et une analyse prospective en termes de programme et de réponse à toutes les angoisse économiques et sociales de la société française.

Par rapport à ces difficultés des candidats issus des deux "grands" partis, la candidate du FN à l’élection présidentielle peut plus facilement incarner, dans certains segments de l’électorat, une "rupture" : par exemple en matière européenne (sortie de l’euro, rétablissement du contrôle aux frontières, etc…). Le fait de ne pas avoir exercé le pouvoir donne par ailleurs à cette posture de rupture un aspect plus facilement indentifiable et "décodable" par certaines franges de l’électorat : le discours n’est, du moins en apparence, pas autant perturbé par les contradictions avec la réalité des choix effectués comme cela peut être le cas par exemple pour François Hollande (contradiction entre "le changement c’est maintenant" et certains choix économiques) ou pour Nicolas Sarkozy ("travailler plus pour gagner plus", ce qui n’a pas été le cas pour tous les français).

Entre la majorité qui mène une politique dans laquelle une bonne partie de son électorat traditionnel ne se retrouve pas, et une droite sans ligne politique bien définie, la "friche idéologique" semble prédominer aujourd'hui. Dans quelle mesure ces derniers pourraient-ils s'inspirer de la stratégie du FN pour séduire de nouveau les Français ?

Il est vrai que la situation actuelle est caractérisée par une sorte de grand vide : le sondage réalisé par l’IFOP montre par exemple à quel point les intentions de vote pour le chef de l’Etat se sont effondrées dans certains segments de la gauche, électeurs de EELV ou du Front de Gauche par exemple. Il sera difficile, même impossible, aux candidats issus du PS ou de l’UMP d’emprunter le même chemin que Marine Le Pen en termes de postures, de propositions, de discours. La présidente du FN tente une combinaison politique que l’on qualifie parfois de "welfare chauvin" : soutien à des programmes économiques ou sociaux de nature redistributifs mais en excluant du bénéfice de ces programmes les étrangers, les non-nationaux. Cette posture politique est empruntée par d’autres partis du même type que le FN dans d’autres pays européens ; elle est impossible à tenir par les autres partis qui soit s’opposent aux programmes économiques de redistribution (coupes dans les dépenses publiques, réformes des assurances sociales vers moins de redistribution) soit s’opposent aux choix de la "préférence nationale" fait par le FN. Si en 2007 Nicolas Sarkozy avait une vraie capacité à attirer une partie des électeurs du FN, très sensibles à ces questions, le pourra t’il encore en  2017 ? Peut-il répéter une seconde fois l’équation de 2007 : séduire à la fois des milieux économiques très attachés à l’entreprise et à une moindre pression fiscale (artisans, commerçants, chefs d’entreprise) et des milieux inquiets de la situation économique et demandeurs de protection (milieux moins favorisés, tentés par le vote FN) ? Pour François Hollande, il sera difficile, même très difficile, de séduire à nouveaux les franges sociales les moins favorisées, les milieux populaires.

Le fait que Marine Le Pen capte de plus en plus l'électorat ouvrier et tous ceux qui se considèrent comme les laissés pour compte de la mondialisation est-il la traduction d'une meilleure compréhension par la chef frontiste de la réalité sociologique de la France d'aujourd'hui ? A-t-elle mieux anticipé cette fracture que les autres partis ?

La question de la mondialisation et de l’intégration des sociétés dans cette mondialisation est l’une des questions politiques les plus essentielles aujourd’hui. La mondialisation produit des effets politiques paradoxaux : jamais la question du rôle et des limites de l’Etat-nation ne s’est posée avec autant de force alors même que la mondialisation fait progressivement tomber les barrières nationales. Il ne fait pas de doute que les partis comme le FN entendent jouer le rôle de porte-parole de ceux qui se considèrent comme les exclus et comme les perdants de l’économie libérale ouverte et globalisée. Nos sociétés sont marquées en profondeur par les écarts économiques et culturels produits par la mondialisation. Les partis qui ont exercé le pouvoir incarnent, par définition, le choix de l’ouverture : leurs dirigeants ont siégé dans les organisations internationales, ont pris des décisions au plan européen et international.

Sur quelles thématiques spécifiques la gauche et la droite auraient-elles intérêt à clarifier leur position, et ainsi à induire l'idée que le politique a encore une influence sur le réel ? Quelles sont les attentes des électeurs ?

Les attentes des électeurs sont elles-mêmes contradictoires : à la fois de la protection par la puissance publique et de la réduction des dépenses ; de l’ouverture et de la concurrence et de la protection des emplois en France ; la tolérance culturelle, le développement de l’autonomie individuelle et de l’ordre public dans le même temps. Le poids des contraintes économiques ne permet pas vraiment de revenir vers de très fortes oppositions entre les programmes de la gauche et la droite "de gouvernement". Nous sommes donc dans une période de fortes pressions sur les élites et de grand inconfort pour les "grands" partis : s’ils ne se différencient pas assez, ils ouvrent la voie aux partis, comme le FN, qui ne souffrent pas de la contradiction avec l’action gouvernementale passée ou présente ; s’ils se différencient avec des propositions très opposées, ils risquent de fortement décevoir aux lendemains des élections. Il faudrait sans doute que les partis de gauche et de droite ainsi que l’ensemble de la classe politique restaurent d’abord leur crédibilité. La question de la défiance des français vis-à-vis des hommes et femmes politiques et des partis est une question que tous et toutes doivent traiter en priorité.

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

06.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

07.

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

04.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

Commentaires (22)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 03/08/2014 - 15:59
À leucate
Tient MLP serait de droite? Depuis quand, lisez son programme économique socialo, elle fait copain- copain avec la CGT et le FDG, quand les français connaitrons son programme , contrairement à JMLP , elle est de gauche, il y aura des défections. Elle ne le clame pas clairement pour ne pas effrayé ceux qui pensent que le FN est un parti de droite.
Par contre avec un tel programme elle récupérera beaucoup de voix de gauche, et ce socialisme sous une autre forme perdurera après Hollande. Le FN contaminé par la gauche, ou sont les vrais partis de droite. Avez vous entendu MLP voir un mot de désapprobation sur les manifs destructrices des pro- palestiniens? Voire d'organiser une contre manif pour montrer à l'islam qu'il n'est pas maître de notre pays? Un silence assourdissant de sa part...pourtant des discours, c'est tout.
Texas
- 03/08/2014 - 10:01
Trop soucieux..
..de conserver le pouvoir après une débauche d' énergie médiatique pour déloger Mr Sarkozy , les socialistes ne prendront pas le risque de représenter Normal 1° aux prochaines présidentielles ( Valls est plus probable ) . Sondage tendancieux qui sonne comme une invitation à diviser Une Droite déjà décomposée .

Pour réconcilier Ganesha avec le grand Capitalisme , nous invitons son moteur de recherche à l' informer des : " les 50 plus gros détenteurs de la dette publique française " . En bon Socialiste ou Peroniste , on s' acharnera officiellement sur les " fonds Vautours " façon BFM Tv pendant que l' Agence France Tresor , aux limites de la prostitution , continue d' emprunter sur les marchés financiers pour faire tourner les institutions .
Benvoyons
- 03/08/2014 - 09:13
Leucate - 02/08/2014 - 23:07 Apès cela tu ne dois plus
voir grand chose sur ton écran.
Quand le FN MLP (FDG) demande que les Fonctionnaires ne soient plus élus comme dans les autres démocraties?
C'est pas demain la veille puisque c'est la même main mise des Fonctionnaires comme maintenant avec 55 à 60% de fonctionnaires dans les différentes chambres, régions. C'est pour cela que la gauche accepte le FN car c'est le même programme toutefois, il y a tout de même des conneries en plus. Retour de la retra